Les deux visages du nationalisme contemporain

Conférence d’Alain Dieckhoff (Directeur du CERI)

Compte rendu par Hector Marchand (stagiaire au CEFRES)

Alain Dieckhoff est directeur du Centre de recherches internationales de Science Po Paris (CERI). Il est spécialiste d’Israël et des nationalismes. Il a donné une conférence à Prague le 12 avril 2019 (modération : Jérôme Heurtaux et Eliška Tomalová).

Alain Dieckhoff commence sa conférence en exprimant sa satisfaction d’être à Prague, pour avoir été l’une des villes du nationalisme en Europe au 19ème siècle sous l’empire des Habsbourg et donné naissance ou hébergé plusieurs spécialistes de la question, comme Ernest Gellner, par exemple. Dieckhoff réfute l’idée galvaudée d’un « retour du nationalisme », qui n’est qu’une perception trompeuse. Le nationalisme n’a jamais vraiment disparu. Sur les vingt-cinq dernières années, plus de 20 nouveaux États se sont formés (Érythrée, Moldavie, Kosovo, Soudan du Sud…) attestant du fait que le phénomène nationaliste en tant qu’idéologie ou en tant que mouvement, est une réalité continue.

Continuer la lecture de Les deux visages du nationalisme contemporain

2019 ASLE conference, Paradise on Fire

Compte rendu par Julien Wacquez (CEFRES / EHESS)

Du 26 au 30 juin 2019 s’est tenu, dans le campus de l’Université de Davis en Californie, le colloque international organisé par l’Association for the Study of Literature and Environment (ASLE) sur le thème général Paradise on Fire. Cette association a été fondée en 1992 dans le but de réunir un grand nombre de professeurs et d’écrivains travaillant en écocritique et dans les humanités environnementales. Ainsi, la réalité du changement de régime climatique à laquelle nous faisons face est prise au sérieux et l’expression de cette réalité par l’écriture – différentes formes d’écriture – est l’objet d’investigation commun à tou.te.s celles et ceux qui participent de l’association. L’association dirige une revue spécialisée, intitulée Interdisciplinary Studies in Literature and Environment, qui publie quatre numéros par an chez Oxford University Press.

Continuer la lecture de 2019 ASLE conference, Paradise on Fire

Hunting the pigs of the new world/wild

Lecture by Paul. G Keil (Institute of Ethnology/CEFRES)

On the 3rd of June, Paul G. Keil, posdoctoral fellow of the Institute of Ethnology of the Czech Academy of Sciences and associate researcher at Cefres (member of TANDEM program “Bewildering Boar) gave a lecture entitled « Piggers, pigdogs, and other pig-relations: a study of Australian hunting cultures at the feral pig–human interface ».

Paul G. Keil is a researcher in social anthropology. His PhD thesis, defended in 2017 at the Macquarie University of Sydney, devoted to the relations between humans and elephants in a village of Northeast India. His research addresses the socio-ecological implications of the interactions between humans and non-humans beings. Currently it focuses on the practices of hunting feral pigs with dogs in Australia.

Continuer la lecture de Hunting the pigs of the new world/wild

Pierre Rosanvallon – Notre histoire intellectuelle et politique 1968-2018

Pierre Rosanvallon, Notre histoire intellectuelle et politique 1968-2018. Paris, Éditions du Seuil, 2018, 431 p.

Compte rendu par Petr Horák

La dernière publication de Pierre Rosanvallon est une fois de plus un grand ouvrage. L’historien, professeur au Collège de France et spécialiste de l’histoire sociale, politique et intellectuelle  de la France, manifeste dans cet ouvrage une ambition assez rare : il veut, en effet, présenter dans le même volume son parcours intellectuel et politique commencé il y a cinquante ans dans la peau d’un ardent partisan de Mai 68, et une analyse pertinente de l’histoire de la pensée politique et sociale de la gauche française se trouvant aujourd’hui dans une impasse aussi bien politique qu’intellectuelle. « L’impensé et l’impuissance » caractérisent selon l’auteur ce désarroi dans lequel se trouvent ceux et celles qui croyaient ou voulaient croire au cours de ces cinquante dernières années à la réalisation des idées de Mai 68. Ce désarroi fait place en même temps selon l’auteur à un fatalisme intellectuel « morose et désabusé ». Cette situation est dangereuse car elle empêche d’analyser ce qui se passe dans le monde. « Le but de ce livre, nous dit son auteur, est d’essayer de conjurer cette malédiction, en mettant les mots qui conviennent sur cet état de choses et en proposant des concepts adéquats pour rendre lisibles les traits profonds de nos sociétés afin de permettre d’en redessiner une perspective émancipatrice » (p. 11).  Le but de son livre ainsi clairement défini, l’auteur s’engage tout d’abord à décrire aussi objectivement que possible son parcours personnel le menant dès 1968 à s’occuper des questions sociales et des théories politiques aux côtés d’une gauche non-communiste. Le plus intéressant probablement dans ce parcours est la rencontre de l’auteur avec plusieurs personnalités de la vie politique et intellectuelle française des années 1980 et 1990 comme Michel Rocard et Claude Lefort par exemple. À travers ce livre, Pierre Rosanvallon montre son détachement progressif de sa vie militante au service d’une gauche résolument non communiste, au profit d’une vie d’intellectuel (d’« intello ») à plein temps avec tout que ce que cela comporte, y compris la carrière pleinement réussie d’un chercheur et d’un universitaire, avec entre autres deux doctorats d’État !  Un chapitre intitulé « Ma rencontre avec Foucault » est, de ce point de vue, très important (p.99).

L’essentiel de ce livre se trouve dans la confrontation de l’auteur avec la pensée de ceux et celles qui, dans le paysage intellectuel français, sont passés d’un anticapitalisme à un antilibéralisme (les figures de proue pour Rosanvallon étant Alain Finkielkraut et Régis Debray) en exaltant de plus en plus l’idée de la République (comme Régis Debray) ce qui « allait de pair avec un retour à la nation » (p. 252) et s’alliait d’une certaine façon avec une « idéologie (néo)républicaine » (p. 257). Pierre Rosanvallon procède ensuite à une analyse critique très détaillée et bien informée de la pensée néoconservatrice en vogue en France, pleine de pessimisme culturel et partagée par Marcel Gauchet, Gilles Lipovetsky ou Jean-Claude Milner, entre autres. Pour Rosanvallon, cette pensée a formé en France tout une culture politique s’appuyant sur un antilibéralisme intégral, sur un style rhétorique négatif, sur l’exaltation d’un peuple essentialisé et sur la critique de Mai 68 (p. 322 et s.).

Les parties du livre consacrées à saisir l’essentiel des idées du néolibéralisme et de les distinguer de l’idée du libéralisme classique qui s’était compris tout d’abord comme émancipateur sont très instructives.

Pierre Ronsavallon consacre la partie finale de son ouvrage à la réflexion sur l’aspiration de l’homme contemporain à ce qu’il appelle la « singularité ». Cette aspiration va, selon lui, « radicalement transformer la conception des droits de l’homme tels qu’ils avaient été classiquement appréhendés dans l’individualisme d’universalité » (p. 402). Elle pourrait produire paradoxalement, par la voie de la discrimination, les nouvelles formes d’inégalité tout en faisant dans le même temps « réapparaître des formes d’ancienne d’inégalités ou d’exclusion sous les espèces de pratiques ou même de règles spécifiques » (p. 405). L’aspiration à la singularité pose ainsi de nouvelles questions au sujet de l’émancipation aussi bien des individus que des minorités nationales et / ou sociales. Pierre Rosanvallon veut consacrer à cette question épineuse son prochain ouvrage dont il nous livre le titre en conclusion de son livre courant : Traité de l’émancipation au XXIe siècle.

Polish American Historical Association // Polsko-Amerykańskie Towarzystwo Historyczne

76th Annual Meeting, January 3-6, 2019, Chicago

A review by Florence Vychytil-Baudoux (CEFRES/EHESS)

The 76th Annual Meeting of the Polish American Historical Association // Polsko-Amerykańskie Towarzystwo Historyczne (PAHA) was held in Chicago on January 3-6, 2019 as part of the 133rd yearly meeting of the American Historical Association, of which PAHA is an affiliated society. Both the place (Chicago is often considered the largest Polish city outside Poland) and the theme (“Loyalties”) of AHA’s Annual Conference seemed particularly fitting for PAHA, an organization that has been promoting scholarship on Polish American history and culture as part of the greater Polish diaspora for the past 75 years. While the 100th anniversary of the restoration of the Polish state has stimulated scholarship on state building and national membership, papers covered a much wider array of research questions and historical periods (see program), thus nurturing productive discussions on how loyalties “[conflict or change] across time, space, and human experience […] and how they have shaped trajectories of change”, as intended by the general CFP. This report focuses on three key transversal issues.

Continuer la lecture de Polish American Historical Association // Polsko-Amerykańskie Towarzystwo Historyczne

Voix de chercheurs, débats publics