Roger Chartier à Prague

Les 18 et 19 mai 2016, la Plateforme CEFRES (CEFRES, Académie des sciences, Université Charles) recevait à Prague dans le cadre du Forum Visegrad, Roger Chartier, professeur au Collège de France, qui avait été accueilli à Varsovie les deux jours précédents.

Joseph II an der BuchdruckerpresseLe mercredi 18 mai dans la matinée, l’Institut de littérature tchèque de l’Académie tchèque des sciences et le CEFRES organisaient une journée d’étude intitulée « Culture écrite et société dans les pays tchèques à l’époque moderne. Autour de Roger Chartier » où furent présentées des recherches en cours.
Pavel Sládek (FF UK) remettait en question le paradigme de la diffusion liée à l’invention de l’imprimerie en montrant, à partir de l’analyse de préfaces et de frontispices de livres du 16e siècle, la pénurie de textes hébreux qui semble avoir suivi l’introduction de l’imprimerie à caractères mobiles pour la reproduction des textes fondamentaux du judaïsme.
Veronika Čapská (FHS UK) analysait les modalités de traduction, de diffusion et d’usages des textes de piété mis en circulation par les membres (souvent féminins) de la famille Swéert-Spork, en particulier auprès de leurs sujets, au début du XVIIIe siècle.
Michael Wögerbauer (ÚČL AV ČR) s’interrogeait sur les raisons qui peuvent expliquer la non-circulation d’un texte aujourd’hui jugé précurseur. Il reconstituait ainsi pour deux romans féminins publiés à Prague dans les années 1770 le travail de diffusion de son éditeur et analysait ce que l’auteur dit elle-même de la diffusion de son roman et les rares critiques de l’ouvrage parues dans des revues.
Claire Madl (CEFRES, ÚČL AV ČR) analysait les publicités de livres parues dans les journaux au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle pour replacer les stratégies linguistiques des éditeurs et libraires dans le contexte de celles visant à élargir et diversifier leur public.
Daniela Tinková (FF UK) enfin présentait la réception des idées des Lumières et des événements de la Révolution française dans deux séries épistolaires qui permettent, pour deux générations successives, de reconstituer les sources d’information et la matrice intellectuelle d’appréhension des événements.

Roger Chartier s’est prêté au jeu d’une discussion qui mettait en valeur les problématiques générales de la circulation des textes et des écrits abordées par ces études de cas, en les mettant en perspectives avec d’autres terrains : la place des revues de recension dans la construction du champ littéraire, la différenciation des fonctions du manuscrit et de l’imprimé successive à l’invention de Gutenberg, les pratiques de lecture créatrices de sens, les écarts induits par les différentes matérialités de l’écrit, etc.

Roger Chartier CEFRES, 2011En fin d’après, midi, le mercredi 18 mai à 18h, Roger Chartier donnait une conférence à l’Institut français de Prague, intitulée « Qu’est-ce qu’un livre. Réponse à une question de Kant ». Plus de cent cinquante auditeurs étaient venus écouter les pistes de réflexion que l’éminent spécialiste de l’écrit et de ses modes d’inscription et de transmission propose afin de mieux comprendre les mutations que le support numérique impose aujourd’hui à l’écrit.

La conférence partait de la distinction opérée par Kant entre « l’œuvre » qui relève du discours et sa matérialisation en « livre », afin de répondre au souci de son époque d’assurer un revenu aux auteurs et de protéger les éditeurs des contrefaçons. Affinées par les Anglais puis par Fichte, qui analyse la relation entre les idées et la forme que leur donne l’écriture, ces distinctions fondent notre système du droit d’auteur et rompent avec les conceptions précédentes qui usaient de métaphores, tantôt pour saisir le double visage du texte dans un livre conçu comme corps et âme du texte, tantôt la création conçue comme les six livres écrits par Dieu.

Second héritage des Lumières, la conception de l’individualité et de l’originalité de l’œuvre provoqua un intérêt inédit pour les manuscrits d’auteurs devenus « le signe visible d’une œuvre immatérielle ». Auparavant « l’original » n’était que la copie établie par un scribe professionnel pour l’usage des censeurs et des imprimeurs. Désormais respectés et révérés, ces manuscrits donnent lieu à un nouveau marché des autographes, à la fondation d’archives littéraires mais aussi à la prolifération des faux. On doit à cette notion d’originalité le genre de la « biographie littéraire » et la constitution des « œuvres » qui, rassemblées en des livres, font les auteurs – en opposition à la conception de Kant selon lequel c’est l’auteur qui faisait le livre. L’exemple de Shakespeare, dont seul le travail des éditeurs après sa mort a permis de matérialiser le corpus d’œuvres, est à ce titre paradigmatique.

