Les langues du livre. 24e congrès SHARP, Paris, 18-21 juillet 2016

Compte rendu par Claire Madl

Comme chaque année, les historiens du livre se sont retrouvés pour le 24e colloque international de l’Association SHARP (Society for History of Authorship, Reading and Publishing), à Paris du 18 au 21 juillet 2016. Organisé sur deux sites voisins, le congrès a permis aux chercheurs venus du monde entier de connaître les locaux de deux bibliothèques récemment installées dans de nouveaux locaux : la Bibliothèque nationale de France (BNF dont la majorité du fonds est accessible depuis 1996 sur son nouveau site) et la Bibliothèque universitaires des langues et civilisations (BULAC ouverte en 2011). Les comités d’organisation et scientifique du colloque, présidés respectivement par Claire Parfait (Université de Paris 13) et Jean-Yves Mollier rassemblaient les principaux chercheurs et les institutions françaises où se fait l’histoire du livre, c’est-à-dire, outre les deux bibliothèques précédentes, la Bibliothèque Mazarine (Yann Sordet), l’École des Chartes  (Christine Bénévent et Christophe Gauthier), l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB, avec Dominique Varry), l’Ecole des Hautes études en sciences sociales (EHESS, avec Roger Chartier) l’Institut d’histoire moderne et contemporaine du CNRS (IHMC, avec Frédéric Barbier) et les universités de Versailles Saint-Quentin en Yvelines avec le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC, Jean-Yves Mollier, Marie-Françoise Cachin), Paris  Ouest Nanterre (Pôle métiers du livre, avec Sylvie Ducas) et Paris Diderot (Will Slauter), ou encore l’Université du Mans (avec Brigitte Ouvry-Vial), etc.

Le thème fédérateur proposé aux participants était celui des langues du livre, ce qui ne sera pas sans rappeler la conférence de Prague « Jazyk a řeč knihy » dont les actes ont été publiés en 2009 par l’Université de Bohême du Sud (Opera Romanica vol. 11).

La première journée était consacrée tout d’abord à cinq ateliers de doctorants où 37 doctorants venus du monde entier ont pu présenter leurs travaux. Six de ces étudiants (originaires d’Argentine, Brésil, Croatie, Finlande, Roumanie et Vietnam) avaient pu bénéficier, par l’intermédiaire de SHARP, d’une bourse de la Fondation Gladys Krieble Delmas. Dans la matinée en outre, deux ateliers restreints ont en ouverture du colloque permis, l’un d’échanger sur la terminologie consacrée au livre et à sa traduction, l’autre de découvrir le fonds concernant les éditeurs de la BNF grâce à la présentation de Jean-Dominique Mellot (fonds Q10).

Une conférence plénière accueillait en fin de journée le professeur de littérature Antoine Compagnon (Collège de France & Columbia University) qui reçut la difficile tâche d’ouvrir le congrès sur le thème de la langue.

Durant les trois jours suivants, onze séries de panels parallèles clos chaque jour par une conférence plénière ont permis à 400 participants d’échanger sur tous les thèmes gravitant autour de la question des langues. Sans aucune prétention à l’exhaustivité, il est possible de rassembler ce vaste sujet selon quelques axes principaux.

Le premier est celui du langage d’inscription du texte propre aux livres qui rassemblait les interventions consacrées à la typographie et à la calligraphie ou à l’appareil paratextuel. Les transferts autres que linguistiques dont le livre se fait le médium était au centre d’une série de panels, par exemple sur le passage du manuscrit à l’imprimé, les phénomènes d’adaptation des textes pour des publics particuliers : langue des livres pédagogiques, des almanachs, des livres destinés à la lecture populaire ou aux enfants, le livre médical, le roman graphique, etc. De même étaient analysés la mise en collections mais aussi l’établissement de métadonnées des éditions numériques permettant aux éditeurs de mettre en place des codes qui situent les textes et au sein desquels ils prennent sens.

Un deuxième groupe de panels étaient consacrés à la question des circulations géographiques des livres et des adaptations qu’elles génèrent : circulations transatlantiques, entre colonies et métropole, vente de partitions et diffusion des périodiques au XVIIIe siècles, réseaux textuels à différentes époques et dans différents cadres géographiques.

La problématique des traductions purement linguistiques était bien sûr très représentée, par exemple avec les éditions multilingues ou le statut des traducteurs et des analyses terme à terme ou des généalogies de traductions.

Enfin un autre groupe de travaux présentait les langues spécialisées telles qu’on les trouve dans les livres et que les livres ont participé à construire : langue médicale, juridique mais aussi le développement de vocabulaires de l‘édition et du livre numérique ou encore du discours sur les livres tel que produit par les jurés des prix littéraires.

Trois conférences plénières ont permis de faire connaissance en profondeur avec les travaux de chercheurs invités.  David Mc Kitterick (Trinity College, Cambridge) a prononcé une conférence sur la rareté et sur la notion de valeur du livre. Son analyse historique a été conclue par un appel aux bibliothécaires et bibliographes afin qu’ils identifient ce qui constituera, dans le futur, la valeur des livres qu’ils traitent aujourd’hui, afin de remplir leur mission scientifique et de préservation. Anne Coldiron (Florida State University) a présenté avec érudition les différents niveaux de « traductions », aussi bien linguistiques que livresques opérées par un choix d’ouvrages anglais du XVIe siècle, montrant l’ouverture et les circulations textuelles dont témoignent les ouvrages qui constituent ce que l’on considère aujourd’hui comme le fondement de la culture anglaise.

De République tchèque, quatre interventions ont été présentées. Dans le cadre d’un panel sur l’Europe centrale, Alena Fídlerová (FF UK) a présenté les variations orthographiques des textes en tchèque entre le manuscrit et l’imprimé aux XVIIe et XVIIIe siècles. Une seconde intervention présentait les travaux en cours dans le cadre du projet de recherche sur les professionnels du livre en Bohême de 1749 à 1848 (projet GAČR « La construction d’une nation de lecteurs. Réseaux, entreprises et professionnels du livre en Bohême » (Budování národa čtenářů. Sítě, podniky a protagonisté knižního trhu v Čechách – 1749-1848), avec deux responsables du projet, Michael Wögerbauer et Petr Píša (Institut de littérature tchèque, Ústav pro českou literaturu AV ČR). Jiřina Šmejkalová (FSV UK) et Roar Lishaugen (Université d’Oslo) ont fait part des grands traits d’une étude en cours sur le rôle de l’économie du papier dans la circulation des textes en Tchécoslovaquie.  Enfin, dans un panel consacré à l’édition pédagogique et les langues, Claire Madl est revenue sur la politique linguistique qui a présidé à l’édition de manuels scolaires dans le cadre de la réforme de l’enseignement sous Marie-Thérèse et Joseph II.

Paris accueillant pour la première fois le congrès SHARP, deux chercheurs français particulièrement importants pour la recherche et pour l’institutionnalisation de l’histoire du livre en France ont fait l’objet de deux panels : Jean-Yves Mollier (le 20 juillet) et Roger Chartier (le 21 juillet). Ce dernier panel de clôture a permis de faire un point sur l’histoire du livre comme discipline, tout d’abord à travers l’apport de Roger Chartier à cette spécialité (présenté par Lodovica Braida de l’Université de Milan), mais aussi en présentant les échanges entre l’histoire du livre et les disciplines connexes : l’histoire littéraire (par Alain Vaillant de l’Université de Paris Ouest Nanterre), la sociologie littéraire (par Gisèle Sapiro de l’Ecole des hautes études en sciences sociales) et l’économie du livre (par Françoise Benhamou de l’Université de Paris 13).

La prochaine conférence SHARP aura lieu en juin 2017 au Canada et son thème est particulièrement apte à souligner l’actualité de la perspective de l’histoire du livre définie comme étude des moyen d’inscription et de médiatisation du texte : « Les technologies du livre ». Voyez l’appel à proposition : http://www.sharp2017.com/cfp/

Conference SHARP Panel Chartier
SHARP Conference Panel Chartier

 

 

 

 

 

 

[crédit photo en-tête m. madl]