Shlomo Sand : La Fin de l’intellectuel français ?

Shlomo Sand, La Fin de l’intellectuel français ? De Zola à Houellebecq. Paris, La Découverte 2016, p. 275. Traduit de l’hébreu par Michel Bliss

Compte rendu par Petr Horák

 

 

 

 

 

 

 

Cet ultime livre de l’historien israélien, professeur à l’université de Tel Aviv, confirme sa renommée d’enfant terrible de l’historiographie contemporaine. Son titre signale l’ambition de l’auteur de régler ses comptes avec un certain phénomène intellectuel intimement lié avant tout au milieu culturel français. L’auteur se considère comme historien, il propose en conséquence son livre comme un ouvrage historique. On peut effectivement le considérer comme étant une analyse historique et sociologique de l’histoire typiquement franco française d’intellectuels, qualifiés d’engagés, et de leur milieu. Il est bien connu que beaucoup d’intellectuels français plus ou moins reconnus en tant que tels, aussi bien en France qu’à l’étranger, étaient en fait de grands écrivains, parfois philosophes en même temps (Jean-Paul Sartre par exemple), ou bien, tout en étant des écrivains confirmés, ils et elles se considéraient aussi comme philosophes (Albert Camus et Julien Benda entre autres). Nombre  d’entre eux savaient lier leur activité d’écrivain et de publiciste à  l’enseignement de la philosophie en lycée ou à l’université – Alain, de son vrai nom Émile Chartier, pourrait servir d’exemple très convaincant. Rien que de ce point de vue le livre de Shlomo Sand en tant que l’histoire du phénomène de l’intellectuel français mériterait d’être lu et étudié avec beaucoup d’attention.

Le livre de Shlomo Sand peut néanmoins surprendre. En quoi pourrait-il même être jugé provocateur ?

Il s’agit en premier lieu d’un ouvrage très personnel : son auteur n’hésite pas à confesser à ses lecteurs sa grande admiration, son amour pratiquement, du phénomène que représente pour lui l’intellectuel engagé français. Il n’hésite pas à en donner l’histoire, mais il n’hésite pas non plus à critiquer vertement plusieurs composés de ce phénomène.  En s’appuyant sur une analyse à la fois historique et sociologique approfondie de ce phénomène au sein des débats sur les scènes publiques et politiques, l’auteur insiste sur le fait que cette activité se confinait – et se confine toujours – presque exclusivement dans un milieu parisien. Paris, la ville des Lumières, se présente comme le sommet convoité de la carrière publique de l’intellectuel mais aussi comme le seul milieu dans lequel l’intellectuel peut démontrer son engagement. Aujourd’hui comme autrefois, peu importe  le lieu de naissance de l’intellectuel qui souhaite s’engager, peu importe qu’il vienne de la France métropolitaine ou de n’importe quel autre lieu de la planète, pour peu qu’il acquière ses lettres de noblesse en tant qu’intellectuel parisien. Le constat est plutôt positif.

Shlomo Sand veut en outre prouver la modernité du phénomène de l’intellectuel engagé. Selon lui, et en accord avec l’historiographie française contemporaine, on ne peut pas considérer les Voltaire, Diderot et autres penseurs des Lumières comme précurseurs de ce phénomène moderne de l’intellectuel engagé. Ce phénomène ne commencerait qu’avec Zola et l’affaire Dreyfus. L’intellectuel engagé est à la fois enfant et guide de l’époque moderne, de la modernisation européenne, en particulier du journalisme et des mass-médias d’aujourd’hui.

Néanmoins, tandis que Zola, ses contemporains et ses continuateurs se battaient pour une idée du progrès, des droits de l’homme, de l’égalité sociale (parfois avec un aveuglément terrible, comme l’auteur n’hésite pas à le montrer à partir de cas connus), tandis qu’ils luttaient contre l’antisémitisme, l’impérialisme, bref s’engageaient en vue d’un avenir meilleur pour les hommes et les femmes, les plus connus des intellectuels français contemporains n’hésitent pas à se montrer passéistes. Leur mot d’ordre, selon Shlomo Sand, est la France pour les Français, leur horizon un passé national idéalisé. L’auteur ne prononce pas ce constat à la légère, bien au contraire. Néanmoins, son jugement d’Alain Finkielkraut, de Michel Houellebecq, d’Éric Zemmour ou de Pascal Bruckner est bien souvent dévastateur. C’est ce que résume finalement le point d’interrogation du titre de son livre : l’intellectuel français engagé n’est-il pas arrivé à sa fin, parce qu’il dénie aujourd’hui les  valeurs mêmes que ses prédécesseurs ont défendues si vaillamment ?



Citer ce billet
Claire Madl (2018, 17 janvier). Shlomo Sand : La Fin de l’intellectuel français ? Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi85