Comment nommer le changement urbain ? Le cas de l’Europe centrale et orientale

par Aurore Meyfroidt
Doctorante à l’ENS de Lyon, en cotutelle internationale avec l’Université de Vienne, sous la direction de Lydia Coudroy de Lille et de Heinz Fassmann. Sa thèse de géographie, intitulée « Le tiers secteur du logement dans la région métropolitaine Vienne-Bratislava. Recompositions d’une offre de logement abordable et fabrique métropolitaine » s’inscrit dans l’axe 3 du CEFRES.

Invitée Visegrad entre Prague et Budapest, Lydia Coudroy de Lille, Professeur de géographie urbaine à l’Université Lyon 2 et membre du laboratoire UMR5600 EVS, est intervenue le 17 mars 2016 dans le cadre du CEFRES, lors de la conférence European Habitat (organisée par le ministère du Développement régional tchèque et la Commission des Nations unies pour l’Europe, prélude à la conférence Habitat III de Quito en octobre 2016), sur la façon dont les géographes nomment le changement urbain. Cette présentation de nature épistémologique, combinant à la fois approche thématique (géographie urbaine) et régionale (Europe centrale) par cette spécialiste des dynamiques urbaines analysées au prisme du logement, a permis de nourrir une riche discussion avec le géographe Pr. Ludĕk Sýkora (Faculté des Sciences naturelles, Université Charles) qui, lui, a mené des recherches sur les transformations post-socialistes et les dynamiques urbaines (gentrification, périurbanisation, ségrégation).

Le but de la contribution de Lydia Coudroy de Lille était de questionner la spécificité du changement urbain dans les villes post-socialistes en Europe centrale, en lien avec les différentes catégories utilisées pour caractériser cette région, souvent basées sur une approche temporelle mais dont les dynamiques, catalysées par les transformations de 1989, en soulignent les limites. Elle rappelle tout d’abord l’unicité des transformations systémiques en Europe centrale : toutes les dimensions socio-économiques et politiques ont été touchées, la région tout entière a dû s’adapter à de nouvelles conditions, y compris géographiques avec l’ouverture des frontières puis la libre circulation des personnes et des marchandises. C’est dans ce cadre que sont interrogées les catégories du changement urbain. Bien souvent, un référentiel temporel, historique, conditionne ces catégories qui sont reliées à l’« après », au « post ». Ces dénominations sont doublées d’une approche normative, ce vocabulaire du « post » s’inscrivant aussi dans une perspective post-moderne, en opposition aux catégories imposées d’Europe de l’Ouest tout autant qu’à la norme de la « ville socialiste ». Mais ce vocabulaire temporel s’inscrit dans une forme de durée, si bien que les mots de la transition restent encore longtemps après la transition effective.

Dans un second temps, Lydia Coudroy de Lille interroge la dialectique changement / stabilité qui structure l’évolution de tout espace urbain, en particulier celui des villes d’Europe centrale. La transition a en effet apporté son lot de dynamiques socio-spatiales, qu’il s’agisse de la privatisation, de la décentralisation ou de la périurbanisation. Cependant, malgré ces bouleversements, des éléments demeurent et sont témoins des héritages sur le temps long de la fabrique aussi bien physique que sociale des villes ; à ce titre, la géographe convoque l’exemple du cadastre, « figé » par le droit, ainsi que le cadre démographique. Revenant enfin sur la place de ces villes d’Europe centrale dans l’Europe au sens large, elle montre l’hybridité de leur statut : leur passé est intrinsèquement rappelé par le préfixe « post », de sorte qu’elles se situeraient dans une forme de présent indéterminé, dans un « entre-deux » temporel.

Lors de sa discussion, Luděk Sýkora s’est concentré sur les catégories employées pour traduire le changement dans ces villes : si ces catégories sont courantes dans le champ académique, qu’en est-il cependant de la pratique ? Comment s’effectue le passage de ces catégories du champ scientifique vers la sphère pratique, décideurs ou ONGs, dans la confrontation « au quotidien » aux dynamiques mentionnées ? Sur la dialectique entre changement et stabilité, il estime que tout serait changement dans la ville. En effet, la ville étant considérée comme un système, ces éléments de stabilité ne seraient qu’apparents puisqu’eux aussi en mouvement, malgré leur nature constitutive de la ville. Enfin, le retour des villes d’Europe centrale en Europe permet d’interroger ce qu’est la ville européenne. Ferait-on face à un modèle normatif de la ville européenne, lié à une vision futuriste où les dynamiques urbaines seraient déterminées par des agendas ? Si la catégorie « post-socialiste » présente des limites  (la ville post-socialiste n’est qu’une facette, puisque ces villes sont également néolibérales ou post-fordistes), elle demeure cependant une partie intégrante de ces villes ; or la ville européenne est avant tout un creuset de diversité, avec ses héritages, de sorte que le post-socialisme renverrait davantage à une « condition urbaine » qu’à une période.

En guise de synthèse, les deux géographes ont admis la pluralité de la composition du changement urbain et le besoin d’avoir recours à des catégories pour qualifier ce dernier, si imparfaites soient-elles. Il ne s’agit pas uniquement de liens chronologiques entre ces différentes appellations mais aussi de liens fonctionnels. De façon plus globale, pour définir la nature de ce qu’est la ville, plus que des éléments de stabilité dans les dynamiques urbaines, les avantages de localisation qui structurent les flux dans la ville permettent de repenser l’urbain, à l’échelle de l’agglomération.