Archives de catégorie : Compte rendu de livre

Didier Masseau : Fêtes et folies en France à la fin de l’Ancien Régime

Didier Masseau, Fêtes et folies en France à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS Éditions, 2018

Compte rendu par Adéla Klinerová


Professeur émérite à l’Université de Tours, l’auteur est spécialiste du XVIIIe siècle et historien des pratiques culturelles et sociales. Rappelons, à titre d’exemple, quelques-uns de ses ouvrages précédents qui s’inscrivent dans cet axe. Dans les années 1990 sont parus deux ouvrages dont le premier interroge la naissance de l’intellectuel et l’évolution de son statut au XVIIIe siècle[1] et le second, un livre collectif en deux tomes, porte sur les voyages et les voyageurs en France depuis le Moyen Âge jusqu’au XXe siècle.[2] Récemment, en 2014, l’auteur a examiné la question du bon goût et du bon ton dans la société occidentale, prenant à nouveau une large période historique, puisqu’il commence au Moyen Âge.[3]

Contrairement à ces publications, l’ouvrage dont il est ici question représente une sonde dans une période courte de l’histoire française, comprise entre 1770 et 1789. L’auteur démontre combien les fêtes, une pratique solidement installée dans la société depuis des siècles, se multiplient et se diversifient précisément à cette époque. Il s’intéresse dans son ouvrage à tout un éventail de fêtes, cérémonies, événements solennels ou culturels, que ce soit des fêtes publiques ou privées, populaires, religieuses, royales, princières, aristocratiques ou civiques, guerrières, triomphales, funéraires ou encore franc-maçonnes. La typologie des fêtes décrite par Didier Masseau est très riche et reflète ainsi « le besoin profond qu’éprouve une population, toutes catégories confondues, d’extérioriser ses sentiments, et de procéder à une théâtralisation de soi ou de sa fonction » (19). Pour donner à ces événements des contours réels, il nous est donné d’imaginer des bals, soirées d’opéra, soupers, mascarades, carnavals, joutes et carrousels ou encore des rosières.

L’auteur bâtit tout un questionnement sur la nature de ces fêtes. Il s’intéresse ainsi à leurs commanditaires et à leurs organisateurs, à leur programmation et aux exigences techniques, aux lieux où elles se déroulent et bien évidement aussi aux codes sociaux qui leur sont propres. En conclusion, le dernier chapitre étudie les critiques de l’hédonisme festif de l’époque.

Abordons quelques aspects analysés dans le détail par l’ouvrage de Didier Masseau. L’organisation des fêtes et des événements solennels est une affaire complexe. Dans le contexte de la représentation politique la plus haute, une institution était chargée d’organiser les fêtes et les divertissements royaux, les Menus-Plaisirs, institution rassemblant des artistes de spécialisations diverses et possédant à partir de 1750 les Bâtiments des Menus-Plaisirs pour entreposer le matériel nécessaire à ces événements spectaculaires. (68) Depuis toujours, le besoin d’orchestrer de grandes fêtes valorisait les artistes polyvalents, rappelons à ce titre l’activité de Léonard de Vinci à la cour de Ludovico Sforza. Masseau constate ainsi que certains d’entre eux accumulèrent une une fortune et une renommée considérable, comme le fit Carmontelle (1717-1806), à la fois peintre, architecte, décorateur, costumier et comédien, représentant aussi du proverbe dramatique, un genre à la mode qui lie le théâtre et l’esprit de jeu. (92-93)

En ce qui concerne la programmation des fêtes, elle varie bien évidemment selon leur contexte. Dans la sphère privée, il faut compter parmi les attributs des festivités les soupers, les spectacles, les pièces de théâtre interprétées à la fois par des comédiens et par les participants des fêtes, ou encore les promenades programmées dans les jardins. Est étudié dans le livre l’aspect pratique et technique de l’organisation des fêtes, comme l’installation des décors de théâtre, le traitement du système d’éclairage intérieur et extérieur, la maîtrise des feux d’artifice, la construction d’architectures et de décors éphémères.

Les fêtes prennent place dans des endroits divers, que ce soit à la campagne ou en ville, dans des maisons de plaisance, des hôtels particuliers, des jardins. L’auteur prête une attention soutenue aux nouveaux lieux de divertissement. Relevant de la sphère privée tout d’abord, apparaissent les folies, résidences très luxueuses construites ou aménagées en périphérie des villes. Quant à la sphère publique, le Wauxhall domine cette époque. Il s’agit d’un parc doté d’un ensemble d’édifices permanents et de pavillons éphémères, créé sur le modèle anglais, plus précisément londonien : le premier Wauxhall fut en effet installé à Londres, dans les jardins de Kennington, en 1661 et réaménagé en 1732. (37) Pour le divertissement, cet endroit représente un lieu de rencontre offrant jeux collectifs, concerts ou spectacles. L’auteur présente dans son ouvrage quelques exemples de Wauxhalls parisiens dont la Redoute chinoise de la foire Saint-Laurent, ou bien le Colisée, situé sur les Champs-Élysées et qui, bien que démoli quelques années seulement après son ouverture, demeure dans la toponymie urbaine grâce à la rue du Colisée. Ajoutons que, comme le livre privilégie le milieu parisien, il est très intéressant du point de vue de la sociologie urbaine et de l’urbanisme de la ville de Paris et de ses faubourgs.

Didier Masseau analyse également certains phénomènes relatifs aux habitudes sociales et au comportement social. Une certaine volonté de transgression se manifeste en effet à plusieurs niveaux et en premier lieux dans l’extravagance voire la bizarrerie explicite des costumes, des décors ou des repas qui ont pour objet de rendre les fêtes plus originales, attractives et exotiques pour les participants. Le désir de divertissement mène parfois à la moquerie la plus cruelle fondée sur les codes sociaux : nombreuses sont les situations où l’on fait rire le public au détriment d’un invité ou d’un passant qui ne maîtrise pas le cérémoniel et qui commet des fautes contre les habitudes établies. Cela s’accompagne d’un autre phénomène attractif qui est la mystification et l’échange des rôles sociaux exercé grâce à un simple déguisement lors du carnaval ou amené jusqu’à l’emprunt d’une identité. La liberté des mœurs est encore un des sujets très présents dans l’ouvrage.

L’ouvrage décrit donc le goût de la société mondaine pour des divertissements et des fêtes de plus en plus sophistiqués et raffinés dont l’organisation fut toujours plus exigeante et coûteuse jusqu’à devenir la scène de mœurs douteuses et de transgressions de toute sorte. L’auteur le signale bien dans l’introduction, son propos « n’est pas de résoudre le problème historiographique des causes de la Révolution française, mais d’analyser un moment historique en se penchant sur les mentalités, les conduites et les pratiques culturelles des Français » durant la période traitée. (10) La question de la Révolution à venir est néanmoins très présente dans l’ouvrage qui analyse dans le détail des pratiques de la festivité, mises en œuvre principalement par le pouvoir royal et les cercles aristocratiques.

Une des richesses de l’ouvrage sont les très nombreux témoignages de contemporains qui sont cités. Outre leur qualité documentaire, ces témoignages directs rendent l’ouvrage aisé à lire et très accessible au lecteur toujours curieux d’avoir une description authentique du déroulement de ces fêtes. Au-delà, par ces citations, l’auteur permet au lecteur de vivre certains moments anecdotiques ou bouleversants et de savourer ainsi l’esprit et l’ambiance des événements dépeints.

Parmi les sources citées figurent divers mémoires et correspondances publiés rétrospectivement, par exemple les souvenirs de la peintre et portraitiste Élisabeth Vigée Le Brun. Masseau se sert aussi des traités d’architecture, dont surtout le Cours d’architecture civile de Jacques-François Blondel ou Le génie de l’architecture de Nicolas Le Camus de Mézière. Pour esquisser l’atmosphère de l’époque, l’auteur évoque également la littérature française, concrètement le roman Point de lendemain de Vivant Denon ou encore Les liaisons dangereuses de Laclos. À côté de ces sources écrites, l’auteur emploie des références et sources iconographiques, dont les gravures à la qualité documentaire pertinente, ou les tableaux contemporains d’Hubert-Robert, de Fragonard ou de Watteau, dont certains sont reproduits dans l’ouvrage, ce qui n’est pas le moindre de ses agréments.


[1] Didier Masseau, L’Invention de l’intellectuel dans l’Europe du XVIIIe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 1994;

[2] Jean-Marie Goulemot, Paul Lidsky, Didier Masseau (éd.), Le voyage en France. I. Anthologie des voyageurs européens en France, du Moyen-Âge à la fin de l’Empire, Paris, Robert Laffont, 1995;  Jean-Marie Goulemot, Paul Lidsky, Didier Masseau (éd.), Le voyage en France. II. Anthologie des voyageurs français et européens en France, au XIXe et XXe siècles (1815-1914), Paris, Robert Laffont, 1997.

[3] Didier Masseau, Une histoire du bon goût, Paris, Perrin, 2014.

Peter Szendy : Le Supermarché du visible. Essai d’iconomie

compte rendu par Thomas Mercier

PETER SZENDY, philosophe français d’origine hongroise, enseigne aujourd’hui à Brown University. Même si ses livres défient toute catégorisation hâtive, Szendy est peut-être connu avant tout pour son travail de philosophe de l’art, de philosophe du sensible. C’est d’abord un musicologue, qui s’est également intéressé aux arts visuels et au cinéma, comme c’est le cas dans son dernier livre, Le Supermarché du visible : essai d’iconomie (Minuit, 2017). Continuer la lecture de Peter Szendy : Le Supermarché du visible. Essai d’iconomie

Michaela Passini : L’œil et l’archive

Michaela Passini : L’œil et l’archive. Une histoire de l’histoire de l’artParis, La Découverte, 2017

compte rendu par Adéla Klinerová (EPHE / FF UK)

Michaela Passini est ancienne élève de l’École normale supérieure de Pise et elle est actuellement chargée de recherche au CNRS, à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine. Elle est spécialiste de l’histoire de l’histoire de l’art, précisément le sujet du livre, et spécialiste aussi de l’histoire des musées et du patrimoine. L’œil et l’archive est sa troisième publication à titre individuel, après La fabrique de l’art national. Le nationalisme et les origines de l’histoire de l’art en France et en Allemagne (1870-1933) et La correspondance allemande d’Eugène Müntz. Aux origines de l’institutionnalisation de l’histoire de l’art, parus tous les deux en 2012. Leurs sujets étant proches, ces deux ouvrages résonnent dans certains chapitres de L’œil et l’archive, lorsque l’auteur retrace l’histoire transnationale de l’histoire de l’art : elle s’interroge sur l’histoire et l’évolution de la discipline depuis son institutionnalisation dans le dernier tiers du XIXe siècle, jusqu’au moment de sa refonte dans les années 1970. Continuer la lecture de Michaela Passini : L’œil et l’archive

Annette Wieviorka : 1945. La découverte

Annette Wieviorka, 1945. La découverte, Paris, Points Seuil, 2016, 281 p. (1ere éd. Seuil, 2015)

Compte rendu par Florence Vychytil-Baudoux (EHESS / CEFRES)

 

Avec 1945. La découverte, Annette Wieviorka, historienne spécialiste de la Shoah, embarque le lecteur dans la jeep de Meyer Levin et d’Eric Schwab pour un périple à travers l’Allemagne d’avril à mai 1945, à la suite de l’armée américaine. Continuer la lecture de Annette Wieviorka : 1945. La découverte

J. Bouveresse : Le mythe moderne du progrès

Le mythe moderne du progrès, décortiqué et démonté par le philosophe Jacques Bouveresse à partir des critiques de Karl Kraus, Robert Musil, George Orwell, Ludwig Wittgenstein et Georg Henrik von Wright,  Marseille, Agone, « Cent mille signes », 2017, 110 p.

Compte rendu par Petr Horák

Le petit livre publié sous ce titre par la Maison d’édition marseillaise Agone dans la série « Cent mille signes » fait apparaître une nouvelle critique émise par le philosophe Jacques Bouveresse à l’encontre des mythes de notre monde contemporain. Continuer la lecture de J. Bouveresse : Le mythe moderne du progrès