Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes − Luc Boltanski

énigmes et complots

Luc Boltanski, Énigmes et complots – Une enquête à propos d’enquêtesParis : Gallimard, 2012.  

Dans son ouvrage Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Luc Boltanski part des motifs de l’énigme, du complot et de l’enquête pour aborder le développement conjoint de la sociologie, du roman policier et d’espionnage, ainsi que des études portant sur la paranoïa. L’auteur insère et lie ces trois phénomènes – d’apparence hétérogènes – dans le temps long de l’histoire des idées. Par cette mise en regard, Luc Boltanski entend poser la question de ce que peut la sociologie face à des objets d’étude qui sont a priori aussi flous et évanescents que leurs mentions sont fréquentes et répandues dans les médias contemporains : le complot, la conspiration ou encore la conjuration.

Au cours du premier chapitre, l’auteur met en avant la commune préoccupation du sociologue et de l’enquêteur du roman policier, celle de s’attacher à « des solidarités, à des connivences et des liens personnels tramés en sous-main, en vue de s’emparer du pouvoir ou de l’exercer secrètement », autant de jeux de forces se dissimulant derrière les « représentations officielles » (p. 63-64). Ce sont également sur des acteurs communs – l’État et ses agents – et une méthode commune – l’enquête – que ces genres littéraires et la sociologie se penchent tous les deux. L’État mis au centre des préoccupations des uns et des autres est plus particulièrement l’État-Nation, « cette utopie politique [dont] le trait d’union concentre en lui le sens du projet », dont la consolidation et le renforcement furent continus jusqu’à une époque assez récente. Le sociologue et l’enquêteur investiguent tous les deux l’écart entre État et nation, entre l’instance de contrôle et de gouvernance et la réalité vécue par les personnes individuelles (p. 39). Le roman policier est la mise en scène du péril qui menace ce trait d’union et les enquêteurs et détectives doivent résorber la faille – le crime – qui creuse la distance entre ces deux états de fait.

C’est justement la déstabilisation de l’ordre de l’État qui est questionnée au cours des deux chapitres suivants, dans la façon dont elle est présentée dans la littérature française et anglaise, notamment à travers les figures de Sherlock Holmes et Jules Maigret. Boltanski esquisse, à partir de différentes synthèses consacrées aux personnages de Conan Doyle et de Simenon, une sociologie des univers du détective londonien et du policier parisien. Sherlock Holmes est ainsi décrit comme le garant d’un ordre social divisé entre les maîtres et les serviteurs. Ces maîtres sont généralement des agents privés de la puissance économique et politique de l’Angleterre, issus d’illustres familles ou bien des parvenus au passé trouble et à la fortune suspecte, dans un contexte politique où les frontières entre le marché et la politique, le privé et le public sont de plus en plus floues. Dans cet univers de dominants et de dominés, le détective Sherlock Holmes a une fonction bien précise : il évite la ruine et le scandale aux grandes familles, comble les manquements d’une police étatique parfois bornée et qui ne peut pénétrer dans les alcôves du domaine privé où lui se trouve mandé. Boltanski résume ainsi la fonction de ce personnage d’exception pour pouvoir d’exception : « Le détective c’est l’État en état d’exception » (p. 112), puisque toutes les transgressions que ne peuvent se permettre la police il les commet lui, au nom de la morale et, bien qu’en dépit des lois, toujours dans l’esprit des lois.

L’autre voie de compréhension du rapport public-privé dans les démocraties modernes passe par la lecture des enquêtes de Maigret. Ici, le maintien de l’union entre État et nation, entre le contrôle froid et la réalité multiple, humaine et complexe, passe par ce que Boltanski appelle un « dédoublement ». La vie de l’homme Maigret n’est pas la fonction du policier Maigret. En effet, si le personnage de Simenon peut avoir des sympathies pour les personnes qu’il interroge, si c’est de l’empathie, de l’instinct qui va lui permettre de se glisser dans la réalité humaine, dans la société que l’État compte maîtriser, ces sentiments se tairont face au Maigret implacable et procédurier. Le ressort des récits policiers de Simenon réside dans cette dualité propre à ces policiers enracinés dans un milieu social qui, du propre aveu d’un collaborateur de Maigret, se sentent proches des incriminés, tel Vidocq un « ancien repris de justice réconcilié avec les Lois » (p. 130). Ces policiers qui incarnent l’État, qui sont l’État, illustrent bien la neutralité axiologique dans laquelle a pu se construire l’État moderne. Reprenant sa comparaison avec la discipline sociologique, Boltanski montre qu’au même titre que Maigret, c’est une neutralité axiologique et un enracinement ou un ancrage dans un certain tissu social qui permet d’en percevoir les tensions et de mener à bien une enquête.

Dans un quatrième chapitre, l’auteur se penche sur un autre péril qui menace l’État-nation à la veille de la Première Guerre mondiale, et les grandes puissances tout au long de la Guerre froide : le complot ou l’espionnage. Boltanski y expose un État en permanent état de guerre à l’intérieur tout autant qu’à l’extérieur, en dépit de toutes les situations de belligérance ou de non belligérance officielle. Les romans d’espionnage ou ceux ayant pour thème les conspirations mettent en scène « l’État en tant que quasi individu, qui doit défendre sa vie, à tout prix » (p. 181) face à des coalitions internationales, des menées subversives ou des agents provocateurs au sein même de la population de l’État. À partir de romans d’espionnage ou de guerre tels que Les 39 marches de John Buchan, Les Quatre d’Agatha Christie ou encore L’espion qui venait du froid de John Le Carré, Boltanski dégage les sociologies implicites. La question qui sourd à la lecture de ces quelques romans, croisés avec la méthode de la sociologie, est celle du locus du pouvoir (p. 197), du lieu où siège réellement le pouvoir : dans la société civile et démocratique, où sont et qui sont ceux qui peuvent influencer, agir, parfois de manière dévastatrice, sur le cours de la vie de l’État-Nation ? Dans L’Espion qui venait du froid, John le Carré pousse le questionnement jusqu’à montrer l’État, et plus précisément, sa bureaucratie en lutte contre une autre bureaucratie, employer les mêmes techniques de déstabilisation de l’État adverse que celles qu’elle tente de contrer (p. 230).

À la suite de ces réflexions sur le roman d’espionnage, Boltanski se penche sur le revers de toute théorie ou tout récit de complot, à savoir l’accusation de paranoïa. Pour se faire, il revient sur les sources des théories sur la paranoïa, et tout d’abord sa définition en des termes proches ou empruntés au darwinisme social (p. 249), en vogue dès la fin du XIXème siècle. Cette définition est à la fois psychiatrique et sociale et présente toute tentative de construction d’une grille de compréhension de la vie de l’État au-delà de sa façade comme une révolte des intellectuels frustrés ou déclassés. Partant de cette question de la légitimité ou plus encore de la vraisemblance d’une interrogation sur l’envers de l’action politique et étatique, Boltanski entreprend de définir de quelle manière et avec quel degré de prudence il faudrait approcher et définir l’action des entités juridiques et humaines que la sociologie se donne pour tâche d’analyser. Le problème étant ainsi posé, l’auteur reprend les différents points forts d’une conférence de Karl Popper où le philosophe avait dénoncé la « croyance sociologique naïve dans l’existence de totalités traitées comme des sujets de l’action sociale » (p. 329). Dans le dernier chapitre du livre, Boltanski tache donc d’ébaucher une méthode permettant à la fois de ne pas tomber dans des généralisations narratives – impliquant « les grandes banques », « les firmes transnationales », ou tout groupe humain désigné comme influent – et de contourner la « malédiction de Popper ». Il entend sans doute ici aboutir à une forme de sociologie des réseaux et des connivences.

En guise d’épilogue, Luc Boltanski propose une brève lecture du Procès de Kafka, autour du flou qui caractérise l’État dans ce texte, de l’impossibilité de qualifier ou même d’identifier les fonctionnaires ou les agents qui s’en prennent à K ; situation totalement renversée, comparée à notre quotidien, mais en adéquation avec les dérives autoritaires et totalitaires du XXème siècle.

Avec ce livre, Boltanski formule le vœu que de telles analyses puissent être réutilisées pour de futures enquêtes. Nous joignant à ce souhait, nous espérons en outre qu’aux pistes de lectures de Boltanski se greffe l’apport d’une meilleures connaissance de l’histoire des services de renseignement et des services de police européens. On pourra ainsi voir que non seulement sociologie et roman policier ou d’espionnage avancèrent de concert, tout au long des XIXème et XXème siècles, mais aussi que les instruments étatiques de surveillance interne et externe furent renforcés et parfois même inventés à la suite de poussées d’espionite auxquelles participaient amplement romanciers et écrivains. Nous pouvons également souhaiter qu’une telle introduction des genres romanesques étudiés par Boltanski puisse inclure d’autres figures de l’enquêteur, du policier ou de l’espion, qui ne seraient pas uniquement des figures françaises ou anglaises.

Gwendal Piégais

Cet ouvrage est disponible à la Bibliothèque du CEFRES, pour emprunt ou consultation sous la cote 301 BOL.

Catalogue des acquisitions du CEFRES novembre 2015.



Citer ce billet
gwendalpiegeais (2015, 29 décembre). Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes − Luc Boltanski. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi70