La modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle français − E. Fureix , F. Jarrige

 modernité couverture

Emmanuel Fureix et François Jarrige, La modernité désenchantée : relire l’histoire du XIXe siècle français. Paris : La Découverte, 2015.

La modernité désenchantée d’Emmanuel Fureix et François Jarrige est avant tout un essai d’historiographie, qui a pour objet de restituer les multiples lectures et écritures du XIXe siècle livrées par les historiens contemporains, c’est-à-dire depuis les années 1980. Cette tâche est à la fois immense et circonscrite. Pour en rendre compte, il suffit de relire l’introduction et la conclusion. Les auteurs commencent leur exposé par la question « Comment lire le XIXe siècle français ? » (7) mais l’on aboutit à une autre question dans la conclusion : « N’est-il pas présomptueux de proposer aujourd’hui une synthèse des relectures du XIXe siècle français ? » (381) Les réponses possibles à cette question révèlent à elles seules, à la fois les mérites de cet essai et, à mon avis, le seul défaut qu’on pourrait reprocher à cette entreprise. Si celle-ci en effet ne peut pas être exhaustive, son utilité ne fait pas de doute puisqu’elle propose un panorama de l’historiographie du XIXe siècle français, en nouant « des liens entre des domaines de savoir parfois clos sur eux-mêmes » (381) et en éclairant les débats et les interprétations concurrentes. Les auteurs atteignent parfaitement cet objectif.

Ils n’ont voulu et donc n’ont pu établir en revanche une synthèse du XIXe siècle de façon exhaustive, ni contribuer aux débats concernant les modalités et l’essence de la modernité et de la modernisation ou du désenchantement de ce siècle – pour nous en tenir aux concepts annoncés dans le titre même de l’ouvrage. Pourtant, en fin de compte, ce défaut peut devenir un mérite à son tour, car le manque d’une synthèse classique rend possible la présentation d’une pluralité de perspectives et des développements théorétiques sur le XIXe siècle. L’exigence de pluralité des perspectives correspond également à l’idée centrale de la collection dans laquelle cet ouvrage a été publié. Pour en avoir un aperçu il suffit de citer le mot d’ordre de ses éditeurs : « on ne peut plus considérer que la réalité du passé se donne telle quelle à l’historien et qu’il suffise pour faire de l’histoire d’exposer les faits tels qu’ils se sont passés. Depuis un certain temps déjà les historiens savent que leur subjectivité est impliquée dans leurs recherches et que l’on ne peut séparer celles-ci de leur milieu social d’émergence. » L’ambition clairement affichée par la collection de proposer un dépassement de la tradition historiographique, nous en apprend beaucoup sur la nature de ce livre, que l’on soit d’accord ou non avec l’idée que faire de l’histoire à la Ranke n’est plus conciliable avec le travail des historiens contemporains.

Puisqu’il s’agit d’un ouvrage d’historiographie qui traite de sujets parfois très éloignés l’un à l’autre, il me semble important d’en énumérer les thèmes majeurs. Au lieu de constituer une thématique trop rigide, qui s’efforcerait de distinguer artificiellement le social, le politique, le culturel et l’économique, et donc au lieu de mettre en avant la structure académique du champ historique concernant le récit du XIXe siècle français, les auteurs ont choisi de partir de la problématique de la « modernité-modernisation » et d’en revisiter les thèmes jugés majeurs dans La modernité désenchantée. Ainsi les grandes thématiques abordées par les chapitres successifs du livre sont-elles les suivantes : pour commencer, les auteurs nous guident sur « Les voies sinueuses de la modernisation », c’est-à-dire nous décrivent le progrès économique et technique, le concept du progrès lui-même étant déconstruit dans le récit. Nous passons ensuite à la recherche des transformations culturelles à l’épreuve de la modernité, qui incluent par exemple l’accélération et la recomposition du temps, « l’angoisse contemporaine d’une tyrannie du présent » (119), mais aussi une sensibilité croissante à la nature, cherchant à la fois à la protéger activement et à la convertir en spectacle.

Dans le chapitre suivant, les auteurs constatent que le XIXe siècle est également « Le siècle des identités ». Fort heureusement, ce chapitre ne se focalise pas uniquement sur la construction d’une identité nationale. Comme Emmanuel Fureix le note, le XIXe siècle est obsédé par les catégories, les types et les taxonomies. En parallèle, les individus et les groupes se voient assigner de fortes identités, diversement intériorisées et acceptées. Il s’agit des processus d’individualisation non-linéaires et multiples, des identités relatives aux « genres » et à la masculinité, des nouvelles catégories et identités sociales, et enfin de l’identité nationale décrite par ailleurs comme « une entreprise de naturalisation de la nation » (217).

Les deux auteurs s’attachent ensuite à la question d’un « siècle d’émancipation », et s’interrogent donc sur les modalités de la pratique politique. Dans le chapitre intitulé « Construction de l’État et société civile » l’enjeu est de mettre en lumière les processus par lesquels s’opère l’étatisation de la société. Le livre se conclut par une relecture de la colonisation en tant qu’ « histoire partagée » qui romprait « avec les grandes constructions idéologiques et téléologiques ». Les auteurs montrent comment la colonisation pourrait être décrite non pas comme « l’asservissement d’un peuple par un autre » mais comme « un rapport de domination multiple entre groupes européens et colonisés divers. » (379) Ce type de « pluralités de lecture » et de « changements de perspectives » est tout à fait représentatif de l’historiographie décrite par les deux auteurs dans La modernité désenchantée.

Si l’on réexamine les thèmes traités dans cet ouvrage, en plus d’une mise en valeur de la subjectivité historique et de la subjectivité des historiens, on aperçoit une tendance à favoriser des thèmes et des recherches qui portent sur les grands problèmes des sociétés contemporaines. Comme les auteurs l’écrivent dans la conclusion : « Les nouveaux regards sur le XIXe siècle ont aussi été modelés par les grands enjeux du présent, quoi qu’en disent les partisans de la neutralité axiologique. » (385) Il s’agit donc aussi bien de démontrer comment les interrogations sur le futur de notre société sont liées aux questions et problématiques des historiens dix-neuvièmistes. Il est évident que l’histoire se produit au présent. Mais le spectre du présentisme peut aussi poser des problèmes à cette historiographie. Ainsi, les lecteurs eux-mêmes devront décider si l’adjectif « désenchanté » doit être attribué à la modernité-modernisation du XIXe siècle ou bien au compte rendu que font les historiens de cette modernité. S’agit-il d’une modernité désenchantée ou bien d’un récit, d’un regard désenchanté sur la modernité ? La réponse est ambiguë, mais pour le bien de notre sujet. D’une part, l’historiographie récente nous a bien confirmé que « la “modernisation“ ne fut jamais un processus linéaire et unique. Elle prit des formes très variables et suivit un cours discontinu. Sous l’effet conjugué des changements de paradigme dans l’étude des sciences et des techniques, d’une profonde remise en cause des interprétations classiques de la “révolution industrielle“, et de l’émergence de l’histoire environnementale, le XIXe siècle apparaît comme une période plus complexe et ambivalente, traversée d’incertitudes et de doutes. » (50) Ceci correspond bien à l’idée qu’il existait, au XIXe siècle, un public désenchanté par le monde de la modernité qui s’offrait à lui. « Le XIXe siècle est tiraillé entre une société qui se voulait et se pensait comme moderne, qui exaltait sans cesse sa supériorité, et un monde désenchanté et désabusé face aux bouleversements et innovations permanents. » (384) D’autre part, l’interprétation du XIXe  siècle elle aussi, a connu son désenchantement, du fait des transformations de la société française depuis les années 1980. « Un regard, aussi, plus désenchanté à l’égard des croyances et représentations héritées du XIXe siècle, qu’il s’agisse de la société de marché, de la foi dans le progrès, de la quête frénétique de richesse qui s’est traduite dans la société industrielle et ses valeurs. » (14) Non seulement l’idée d’un progrès permanent, le telos révolutionnaire et la rhétorique modernisatrice du XIXe  siècle sont abandonnés ou au moins repensés par l’historiographie récente, mais l’objectif de cette historiographie est de remettre en cause toutes les idées et croyances héritées de quelque façon de ce siècle monstrueux.

Pour conclure, hormis le traitement ambiguë des concepts de modernité et de désenchantement, les deux auteurs portent une attention très soutenue et pertinente à l’évolution et à la déconstruction d’autres concepts comme ceux de progrès, d’émancipation, de service public, d’individualisme, etc. Ils ont également bien raison de conclure en affirmant : « en déconstruisant les catégories, l’histoire émancipe. En dévoilant des potentialités oubliées, elle libère du présentisme qui nous étouffe » (386). En fin de compte, je recommanderais La modernité désenchantée à tous les étudiants qui s’intéressent au XIXe siècle français; mais tous les chercheurs qui voudraient s’informer des développements de l’historiographie française hors de leur champ d’expertise en tireront aussi le plus grand profit.

Mátyás Erdélyi

Cet ouvrage est disponible à la bibliothèque du CEFRES, à l’emprunt et à la consultation sous la cote 944.05 FUR.

Catalogue des acquisitions du CEFRES novembre 2015.



Citer ce billet
Mátyás Erdélyi (2016, 11 janvier). La modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle français − E. Fureix , F. Jarrige. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi73