La pensée d’économie politique, l’Empire et l’État-Nation

bougarel_xavier

Compte-rendu – La pensée d’économie politique, l’Empire et l’État-Nation

par Gwendal Piégais

Adrian Brisku, post-doctorant à la Faculté des sciences sociales de l’Université Charles de Prague (FSV UK) a été accueilli, le 30 novembre 2015, lors du séminaire IMS-CEFRES « Entre aires et disciplines », afin de présenter ses travaux La Pensée d’économie politique, l’Empire et l’État-Nation – les cas de l’Albanie, la Tchéco/Slovaquie et la Géorgie, des années 1880 à 1920. Sa présentation a donné lieu à une discussion avec l’historien français Xavier Bougarel (CETOBAC-EHESS et Centre Marc Bloch, Berlin), ainsi qu’avec les participants du séminaire.

Adrian Brisku a tâché de mettre en parallèle des figures de la pensée politique et économique d’Albanie, de Géorgie et de Tchécoslovaquie autour de la question des stratégies de passage d’un empire à un État-nation, pour une période allant de 1880 à 1920, englobant les guerres balkaniques, la chute des empires russe et austro-hongrois et l’avènement de nouvelles entités étatiques qui suivit. Dans ce vis à vis d’activistes – tels que l’Albanais Ismael Qemali, Karel Kramář pour la Tchécoslovaquie, ou encore le Géorgien Niko Nikoladze – Adrian Brisku entendait mettre en regard les concepts et les locutions propres à leurs discours. Dans cette confrontation de leurs travaux et revendications, il mit en avant leur réflexion commune sur une alternative : la nation doit-elle opter pour l’intégration dans un grand ensemble impérial ou fédéral, ou bien devenir un petit État-nation ?

Répondant à son intervention, et l’interpellant sur sa réflexion et sa méthode, Xavier Bougarel a fait part à l’assistance de quelques précautions méthodologiques pour qui voudrait entreprendre de telles lectures croisées. En premier lieu, il a souligné que toute histoire intellectuelle ne pouvait faire l’économie d’une histoire des intellectuels, invitant ainsi Adrien Brisku à apporter des précisions quant aux parcours des différents activistes et théoriciens évoqués dans ses travaux. Xavier Bougarel a également mis en garde contre le danger, commun à plusieurs travaux sur la notion de nation, à savoir le recours à une vision essentialiste des nations qui deviennent des États, omettant ainsi le caractère construit des entités politiques se revendiquant d’un état de fait. Pour répondre enfin à une des interrogations développées par Adrien Brisku, celle relative à l’alternative de l’intégration à un grand ensemble étatique ou de la constitution d’un État-nation, Xavier Bougarel a fait remarquer que la seconde option, pour laquelle ces États ont finalement opté, devait plutôt  sa réalisation au cours des événements qu’à un véritable choix politique. Il a également mis en avant le fait qu’il restait une question qui mériterait d’être soulevée : pourquoi construisent-ils de petites-nations et non pas des grandes ? À cette question-là, selon Xavier Bougarel, seule l’histoire peut répondre.

De manière plus générale, Xavier Bougarel a appelé de ses vœux une comparaison entre le cas albanais et le cas kurde, ainsi que des études plus poussées sur la mise en relation, voir l’union étatique de plusieurs entités dites nationales, comme dans le cas de la Yougoslavie ou de la Fédération de Russie ; études d’autant plus pertinentes au sein d’une Union Européenne, devenue, pour reprendre les mots de Xavier Bougarel, une  « plus grande Yougoslavie ». De telles études seraient également l’occasion de s’interroger sur la quasi disparition de la pensée économique dans le discours nationaliste alors que, comme le soulignaient des auteurs comme Gellner ou Anderson, la formation des nations peut s’appuyer sur le marché, mettant en relation des locuteurs d’une même langue véhiculaire ou vernaculaire. Introduire à nouveau la question économique dans la problématique de la construction des États-nations permettrait donc de mettre en avant le rôle des structures sociales dans ce processus.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marion Eschard (16 février 2016). La pensée d’économie politique, l’Empire et l’État-Nation. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi75