Cas limites. Journée d’études doctorale avec la participation de Sabine Arnaud

Compte rendu par Kevin Leuret (Université de Dijon / Université de Pardubice, stagiaire au CEFRES)

L’atelier doctoral du CEFRES du 4 mai 2017 était organisé par les doctorants du CEFRES, Filip Herza (CEFRES et Faculté des sciences humaines de l’Université Charles), Magdalena Cabaj (CEFRES et Université de Varsovie et École normale supérieure de Paris) et Katalin Pataki (CEFRES et Université de l’Europe centrale de Budapest), avec la participation du doctorant Adam Mézes (Université de l’Europe Centrale de Budapest).

Cet atelier avait pour but de permettre aux doctorants de présenter leurs projet de thèse à des chercheurs confirmés invités à discuter leurs travaux : Sabine ARNAUD (Centre Alexandre Koyré, EHESS, Paris), Veronika ČAPSKÁ (Département d’anthropologie historique, Faculté des sciences humaines de l’Université Charles, Prague) et Karel ČERNÝ (Institut d’histoire de la médecine et des langues étrangères, Faculté de médecine de l’Université Charles, Prague), qui ont ainsi pu apporter leurs suggestions, leurs analyses et leurs conseils à ces travaux.

Sous le titre « Cas limites », les contributions s’attachaient à analyser des positions sociales liminaires dans  le cadre des études de genre, de l’histoire de la médecine ou en anthropologie historique et histoire des représentations.

Ce séminaire était divisé en deux sessions, la première avec la présentation de Filip Herza : « Faces of Normative Masculinity: Shaving Practices and the Popular Exhibitions of “Hairy Wonders” in the Early Twentieth-Century Prague » (Les visages de la masculinité normative. La pratique du rasage et l’exhibition populaire des « extraordinaires pilosités »  au début du XXe siècle à Prague) et celle de Magdalena Cabaj : « Dear Herculine, Dear Aaron: From the Angel to the Beast. On Two Cases of Hermaphroditic Writing » (Chère Herculine, Cher Aaron : de l’ange à la bête. A propos de deux cas d’écrits hermaphrodites).

La deuxième session a permis de présenter les travaux de Katalin Pataki : « Medical Expertise in Service of Joseph II’s Monastic Reforms » (L’expertise médicale au service des réformes monastiques de Joseph II), puis ceux d‘Adam Mézes : « ‘Seen and Discovered’. The Diagnosis of Vampirism in 1730-1750’s Habsburg Empire » (‘Vu et découvert’. Le diagnostic de vampirisme, des années 1730 aux années 1750 dans l’Empire des Habsbourg).

Les quatre doctorants ont, par leurs travaux, permis d’aborder divers sujets très variés, depuis la question de la pilosité, du transgenre, jusqu’à la médecine et son rapport au corps. Toutes ses questions ont examiné la question du corps et de ses représentations dans la société et dans les mentalités dans les sociétés européennes du XVIIIe au XXe siècle.

Filip Herza, à partir du cas de Stephan Bibrowski (1890-1932), appelé « Lionel ou l’homme à la tête de lion » (Lionel the Lion-faced Man), introduit la problématique de la masculinité normative et de ses enjeux dans les pratiques et les discours concernant la pilosité masculine au début du XXe siècle. Stephan Bibrowski était connu pour son importante pilosité faciale et faisait le tour de l’Europe dans le cadre de cirques et de foires aux monstres. À partir de ce cas et en examinant quelle était la normalité de la pilosité à cette époque et les discours la concernant, le doctorant s’interroge sur les raisons pour lesquelles cet homme a pu faire peur, sur la place de la pilosité masculine et son lien avec la masculinité dans les représentations sociales européennes ?

Magdalena Cabaj expose ensuite son sujet dédié à l’identité transgenre et à son écriture, sur la base des écrits d’Aaron Apps (lui-même hermaphrodite) « Dear Herculine » (publié en 2014) et des mémoires d’Herculine Barbin (1838-1868) retrouvés et republiés par Michel Foucault dans les années 1970. À partir du cas de Herculine, et au moyen de l’analyse de l’opportunité de l’emploi des pronoms personnels « il » ou « elle » dans le cas des personnes transsexuelles, grâce encore aux outils théoriques de Michel Foucault et aux écrits d’Aaron Apps, Magdalena Cabaj expose la complexité des positions liminaires de genre au XISe siècle. Dans l’optique de Michel Foucault, qui réinterprète tout le dispositif de sexualité en termes de répression généralisée, Herculine est victime d’une répression. Aaron Apps, quant à lui, tente d’approcher ce cas en s’interrogeant sur la fusion des corps et des consciences dans la France du XIXe siècle et souhaite rendre compte de la complexité du sujet.

La deuxième session s’ouvre sur la contribution de Katalin Pataki qui expose comment l’expertise médicale sous le règne personnel de Joseph II (1780-1790) a été utilisée pour la mise en œuvre des réformes religieuses de ce souverain. Dans une deuxième partie, la doctorante montre les conséquences de ces réformes : les expertises médicales finissent par supplanter le pouvoir ecclésiastique puisque les conditions physiques et les compétences linguistiques attestées par les médecins apparaissent comme des critères de sélection plus puissants que les certificats des évêques. Le sujet de Katalin Pataki apporte un éclairage nouveau sur la légitimité croissante du discours médical et plus concrètement sur les termes de l’observation des patients.

Adam Mézes, enfin, nous présente son projet sur le diagnostic du vampirisme, des années 1730 aux années 1750 dans la monarchie des Habsbourg. Après avoir définit le vampirisme conçu à cette époque comme une maladie mentale incitant des individus à boire du sang et provoquant des déformations physiologiques, le doctorant montre que les autorités furent désemparées devant les désordres provoqués par ces cas de « vampirismes » et face aux rumeurs contradictoires auxquelles ils donnent cours. Adam Mézes analyse les différents niveaux d’action des autorités, depuis les réactions et mesures prises localement (au départ dans les régions frontalières orientales de la monarchie) jusqu’aux directives données par le pouvoir central de Vienne. Ici aussi, le discours et les représentations sur le corps sont au cœur de l’analyse.



Citer ce billet
Claire Madl (2017, 16 mai). Cas limites. Journée d’études doctorale avec la participation de Sabine Arnaud. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi7s