La qualité de vie de l’enfant aujourd’hui

Compte rendu du colloque AIFREF,  Prague, 18-20 mai 2017

par Renata Jardin Kocourek

Le XVIIIe congrès international de l’Association internationale de formation et de recherche en éducation familiale (AIFREF) se tenait à Prague dans les bâtiments historiques de la Faculté des lettres et était présidé par Lenka Šulová et Jean-Pierre Pourtois, président de l’AIFREF. L’association organise un congrès tous les deux ans au moins, à chaque fois dans un pays différent, afin de discuter des thèmes d’actualité et d’informer sur les recherches en cours.

Cette année, le thème principal du congrès était la qualité de vie de l’enfant d’aujourd’hui, avec un programme très riche, composé de conférences plénières, séminaires, conférences de presse et communications libres (au total 125 manifestations). Chaque conférence principale bénéficiait d’une interprétation en trois langues : français, anglais, tchèque. Les conférenciers provenaient de 12 pays et leurs contributions se divisaient en quatre sections.

Première section : L’enfant dans le réseau familial aujourd’hui

Les psychologues, sociologues et spécialistes de l’éducation ouvraient le débat sur le développement affectif, cognitif, linguistique et social de l’enfant au sein d’une famille en transformation, que ce soit du point de vue de l’évolution des idées sur l’éducation, du rôle des parents, des grands-parents et des rapports intergénérationnels.  Catherine Sellenet (Université de Nantes, France) présentait des chiffres alarmants dans sa conférence intitulée « Quand l’enfant bouge, à qui s’attacher ? ». Selon ses recherches, 11 % des enfants vivent dans une famille recomposée, soit 1,5 million d’enfants et 69 000 enfants sont accueillis en famille d’accueil. Les tensions et les difficultés sont fréquentes du côté des parents, ainsi que pour les enfants vivant avec plusieurs « chez soi », la problématique du divorce étant plus que jamais d’actualité.

Deuxième section : L’enfant et les transformations des institutions éducatives

Experts et praticiens s’interrogeaient sur la qualité de l’enseignement à l’école élémentaire dans un monde où les nouveaux médias influencent les méthodes et les approches éducatives. Certaines contributions abordaient les troubles de l’apprentissage, les troubles du comportement et les pratiques inquiétantes propre aux  institutions, comme la violence, le harcèlement, le racket et le bizutage. Une attention particulière était également portée à la question de l’éducation dans les cités et la prévention de la résilience urbaine ou la prévention sociale par des moyens alternatifs : éducation sportive et musicale.

Troisième section : L’enfant en danger

Comment lutter contre les maltraitances, les drogues, la dépendance et les troubles de l’alimentation comme l’obésité ou au contraire l’anorexie ? Comment gérer et contrôler les risques de l’internet, des jeux vidéo et de la commercialisation de l’enfance ? Parmi les conférences et les séminaires variés de cette section, la professeure Annie Devault, de l’Université de Quebec a présenté l’implantation d’ateliers de méditation pour les enfants au Centre de pédiatrie de Gatineau au Canada (CPSG). Dans ce centre, des enfants vulnérables, souffrants, malades ou exclus de leur communauté trouvent un lieu d’accueil afin de regagner leur estime. Dans sa présentation intitulée « Les Atelier du Docteur Zen, trouver en soi un espace de bien-être », elle résumait les faits scientifiques sur les bienfaits de la méditation chez les enfants.

Quatrième section : L’enfant dans son environnement culturel et écologique

Le professeur Stanislav Štech dévoilait les transformations sociales survenues au cours du siècle dernier (telles que présentées par Key, Durkheim, Plaisance et Bettelheim) dans le domaine de l’éducation institutionnelle, ainsi que parentale, dans sa conférence d’honneur intitulée « L’enfant au centre ? Oui, mais entre la famille l’école et les experts, où se trouve le centre ? »
Autres sujets abordés dans cette section : les métissages culturels, leurs difficultés et conséquences, la dimension écologique et son rôle dans l’éducation mais aussi les pratiques alimentaires dans les familles et les écoles.

Le congrès s’est avéré extrêmement fructueux au niveau des échanges et pour la mise à jour des données sur la qualité de vie des enfants dans un monde, certes bousculé par ses transformations, mais que tout le monde espère heureux pour les enfants du futur. En conclusion je citerai une phrase du président de l’AIFREF : « Les nouvelles technologies ne remplaceront jamais le contact humain et l’affection que nous nous portons ».



Citer ce billet
Claire Madl (2017, 8 juin). La qualité de vie de l’enfant aujourd’hui. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi7t