Samizdat de Hrabal Musée national Prague

Ioana Popa – Traductions de la Guerre froide

par Lara BONNEAU (CEFRES – Université Paris I)

Le 11 avril 2016, Ioana Popa, chercheuse au CNRS, a présenté à l’Institut français de Prague, à l’invitation du CEFRES en partenariat avec la Faculté des lettres de l’Université Charles, une conférence intitulée Traductions de la Guerre froide : acteurs et pratiques de la circulation des livres par-delà le rideau de fer et de leur réception en France.

La configuration historique et géographique choisie imposait d’emblée un certain nombre de difficultés, les rapports Est / Ouest étant envisagés par l’historiographie contemporaine de cette époque sous l’angle d’une séparation hermétique, empêchant les circulations et les échanges. Cependant, à rebours de cette représentation du rideau de fer comme frontière étanche, Ioana Popa a démontré l’existence de dynamiques circulatoires certes freinées et limitées mais bien réelles. Élaborant une sociologie des modalités plurielles de transfert littéraire, en particulier en France, d’œuvres produites dans des régimes non-démocratiques, elle s’est concentrée sur un objet particulier : l’opération de traduction en tant que pratique sociale et professionnelle. En effet la traduction permet de retracer les circulations, elle est un processus repérable, mesurable, permettant de cibler les flux, leurs origines et leurs directions, et les espaces de leur déploiement. Pour quels auteurs et quels genres d’écrits a-t-on pu observer cette circulation ? À quel moment de leur parcours et dans quelle configuration historique précise ?

Pour répondre à ces questions, Ioana Popa a procédé à l’analyse de paramètres aussi variés que le flux des traductions, les propriétés sociales et les trajectoires (sociales, scolaires, politiques, migratoires, professionnelles) des auteurs, les types de supports matériels des textes traduits, les trajectoires géographiques et éditoriales, ainsi qu’à celle de l’appropriation et de la consécration dans l’espace de réception. L’enquête a porté sur un ensemble de quatre pays : la Roumanie, la Tchécoslovaquie, la Hongrie et la Pologne, les transferts étant étudiés vers la France. Enfin, cherchant à rendre compte de la pluralité des logiques présidant ces transferts, elle a distingué deux types de circuits de traduction : le « circuit d’exportation officiel et patrimonial » et le « circuit semi-officiel, parallèle, et direct ».

Ioana Popa a ainsi mis en évidence trois configurations historiques distinctes dont elle a détaillé amplement les caractéristiques et que nous ne faisons que résumer ici :

