Tous les articles par Claire Madl

M. Leibovici et A.-M. Roviello : Le pervertissement totalitaire

Martine Leibovici, Anne-Marie Roviello, Le pervertissement totalitaire. La banalité du mal selon Hannah Arendt. Paris, Kimé, 2017, 351 p.

Compte-rendu par Marion Munch

Le pervertissement totalitaire. La banalité du mal selon Hannah Arendt, co-écrit par les philosophes Martine Leibovici (Université Paris VII) et Anne-Marie Roviello (Université Libre de Bruxelles) et publié en 2017 aux éditions Kimé, porte sur Eichmann à Jérusalem, ouvrage de la philosophe allemande Hannah Arendt, et sur les débats que cet ouvrage a suscités dès sa publication en 1963. L’objectif proposé par les deux auteures est de restituer la pensée exacte de Hannah Arendt, dont certaines idées ont été mal comprises ou déformées, en reprenant les différents points d’Eichmann à Jérusalem qui ont été discutés, voire contestés. Continuer la lecture de M. Leibovici et A.-M. Roviello : Le pervertissement totalitaire

Polish Diaspora in France 1918–2018

Polish Diaspora in France 1918-2018. State of the Art and New Perspectives (Warsaw, 27–28 February 2018)

Compte rendu par Florence Vychytil-Baudoux

A scientific conference dedicated to the Polish “diaspora” in France was held in Warsaw on February 27th and 28th, 2018. It was organised by the Centre de Civilisation Française et d’Etudes Francophones (OKF, University of Warsaw), in collaboration with the Centre of Migration Research (University of Warsaw) and the Centre de Civilisation Polonaise (CCP – Paris-Sorbonne University). A tribute to historian Janine Ponty (1930-2017), a pioneer historian on interwar Polish migrants in France, the conference stemmed from the desire to bring together researchers so to review the current state of knowledge, sketch out research perspectives and launch a research network on the topic of Poles in France. Continuer la lecture de Polish Diaspora in France 1918–2018

Mazouz Sarah : La République et ses autres

Mazouz Sarah, La République et ses autres. Politiques de l’altérité dans la France des années 2000, Lyon ENS Editions, 2017, 282 pages.

Compte rendu par Florence Vychytil-Baudoux (doctorante à l’EHESS associée au CEFRES)

Avec La République et ses autres, issue d’une thèse de doctorat en sociologie soutenue en 2010 à l’EHESS, Sarah Mazouz propose une lecture critique de l’universalisme républicain, dont elle montre qu’il est en réalité « particularisant » (p. 13) et participe de la production et de la banalisation « d’un discours racialisé de l’appar-tenance nationale » (p. 215).

 

Continuer la lecture de Mazouz Sarah : La République et ses autres

Shlomo Sand : La Fin de l’intellectuel français ?

Shlomo Sand, La Fin de l’intellectuel français ? De Zola à Houellebecq. Paris, La Découverte 2016, p. 275. Traduit de l’hébreu par Michel Bliss

Compte rendu par Petr Horák

 

 

 

 

 

 

 

Cet ultime livre de l’historien israélien, professeur à l’université de Tel Aviv, confirme sa renommée d’enfant terrible de l’historiographie contemporaine. Continuer la lecture de Shlomo Sand : La Fin de l’intellectuel français ?

Kaoutar Harchi : Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne

Kaoutar Harchi : Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve. Paris, Éditions Pauvert, 2016.
Compte rendu par Alžběta Stančáková,
FF UK, stagiaire au CEFRES

Le titre de l’essai de Kaoutar Harchi, sociologue au Cerlis (Université Paris Descartes / CNRS), est inspiré  d’un texte de Jacques Derrida, dans lequel ce dernier exprime son rapport à la langue française[1]. Né dans une famille de Juifs séfarades et ayant vécu en Algérie jusqu’à l’âge de 19 ans, Derrida écrit dans Le Monolinguisme de l’autre : « Être franco-maghrébin, l’être ‘comme moi’, ce n’est pas, pas surtout, surtout pas, un surcroît ou une richesse d’identités, d’attributs ou de noms. Cela trahirait plutôt, d’abord, un trouble de l’identité[2]. » Derrida continue en soulevant la question de la citoyenneté. Continuer la lecture de Kaoutar Harchi : Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne