W. Feuerhahn – La sémantique historique dans une perspective transnationale et transdisciplinaire : le cas du « milieu »

Compte-rendu par Mátyás ERDÉLYI (CEFRES-CEU)

Wolf Feuerhahn a prononcé une conférence sur la sémantique historique dans une perspective transnationale et transdisciplinaire dans le cadre des grandes conférences de la Plateforme CEFRES. Son intervention visait à dépasser les limitations de l’histoire comparée et de l’histoire des concepts telle que mise en place par Reinhard Koselleck, par le traitement des problèmes de re-sémantisation transnationale et transculturelle du concept de « milieu ».

Le chemin de ce terme s’intègre dans le discours de l’histoire transdisciplinaire et évoque des concepts très en vogue dans la recherche contemporaine, comme ceux de « travelling concepts » ou « nomadic concepts ». Son objet de recherche, « milieu », n’est pas simplement un objet de l’histoire des sciences, c’est également un outil utilisé par différentes disciplines pour contextualiser leurs objets de recherches. En analysant l’usage du mot « milieu », l’historien des sciences doit faire face à un défi: son objet et le propos de son projet lui-même se trouvent tous deux situés dans des contextes historiques différents, qui devraient, eux aussi, être historicisés. Cette régression infinie permet aux historiens des sciences de ne pas tomber dans un récit idéologique grâce à la distanciation qu’elle met en œuvre.

Le fondateur du concept de « milieu » serait Hyppolite Taine qui, dans un texte de 1863, explique que toute civilisation est le résultat d’un certain nombre de formes psychologiques élémentaires. La race, en tant qu’ensemble de dispositions héritées, le milieu, qui expliquerait la différentiation des individus appartenant à la même race, et le moment, la vitesse acquise, forment la base de l’histoire qui devrait devenir un « mécanique psychologique ». Après avoir voyagé de la France à l’Allemagne, de l’histoire littéraire de Taine à la biologie et à la sociologie, le mot milieu devient pour les chercheurs une théorie proprement française, représentative de l’idéologie française. Une telle critique est portée par Eugénie Dutoit qui dénonce la « théorie Tainienne » dans sa thèse de 1899 intitulée « Die Theorie des Milieu ». Ainsi, depuis les années 1870, « milieu » reste présenté en Allemagne comme issu de la « théorie Tainienne » et destiné à décrire une sorte de déterminisme opérant sur les acteurs dans ce milieu. La façon dont Nietzsche approche ce sujet est par exemple représentative de la critique que le concept reçoit en Allemagne ; même si Nietzsche rejetait le positivisme, le milieu n’est pas réfuté en tant que promoteur de positivisme, mais en tant que le produit de l’instinct des faibles et donc antithétique au concept du génie déployé chez Nietzsche en particulier dans son Crépuscule des idoles. L’autonomie du génie devrait être préservée en face de n’importe quelle force du contexte (du « milieu »). D’autre part, pour les « mandarins allemands » du tournant du siècle, le concept français devient la quintessence de la montée des sciences naturelles qui remettraient en cause les méthodes appliquées par les Geisteswissenschaften ; il essentialise le doute envers le statut des classiques dans les Gymnasium. Enfin, le déterminisme du milieu Tainien implique une tendance politique dangereuse qui le rapproche des idées politiques socialistes et qui joue un rôle important dans l’interprétation que le biologiste Uexküll en fait.

La grande majorité des chercheurs allemands réfutaient donc cette théorie et le mot Umwelt fut créé pour s’opposer au terme français « milieu ». C’est Jakob von Uexküll qui l’invente au début du XXe siècle. Plus qu’une traduction directe, son Umwelt est justement une réaction contre la théorie du milieu chez Taine. Ainsi Uexküll souligne-t-il la dimension perspectiviste de chaque Umwelt qui, en même temps, ne peut pas être séparé du projet politique antisocialiste et antidémocratique de son auteur. Les titres d’ouvrages scientifiques contenant le mot Umwelt se multiplient dans l’entre-deux-guerres en Allemagne ce qui témoigne de l’influence croissante de ce terme.

Une nouvelle re-sémantisation a lieu en France, initiée par Canguilhem en 1952 dans un article intitulé « Le vivant et son milieu ». Le milieu, ou les milieux, selon l’usage qui s’impose par la suite, serait dans ce cas la source d’une philosophie biologique selon laquelle la vie est irréductible à des phénomènes physiques. Umwelt est retraduit ainsi par le terme français « milieu », et devient le symbole d’une philosophie anti-déterministe postmoderne et un concept subjectif.

En terme méthodologique, le plus important fruit de cette analyse est de remettre en cause l’approche purement comparatiste et celle de l’histoire des concepts. Le problème de l’histoire comparée est qu’on ne peut pas prendre pour acquis que les concepts seraient incommensurable et les théories équivalentes dans les différents « milieux » scientifiques : le point de départ de cette recherche est justement que le mot « milieu » n’est pas équivalent dans le contexte allemand et français, et qu’il varie dans l’espace et le temps. Cette étude de cas, une « sémantique transnationale et historique » est aussi opposée à l’histoire des concepts de Koselleck qui distingue a priori les mots et les concepts en prenant pour acquis le statut des concepts analysés. Le cas du milieu nous montre au contraire qu’il est important de réfléchir sur la façon dont les mots sont sémantiquement affectés par leur trajectoire transnationale et interdisciplinaire.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Madl (20 mai 2016). W. Feuerhahn – La sémantique historique dans une perspective transnationale et transdisciplinaire : le cas du « milieu ». Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi7b