Archives de catégorie : Compte rendu

Claudia Moatti : Res publica

Claudia Moatti : Res publica. Histoire romaine de la chose publique. Fayard, 2018

Un compte rendu par Hana Fořtová, Filosofický ústav AV ČR (Institut de philosophie, Académie tchèque des sciences)

Claudia Moatti, professeure d’histoire romaine à l’Université de Paris 8 et à la University of Southern California, est connue pour ses recherches qui portent tant sur la culture et l’histoire de la Rome antique, principalement sur la période allant de la fin de la république au commencement de l’empire, que sur la pensée politique romaine proprement dite. Son dernier livre, dont le maître mot de la pensé politique romaine forme le titre, explique les transformations de cette notion pendant les périodes « républicaine » et impériale grâce à une précieuse analyse du langage romain du politique.

Continuer la lecture de Claudia Moatti : Res publica

Samuel Hayat, Quand la république était révolutionnaire

Une lecture du livre de Samuel Hayat, Quand la république était révolutionnaire. Citoyenneté et représentation en 1848. Seuil, 2014

Un compte rendu par Hana Fořtová, Filosofický ústav AV ČR (Institut de philosophie, Académie tchèque des sciences)

Samuel Hayat, chercheur et enseignant à l’Université Paris-VIII Saint-Denis, est spécialiste des questions liées à la représentation politique et au mouvement ouvrier français. L’ouvrage ici présenté est issu de la thèse de doctorat en science politique qu’il a soutenue en 2011. Tout en se référant à l’historiographie existante, l’auteur se démarque de la littérature abondante consacrée à la révolution de 1848 en France et à la Deuxième république par plusieurs points. Tout d’abord, ses analyses se concentrent sur la situation à Paris et sur une période bien délimitée et brève, allant de la chute de la monarchie de Juillet en février 1848 à l’insurrection de juin 1848 violemment reprimée. Deuxièment, Samuel Hayat laisse dans sa recherche délibérément de côté les écrits théoriques de l’époque, et plus généralement toute « discussion de type philosophique », au profit des discours et controverses du moment, tels qu’on les trouve dans des pamphlets, des brochures, des affiches, des pétitions, etc. Troisièment, et nous arrivons ici au sujet proprement dit de l’ouvrage, l’auteur veut saisir « ce que pouvait signifier l’idée de République pour les révolutionnaires de 1848 » (p. 12). Il s’agit donc de comprendre comment les acteurs même de la Révolution percevaient la notion de république « comme promesse d’un règne du peuple, et de comprendre le processus de son occultation » (p. 12). Car, d’après l’auteur, « la République, devenue aujourd’hui en France le mot fétiche des défenseurs de l’ordre, n’a plus de sens propre » (p. 11). Pour retrouver la signification de la notion de « république » avec ses potentialités émancipatrices, l’auteur fait revivre les débats et les controverses qui ont investi cette notion au moment crucial de la révolution de 1848 où la république, ce règne du peuple, était comprise par une partie de ses acteurs comme un projet révolutionnaire. 

Continuer la lecture de Samuel Hayat, Quand la république était révolutionnaire

La photographie ouvrière au musée

Compte-rendu du workshop international: La photographie ouvrière au musée. Histoire et politique d’un patrimoine en Europe centrale
Workshop international organisé par l’Institut d’histoire de l’art de l’Académie tchèque des sciences et le CEFRES, en coopération avec l’Institut d’histoire contemporaine de l’Académie tchèque des sciences et l’Université Paris-Nanterre – 26-27/2/2020, Prague.

Un contre-rendu par Zoé Neboit, stagiaire au CEFRES Continuer la lecture de La photographie ouvrière au musée

Peut-on comparer les révolutions ?

Compte rendu de l’intervention de Jérôme Heurtaux dans le cadre du séminaire historique franco-tchèque, Faculté des lettres de l’Université Charles de Prague, 21 novembre 2019

Un compte rendu par Ninon Derouet, stagiaire au CEFRES

Le jeudi 21 novembre 2019, Jérôme Heurtaux, directeur du CEFRES, est intervenu dans le séminaire historique franco-tchèque organisé par la Faculté des arts de l’Université Charles de Prague. Son intervention est la troisième contribution du CEFRES dans ce séminaire ce semestre, soulignant la reprise d’une collaboration fructueuse.

Continuer la lecture de Peut-on comparer les révolutions ?