Tous les articles par Claire Madl

Edition académique

Par Claire Madl

Jeudi 7 novembre, à la délégation régionale du CNRS du Rhône-Alpes, à Lyon, avait lieu une des « actions nationales de formation » sur l’édition scientifiques organisées par le CNRS pour ses agents techniques. Animée par deux éditrices Cécile Barthonnat (responsable des publications du Centre Alexandre Koyré) et Stéphanie Trine, des éditions de l’Université de Grenoble, elle s’adressait en particulier aux professionnels de l’information scientifique (documentalistes, bibliothécaires) qui interviennent en aval de la publication réunis dans le réseau « Rénatis » et à ceux de l’édition (secrétaires de rédaction, éditeurs) réunis au sein du réseau « Medici », ou encore aux chercheurs chargés de publications. L’objectif était de fournir un panorama de l’édition scientifique, de son organisation, de ses pratiques et de ses enjeux pour la recherche. Continuer la lecture de Edition académique

Masha cerovic – Les enfants de Staline

Masha CEROVIC, Les Enfants de Staline. La guerre des partisans soviétiques (1941-1944), Paris : Seuil, 2018, 366 p.

Un compte rendu par Florence Vychytil-Baudoux

De 1941 à 1944, dans la partie des territoires soviétiques occupés par les Nazis qui correspond grosso modo à la Biélorussie actuelle, à l’Ukraine septentrionale et à la Russie occidentale, de multiples insurrections locales éclatent contre l’occupant. Les Enfants de Staline n’offre pas tant une “histoire exhaustive” qu’une “analyse globale” (20) de ce qui fut le “plus puissant mouvement de résistance armée à l’occupation nazie en Europe” (16). Continuer la lecture de Masha cerovic – Les enfants de Staline

Pierre Rosanvallon – Notre histoire intellectuelle et politique 1968-2018

Pierre Rosanvallon, Notre histoire intellectuelle et politique 1968-2018. Paris, Éditions du Seuil, 2018, 431 p.

Compte rendu par Petr Horák

La dernière publication de Pierre Rosanvallon est une fois de plus un grand ouvrage. L’historien, professeur au Collège de France et spécialiste de l’histoire sociale, politique et intellectuelle  de la France, manifeste dans cet ouvrage une ambition assez rare : il veut, en effet, présenter dans le même volume son parcours intellectuel et politique commencé il y a cinquante ans dans la peau d’un ardent partisan de Mai 68, et une analyse pertinente de l’histoire de la pensée politique et sociale de la gauche française se trouvant aujourd’hui dans une impasse aussi bien politique qu’intellectuelle. « L’impensé et l’impuissance » caractérisent selon l’auteur ce désarroi dans lequel se trouvent ceux et celles qui croyaient ou voulaient croire au cours de ces cinquante dernières années à la réalisation des idées de Mai 68. Ce désarroi fait place en même temps selon l’auteur à un fatalisme intellectuel « morose et désabusé ». Cette situation est dangereuse car elle empêche d’analyser ce qui se passe dans le monde. « Le but de ce livre, nous dit son auteur, est d’essayer de conjurer cette malédiction, en mettant les mots qui conviennent sur cet état de choses et en proposant des concepts adéquats pour rendre lisibles les traits profonds de nos sociétés afin de permettre d’en redessiner une perspective émancipatrice » (p. 11).  Le but de son livre ainsi clairement défini, l’auteur s’engage tout d’abord à décrire aussi objectivement que possible son parcours personnel le menant dès 1968 à s’occuper des questions sociales et des théories politiques aux côtés d’une gauche non-communiste. Le plus intéressant probablement dans ce parcours est la rencontre de l’auteur avec plusieurs personnalités de la vie politique et intellectuelle française des années 1980 et 1990 comme Michel Rocard et Claude Lefort par exemple. À travers ce livre, Pierre Rosanvallon montre son détachement progressif de sa vie militante au service d’une gauche résolument non communiste, au profit d’une vie d’intellectuel (d’« intello ») à plein temps avec tout que ce que cela comporte, y compris la carrière pleinement réussie d’un chercheur et d’un universitaire, avec entre autres deux doctorats d’État !  Un chapitre intitulé « Ma rencontre avec Foucault » est, de ce point de vue, très important (p.99).

L’essentiel de ce livre se trouve dans la confrontation de l’auteur avec la pensée de ceux et celles qui, dans le paysage intellectuel français, sont passés d’un anticapitalisme à un antilibéralisme (les figures de proue pour Rosanvallon étant Alain Finkielkraut et Régis Debray) en exaltant de plus en plus l’idée de la République (comme Régis Debray) ce qui « allait de pair avec un retour à la nation » (p. 252) et s’alliait d’une certaine façon avec une « idéologie (néo)républicaine » (p. 257). Pierre Rosanvallon procède ensuite à une analyse critique très détaillée et bien informée de la pensée néoconservatrice en vogue en France, pleine de pessimisme culturel et partagée par Marcel Gauchet, Gilles Lipovetsky ou Jean-Claude Milner, entre autres. Pour Rosanvallon, cette pensée a formé en France tout une culture politique s’appuyant sur un antilibéralisme intégral, sur un style rhétorique négatif, sur l’exaltation d’un peuple essentialisé et sur la critique de Mai 68 (p. 322 et s.).

Les parties du livre consacrées à saisir l’essentiel des idées du néolibéralisme et de les distinguer de l’idée du libéralisme classique qui s’était compris tout d’abord comme émancipateur sont très instructives.

Pierre Ronsavallon consacre la partie finale de son ouvrage à la réflexion sur l’aspiration de l’homme contemporain à ce qu’il appelle la « singularité ». Cette aspiration va, selon lui, « radicalement transformer la conception des droits de l’homme tels qu’ils avaient été classiquement appréhendés dans l’individualisme d’universalité » (p. 402). Elle pourrait produire paradoxalement, par la voie de la discrimination, les nouvelles formes d’inégalité tout en faisant dans le même temps « réapparaître des formes d’ancienne d’inégalités ou d’exclusion sous les espèces de pratiques ou même de règles spécifiques » (p. 405). L’aspiration à la singularité pose ainsi de nouvelles questions au sujet de l’émancipation aussi bien des individus que des minorités nationales et / ou sociales. Pierre Rosanvallon veut consacrer à cette question épineuse son prochain ouvrage dont il nous livre le titre en conclusion de son livre courant : Traité de l’émancipation au XXIe siècle.

Steven L. Kaplan : Raisonner sur les blés

Steven L. Kaplan, Raisonner sur les blés. Essais sur les Lumières économiques. Paris, Fayard, 2017, 868 p.

Compte rendu par Hana Fořtová (Institut de philosophie, Académie des sciences)

L’historien Steven L. Kaplan est un grand spécialiste de la France des Lumières et de la Révolution. Son nom est principalement attaché à l’étude de la problématique du blé et du pain au 18e siècle. Né à Brooklyn en 1943 et venu en France pour la première fois en 1962, l’auteur définit ainsi la spécialité où il trouva sa vocation : « Je me suis construit comme historien et comme homme, pour une grande part, en raisonnant sur les blés[1]. » La nouveauté de l’approche de Steven Kaplan tient au fait que par ses recherches sur le pain et sur le statut de ce dernier au 18e siècle, il n’a pas cherché à « combler une lacune », selon ses propres termes, mais à problématiser la notion même de « pain ». Le point de départ de sa thèse, publiée en 1976 en anglais sous le titre Bread, Politics and Political Economy in the Reign of Louis XV  était de considérer le pain comme un fait total, à la fois économique et social, culturel et politique, psychologique et moral. Depuis, Kaplan a écrit d’autres ouvrages sur la France des Lumières et sur le pain. Son dernier livre, publié en 2017, s’intitule Raisonner sur les blés. Essais sur les Lumières économiques.

Continuer la lecture de Steven L. Kaplan : Raisonner sur les blés

L’équipe « Archives et interculturalité » en mission à l’IMEC

Compte rendu de mission par Thomas Mercier et Benedetta Zaccarello

L’équipe « Archives et interculturalité », composée de Benedetta Zaccarello et de Thomas C. Mercier, propose de comprendre l’élaboration de la philosophie à travers l’étude de manuscrits et de documents d’archives. Le travail archivistique permet de repenser l’écriture philosophique en la replaçant dans les réseaux de connexions interpersonnelles, interculturelles et transnationales qui auront permis l’émergence de concepts, de systèmes et de théories nouvelles. Il s’agit donc de penser le travail théorique comme une matière vivante, loin des représentations traditionnelles qui en feraient le résultat des ratiocinations abstraites et anhistoriques d’un penseur solitaire.

Continuer la lecture de L’équipe « Archives et interculturalité » en mission à l’IMEC