  • Pendant la première période, de 1947 à 1955, la traduction apparaît essentiellement comme un vecteur de la guerre froide culturelle. L’étatisation et la prise de contrôle idéologique des espaces de production transforment le champ littéraire. À la codification stricte du régime interne de publication s’ajoute une réglementation tout aussi stricte de la circulation internationale. La propriété littéraire de l’auteur est extrêmement limitée, à la fois par les organes de censure interne et, du point de vue international, par la création d’agences officielles des droits d’auteur dont l’autorisation est la condition sine qua non des transferts. Cependant, en France le Parti communiste constitue un relais de grande importance pour la promotion des nouvelles littératures venues des pays communistes. Ce sont donc essentiellement les œuvres idéologiquement conformes au régime qui sont traduites et transférées, les samizdats étant encore inexistants. Les quelques traductions non autorisées d’œuvres souvent critiques du communisme sont en revanche le résultat d’un circuit direct : leurs auteurs sont exilés en Occident et traduits directement, souvent sous des pseudonymes et de manière confidentielle.
  • De 1956 à 1967 en revanche, à la faveur des crises politiques survenues en 1956 en Hongrie et en Pologne, des ouvertures et des moyens de subversion apparaissent, conduisant à une redéfinition du transfert littéraire. Certes, le circuit autorisé représente encore les trois quarts des traductions faites pendant cette période, mais on observe une intensification de la circulation internationale des œuvres, la découverte de nouveaux écrivains, et une transformation quantitative de la hiérarchie des flux linguistiques, en particulier les flux hongrois et polonais. En revanche les situations tchécoslovaque et roumaine restent sous contrôle de l’appareil culturel du Parti communiste. Les éditeurs français ayant publié auparavant une « littérature soviétique » – notamment sous l’égide d’Aragon – diversifient peu à peu leur catalogue de traduction. En outre, les modalités non autorisées de traduction se développent. Ioana Popa a rappelé l’importance de l’attribution en 1958, du Prix Nobel de littérature à Boris Pasternak, prix que celui-ci dut refuser sous la pression du régime soviétique. Par la suite, Pasternak fut le premier à faire publier le manuscrit de son roman le Docteur Jivago directement en Occident sans passer par les organes officiels soviétiques. La traduction de son roman constitua alors l’édition originale, première d’une nouvelle forme de circulation internationale non autorisée des œuvres.
  • Enfin de 1968 à 1989, Ioana Popa met en évidence une dernière configuration du transfert littéraire : on observe non seulement une intensification du nombre de traductions publiées, mais aussi une augmentation de la proportion de transferts non autorisés. Les littératures tchécoslovaque, polonaise et roumaine en sont les principales bénéficiaires. Cette croissance est le résultat de la mise en place de circuits de publication clandestins, et l’utilisation de supports matériels non autorisés : les samizdats. La Roumanie se distingue en devenant le premier pays, dès les années 1970, dont les flux non autorisés deviennent plus importants que les flux autorisés : la contestation du régime se fait majoritairement par le biais de l’exil, et les écrivains roumains publient donc directement en traduction leurs œuvres interdites en Roumanie. En Tchécoslovaquie, un changement très profond advient à partir de la répression de 1968 : les écrivains connus pour leur engagement lors du printemps de Prague (en particulier Ludvík Vaculík, Josef Škvorecký, Václav Havel, Pavel Kohout ou Milan Kundera) sont révélés au public français. Ioana Popa souligne qu’entre les circuits clandestins de publication nationaux et ceux de transfert international, le transfert s’appuie souvent sur les activités des maisons d’éditions et des revues en exil. Celles-ci permettent une multiplication des supports matériels des textes prohibés : un même texte peut passer sur plusieurs supports matériels successifs, selon les aléas de sa circulation de l’Est à l’Ouest ou de l’Ouest à l’Est. Cette complexification des stratégies de publication répond à l’exigence de protéger les auteurs des risques auxquels les expose une circulation hors des frontières nationales. La publication d’une traduction avec la mention « sans autorisation de l’auteur » peut ainsi faire croire à une reproduction frauduleuse du texte, et déresponsabiliser l’auteur. En outre, la multiplication des variations textuelles, incluant les traductions, peut consister une stratégie d’écriture, comme c’est le cas pour le roman de Bohumil Hrabal Une trop bruyante solitude.

En conclusion, Ioana Popa a insisté sur le fait que les logiques de transfert littéraire dans le contexte étudié ne se réduisent pas à leur dimension idéologique et politique. La scène internationale est en effet le lieu d’une reconnaissance pour des œuvres qui n’aspirent qu’à être « littéraires ». Les logiques sont de plus hétéronomes : les contraintes politiques sont de toute évidence un frein, mais peuvent également se révéler un accélérateur de la mise en mouvement des textes dans l’espace de réception. La subsistance des transferts littéraires non-autorisés témoigne de l’incapacité du politique à régir le champ littéraire sans faillir.

Image d’en-tête :
Samizdat de B. Hrabal, Musée national, Prague
http://muzeum3000.nm.cz/nejnovejsi/samizdatovy-hrabal-ze-sbirek-narodniho-muzea
« Výslovný zákaz dalšího opisování rukopisu » [Interdiction formelle de recopier le manuscrit]
Les initiales « vzdor » signifient « résistance »