Tous les articles par Claire Madl

L’Europe centrale face aux risques : réinventer la solidarité ?

Compte-rendu de la table-ronde
« L’Europe centrale face aux risques : réinventer la solidarité ? »
Nuit des idées 2021, CEFRES, IFP, 28 janvier 2021

par Jeanne Besse-Corfa, étudiante à l’ESSEC, stagiaire au CEFRES

Le 28 janvier 2021, le CEFRES, en collaboration avec l’Institut français de Prague, a tenu, en présence de l’ambassadeur de France en République tchèque Alexis Dutertre, une conférence pensée autour du thème de cette Nuit des Idées 2021 : « Proches ». Le sujet du débat, « L’Europe centrale face aux risques : réinventer la solidarité ? », a réuni Thomas Serrier, historien, professeur à l’Université de Lille, coéditeur (avec Étienne François) de Europa. Notre histoire, publié aux éditions des Arènes en 2017, Michał Kozłowski, philosophe, professeur associé de l’Université de Varsovie, auteur dans l’édition polonaise du Monde diplomatique et Saša Uhlová, journaliste indépendante basée à Prague. Cette conférence, modérée par Jérôme Heurtaux, directeur du CEFRES, avait pour objectif de repérer les enjeux auxquels sont confrontés les pays européens, en particulier en Europe centrale et de proposer des pistes pour y faire face. Réchauffement climatique, pression migratoire due à la guerre, à la misère et aux évolutions environnementales, résurgence du nationalisme, phénomène terroriste, les crises sont multiples. Continuer la lecture de L’Europe centrale face aux risques : réinventer la solidarité ?

Anger in Belarus: Cross perspectives on an unexpected unrest

International Seminar/Webinar, Prague, 16th of September
A report by Gabrielle Franck

Last September, CEFRES welcomed four specialists on Belarus for a two hours round-table discussion – an opportunity to debate current events. Anger in Belarus: Cross perspectives on an unexpected unrest brought together Ronan Hervouet, associate professor at the University of Bordeaux, Anaïs Marin, UN Special Rapporteur on the situation of human rights in Belarus and researcher in international relations, Alena Marková, researcher on national processes in Central and Eastern Europe and Daniela Kolenovská, director of the Department of Russian and East European Studies at Charles University (Faculty of Social Sciences). The intention of this roundtable, moderated by Jérôme Heurtaux, director of CEFRES, was to shed light on the possible contribution of social sciences to the intelligibility of the current situation in Belarus. Here is a report on this enriching event. Continuer la lecture de Anger in Belarus: Cross perspectives on an unexpected unrest

Claudia Moatti : Res publica

Claudia Moatti : Res publica. Histoire romaine de la chose publique. Fayard, 2018

Un compte rendu par Hana Fořtová, Filosofický ústav AV ČR (Institut de philosophie, Académie tchèque des sciences)

Claudia Moatti, professeure d’histoire romaine à l’Université de Paris 8 et à la University of Southern California, est connue pour ses recherches qui portent tant sur la culture et l’histoire de la Rome antique, principalement sur la période allant de la fin de la république au commencement de l’empire, que sur la pensée politique romaine proprement dite. Son dernier livre, dont le maître mot de la pensé politique romaine forme le titre, explique les transformations de cette notion pendant les périodes « républicaine » et impériale grâce à une précieuse analyse du langage romain du politique.

Continuer la lecture de Claudia Moatti : Res publica

Samuel Hayat, Quand la république était révolutionnaire

Une lecture du livre de Samuel Hayat, Quand la république était révolutionnaire. Citoyenneté et représentation en 1848. Seuil, 2014

Un compte rendu par Hana Fořtová, Filosofický ústav AV ČR (Institut de philosophie, Académie tchèque des sciences)

Samuel Hayat, chercheur et enseignant à l’Université Paris-VIII Saint-Denis, est spécialiste des questions liées à la représentation politique et au mouvement ouvrier français. L’ouvrage ici présenté est issu de la thèse de doctorat en science politique qu’il a soutenue en 2011. Tout en se référant à l’historiographie existante, l’auteur se démarque de la littérature abondante consacrée à la révolution de 1848 en France et à la Deuxième république par plusieurs points. Tout d’abord, ses analyses se concentrent sur la situation à Paris et sur une période bien délimitée et brève, allant de la chute de la monarchie de Juillet en février 1848 à l’insurrection de juin 1848 violemment reprimée. Deuxièment, Samuel Hayat laisse dans sa recherche délibérément de côté les écrits théoriques de l’époque, et plus généralement toute « discussion de type philosophique », au profit des discours et controverses du moment, tels qu’on les trouve dans des pamphlets, des brochures, des affiches, des pétitions, etc. Troisièment, et nous arrivons ici au sujet proprement dit de l’ouvrage, l’auteur veut saisir « ce que pouvait signifier l’idée de République pour les révolutionnaires de 1848 » (p. 12). Il s’agit donc de comprendre comment les acteurs même de la Révolution percevaient la notion de république « comme promesse d’un règne du peuple, et de comprendre le processus de son occultation » (p. 12). Car, d’après l’auteur, « la République, devenue aujourd’hui en France le mot fétiche des défenseurs de l’ordre, n’a plus de sens propre » (p. 11). Pour retrouver la signification de la notion de « république » avec ses potentialités émancipatrices, l’auteur fait revivre les débats et les controverses qui ont investi cette notion au moment crucial de la révolution de 1848 où la république, ce règne du peuple, était comprise par une partie de ses acteurs comme un projet révolutionnaire. 

Continuer la lecture de Samuel Hayat, Quand la république était révolutionnaire

Le dire des choses : de l’entaille à la surface

Une lecture du livre de Romain Bertrand, Le détail du monde. L’art perdu de la description de la nature. Paris, Seuil (L’univers historique), 2019

Un compte rendu par Julien Wacquez

Avant de vous parler du livre de l’historien Romain Bertrand, Le détail du monde. L’art perdu de la description de la nature, je voudrais préciser que je ne suis pas historien mais sociologue. Je ne vais donc pas vous proposer une critique historique d’un livre d’histoire – simplement car je ne suis pas capable de le faire. Ce livre relate des hommes (et des textes) dont je ne connais encore rien ou presque rien, vivant (ou rédigés) à une époque que je n’ai pas étudiée – entre le 19e et le 20e siècle. Si j’ai lu cet ouvrage, ce n’est pourtant pas par hasard. Il y a bien un point commun entre mon travail de sociologue et l’objet de ce livre d’historien. Mes recherches portent sur l’écriture scientifique et sur l’écriture de science-fiction. Je m’intéresse à des faits auxquels personne – à ma connaissance – ne s’est vraiment intéressé dans les sciences sociales : scientifiques et écrivains de science-fiction se lisent mutuellement, ils se critiquent, se corrigent, se répondent par l’entremise de textes, de lettres, de préface, à coup d’articles ou de récits. Plus particulièrement, je me suis intéressé à certaines sciences et à certaines formes de science-fiction, lesquelles cherchent à décrire des planètes ou des architectures spatiales complexes en tant qu’elles serviraient d’habitat pour l’humanité ou pour le vivant en général. Des scientifiques et des écrivains de SF qui cherchent à décrire et à rendre compte d’écologies, de biotopes, d’atmosphères, de formes de vie connues et inconnues, réelles ou imaginaires, « naturelles » ou « construites de toutes pièces par l’homme », sur Terre, sur d’autres corps célestes ou des mégastructures spatiales telles des sphères de Dyson ou des « cerveaux Matriochka ». C’est donc avec cette connaissance d’arrière-plan que j’ai lu le livre de l’historien Romain Bertrand. Continuer la lecture de Le dire des choses : de l’entaille à la surface