« Writing camp » du réseau de recherche sur la lecture EU-RED

DU 28 au 30 avril s’est tenu au CEFRES et à l’Institut de littérature de l’Académie tchèque des sciences une rencontre du réseau de recherche EU RED : « Reading in Europe, Contemporary issues in Historical and Comparative Perspectives » (P-RECIHC, ANR-14-CE31-0018-01) grâce à co-financement de l’Institut de littérature de l’Académie des sciences et en collaboration avec le CEFRES et le service de coopération universitaire de l’Ambassade de France à Prague.

Dix-huit membres de ce consortium qui rassemble une quarantaine d’institutions se sont retrouvés à Prague pour faire le point sur l’avancement de la tâche principale du projet : l’étude de faisabilité d’une banque de données multilingue destinée à moissonner, déposer et mettre à disposition des témoignages d’expériences de lecture. Après la conception, la réalisation puis le test d’une structure destinée à décrire et enregistrer les données, les informaticiens et chercheurs responsables de cette tâche ont présenté les choix qui avaient été fait en matière de format des données, de systèmes de gestion et des thesaurus sources destinés à fournir un vocabulaire contrôlé pour décrire les textes lus, les lecteurs et les expériences elles-mêmes (contexte de la lecture, émotion exprimée, statut du lecteur, etc.). La coopération avec l’organisme Europeana a aussi été présentée.

Les membres du réseau seront désormais mis à contribution pour tester l’outil de gestion de la traduction de ces thésaurus dans les sept langues les plus répandues en Europe.

Le second « fil rouge » de ces journées a été la rédaction d’une première ébauche de réponse à l’appel à projet H2020. Après une présentation des points clés de l’appel par les leaders du projet (Brigitte Ouvry-Vial de l’Université du Mans), M. Pacvoň de l’Agence la recherche européenne de l’Académie tchèque des sciences est intervenu pour partager conseils pratiques et retours d’expérience à partir d’exemples très concrets. Les sessions de travail en petits groupes ont ensuite alterné avec les debriefing pléniers où tous les membres étaient appelés à réagir aux propositions de leurs collègues. La densité des échanges, la liberté et la bienveillance des critiques ont fait la richesse de ces journées chargées, à l’issue desquelles les chercheurs ont eu la possibilité de profiter un peu des rues de Prague ensoleillées et de se détendre autour de tables conviviales et toujours très animées.

par Claire Madl