La Grande Guerre à l’Institut d’Histoire militaire de Prague

Praha_Vitkov

par Gwendal Piégais

Sur un des versants de la colline de Vítkov, en contrebas du Mémorial national et de la statue de Jan Žižka se situe le Musée de l’Armée de Žižkov, une des ramifications de l’Institut d’Histoire militaire de Prague. Cet institut avait été créé, après la Première Guerre mondiale, pour être le dépositaire de l’histoire et de la mémoire des légions qui prirent les armes contre les Empires centraux. Outre cet aspect mémoriel, ce lieu constitue un centre de recherche et de réflexion sur l’histoire contemporaine, doté d’une bibliothèque, d’une documentation photographique et d’archives officielles et privées. Dans ce complexe historique et mémoriel, le grand public a également l’opportunité de découvrir de nombreuses salles d’exposition rendant compte de l’histoire militaire des pays tchèques. Intimement liée à l’histoire de cette Institution, la Grande Guerre ne peut qu’y tenir une place particulière. À l’heure des commémorations de ce conflit dans toute l’Europe, nous avons tâché de délivrer ici un bref aperçu de ce que l’Institut d’Histoire militaire de Prague nous donne à voir de la Grande Guerre.

Il est possible de faire remonter l’histoire militaire des pays tchèques au bas Moyen Âge et à l’époque moderne, et d’en proposer une muséographie matériellement solide et documentée. Au Musée de l’armée de Žižkov, c’est néanmoins à la veille de la Première Guerre mondiale que l’exposition commence. En effet, les pièces datant des Temps modernes – pièces issues de l’Armurerie impériale – sont exposées sous les combles du Palais Schwarzenberg dans le quartier du Château de Prague. C’est donc de plain-pied dans la période contemporaine que le visiteur commence son exploration des galeries de l’Institut. Celles-ci sont découpées en trois temps forts : la Première Guerre mondiale, l’entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale. La première séquence y tient une place privilégiée en ce moment même, car on y a ajouté une exposition temporaire sur la Grande Guerre dans une perspective européenne, ainsi qu’un focus sur des théâtres d’opérations où de nombreux soldats tchèques de la Double monarchie furent présents : le front italo-autrichien sur les rives de l’Isonzo, en actuelle Slovénie.

La galerie de l’exposition permanente consacrée à la Première Guerre mondiale s’ouvre au visiteur sous les auspices d’un panneau qui résume assez bien le ton de l’exposition : « 1914-1918 – La Résistance tchécoslovaque pendant la Première Guerre mondiale » (en tchèque : « 1914-1918 – Československý Odboj za První Světové Války ». Voilà le visiteur prévenu : on rendra principalement compte ici des efforts des forces tchèques contre la Double monarchie, dont les pays tchèques faisaient pourtant politiquement partie. Après un aperçu de l’organisation de l’Empire austro-hongrois, de l’évocation de l’assassinat de François-Ferdinand le 28 juin 1914 à Sarajevo, l’exposition nous présente la naissance du mouvement de résistance tchécoslovaque extérieur. Plus précisément, il s’agit ici de la « Compagnie Nazdar », une compagnie tchèque constituée dans la Légion Étrangère française, ainsi que des grandes unités tchécoslovaques constituées en Russie, le « Régiment de Fusiliers tchécoslovaques » (Československý střelecký pluk) et la « Brigade des Fusiliers tchécoslovaques » (Československá střelecká brigáda).

Des faits d’armes symboliques dans l’imaginaire national tchèque sont également relatés comme les combats dans l’armée française sur le Front Ouest, ou encore la bataille de Zborov, du 2 juillet 1917, qui vit la victoire d’unités tchécoslovaques combattant aux côtés des Russes contre les troupes austro-hongroises. Les galeries rendent également compte de l’odyssée des troupes tchécoslovaques pour revenir au pays, traversant la Russie en pleine guerre civile jusqu’à Vladivostok, épisode baptisé l’Anabase sibérien. Mais on n’omet pas pour autant de décrire d’autres théâtres d’opérations des soldats tchèques, comme la présence de Légions tchécoslovaques en Italie. Et, assez curieusement, alors que l’exposition prenait le parti de valoriser les hommes qui prirent les armes contre les Habsbourg, la galerie se clôt sur l’évocation des contingents de Tchèques très présents dans la Marine austro-hongroise, et cela à plusieurs niveaux de la hiérarchie.

