Art et pouvoir, le pouvoir de l’art (II). Journée d’étude annuelle de l’équipe HISTARA.

Compte rendu par Adéla Klinerová

Le 26 octobre 2017, s’est tenue, à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris, la journée d’étude annuelle de l’équipe HISTARA – Histoire de l’art, des représentations et de l’administration dans l’Europe moderne et contemporaine –, équipe de recherche dirigée par Sabine Frommel, dans le cadre de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE), et affiliée dorénavant à l’université de recherche Paris Sciences et Lettres (PSL).

Il s’agissait de la seconde édition d’une journée d’étude intitulée Art et pouvoir, le pouvoir de l’art, ce thème s’étant révélé fructueux lors de la séance de l’année dernière et permettant d’aborder des sujets divers liés à la question des arts au service du pouvoir. Le pouvoir, qu’il soit aux mains d’un souverain, de l’État, d’un ordre religieux, d’une société, d’une municipalité, d’une administration ou encore d’une idéologie, était saisi du point de vue du monde des beaux-arts, de l’architecture et de la littérature. La discussion portait donc, entre autres, sur la commande artistique, le concours d’architecture, la représentation iconographique du souverain et de son règne.

Rachel Lauthelier-Mourier (Maître de conférences, EPHE) présenta des récits portant sur le roi de Perse Cyrus et constituant une source littéraire pour l’iconographie de certaines œuvres d’art. Il fut ainsi question de l’image de la vertu et du bon gouvernement, de l’idéal humain et politique dont Cyrus constitue un exemple en France, au cours des XVIe et XVIIe siècles. La présentation suivante, de Charline Bessière (Master 2, EPHE), était consacrée à l’illustration naturaliste de l’époque de la Renaissance. À partir d’un vaste corpus de représentations de la faune et de la flore, Charline Bessière analysa la nouvelle approche scientifique mise en œuvre par les artistes, ainsi que le renouveau de la tradition antique que connaissaient les cours européennes à cette époque.

Valentina Burgassi (doctorante, EPHE) aborda ensuite la question de la ville idéale et de son urbanisme dans le contexte de l’activité de l’ordre des chevaliers de Malte dans la ville de La Valette (Malte). Sa présentation suscita une discussion sur le décalage inévitable entre le plan idéal d’une ville ou d’une forteresse à l’époque de la Renaissance tardive et sur sa réalisation effective, dépendant de la qualité du terrain et des matériaux ou encore de la maîtrise des pratiques de construction.

Emmanuel de Waresquiel (Ingénieur de recherche, EPHE) consacra sa communication aux diverses représentations iconographiques du serment du Jeu de paume de 1789, à Versailles. Ce n’est pas de la représentation d’un souverain qu’il s’agit ici, mais de la souveraineté du peuple. L’œuvre de référence est dans ce contexte le tableau inachevé de Jacques-Louis David ou encore le haut-relief qui fait partie du Monument à la République à Paris. Une partie de la communication fut également consacrée au projet remarquable mais peu connu d’érection d’un « temple du Serment ». Il était prévu de l’élever sur une place semi-circulaire ménagée sur les lieux où se déroula l’événement et de placer à l’intérieur une statue monumentale de la Liberté.

La séance de l’après-midi était consacrée aux XIXe et XXe siècles ainsi qu’aux questions contemporaines. La première communication de cette partie, par Adéla Klinerová (doctorante, Université Charles / EPHE / CEFRES), fut consacrée aux projets architecturaux présentés dans le cadre du concours pour le nouveau bâtiment de l’hôtel de ville de Vienne en 1868-1869. Le concours retint l’attention car il vit le succès d’architectes français concurrents. Cette communication provoqua en outre une discussion à propos de la question du style architectural et de sa signification, mais aussi au sujet de la composition du jury du concours, dont Gottfried Semper fut un des membres.

Nicolas Trotin (doctorant, EPHE) est, avec Florence Descamps (maître de conférences, EPHE) et Jean-Philippe Dumas (conservateur en chef du patrimoine au ministère des Affaires étrangères), un des participants qui reprirent des sujets abordés lors de la journée d’étude de l’an dernier. Dans sa recherche, il met l’accent sur le processus de construction des bâtiments dans le département français de l’Eure au XIXe siècle et surtout sur le fonctionnement de la commission consultative des bâtiments civils. Sa communication montra la différence entre les pratiques propres au centre et celles de la périphérie où l’administration préfère bâtir vite, efficace et simple.

L’intervention de Florence Descamps était elle aussi consacrée à l’architecture, concrètement à la conception architecturale du complexe du ministère de l’Économie et des Finances de Bercy (Paris), bâtiment édifié dans les années 1980, sur un projet de l’architecte français Paul Chemetov, à l’issue d’un important concours international. Ce projet emporta le concours grâce, en particulier, à sa geste architecturale très forte, marquée par la dominance du quai mise en valeur par une loggia donnant sur la Seine. Il est intéressant de noter qu’il fut demandé à un cercle étroit de concurrents de réaliser une maquette de leurs projets, ce qui témoigne de l’importance de la maquette architecturale encore au XXe siècle. Ces maquettes étant généralement conçues comme un outil de travail, elles sont peu protégées et conservées, et firent l’objet de discussions à la suite de cette communication.

Les diplomates français collectionneurs de photographies ou photographes eux-mêmes étaient au cœur de la communication de Jean-Philippe Dumas consacrée aux diplomates actifs dans les colonies françaises au tournant des XIXe et XXe siècles (1880-1914). La qualité documentaire de ces photographies, qui ont principalement comme sujet la population locale, est remarquable.

Christel Naujoks (doctorante, EPHE) consacra son intervention à la réalisation du plafond peint de l’Opéra Garnier à Paris dans le contexte de la politique culturelle d’André Malraux, le ministre de la Culture (1959-1969) qui attribua la commande à Marc Chagall, son ami proche. Malraux avait de l’admiration pour l’œuvre du peintre qu’il compare, dans un de ses textes, au Titien pour les qualités de son coloris, mais aussi à Stravinsky, car Malraux avait l’habitude d’apercevoir la peinture à travers la musique.

Agnès Callu (CNRS-IHTP) présenta dans sa communication le lien entre la politique et l’art contemporain à partir de l’exemple de Piotr Pavlenski et Jean Bedez. Ces deux artistes placent l’idée du combat au cœur de leur œuvre. Piotr Pavlenski, artiste et activiste d’origine russe, s’exprime souvent à travers des performances assez violentes envers son propre corps. Jean Bedez, de son côté, se représente en ce moment en particulier par des dessins virtuoses de grand format.

Jean-Miguel Pire (ingénieur de recherche, EPHE, temporairement détaché au Ministère de la Culture) traita enfin la question de l’éducation artistique et culturelle en France. Il montra clairement que l’intégration de l’enseignement des arts dans le système éducatif français élémentaire et secondaire devrait être développé et spécifié. La discussion montra également la nécessité d’améliorer la formation des enseignants en charge de cette matière.

La journée d’étude présenta donc une variété de sujets relevant d’époques et de domaines diverses et démontra l’ampleur de l’intérêt scientifique des travaux des membres de l’équipe de recherche. Pour toute information complémentaire concernant HISTARA, ses activités scientifiques et ses actualités, voir le site Internet : http://equipe-histara-ephe.fr/.



Citer ce billet
Claire Madl (2017, 7 novembre). Art et pouvoir, le pouvoir de l’art (II). Journée d’étude annuelle de l’équipe HISTARA. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi82