Potrebujeme feminismus! Nous avons besoin du feminisme !

 

par Pierre Neau

Jitka Gelnarová, docteure à l’Institut de science politique de la Faculté de sciences sociales de l’Université Charles était invitée le 12 avril 2016 au Centre social autonome Klinika (Autonomní sociální centrum Klinika) à Prague pour la troisième conférence du cycle « Potřebujeme feminismus! » (Nous avons besoin du féminisme !). C’est assis dans le fond d’une salle comble de ce squat étonnant que j’ai pu suivre la conférence en tchèque grâce à la traduction en anglais d’une des organisatrices. L’objectif de la séance était de retracer l’histoire du mouvement des femmes en pays tchèques depuis ses débuts au milieu du 19ème siècle jusqu’en 1945. Cela a pris la forme d’une liste nominative des grandes figures.

Dans une première partie, Jitka Gelnarová a évoqué les fondements du système patriarcal avec la séparation genrée et hiérarchisée des tâches et des sphères d’influences. Le culturel, l’économique et le politique relevant des hommes, tournés vers l’extérieur. Le domestique, l’intime et l’éducation relevant des femmes, tournées vers l’intérieur.

Jitka Gelnarová s’est ensuite concentrée sur les particularités tchèques. Lors de l’éveil national au milieu du 19ème siècle, hommes et femmes devaient se sacrifier pour la nation. Dans cette lutte cependant, était pensée une structure genrée des rôles sociaux. Ainsi les femmes devaient être des mères dont le rôle premier était l’apprentissage aux enfants de la langue tchèque. Les premières initiatives allèrent dans ce sens en aidant les femmes à remplir ce rôle imposé. La première figure abordée lors de la conférence est Magdalena Dobromila Rettigová. Elle créa un centre d’éducation pour les femmes où étaient enseignés la cuisine, l’agriculture, le ménage et la littérature tchèque. Bohuslava Rajská fut la première femme activiste luttant pour les droits des femmes et œuvrant pour les engager à prendre une place dans l’espace public. Marie Riegrová-Palacká a créa en 1889 une fondation d’aide aux mères avec la mise en place des premiers jardins d’enfants. Ces structures aidèrent grandement les femmes des classes laborieuses à lier travail et vie domestique. Le premier homme tchèque ayant participé à l’amélioration de la situation des femmes est Vojta Náprstek. C’est après un voyage aux États-Unis qu’il « importa » les idées américaines concernant la lutte pour les droits des femmes. Il créa ainsi en 1865 l’« Americký klub dam » (Club américain des dames) exclusivement réservé aux femmes. L’objectif était d’apprendre aux femmes à être actives en dehors de la maison et même de les inciter à travailler. De nombreuses activités étaient organisées dans ce club, en premier lieu la lecture avec la mise à disposition d’une bibliothèque, mais il y avait également des conférences éducatives ainsi que des activités sportives pour briser les barrières physiques. Son club connut un vif succès et y adhérer devint rapidement un passage obligé pour les femmes tchèques de bonne famille.

Dans un second temps, Jitka Gelnarová  a abordé les premiers mouvements dits « féministes » en pays tchèques à partir des années 1890. Elle a commencé par évoquer Karla Máchová à laquelle on doit le premier texte concernant la place des femmes au sein de la lutte des classes. Elle y critique la hiérarchie des luttes en donnant la priorité à celle des femmes. Ainsi, le 23 janvier 1908 elle fut la première femme à être candidate au Parlement pour la circonscription de Prague 4, 6 et 7 au sein du Parti social-démocrate. La seconde figure féministe abordée était Eliška Krásnohorská qui fut membre puis directrice de l’Association des femmes créée en 1871. Elle milita pour l’ouverture du premier lycée de filles afin que ces-dernières puissent obtenir un diplôme de l’enseignement secondaire et accéder ainsi à l’université. Elle fonda en juin 1890 une association d’études pour les femmes, Minerva, qui devint le premier lycée de filles, le 27 septembre 1890. La Faculté de médecine a été la première faculté de l’Université Charles à admettre des femmes en son sein. Eliška Krásnohorská fut la première femme à enseigner à l’université. En 1912 eut lieu la première journée de lutte pour les droits des femmes qui se réitère depuis tous les ans, la première revendication qu’elle permit d’exprimer étant le droit de vote. En 1918, lorsque la République tchécoslovaque fût proclamée, il était question que les femmes accèdent à la sphère politique. Or, le droit de vote des femmes a été sacrifié dans les négociations en privilégiant un accès à tous les hommes. L’argument prôné était essentialiste plaçant l’utilité des femmes au sein du foyer. Le suffrage devint universel seulement deux ans plus tard.

La conférence s’est achevée en évoquant les débuts de la période communiste puis s’est ouvert un débat qui ne m’a malheureusement pas été traduit. Pour plus de renseignements, il y a à Prague un Centre de recherches en études de genre (http://www.genderstudies.cz/) qui dispose de la plus grande bibliothèque spécialisée sur ce sujet d’Europe centrale et orientale.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Madl (16 avril 2016). Potrebujeme feminismus! Nous avons besoin du feminisme ! Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi77