Peut-on comparer les révolutions ?

Compte rendu de l’intervention de Jérôme Heurtaux dans le séminaire historique franco-tchèque, Faculté des arts de l’Université Charles de Prague, 21 novembre 2019

Compte rendu rédigé par Ninon Derouet, stagiaire au CEFRES

Le jeudi 21 novembre 2019, Jérôme Heurtaux, directeur du CEFRES, est intervenu dans le séminaire historique franco-tchèque organisé par la Faculté des arts de l’Université Charles de Prague. Son intervention est la troisième contribution du CEFRES dans ce séminaire ce semestre, soulignant la reprise d’une collaboration fructueuse.

Après avoir prononcé quelques mots au sujet du CEFRES, il se présente rapidement. Se considérant davantage politiste que politologue, il explique comment, par des rencontres et des intuitions, son intérêt ancien pour l’Europe centrale s’est réactualisé sur l’autre rive de la Méditerranée. En effet, après avoir étudié la Pologne post-communiste, il s’est intéressé à la Tunisie à partir de 2010.

Son intervention « Peut-on comparer les révolutions ? » se décompose en trois questions : qu’est-ce que « comparer » en sciences sociales et en science politique, qu’est-ce qu’une révolution, et que peut-on tirer de cet exercice de comparaison ? Il y répond en illustrant son propos par une comparaison entre les révoltes arabes en 2010-2011 et les transitions communistes d’Europe centrale après 1989.

Continuer la lecture de Peut-on comparer les révolutions ?

Défendre les libertés académiques

Une tribune de Jérôme Heurtaux (directeur du CEFRES, Prague) et Jakob Vogel (directeur du CMB, Berlin) parue dans le Cahier des UMIFRE / 2019 / N°6 / Faire face à la violence

À l’heure où nous rédigeons cette tribune, l’actualité internationale offre hélas un nombre considérable d’atteintes aux libertés académiques dans plusieurs régions du monde. Les exemples d’arrestations et de répressions exercées à l’encontre de chercheurs sont nombreux.

Dans plusieurs pays, les partis au pouvoir grignotent peu à peu les espaces académiques et institutions de la recherche en supprimant par exemple des disciplines comme les « gender studies » contraires à leur vision du monde ou en réduisant drastiquement les financements publics accordés aux sciences sociales et à la philosophie. Les libertés académiques représentent pourtant l’un des biens les plus précieux de nos sociétés. Elles recouvrent la liberté donnée à des académiques professionnels, sélectionnés
au terme d’un processus très exigeant et transparent, de chercher, débattre, publier et enseigner. Ce sont ces libertés académiques qui ont permis à la science moderne d’émerger, et au stock de plus en plus imposant de nos connaissances de se constituer dans tous les domaines, des mathématiques ou de la médecine jusqu’aux sciences humaines et sociales. Ces libertés académiques sont à la fois individuelles et collectives. Individuelles, elles garantissent
la liberté de penser, d’analyser, de critiquer et de débattre. Collectives, elles impliquent l’autonomie institutionnelle et une forme d’autogestion (recrutement et évaluation par les pairs).

Continuer la lecture de Défendre les libertés académiques

Frantz Fanon – Écrits sur l’aliénation et la liberté

Frantz FANON, Oeuvres. N° 2, Écrits sur l’aliénation et la liberté , La Découverte, 2018, éditeurs: Jean Khalfa et Robert JC Young

Un compte rendu par Thomas C. Mercier 

Écrits sur l’aliénation et la liberté est un recueil de matériaux d’archive et de textes rares dont l’ambition est de conclure la publication des œuvres complètes de Frantz Fanon, correspondance mise à part. Le recueil compile des textes pour la plupart inédits, auxquels s’ajoutent des articles ou des essais déjà publiés mais quasiment introuvables. C’est un livre épais, donc, qui se présente comme le deuxième volume des œuvres complètes de Fanon. Cette ambition — qui consiste à vouloir épuiser le matériau bibliographique de Fanon, excepté sa correspondance — est plusieurs fois affichée par les deux éditeurs, Jean Khalfa et Robert Young, dans l’appareil critique qui accompagne le volume. Le livre se présente explicitement comme le couronnement d’une entreprise de compilation des écrits de Fanon, une entreprise qui aura commencé il y a des années de cela. L’ambition conclusive du volume s’explique pour une raison assez simple : Frantz Fanon est mort très jeune, à 36 ans, victime d’une leucémie. Son parcours fut fulgurant : Frantz Fanon est un homme, un penseur et un personnage fascinant, et il me faut dire ici quelques mots sur sa vie. En cela je m’appuierai sur les matériaux biographiques et chronologiques fournis dans le volume, qui est très bien fait de ce point de vue. Ces repères biographiques me permettront d’évoquer ensuite la « légende » Fanon, pour des raisons qui apparaîtront par la suite, parce qu’elles sont, je crois, liées à l’orientation et à la stratégie éditoriale du volume.

Continuer la lecture de Frantz Fanon – Écrits sur l’aliénation et la liberté