Histoire des sciences et des savoirs – Dominique Pestre et al.

Histoire des sciences et des savoirs

Dominique Pestre, Kapil Raj, H. Otto Sibum (dir.),
Histoire des sciences et des savoirs. Vol. 2, Modernité et Globalisation, Paris, Éditions du Seuil, 2015

par Mátyás Erdélyi 

Le deuxième volume de cette synthèse monumentale, intitulée Histoire des sciences et des savoirs et réalisée sous la direction de Dominique Pestre, propose l’étude des sciences dans le « long » XIXe siècle, c’est-à-dire de la fin de la guerre de Sept Ans, (en 1763) jusqu’au début de la Grande Guerre. Le choix de cette chronologie est représentatif de la perspective historique que cette entreprise promet. Comme le dit Kapil Raj et Otto Sibum, les deux directeurs du volume, la date de 1789, qui est généralement prise comme commencement d’un long XIXe siècle, serait doublement problématique. D’une part, 1789 nourrit un narcissisme « européocentré » et, d’autre part, elle renforce la perspective « diffusionniste » des sciences et de la modernité dont la nouvelle histoire des sciences voudrait se débarrasser. Ce deuxième volume de l’Histoire des sciences et des savoirs réunit les contributions de 20 chercheurs, dont 13 étrangers (non français), et expose ce matériel en quatre parties thématiques, qui sont communes aux deux autres volumes (le Ier intitulé De la Renaissance aux Lumières et le IIIe Le siècle des technosciences, depuis 1914). Dans la première partie, les auteurs analysent ce que sont les sciences dans les sociétés et les cultures contemporaines. Il s’agit d’études de cas sur la distinction entre lettres et sciences, sur les régimes de spatialité transformés par les pratiques de l’observatoire. Une étude encore concerne le rapport entre la modernité et la métrologie et nous décrit comment saisir les difficultés modernistes liées aux standards globalisés par l’impérialisme auxquelles durent faire face les métrologues eux-mêmes.

La deuxième partie inventorie les champs des sciences eux-mêmes : comment les microbes structurent-ils la société ? Comment les technologies peuvent-elles fournir des outils à la pensée ? Ou comment les images des mathématiques transforment le champ des mathématiques ?

Les études de la troisième partie examinent comment la mondialisation interagie avec les sciences, notamment en produisant de l’altérité.

La dernière partie traite des enjeux entre le gouvernement du monde et les sciences. Au XIXe siècle, les sujets les plus fondamentaux seraient la standardisation, l’homo oeconomicus, le dispositif biopolitique du gouvernement et le changement climatique.

Je voudrais consacrer le reste de ce compte rendu à deux problématiques : tout d’abord à l’approche méthodologique de la nouvelle histoire des sciences que le volume met en œuvre. Puis nous verrons quel est l’univers que cette approche nous promet en étudiant la relation entre science, histoire et modernité. Comme le disent les deux directeurs dans leur introduction, tel serait l’enjeu principal de leur entreprise : « Puisqu’il existe déjà une vaste littérature sur les relations unissant histoire et modernité, nous voudrions privilégier le prisme de la science et mettre en évidence les processus qui ont joué dans l’émergence de cette intrication ainsi que dans la perception de la science comme une série de pratiques et de protocoles globalement admis, mais aussi comme la source principale de légitimation de l’autorité et de l’action. » (18)

La nouvelle histoire des sciences ne prend pas les sciences comme une chose évidente, définie a priori, mais, en intégrant les transformations que les sciences sociales ont connues dans les dernières décennies, elle reconnaît que la science dépend des êtres humains qui la produisent et la conçoivent. L’acquis principal de ce volume est justement le fait que la science fait partie de l’activité sociale, culturelle, politique et économique des hommes et que son histoire ne peut être analysée qu’en tenant compte des savoirs en marge du champ des sciences, de la manière de les faire, des pratiques impliquées, et des théories que nos acteurs propagent. Dans cette approche, l’accent est mis sur les processus plutôt que sur les révolutions. On ne met pas en avant des événements mais des changements lents sur une longue durée. C’est ainsi que les distinctions entre savoirs traditionnels et sciences, ou entre l’intellectuel et le manuel, peuvent être reconnues et intégrées dans l’histoire des champs spécifiques. Il y a aussi un détournement de l’État-nation en tant que cadre d’analyse, qui fait que le point de départ national est moins significatif et la vue exceptionnaliste moins probable. Les études de cas nous démontrent également que les notions de savoir et de science doivent être émancipées d’une perspective élitiste, selon laquelle la science est produite par des élites et le reste de la société l’adopte passivement. Le monde artisanal, le phénomène de l’eugénisme et les pratiques médicales sont les cas les plus pertinents pour caractériser ce changement. Enfin, il faut prendre en compte que les scientifiques, ou plutôt les producteurs de savoir, sont des êtres « multipositionnels », circulant entre différents mondes sociaux. Les statistiques forment un cas exemplaire : cette discipline se développe dans « une configuration multipolaire peuplée de bureaux administratifs, de sociétés savantes, de philanthropes et de quelques universitaires travaillant souvent en marge de leur discipline de rattachement. » (413) La composition sociale de ses acteurs explique le statut peu déterminé de la statistique et sa trajectoire « disciplinaire » au XIXe siècle. Ce terme issu de l’allemand Statistik est forgé pour dénommer une science qualitative, spécifiquement allemande, et dont le domaine était strictement limité à l’étude de l’État. On en est venu à une discipline « caractérisée par le traitement mathématique qu’elle [fait] subir aux éléments empiriques relatifs à tous types de phénomènes, naturels aussi bien que sociaux. »

Quelle est cette modernité qui s’impose dans le cas des sciences au XIXe siècle ? On rendra compte ici d’un seul aspect pour démontrer les possibilités de l’approche que ce volume nous propose : c’est une modernité rigoureuse. Le cas des mathématiques sert bien notre propos (Chapitre 9 par Amire Alexandre). À l’aube du XIXe siècle, les mathématiques se trouvent dans une impasse théorique, étant donné que l’incertitude gagne de plus en plus sur l’idée principale de la discipline selon laquelle les mathématiques, en tant que manifestation pure de la raison, servent à appréhender et à comprendre le monde ; en d’autres termes, les formules mathématiques sont l’expression d’une réalité externe. Or ce cadre commence à se déchirer face à des problèmes comme celui de la limite et de la convergence des suites infinies (1, ½, ¼, 1/8, …). Une telle série atteint-elle sa limite ? « Si chaque terme de la suite est toujours à une certaine distance de la limite, comment est-il possible de transcender cette distance et d’atteindre ce ‘dernier terme’ ? » (212) Pour les mathématiques physicalistes, tant qu’il y a une correspondance entre le monde et les mathématiques, la série doit ou ne doit pas atteindre sa limite. Mais si l’on juge les mathématiques uniquement par leur cohérence interne, la question ne pose pas d’ambiguïté. Il est possible que la limite soit tout simplement le nombre dont une suite infinie s’approche à n’importe quelle magnitude donnée. Tout comme la somme des angles d’un triangle peut être toujours inférieure à 180 degrés selon la géométrie non-euclidienne de Bolyai et Lobatchevski. Cela n’est pas vrai dans notre monde, mais il est tout à fait possible de construire une géométrie cohérente et logique dans laquelle cela reste possible. L’accent est mis ici sur la rigueur : « On insiste désormais sur le fait que tous les termes doivent être définis de façon claire et précise, et que chaque étape dans le raisonnement doit être cohérente et ne laisser aucune place à l’ambiguïté. » (210) Dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce cercle, allant du monde physique au monde abstrait et retour au monde physique, se referme finalement : Adolph Quetelet, Francis Galton, Karl Pearson, et même Albert Einstein (« la théorie purement mathématique de Riemann sur la courbure des espaces devient la pierre angulaire de la théorie de la relativité générale d’Einstein » (216)) vont appliquer ce monde abstrait des mathématiques aux problèmes empiriques de la société, de la médecine ou de la physique. Pourquoi trouve-t-on fascinante cette rigueur apparue au temps de la première modernité du XIXe siècle ? Il nous suffit de prendre les trois piliers de la modernisation weberienne pour repenser les parallèles incontestables. La rigueur des mathématiques pourrait être considérée comme le plus fidèle fonctionnaire dans la bureaucratie idéal typique de Max Weber. Mais aussi, le monde des mathématiques abstraites est un ultime « rationalisateur » et représente un modèle parfait pour le désenchantement du monde tel qu’on peut l’aborder dans les travaux des métrologues, des statisticiens, des médecins décrivant le comportement des microbes, ou encore dans les calculs des actuaires.

Histoire des sciences et des savoirs (dir. Dominique Pestre),
Vol. 1, De la Renaissance aux Lumières (dir.  Stéphane Van Damme)
Vol. 2,
Modernité et Globalisation (dir. Kapil Raj, H. Otto Sibum),
Vol. 3, Le siècle des technosciences
 (dir. Christophe Bonneuil)
Paris, Éditions du Seuil, 2015.
Commander le livre à la bibliothèque du CEFRES : claire@cefres.cz


Une réflexion sur « Histoire des sciences et des savoirs – Dominique Pestre et al. »

Les commentaires sont fermés.