Olivier Rey – Quand le monde s’est fait nombre

Olivier Rey: Quand le monde s’est fait nombre. Paris, Stock, 2016.
Compte rendu par Mátyás Erdélyi

« Le chômage n’est pas une fatalité. Et j’inverserai la courbe », dit le candidat du Parti socialiste aux élections présidentielles de 2012. On connaît la fin de cette histoire : ce serait la variation d’un indice qui aurait déterminé la non-candidature de François Hollande aux présidentielles de 2017. Il est caractéristique que l’on parle de la courbe du chômage au lieu de parler du chômage et des chômeurs eux-mêmes.

La conclusion de l’étude d’Olivier Rey réaffirme ceci : on substitue le nombre à la réalité et cela est devenu significatif à cause de la façon dont on fait société à notre époque. Cela fait écho aux propos du physicien William Thomas en 1883 : « Quand vous pouvez mesurer ce dont vous parlez et l’exprimer par des nombres, vous savez quelque chose à son propos ; mais quand vous ne pouvez le mesurer, quand vous ne pouvez l’exprimer par des nombres, le savoir que vous en avez est pauvre et insatisfaisant : cela peut être le commencement du savoir, mais vous n’avez guère avancé, dans vos pensées, sur le chemin de la science, quel que soit le sujet considéré. » (14) On pourrait très bien énumérer sans fin les statistiques que nous croisons chaque jour et qui déterminent notre vue sur le monde : taux de criminalité, taux d’inflation, d’endettement, chiffres de l’immigration, espérance de vie, etc. Dans cette étude, Olivier Rey s’intéresse à l’origine de la quantification massive que connaît notre époque. L’objet principal de son étude sont les raisons à l’origine du développement de la statistique en Europe. « Où l’avidité de l’Europe moderne pour la statistique trouve-t-elle son origine ? » (17) En mettant au centre de son investigation l’émergence d’une mentalité statistique, Rey a fait un choix très important : au lieu de se concentrer sur le développement de la statistique propre il essaie, dans cet ouvrage, de montrer les causes de ce phénomène sans références au phénomène lui-même, et en particulier les idées et les mouvements, les transformations sociales, économiques et politiques qui ont créé un environnement favorable à l’émergence de la statistique.

Olivier Rey est mathématicien, philosophe, écrivain, membre de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques. Être à la fois mathématicien et philosophe est un privilège et c’est pour cela que l’abandon du phénomène en faveur de ses origines est dans une certaine mesure regrettable : c’est justement le mathématicien qui pourrait éclairer les relations entre la méthode statistique (ce qui fait par exemple que le tableau de mortalité de Halley donne les chiffres qu’il donne), son environnement social, et son statut épistémologique. Si nous prenons l’exemple des tables de mortalités : un historien peut analyser leur rapport à l’émergence d’un marché financier, à des valeurs sociales (ici la sécurité bourgeoise), mais seul le mathématicien peut se rendre compte du rapport de tout cela aux méthodes qu’un Halley utilise au XVIIe siècle et qu’un Lexis ou un Westergaard appliquent au XIXe siècle. Il s’agit de bien plus que de la simple diffusion de ces chiffres au plus grand public possible. Il faut analyser aussi les changements d’essence dans la méthode statistique par rapport aux idées qui ont fait naître la quantification du monde.

