Bohemisten-Treffen du 4 mars 2016

Auteurs : Ségolène Plyer, Ludovic Schlosser

Lieu : Hochstrasse 8, Munich

Presentation1Institution : Collegium Carolinum, institut de recherche interdisciplinaire sur les pays tchèques et la Slovaquie. Point fort : histoire des XIXe et XXe siècles

Le Bohemisten-Treffen, dit encore Bohemistentag ou congrès annuel des bohémistes, est fréquenté par de nombreux chercheurs confirmés, des étudiants (à partir du master) et des personnes intéressées de langue allemande. Cette année, 48 projets de recherche en cours ou à venir, avaient été mis à disposition des participants sous forme écrite avant d’être présentés oralement par leur auteur en fin de matinée. Deux venaient du CEFRES : Ludovic Schlosser et Ségolène Plyer (respectivement, projets 20/43 et 20/29 sur le site du Collegium Carolinum).

Quelques projets firent l’objet d’une discussion après exposé : un essai pour repenser la monarchie des Habsbourg en 1700 autrement qu’à partir des concepts d’absolutisme et d’État fiscalo-militaire ; une communication sur l’image hostile des Turcs, Suédois et Prussiens en Europe centrale jusqu’à nos jours ; une autre sur l’association sudète Witikobund en RFA. De fait, les thèmes historiques prédominent souvent, mais sans être exclusifs : les « sciences de la culture » notamment sont toujours bien représentées, rappela Robert Luft  dans sa conférence d’introduction sur l’évolution des Bohemistentage depuis leurs débuts en 1997. Si les germanophones (Allemands et Autrichiens) et tchécophones forment la majorité des participants, le congrès accueille aussi des Anglo-américains, des Israëliens et, selon la conjoncture, des Japonais.

Les projets collectifs se sont caractérisés par leur diversité. René Küpper (Augsbourg) a présenté la grande exposition entre la République tchèque et l’Etat de Bavière à l’occasion du 700e anniversaire de la naissance de Charles IV (au manège du palais Valdštejn en mai puis au Musée allemand à Nuremberg en octobre) ; exposé dont il est ressorti que la coopération internationale posait moins de problème que le travail interdisciplinaire, dans ce cas entre historiens et historiens d’art ! Les objets qui seront montrés sont non seulement rares et beaux (certains viennent du musée de Cluny), mais aussi surprenants, comme le moule de la statue du pont Charles ou un authentique arc anglais illustrant la bataille de Crécy.

Ondřej Matějka (ÚSTR, Prague) a dressé un bilan des activités de l’Institut pour l’étude des régimes totalitaires en République Tchèque depuis sa création mouvementée en 2007. Le programme scientifique prévu semble certes ambitieux, mais il est, selon lui, déterminant pour donner à l’institution la légitimité qu’elle cherche à acquérir depuis sa fondation sous forte influence politique.

Avec ses partenaires (comme l’Institut Herder de Marburg ou la Bibliothèque bavaroise d’Etat), le Collegium Carolinum entend répondre à l’enjeu majeur des prochaines décennies : l’accès libre à la recherche sur l’Europe centrale et orientale. Sa revue Bohemia-Online existe déjà depuis quelques années. Se développent au sein du portail OstDok/ViFaOst consacré à l’Europe médiane, les collections suivantes : post-graduate papers, destinée à de très bons travaux d’étudiants (avant le doctorat) ; DigiOst, consacrée aux actes de colloques, ouvrages collectifs et éditions de sources (en réédition ou première publication) ; enfin, des portails thématiques où le public trouve des documents de référence comme des chronologies, des bibliographies ou de courtes explications, par exemple sur les hussites ou les guerres balkaniques.

Etaient rassemblés l’après-midi les auteurs (Miloš Řezník ainsi que Niklas Perzi et Václav Šmidrkal) du manuel scolaire tchéco-germano-slovaque pour le XXe siècle et de son pendant tchéco-autrichien, dont la publication est imminente. Un manuel classique étant impossible à réaliser car les programmes d’enseignement sont trop différents, la solution s’est imposée d’une collection de ressources où chacun puiserait selon ses besoins. Introductions, documents et questions aux élèves remettent en question la pertinence d’une perspective étroitement nationale sur le passé commun. Le premier ouvrage est conçu dans l’idée servir de documentation pour les excursions scolaires de l’autre côté de la frontière, tandis que le second sera décliné en deux formats – l’un de 500 pages pour les enseignants et l’autre plus bref pour les élèves.

L’atmosphère agréable que les organisateurs savent instaurer favorise aussi des échanges ouverts et détendus (même si jadis, ils n’anticipèrent pas que le ton monterait… à propos de la rénovation des jardins baroques !). La journée s’est terminée à la Hofbräuerei dans de longues discussions informelles qui ne sont pas la moindre composante de la réussite des Bohemistentage depuis 1997.

Remarque. Le Collegium Carolinum organise aussi chaque année au début de l’hiver un colloque à Bad Wiessee dont les actes sont publiés chez Oldenbourg. Le thème de cette année porte sur les formes de domination à l’intérieur de l’empire autrichien. La date-limite d’envoi des propositions est le 31 mai prochain, voir l’appel à contribution.



Citer ce billet
Marion Eschard (2016, 25 mars). Bohemisten-Treffen du 4 mars 2016. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi76