Archives de catégorie : Compte rendu de livre

Kaoutar Harchi : Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne

Kaoutar Harchi : Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve. Paris, Éditions Pauvert, 2016.
Compte rendu par Alžběta Stančáková,
FF UK, stagiaire au CEFRES

Le titre de l’essai de Kaoutar Harchi, sociologue au Cerlis (Université Paris Descartes / CNRS), est inspiré  d’un texte de Jacques Derrida, dans lequel ce dernier exprime son rapport à la langue française[1]. Né dans une famille de Juifs séfarades et ayant vécu en Algérie jusqu’à l’âge de 19 ans, Derrida écrit dans Le Monolinguisme de l’autre : « Être franco-maghrébin, l’être ‘comme moi’, ce n’est pas, pas surtout, surtout pas, un surcroît ou une richesse d’identités, d’attributs ou de noms. Cela trahirait plutôt, d’abord, un trouble de l’identité[2]. » Derrida continue en soulevant la question de la citoyenneté. Continuer la lecture de Kaoutar Harchi : Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne

Claire Zalc : Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy

Claire Zalc : Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy, Paris, Seuil, 2016.
Compte-rendu par Florence Vychytil-Baudoux (doctorante CRH EHESS, Paris)

C. Zalc : Dénaturalisés (couv.]

S’il est communément admis que 15 154 personnes furent “dénaturalisées” sous le gouvernement de Vichy, la loi du 22 juillet 1940 qui prévoyait “la révision de toutes les acquisitions de nationalité française intervenues depuis la promulgation de la loi du 10 août 1927” (49) aurait pu concerner près d’un million de personnes. Parce qu’elles avaient fait l’objet d’un dossier, c’est sur les naturalisations par décret (environ 650 000 personnes) que l’administration se concentra. Continuer la lecture de Claire Zalc : Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy

Dominique Lestel : « À quoi sert l’homme ? »

Dominique Lestel, À quoi sert l’homme ? Paris : Fayard, 2015.
Compte rendu par Marc Palenicek (doctorant, U. de Paris 8)

Poursuivant les réflexions qu’il a développées sur les rapports de l’homme et de l’animal dans ses ouvrages L’Animalité : essai sur le statut de l’humain (éd. de l’Herne, 2007) ou L’Animal est l’avenir de l’homme (Fayard, 2010), Dominique Lestel se saisit dans son dernier essai de l’ancienne interrogation philosophique de la finalité de l’homme pour la reposer en des termes pratiques et se demander : « À quoi sert l’homme ? ». Continuer la lecture de Dominique Lestel : « À quoi sert l’homme ? »

Olivier Rey – Quand le monde s’est fait nombre

Olivier Rey: Quand le monde s’est fait nombre. Paris, Stock, 2016.
Compte rendu par Mátyás Erdélyi

« Le chômage n’est pas une fatalité. Et j’inverserai la courbe », dit le candidat du Parti socialiste aux élections présidentielles de 2012. On connaît la fin de cette histoire : ce serait la variation d’un indice qui aurait déterminé la non-candidature de François Hollande aux présidentielles de 2017. Il est caractéristique que l’on parle de la courbe du chômage au lieu de parler du chômage et des chômeurs eux-mêmes. Continuer la lecture de Olivier Rey – Quand le monde s’est fait nombre

Histoires d’enquêtes – Christian Topalov

topalov-couv

Christian Topalov : Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930). Paris : Classiques Garnier (Bibliothèque des sciences sociales 5), 2015.

Par Mátyás Erdélyi, doctorant au CEFRES

Dans cet ouvrage, Christian Topalov entreprend d’écrire l’histoire sociale des sciences sociales en analysant trois enquêtes sociologiques réalisées au tournant des XIXe et XXe siècles. C’est ainsi qu’on découvre l’enquête de Charles Booth commencée en 1886 sur la pauvreté et le chômage à Londres, le travail de Maurice Halbwachs sur Paris au début du XXe siècle et l’enquête de Park et Burgess sur Chicago dans les années 1920. Continuer la lecture de Histoires d’enquêtes – Christian Topalov