Dans une ligne graphique soignée, l’exposition temporaire reprend le fil narratif, selon une chronologie linéaire, déjà utilisée dans les expositions permanentes. Partant de la Belle Époque pour arriver au Traité de Versailles, cette exposition s’attache plutôt à présenter la Première Guerre mondiale dans un grand écart entre une perspective européenne et des témoins particuliers tchèques. Ainsi, dans la grande salle consacrée au déclenchement de la guerre peut-on voir une série de fiches d’identités des différents belligérants : superficie de l’État, population, hommes sous les drapeaux, uniformes, date d’entrée en guerre, etc. Cette salle, qui présente le rapport de force international et le jeu des alliances qui précipita le conflit, se conclue sur un panneau nous présentant une dizaine de Tchèques qui prirent part à la Grande Guerre. Vient ensuite la salle consacrée à la guerre de position. Elle est jalonnée par bon nombre d’armes, d’objets de la vie quotidienne dans les tranchées, et rythmée par des passages tirés de carnets ou d’ouvrages de soldats tchèques et européens. L’exposition s’attarde peu sur l’expérience du feu propre aux combattants austro-hongrois. On fait peu état des combats contre les Serbes le long de la Drina ou contre les Russes en Galicie ou les Italiens sur l’Isonzo. L’expérience de guerre est ici ramenée à la tranchée telle qu’elle fut sur le front Ouest, pour des champs de bataille tels que Verdun ou La Somme. L’Europe en guerre est ainsi comprise à la lumière d’un face à face entre deux tranchées, face à face qui relève quelque peu de l’image d’Épinal. La guerre de mouvement avait certes cessé à l’Est, et les positions étaient stabilisées, mais les différentes opérations menées sur ce front ne sont pas totalement assimilables aux affrontements du front Ouest.

Les galeries n’en mettent pas moins en avant quelques éléments propres au vécu des Tchèques. La salle consacrée à la guerre des tranchées est cernée par deux wagons de train symbolisant la mobilisation et la sortie de guerre. On y trouve placardés, les appels à la mobilisation (Mým národům[1]) de François-Joseph et de Charles, petit-neveu et héritier de l’empereur, ainsi que des films d’époque. Cette même salle nous renvoie régulièrement aux étapes du parcours des Tchèques présentés au début de l’exposition. Si certains ont été blessés ou tués durant le conflit, d’autres ont déserté ou au contraire ont servi longtemps sous les drapeaux. L’exposition rend bien ici compte de la grande diversité de trajectoires des hommes des pays tchèques. On peut néanmoins déplorer qu’elle fasse peu état de la guerre telle qu’elle fut vécue par les civils : le travail dans les usines, la faim dans les foyers, etc. La Grande Guerre reste ici une affaire d’hommes en uniformes. Malgré la distance historique instaurée par le fil narratif de l’exposition, la salle présentant la fin du conflit adopte un ton résolument mémoriel : en effet, on nous y présente des pierres tombales de soldats des Légions Tchécoslovaques tombés sur le Front Ouest et le Front austro-italien. Au pied de ces pierres – qui sont authentiques – ont été déposés quelques petits bouquets de fleurs. Les indications muséologiques ne précisant pas si l’on met ici en scène le culte des soldats tel qu’il a pu se développer dans l’entre-deux-guerres ou bien si ces pierres tombales sont à prendre au premier degré, le visiteur est de ce fait assez dérouté.

Après cela, l’exposition temporaire se clôt par un couloir nous présentant les militaires et hommes d’État tchécoslovaques qui furent les pionniers de la Première République Tchécoslovaque, depuis Tomáš G. Masaryk jusqu’au général Štefánik. On y évoque assez longuement les liens diplomatiques sur lesquels la jeune République Tchécoslovaque entendit bâtir sa sécurité, c’est-à-dire les liens qu’elle tissa avec la Grande Bretagne, et surtout avec la France. L’omniprésence de généraux et conseillers français auprès des cadres de l’armée d’officiers, est amplement soulignée, notamment à travers la mission militaire française du général Pellé. La galerie est donc jalonnée des décorations françaises et anglaises qu’arboraient les généraux tchécoslovaques tels que Rudolf Medek ou Karel Klapálek et s’achève sur la tenue d’officier de la Légion d’honneur de Tomáš G. Masaryk. Le bouleversement étatique consacré par la paix de Versailles est ironiquement symbolisé par le « mot de la fin » de cette exposition, un tableau de François-Joseph retourné, au dos duquel on a peint celui du nouveau président Masaryk.

L’Institut héberge également une présentation – discrète voire minimaliste – du vécu de guerre des soldats qui servirent sur le front de l’Isonzo en actuelle Slovénie et dans le nord-est de l’Italie. À travers quelques panneaux, c’est d’emblée dans une perspective mémorielle qu’entend se situer cette tentative de « Retrouver le front de l’Isonzo ». Une telle approche de la guerre passe tout d’abord par la mémoire locale qui honore les soldats de la Double monarchie, parmi lesquels on trouvait des Tchèques en grand nombre, par exemple à travers les cimetières, les mémoriaux ou les lieux de culte comme l’église du Saint-Esprit de Javorca, à Tolminka, dans le nord-ouest de la Slovénie. Construite par les Austro-Hongrois en 1916, elle recueille les 2565 noms de soldats morts sur l’Isonzo pour contrer les offensives italiennes, redoutées par les habitants slovènes de la région.

L’exposition n’est pas non plus sans évoquer les épisodes guerriers les plus marquants et les plus repris dans le récit européen de la Grande Guerre, des affrontements qui mirent aux prises les armées italiennes et austro-hongroises lors des différents assauts sur les rives de l’Isonzo, combats autour de Kobarid, jusqu’à la déroute italienne de Caporetto en 1917. Outre ces batailles et ces lieux de mémoire, on évoque également la vie quotidienne et les spécificités du front austro-italien : l’évasion du front par des loisirs ou des activités telles que la peinture ou le dessin. Les panneaux présentent également une collection de documents et de photographies inédites du no man’s land de l’Isonzo. Cette brève incursion, avec des moyens assez rudimentaires, mais ciblés, nous permet de mieux saisir la nature de ce théâtre d’opérations où la Double monarchie vit mourir 76 383 de ses soldats, et où 185 000 hommes furent blessés ou faits prisonniers. Les panneaux de cette brève présentation se terminent sur une invitation à emprunter le « Chemin de la paix » (Pot Miru) : un parcours allant des monts de Slovénie au port de Trieste. Cette route, aujourd’hui devenue la parfaite illustration du tourisme mémoriel contemporain, jalonnée de tranchées, cavernes, chapelles, et autres monuments, fut un lieu de pèlerinage pour les vétérans de la Double monarchie dans l’entre-deux-guerres. Ce chemin, arpenté pour y honorer les morts, avait été délaissé après la Seconde Guerre mondiale, mais ces dernières décennies il connaît un regain de fréquentation, regain intensifié par la collaboration entre des associations slovènes et tchèques. L’exposition consacrée au front de l’Isonzo invite le visiteur à imiter ces familles tchèques qui partent sur les traces de leurs ancêtres soldats, brancardiers ou médecins de la Double monarchie, sur le front de l’Isonzo.

À plusieurs occasions, pendant les parcours muséographiques de ces expositions, les différentes narrations de la Grande Guerre ont tâché de mettre en parallèle les destins personnels de combattants ou d’acteurs tchèques du conflit et le déroulement de ce dernier à l’échelle de tout le continent. Force est de constater que ce jeu d’échelle se retrouve également dans la posture adoptée par le Musée lui-même, institution tout à la fois historique et mémorielle. Ainsi le visiteur est-il invité à lire et à se souvenir de cette Grande Guerre comme un affrontement de la Double monarchie et de la « Résistance tchèque ». De la même manière, si quelques panneaux mettent en avant la grande part que prirent les Tchèques dans les combats contre l’Italie, on ne nous invite pas moins au recueillement face aux pierres tombales de combattant tchèques qui servirent sous les drapeaux de l’Entente ou encore sur le Chemin de la Paix. Cette persévérance dans l’irrésolution et dans la cohabitation de différents tons et registres n’en rend pas la Grande Guerre plus claire. Au moins nous permet-elle de saisir ce qu’elle a encore de complexe et de délicat à traiter pour la société tchèque.

[1] L’expression tchèque est traduisible en français par « À mes nations ». En allemand, le même appel est ouvert par l’expression « An meine Völker », donc en français « À mes peuples ».



Citer ce billet
Marion Eschard (2016, 16 février). La Grande Guerre à l’Institut d’Histoire militaire de Prague. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi74