Tous les articles par Claire Madl

Pierre Rosanvallon – Notre histoire intellectuelle et politique 1968-2018

Pierre Rosanvallon, Notre histoire intellectuelle et politique 1968-2018. Paris, Éditions du Seuil, 2018, 431 p.

Compte rendu par Petr Horák

La dernière publication de Pierre Rosanvallon est une fois de plus un grand ouvrage. L’historien, professeur au Collège de France et spécialiste de l’histoire sociale, politique et intellectuelle  de la France, manifeste dans cet ouvrage une ambition assez rare : il veut, en effet, présenter dans le même volume son parcours intellectuel et politique commencé il y a cinquante ans dans la peau d’un ardent partisan de Mai 68, et une analyse pertinente de l’histoire de la pensée politique et sociale de la gauche française se trouvant aujourd’hui dans une impasse aussi bien politique qu’intellectuelle. « L’impensé et l’impuissance » caractérisent selon l’auteur ce désarroi dans lequel se trouvent ceux et celles qui croyaient ou voulaient croire au cours de ces cinquante dernières années à la réalisation des idées de Mai 68. Ce désarroi fait place en même temps selon l’auteur à un fatalisme intellectuel « morose et désabusé ». Cette situation est dangereuse car elle empêche d’analyser ce qui se passe dans le monde. « Le but de ce livre, nous dit son auteur, est d’essayer de conjurer cette malédiction, en mettant les mots qui conviennent sur cet état de choses et en proposant des concepts adéquats pour rendre lisibles les traits profonds de nos sociétés afin de permettre d’en redessiner une perspective émancipatrice » (p. 11).  Le but de son livre ainsi clairement défini, l’auteur s’engage tout d’abord à décrire aussi objectivement que possible son parcours personnel le menant dès 1968 à s’occuper des questions sociales et des théories politiques aux côtés d’une gauche non-communiste. Le plus intéressant probablement dans ce parcours est la rencontre de l’auteur avec plusieurs personnalités de la vie politique et intellectuelle française des années 1980 et 1990 comme Michel Rocard et Claude Lefort par exemple. À travers ce livre, Pierre Rosanvallon montre son détachement progressif de sa vie militante au service d’une gauche résolument non communiste, au profit d’une vie d’intellectuel (d’« intello ») à plein temps avec tout que ce que cela comporte, y compris la carrière pleinement réussie d’un chercheur et d’un universitaire, avec entre autres deux doctorats d’État !  Un chapitre intitulé « Ma rencontre avec Foucault » est, de ce point de vue, très important (p.99).

L’essentiel de ce livre se trouve dans la confrontation de l’auteur avec la pensée de ceux et celles qui, dans le paysage intellectuel français, sont passés d’un anticapitalisme à un antilibéralisme (les figures de proue pour Rosanvallon étant Alain Finkielkraut et Régis Debray) en exaltant de plus en plus l’idée de la République (comme Régis Debray) ce qui « allait de pair avec un retour à la nation » (p. 252) et s’alliait d’une certaine façon avec une « idéologie (néo)républicaine » (p. 257). Pierre Rosanvallon procède ensuite à une analyse critique très détaillée et bien informée de la pensée néoconservatrice en vogue en France, pleine de pessimisme culturel et partagée par Marcel Gauchet, Gilles Lipovetsky ou Jean-Claude Milner, entre autres. Pour Rosanvallon, cette pensée a formé en France tout une culture politique s’appuyant sur un antilibéralisme intégral, sur un style rhétorique négatif, sur l’exaltation d’un peuple essentialisé et sur la critique de Mai 68 (p. 322 et s.).

Les parties du livre consacrées à saisir l’essentiel des idées du néolibéralisme et de les distinguer de l’idée du libéralisme classique qui s’était compris tout d’abord comme émancipateur sont très instructives.

