L’ethnologie praguoise a-t-elle toujours besoin de chercher ses frontières ?

  1. par Věra Okénková

Ethnologues, anthropologues et folkloristes tchèques se sont réunis lors d’une série de discussions intitulée Etno-antro-folk et organisée par l’association des étudiants en ethnologie de la Faculté des Lettres « PAKET » à l’initiative de Michaela Opravilová, étudiante en Master à l’Institut d’ethnologie (ÚE FF UK), trois jeudis consécutifs du 3 au 17 mars. En ouvrant le forum aux étudiants d’ethnologie et d’anthropologie (sociale et culturelle), qui vinrent nombreux, ces rencontres avaient pour objectif de présenter, discuter et interpréter les frontières de ces trois disciplines à partir de différents points de vue. Chaque séance se concentrait sur l’une des trois disciplines concernées et explorait leurs interconnexions au sein de l’ethnologie pragoise, au cours de plusieurs dizaines d’années. Si « la folkloristique » a été depuis la constitution de cette discipline un partenaire important de l’ethnographie, ce n’est qu’après 1989 que s’est développée une coopération avec l’anthropologie. Le caractère flou de ces frontières et le profil souvent pluridisciplinaire des chercheurs et des étudiants nécessitaient de s’interroger sur les territoires respectifs de ces disciplines. Ces rencontres, initialement réservées aux étudiants, ont non seulement éveillé un grand intérêt chez les ethnologues et les anthropologues de la Faculté des lettres, mais ont aussi attiré les membres du Département d’anthropologie générale de la Faculté des sciences humaines, de l’Institut d’ethnologie de l’Académie des sciences (EÚ AV ČR), du département d’Anthropologie sociale de l’Université de Bohême de l’Ouest et de l’Institut d’ethnologie européenne de l’Université Masaryk de Brno.

Chaque séance était introduite par une présentation de la problématique par un ou deux étudiants de l’Institut d’ethnologie que venaient  relayer des chercheurs présentant leurs perceptions de la discipline à laquelle ils s’identifient, avant de lancer la discussion avec le public. Petr Lozoviuk, ethnologue, directeur du Département d’anthropologie de l’Université de Plzeň, et František Bahenský, chercheur à l’EÚ AV ČR, ont assuré la première séance consacrée à l’ethnologie tandis que Karel Šíma (maître de conférences à l’ÚE FF UK) en était le modérateur. L’anthropologue et directeur de l’ÚE FF UK, Marek Jakoubek, a modéré la discussion concernant l’anthropologie avec la participation de Daniel Sosna (maître de conférences à l’Université de Plzeň). Lubomír Tyllner (enseignant-chercheur à l’Académie des sciences et à l’Université) et Martina Pavlicová (enseignante-chercheuse de Brno) ont mené le troisième débat autour des études folkloristes que modérait Petr Janeček (vice-directeur de l’ÚE FF UK).

Science de l’homme, de l’ethnie ou du peuple ? Telle est la question bien vivante en République tchèque qui a permis de tracer les différences et les points communs entre l’ethnologie et l’anthropologie. Le débat a porté sur les tentatives pour « anthropologiser » la discipline après la chute du mur de Berlin afin de rompre avec l’héritage de l’ethnologie de l’époque précédente qui s’était compromise dans ses approches et se recherches avec l’idéologie dominante. Ce point avait fait l’objet de discussions dans les revues Český lid (Le peuple tchèque) en 2004 et Sociologický časopis (Revue de sociologie) en 2007 sur lesquelles s’est appuyé le débat.

La plupart des chercheurs et spécialistes participant à cette discussion se sont accordés sur le fait qu’il est inutile de définir des frontières fixes entre ethnologie et anthropologie, certains considérant même les deux domaines comme relevant d’une seule et même discipline. Les différences indéniables qui ont été soulignées dérivent néanmoins de la pluralité des traditions au sein de la recherche ethnologique, d’ancrages méthodologiques et épistémologiques diverses, mais aussi de développements politiques différents.

Ces trois séances consacrées à la discussion sur les traditions, l’épistémologie, le terrain et les méthodes de ces trois disciplines ont attiré non seulement des étudiants mais aussi un grand nombre des chercheurs tant la question des définitions disciplinaires est actuelle, à l’heure de la restructuration de l’ÚE FF UK, alors que ses axes de recherche et le contenu de son enseignement sont en cours de définition. Bien que l’on observe une nette tendance à l’anthropologisation de l’ethnologie pragoise, la discipline s’ouvre largement à des étudiants et des chercheurs traitant de sujets aussi divers que la culture populaire orale ou matérielle d’une région des pays tchèques, l’anthropologie d’un groupe tribal ou les institutions de la société occidentale contemporaine. À mon avis, c’est bien cette fragmentation ou cet écartement lui-même qui donnent lieu à une souhaitable réflexion pluri- ou transdisciplinaire et l’interconnexion des approches des sciences humaines et des sciences sociales, quelle que soit la dénomination de la discipline.



Citer ce billet
Claire Madl (2016, 7 juillet). L’ethnologie praguoise a-t-elle toujours besoin de chercher ses frontières ? Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi7h