Tous les articles par Claire Madl

Le dire des choses : de l’entaille à la surface

Une lecture du livre de Romain Bertrand, Le détail du monde. L’art perdu de la description de la nature.

Un compte rendu par Julien Wacquez

Avant de vous parler du livre de l’historien Romain Bertrand, Le détail du monde. L’art perdu de la description de la nature, je voudrais préciser que je ne suis pas historien mais sociologue. Je ne vais donc pas vous proposer une critique historique d’un livre d’histoire – simplement car je ne suis pas capable de le faire. Ce livre relate des hommes (et des textes) dont je ne connais encore rien ou presque rien, vivant (ou rédigés) à une époque que je n’ai pas étudiée – entre le 19e et le 20e siècle. Si j’ai lu cet ouvrage, ce n’est pourtant pas par hasard. Il y a bien un point commun entre mon travail de sociologue et l’objet de ce livre d’historien. Mes recherches portent sur l’écriture scientifique et sur l’écriture de science-fiction. Je m’intéresse à des faits auxquels personne – à ma connaissance – ne s’est vraiment intéressé dans les sciences sociales : scientifiques et écrivains de science-fiction se lisent mutuellement, ils se critiquent, se corrigent, se répondent par l’entremise de textes, de lettres, de préface, à coup d’articles ou de récits. Plus particulièrement, je me suis intéressé à certaines sciences et à certaines formes de science-fiction, lesquelles cherchent à décrire des planètes ou des architectures spatiales complexes en tant qu’elles serviraient d’habitat pour l’humanité ou pour le vivant en général. Des scientifiques et des écrivains de SF qui cherchent à décrire et à rendre compte d’écologies, de biotopes, d’atmosphères, de formes de vie connues et inconnues, réelles ou imaginaires, « naturelles » ou « construites de toutes pièces par l’homme », sur Terre, sur d’autres corps célestes ou des mégastructures spatiales telles des sphères de Dyson ou des « cerveaux Matriochka ». C’est donc avec cette connaissance d’arrière-plan que j’ai lu le livre de l’historien Romain Bertrand. Continuer la lecture de Le dire des choses : de l’entaille à la surface

Les conflits de dénomination: « révolution » et « guerre civile » en Grèce

Compte-rendu de la conférence donnée par Maria Kokkinou, post-doctorante au CEFRES, dans le cadre du Séminaire historique franco-tchèque de la Faculté des lettres de l’Université Charles de Prague, le 27 février 2020

Un compte rendu par Étienne Coudrais, stagiaire au CEFRES

En 2019-2020, le thème du séminaire historique franco-tchèque, que soutient le CEFRES, portait sur « révoltes et révolutions ». Maria Kokkinou, post-doctorante au CEFRES et spécialiste des migrations grecques, a présenté le 27 février une intervention sur la question de l’événement historique, au sens où l’entend Paul Veyne dans sa leçon inaugurale au Collège de France de 1976, intitulée « L’inventaire des différences » : « certains instants ont des conséquences gigantesques et irréversibles, on appelle ces instants ‘’événements’’ au sens que ce mot a dans les journaux et chez les historiens traditionalistes ». Elle a en particulier traité de la Guerre Civile grecque (1946-1949), sujet de sa thèse de doctorat, qu’elle a analysé sous l’angle d’une « révolution perdue ». Continuer la lecture de Les conflits de dénomination: « révolution » et « guerre civile » en Grèce

La photographie ouvrière au musée

Compte-rendu du workshop international: La photographie ouvrière au musée. Histoire et politique d’un patrimoine en Europe centrale
Workshop international organisé par l’Institut d’histoire de l’art de l’Académie tchèque des sciences et le CEFRES, en coopération avec l’Institut d’histoire contemporaine de l’Académie tchèque des sciences et l’Université Paris-Nanterre – 26-27/2/2020, Prague.

Un contre-rendu par Zoé Neboit, stagiaire au CEFRES Continuer la lecture de La photographie ouvrière au musée

Patrick Boucheron – La trace et l’aura

Patrick Boucheron: La Trace et l’aura. Vies posthumes d’Ambroise de Milan (IVe-XVIe siècle), Paris : Seuil (L’Univers historique), 2019, 544 p.

Un compte rendu par Arthur Pérodeau (doctorant FF UK / EHESS)

Si Patrick Boucheron attend la fin de l’ouvrage pour dévoiler au lecteur trop peu familiarisé avec ses travaux le sens du titre, tâchons de dissiper dès à présent toute incertitude. Continuer la lecture de Patrick Boucheron – La trace et l’aura