Pierre Ronsavallon consacre la partie finale de son ouvrage à la réflexion sur l’aspiration de l’homme contemporain à ce qu’il appelle la « singularité ». Cette aspiration va, selon lui, « radicalement transformer la conception des droits de l’homme tels qu’ils avaient été classiquement appréhendés dans l’individualisme d’universalité » (p. 402). Elle pourrait produire paradoxalement, par la voie de la discrimination, les nouvelles formes d’inégalité tout en faisant dans le même temps « réapparaître des formes d’ancienne d’inégalités ou d’exclusion sous les espèces de pratiques ou même de règles spécifiques » (p. 405). L’aspiration à la singularité pose ainsi de nouvelles questions au sujet de l’émancipation aussi bien des individus que des minorités nationales et / ou sociales. Pierre Rosanvallon veut consacrer à cette question épineuse son prochain ouvrage dont il nous livre le titre en conclusion de son livre courant : Traité de l’émancipation au XXIe siècle.

Steven L. Kaplan : Raisonner sur les blés

Steven L. Kaplan, Raisonner sur les blés. Essais sur les Lumières économiques. Paris, Fayard, 2017, 868 p.

Compte rendu par Hana Fořtová (Institut de philosophie, Académie des sciences)

L’historien Steven L. Kaplan est un grand spécialiste de la France des Lumières et de la Révolution. Son nom est principalement attaché à l’étude de la problématique du blé et du pain au 18e siècle. Né à Brooklyn en 1943 et venu en France pour la première fois en 1962, l’auteur définit ainsi la spécialité où il trouva sa vocation : « Je me suis construit comme historien et comme homme, pour une grande part, en raisonnant sur les blés[1]. » La nouveauté de l’approche de Steven Kaplan tient au fait que par ses recherches sur le pain et sur le statut de ce dernier au 18e siècle, il n’a pas cherché à « combler une lacune », selon ses propres termes, mais à problématiser la notion même de « pain ». Le point de départ de sa thèse, publiée en 1976 en anglais sous le titre Bread, Politics and Political Economy in the Reign of Louis XV  était de considérer le pain comme un fait total, à la fois économique et social, culturel et politique, psychologique et moral. Depuis, Kaplan a écrit d’autres ouvrages sur la France des Lumières et sur le pain. Son dernier livre, publié en 2017, s’intitule Raisonner sur les blés. Essais sur les Lumières économiques.

Continuer la lecture de Steven L. Kaplan : Raisonner sur les blés

L’équipe « Archives et interculturalité » en mission à l’IMEC

Compte rendu de mission par Thomas Mercier et Benedetta Zaccarello

L’équipe « Archives et interculturalité », composée de Benedetta Zaccarello et de Thomas C. Mercier, propose de comprendre l’élaboration de la philosophie à travers l’étude de manuscrits et de documents d’archives. Le travail archivistique permet de repenser l’écriture philosophique en la replaçant dans les réseaux de connexions interpersonnelles, interculturelles et transnationales qui auront permis l’émergence de concepts, de systèmes et de théories nouvelles. Il s’agit donc de penser le travail théorique comme une matière vivante, loin des représentations traditionnelles qui en feraient le résultat des ratiocinations abstraites et anhistoriques d’un penseur solitaire.

Continuer la lecture de L’équipe « Archives et interculturalité » en mission à l’IMEC

Didier Masseau : Fêtes et folies en France à la fin de l’Ancien Régime

Didier Masseau, Fêtes et folies en France à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS Éditions, 2018

Compte rendu par Adéla Klinerová


Professeur émérite à l’Université de Tours, l’auteur est spécialiste du XVIIIe siècle et historien des pratiques culturelles et sociales. Rappelons, à titre d’exemple, quelques-uns de ses ouvrages précédents qui s’inscrivent dans cet axe. Dans les années 1990 sont parus deux ouvrages dont le premier interroge la naissance de l’intellectuel et l’évolution de son statut au XVIIIe siècle[1] et le second, un livre collectif en deux tomes, porte sur les voyages et les voyageurs en France depuis le Moyen Âge jusqu’au XXe siècle.[2] Récemment, en 2014, l’auteur a examiné la question du bon goût et du bon ton dans la société occidentale, prenant à nouveau une large période historique, puisqu’il commence au Moyen Âge.[3]

Contrairement à ces publications, l’ouvrage dont il est ici question représente une sonde dans une période courte de l’histoire française, comprise entre 1770 et 1789. L’auteur démontre combien les fêtes, une pratique solidement installée dans la société depuis des siècles, se multiplient et se diversifient précisément à cette époque. Il s’intéresse dans son ouvrage à tout un éventail de fêtes, cérémonies, événements solennels ou culturels, que ce soit des fêtes publiques ou privées, populaires, religieuses, royales, princières, aristocratiques ou civiques, guerrières, triomphales, funéraires ou encore franc-maçonnes. La typologie des fêtes décrite par Didier Masseau est très riche et reflète ainsi « le besoin profond qu’éprouve une population, toutes catégories confondues, d’extérioriser ses sentiments, et de procéder à une théâtralisation de soi ou de sa fonction » (19). Pour donner à ces événements des contours réels, il nous est donné d’imaginer des bals, soirées d’opéra, soupers, mascarades, carnavals, joutes et carrousels ou encore des rosières.

L’auteur bâtit tout un questionnement sur la nature de ces fêtes. Il s’intéresse ainsi à leurs commanditaires et à leurs organisateurs, à leur programmation et aux exigences techniques, aux lieux où elles se déroulent et bien évidement aussi aux codes sociaux qui leur sont propres. En conclusion, le dernier chapitre étudie les critiques de l’hédonisme festif de l’époque.

Abordons quelques aspects analysés dans le détail par l’ouvrage de Didier Masseau. L’organisation des fêtes et des événements solennels est une affaire complexe. Dans le contexte de la représentation politique la plus haute, une institution était chargée d’organiser les fêtes et les divertissements royaux, les Menus-Plaisirs, institution rassemblant des artistes de spécialisations diverses et possédant à partir de 1750 les Bâtiments des Menus-Plaisirs pour entreposer le matériel nécessaire à ces événements spectaculaires. (68) Depuis toujours, le besoin d’orchestrer de grandes fêtes valorisait les artistes polyvalents, rappelons à ce titre l’activité de Léonard de Vinci à la cour de Ludovico Sforza. Masseau constate ainsi que certains d’entre eux accumulèrent une une fortune et une renommée considérable, comme le fit Carmontelle (1717-1806), à la fois peintre, architecte, décorateur, costumier et comédien, représentant aussi du proverbe dramatique, un genre à la mode qui lie le théâtre et l’esprit de jeu. (92-93)

En ce qui concerne la programmation des fêtes, elle varie bien évidemment selon leur contexte. Dans la sphère privée, il faut compter parmi les attributs des festivités les soupers, les spectacles, les pièces de théâtre interprétées à la fois par des comédiens et par les participants des fêtes, ou encore les promenades programmées dans les jardins. Est étudié dans le livre l’aspect pratique et technique de l’organisation des fêtes, comme l’installation des décors de théâtre, le traitement du système d’éclairage intérieur et extérieur, la maîtrise des feux d’artifice, la construction d’architectures et de décors éphémères.

Les fêtes prennent place dans des endroits divers, que ce soit à la campagne ou en ville, dans des maisons de plaisance, des hôtels particuliers, des jardins. L’auteur prête une attention soutenue aux nouveaux lieux de divertissement. Relevant de la sphère privée tout d’abord, apparaissent les folies, résidences très luxueuses construites ou aménagées en périphérie des villes. Quant à la sphère publique, le Wauxhall domine cette époque. Il s’agit d’un parc doté d’un ensemble d’édifices permanents et de pavillons éphémères, créé sur le modèle anglais, plus précisément londonien : le premier Wauxhall fut en effet installé à Londres, dans les jardins de Kennington, en 1661 et réaménagé en 1732. (37) Pour le divertissement, cet endroit représente un lieu de rencontre offrant jeux collectifs, concerts ou spectacles. L’auteur présente dans son ouvrage quelques exemples de Wauxhalls parisiens dont la Redoute chinoise de la foire Saint-Laurent, ou bien le Colisée, situé sur les Champs-Élysées et qui, bien que démoli quelques années seulement après son ouverture, demeure dans la toponymie urbaine grâce à la rue du Colisée. Ajoutons que, comme le livre privilégie le milieu parisien, il est très intéressant du point de vue de la sociologie urbaine et de l’urbanisme de la ville de Paris et de ses faubourgs.

Didier Masseau analyse également certains phénomènes relatifs aux habitudes sociales et au comportement social. Une certaine volonté de transgression se manifeste en effet à plusieurs niveaux et en premier lieux dans l’extravagance voire la bizarrerie explicite des costumes, des décors ou des repas qui ont pour objet de rendre les fêtes plus originales, attractives et exotiques pour les participants. Le désir de divertissement mène parfois à la moquerie la plus cruelle fondée sur les codes sociaux : nombreuses sont les situations où l’on fait rire le public au détriment d’un invité ou d’un passant qui ne maîtrise pas le cérémoniel et qui commet des fautes contre les habitudes établies. Cela s’accompagne d’un autre phénomène attractif qui est la mystification et l’échange des rôles sociaux exercé grâce à un simple déguisement lors du carnaval ou amené jusqu’à l’emprunt d’une identité. La liberté des mœurs est encore un des sujets très présents dans l’ouvrage.

L’ouvrage décrit donc le goût de la société mondaine pour des divertissements et des fêtes de plus en plus sophistiqués et raffinés dont l’organisation fut toujours plus exigeante et coûteuse jusqu’à devenir la scène de mœurs douteuses et de transgressions de toute sorte. L’auteur le signale bien dans l’introduction, son propos « n’est pas de résoudre le problème historiographique des causes de la Révolution française, mais d’analyser un moment historique en se penchant sur les mentalités, les conduites et les pratiques culturelles des Français » durant la période traitée. (10) La question de la Révolution à venir est néanmoins très présente dans l’ouvrage qui analyse dans le détail des pratiques de la festivité, mises en œuvre principalement par le pouvoir royal et les cercles aristocratiques.

Une des richesses de l’ouvrage sont les très nombreux témoignages de contemporains qui sont cités. Outre leur qualité documentaire, ces témoignages directs rendent l’ouvrage aisé à lire et très accessible au lecteur toujours curieux d’avoir une description authentique du déroulement de ces fêtes. Au-delà, par ces citations, l’auteur permet au lecteur de vivre certains moments anecdotiques ou bouleversants et de savourer ainsi l’esprit et l’ambiance des événements dépeints.

Parmi les sources citées figurent divers mémoires et correspondances publiés rétrospectivement, par exemple les souvenirs de la peintre et portraitiste Élisabeth Vigée Le Brun. Masseau se sert aussi des traités d’architecture, dont surtout le Cours d’architecture civile de Jacques-François Blondel ou Le génie de l’architecture de Nicolas Le Camus de Mézière. Pour esquisser l’atmosphère de l’époque, l’auteur évoque également la littérature française, concrètement le roman Point de lendemain de Vivant Denon ou encore Les liaisons dangereuses de Laclos. À côté de ces sources écrites, l’auteur emploie des références et sources iconographiques, dont les gravures à la qualité documentaire pertinente, ou les tableaux contemporains d’Hubert-Robert, de Fragonard ou de Watteau, dont certains sont reproduits dans l’ouvrage, ce qui n’est pas le moindre de ses agréments.


[1] Didier Masseau, L’Invention de l’intellectuel dans l’Europe du XVIIIe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 1994;

[2] Jean-Marie Goulemot, Paul Lidsky, Didier Masseau (éd.), Le voyage en France. I. Anthologie des voyageurs européens en France, du Moyen-Âge à la fin de l’Empire, Paris, Robert Laffont, 1995;  Jean-Marie Goulemot, Paul Lidsky, Didier Masseau (éd.), Le voyage en France. II. Anthologie des voyageurs français et européens en France, au XIXe et XXe siècles (1815-1914), Paris, Robert Laffont, 1997.

[3] Didier Masseau, Une histoire du bon goût, Paris, Perrin, 2014.

Art et pouvoir, le pouvoir de l’art. III. Journée d’étude annuelle de l’équipe HISTARA

Compte rendu par Adéla Klinerová

Le 5 décembre 2018, s’est tenue, à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris, la journée d’étude annuelle de l’équipe de recherche HISTARA – Histoire de l’art, des représentations et de l’administration dans l’Europe moderne et contemporaine, dirigée par Sabine Frommel, dans le cadre de l’École pratique des hautes études (EPHE), et affiliée dorénavant à l’université de recherche Paris Sciences et Lettres (PSL).

Continuer la lecture de Art et pouvoir, le pouvoir de l’art. III. Journée d’étude annuelle de l’équipe HISTARA