Plus proche de nos soucis actuels de dissémination et de rassemblement des œuvres, Roger Chartier analysait ensuite le travail sur les discours opéré par les recueils de lieux commun ou de « citations ». Toujours à partir de l’exemple des textes de Shakespeare, il montrait que de phrases attachées à une intrigue et à des personnages, les citations fragmentées deviennent, dans ces recueils, des vérités universelles. Autre texte dont Chartier est particulièrement familier, le Don Quichotte a fait quant à lui l’objet de fragmentations et de raccourcissements destinés à augmenter la circulation du texte.

Afin d’affiner notre compréhension de cette tension entre dissémination et rassemblement et des mutations imposées aux textes par les changements de support, Roger Chartier revenait sur trois grands moments de l’histoire du livre. C’est au passage du « rouleau » (volumen) au codex que le lecteur a pu lire de façon discontinue, citer précisément des fragments de textes et écrire en même temps qu’il lisait. Dès avant l’invention de l’imprimerie, les œuvres furent ensuite de plus en plus souvent rassemblées, non plus en des livres au contenus variés, comme le sont la plupart des codex, mais par auteur créant le « livre unitaire ». La troisième mutation, l’invention de l’imprimerie, nous apprends quant à elle que plusieurs modes de reproduction des textes peuvent cohabiter, chacun donnant lieu et inventant des pratiques différentes sans que l’un élimine l’autre (la lettre manuscrite valorisera le lien personnel, le journal à la main concurrencera la gazette, le manuscrit philosophique matérialiste permettra de contourner la censure, etc.). La mutation de l’imprimerie nous apprend ainsi qu’un changement de matérialité modifie le texte lui-même, la façon de le lire et donc le sens que lui attribue son lecteur.

La numérisation des textes impose, elle aussi, une profonde transformation à la relation entre le fragment et la totalité. Elle provoque la prolifération de « fragments décontextualisés, juxtaposés et indéfiniment recomposables » qui perdent leur relation avec la totalité de l’œuvre. Tandis que la lecture devient de plus en plus discontinue, de nouvelles formes d’écritures apparaissent, collectives, ouvertes, mouvantes. Ces évolutions sont en profonde contradiction avec la notion d’œuvre et remettent en question la propriété des auteurs.  À l’heure où nous nous réjouissons de l’accessibilité décuplée que permet la numérisation des textes ou la création de textes numériques, il importe de ne pas considérer l’imprimé comme désuet, au risque d’oublier les sens de nos textes en rendant impossibles certaines pratiques de lecture attachées à la matérialité du texte.

La discussion a permis d’approfondir les relations entre les catégories d’analyse définies par Roger Chartier et l’impact de la numérisation des textes aujourd’hui : remise en cause du droit d’auteur, démocratisation de l’accès, accentuation des monopoles dans l’édition électronique scientifique, etc.

L’enregistrement vidéo de la conférence sera bientôt disponible sur la chaîne du CEFRES sur le serveur Youtube.
Sa traduction en tchèque est à paraître dans la revue Knihovna de la Bibliothèque nationale de République chèque.

Séminaire doctoral 1-5-2016Le 19 mai enfin, Roger Chartier avait accepté d’animer un séminaire de doctorants organisé par Jiří Hnilica et Hana Havlůjová de la Faculté pédagogique de l’Université Charles. Une vingtaine de doctorants de diverses facultés avaient préparé une série de questions après la lecture de l’ouvrage « Au bord de la falaise » dans sa traduction tchèque éditée par Pavel Mervart en 2011. Roger Chartier y a longuement répondu en abordant les dernières orientations de l’historiographie (histoire globale, mémoire collective, régimes d’historicité) mais aussi le rôle de l’historien dans la société, sujet qui touche bien sûr particulièrement les étudiants destinés à enseigner l’histoire. Les doctorants ont particulièrement apprécié la stimulante et toujours bienveillante exigence de l’historien.

Par Claire Madl