Quelles sont les origines du « torrent statistique » que l’on observe du XIXe siècle à nos jours selon Olivier Rey ? Les conditions favorables à l’embrasement statistique sont à chercher plutôt dans « les changements des rapports entre les êtres humains » (61) : c’est en fait l’avènement d’une société des individus qui a préparé l’allumette de ce feu, dès le XVIIIe siècle. Les controverses les plus importantes autour de la statistique sont liées à cette particularité : « c’est l’incommensurabilité radicale des singularités qui conduit au calcul ; c’est le principe selon lequel personne n’est là pour faire nombre qui finit par appeler le règne du nombre. (…) Telle est donc la situation : plus les subjectivités s’affirment dans leur transcendance par rapport aux réalités empiriques, plus l’objectivité devient nécessaire pour organiser leur coexistence. » (291) Selon l’argument de Rey, les étapes les plus importantes de cette émergence sont les suivantes. Il y eut tout d’abord, pour les rois et les gouvernements, l’impératif d’exercer le pouvoir politique. Cela signifie en premier lieu collecter les taxes et préparer les guerres, notamment énumérer les ressources humaines et matérielles à mobiliser en cas de guerre. Dès le XVIIe siècle, la statistique servait à proposer à l’État un état de l’État à gouverner. La statistique fonctionne au service de l’État pour gérer la société. Le nombre exact de la population devient un enjeu central. La population est liée à la prospérité de l’État, les populationnistes nous rappellent que « la population est certainement, en général, le grand symptôme du degré de bonheur d’une nation » (44). Le rôle de la statistique dans la société des individus est de donner forme au réel, mais les chiffres ne servent pas seulement à l’exploration du réel mais ils participent aussi à sa structuration. « Connaissance, organisation, représentation du réel : à ces fonctions de la statistique s’ajoutait, pour l’État, une façon de justifier son action. » (87) L’État a donc besoin d’arguments d’allure objective pour justifier les politiques du gouvernement.

À cela s’ajoutent l’explosion des bureaux de statistique et la montée des associations professionnelles au cours du XIXe siècle qui facilitent la création des chiffres et des tableaux à un degré jamais vu, y incluant le traitement de la « question sociale », phénomène et problème particuliers à la Weltanschauung du XIXe siècle. « L’invention » de la sociologie joue son rôle propre dans ce processus qui est démontré à travers des œuvres de Quételet, Comte et Durkheim. Enfin, la transmission de la statistique devient totale à travers son application dans les études de l’hérédité biologique, par Francis Galton, et dans la thermodynamique, dans l’étude physique des gaz. Selon l’argument de Rey, c’est l’efficacité de la statistique dans la gestion de l’État qui la fait entrer d’abord dans l’univers des sciences, en biologie et physique, et c’est seulement après être entrée dans la sphère des sciences que les mathématiciens commencent à lui donner une forme mathématique propre, et que la statistique devient une science mathématique. Cette dignité scientifique nouvelle va catalyser la diffusion de la statistique dans toutes les sphères de la société et des sciences au XXe siècle.

Cette théorie de l’émergence de la statistique n’est pas sans faille. Tout d’abord, le règne de la statistique est présenté comme un fait accompli, un fait social accepté par tous. Les propos de François Hollande ne sont-ils pas des propos politiquement maladroits plutôt que la preuve d’un phénomène social plus large. Ce règne peut être absolu dans la gestion de l’État et dans la vie professionnelle (dans la gestion des entreprises, dans les sciences), mais on peut douter que la statistique soit d’une importance comparable dans la vie quotidienne des masses. Il est en outre un peu regrettable qu’Olivier Rey s’en tienne à un discours eurocentrique voire francophone concernant la modernisation du XIXe siècle et ses effets, parmi lesquels figure l’émergence de la statistique. Y-a-t-il une émergence de la statistique sans une société d’individus ou vice versa ? Est-ce qu’il existe d’autres manières d’aboutir à ce règne de la statistique ? Comment cela se passe-t-il dans les pays européens en voie de développement ? Au final, la théorie de Rey ne tient tout simplement pas historiquement : même si les deux grandes révolutions du XIXe siècle, la révolution industrielle et la révolution politique sont parfois mentionnées dans l’étude, le rôle de l’État est trop accentué. Or, les raisons et les origines du règne statistique sont beaucoup plus diversifiées que la façon dont Rey l’envisage. Par exemple, dans Trust in Numbers, Theodore Porter décrit comment le statut inférieur de certains groupes professionnels a contribué à l’application de la statistique pour permettre à ces groupes de s’approprier une objectivité incontestable, tout cela ayant cours hors de l’administration d’État. Un autre exemple de ce phénomène est étudié dans Classical Probability in the Enlightenment de Lorraine Daston, qui nous explique comment les assureurs et la loterie ont créé une demande pour une théorie mathématique du risque qui poussa à l’invention des mathématiques des probabilités. Ces deux exemples montrent que l’émergence de la statistique commença dès avant la fin du XVIIIe siècle et ce pour des raisons qui ne sont pas forcément liées aux activités de l’État.



Citer ce billet
Claire Madl (2017, 16 juin). Olivier Rey – Quand le monde s’est fait nombre. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi7u