Les orientalistes pendant la Première Guerre mondiale

Conférence donnée par Henry Laurens, professeur au Collège de France, le 12 novembre 2015 à l’Université Charles de Prague dans le cadre du Séminaire historique Franco-Tchèque.

Henry Laurens a introduit son propos en évoquant les différentes significations que revêtait le terme orientaliste au court du XIXe siècle. Il a souligné la pluralité des profils d’orientalistes, souvent à la fois savants, artistes, diplomates, fonctionnaires militaires, et explorateurs. Le Moyen Orient est au XIXe siècle le théâtre d’une lutte d’influences entre les puissances françaises, anglaises et russes appelée le Grand Jeu (The Great Game). La France essaie aussi d’y étendre son influence. Dans ce contexte de rivalités géopolitiques intenses, les occidentaux experts de l’Orient sont fortement soupçonnés d’être des espions. Afin de nuancer la représentation fantasmée du rôle des orientalistes à la fin du XIXe, Henry Laurens a procédé à un rappel de la nécessité pratique pour les puissances européennes de disposer d’experts des cultures musulmanes. Du fait de leurs empires coloniaux, en 1914 les principales « puissances musulmanes » sont l’Angleterre, la France et la Hollande. D’où l’exigence de disposer d’une science conçue pour appréhender les cultures et administrer les peuples colonisés.

Dans un second temps, Henry Laurens a présenté les principales approches de l’orientalisme à la veille de la Grande Guerre. Une islamologie appliquée et politique est privilégiée en France. Les conquêtes de l’Algérie (1830), de la Tunisie (1881), et du Maroc (1912) imposent aux autorités françaises le contrôle de larges populations de confession musulmane. S’ajoute à cela la peur d’une confédération des musulmans contre les empires coloniaux, appelée panislamisme, que les autorités françaises entendent combattre au Maghreb. Ces deux impératifs orientent la production des orientalistes vers une démarche pratique et politique. En 1911, la commission interministérielle des affaires musulmanes est créée. Elle coordonne les actions des ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères, des Colonies et de la Guerre dans les pays de religion musulmane. C’est la concrétisation de la constitution d’une politique musulmane française caractérisée par un orientalisme étatique, centralisé, et politique.

Le Royaume-Uni voit, à l’inverse de la France, l’émergence d’une islamologie non centralisé, et soutenue tardivement par l’État. Le Palestine exploration Fund est fondé par initiative privée en 1865 et devient un organisme central dans le milieu des recherches bibliques au Royaume-Uni. Il conduisait des missions variées, comprenant tout à la fois des relevés topographiques, une archéologie biblique d’inspiration protestante, et des missions de renseignement encadrées par l’armée. L’orientalisme anglais se focalise sur l’authenticité des cultures locales. Ce thème est développé au travers de la rhétorique de la pureté des Bédouins, symboles d’un Moyen-Âge lointain. En accentuant la nécessaire préservation des cultures musulmanes et leur incompatibilité avec les modèles occidentaux, les orientalistes au Royaume-Uni développent une islamologie radicalement contraire à l’action culturelle française en Orient (caractérisée par la présence massive d’écoles dans l’empire Ottoman). En 1916 seulement est constitué l’Arab Bureau au Caire, où les actions militaires et diplomatiques anglaises au Proche et Moyen-Orient sont coordonnées pendant la guerre.

L’Empire allemand et l’Autriche-Hongrie entretiennent des relations diplomatiques et économiques soutenues avec l’Empire ottoman. Les trois empires affrontèrent ensemble l’Entente durant la Grande Guerre. Laurens définit leur rapport au monde musulman comme un “romantisme islamique”. En 1898, l’empereur Guillaume II met en scène l’alliance germano-ottomane en entreprenant un pèlerinage très médiatisé en Terre sainte, alors territoire ottoman. Ce pèlerinage intervient au moment même de la construction de la ligne de train Berlin-Byzance-Bagdad, symbole de la pénétration de l’influence germanique dans la région. Marqué par l’absence de colonies, l’orientalisme dans les pays germaniques met en avant la défense de l’Islam contre l’acculturation occidentale, et prône un nationalisme arabe d’inspiration panislamique au Maghreb. L’objectif était d’inciter et subventionner le soulèvement des populations des colonies françaises au Maghreb et anglaises en Égypte et Inde musulmane.

Après l’exposé des approches nationales du monde islamique, la présentation s’est déplacée vers les orientalistes eux mêmes : des personnages en quête d’un « rôle à jouer » avant la Grande Guerre, selon Henry Laurens. Il a dressé les biographies des figures de première importance sur le plan politique sur front du Moyen-Orient, et a mis en évidence les relations ambiguës entre ces individus et l’administration. Lorsqu’avec la déclaration de la guerre, les consulats français et anglais sont fermés, c’est une catastrophe pour ces deux puissances, car ces établissements étaient au centre du système de renseignement sur l’ensemble du territoire ottoman. Les gouvernements vont donc mobiliser les orientalistes pour garder un contact avec la région : leurs réseaux et compétences linguistiques sont trop précieux pour ne pas être sollicités.

En France, le révérend dominicain Antonin Jaussen (1871-1962) joue un rôle fondamental dans l’action politique au Moyen-Orient. Ancien étudiant à l’école biblique de Jérusalem (fondée en 1890, et considérée comme la réponse catholique à la Palestine Expolation Fund), il soutient que pour comprendre les textes de la Bible il faut étudier les mœurs des peuples du désert. Il travaille alors à la construction d’une « anthropologie historique » du Moyen-Orient, de la Transjordanie, et de la péninsule islamique. Durant cette entreprise, il tisse un grand réseau avec les populations locales et les chefs nomades. Pendant la guerre il sert comme officier de renseignement et joue un rôle très actif pendant la Grande Révolte arabe de 1916-1918, en mettant à profit ses relations avec les peuples locaux. Après la guerre, il soutient les populations arabes et s’oppose aux projets sionistes anglais, puis fonde en 1953 l’Institut dominicain d’Études orientales au Caire. Louis Massignon (1883-1962) est aussi un exemple d’archéologue orientaliste engagé dans les forces militaires françaises. D’abord collaborateur d’Alfred le Chatelier (1855-1929), le fondateur de Revue du monde musulman en 1906 et titulaire de la chaire de sociologie du monde musulman au Collège de France, il concentre ensuite ses recherches sur la mystique musulmane. Pendant la Guerre, il est nommé numéro deux du côté français de la Mission Sykes-Picot, où il lutte contre les intérêts britanniques.

Le gouvernement britannique constitue l’Arab Bureau au Caire en 1916, dont dépendent les officiers orientalistes engagés dans l’armée. Gertrude Bell y est appelée à sa création. Archéologue avant la guerre, elle était spécialiste de la Mésopotamie et de la péninsule arabique. Seule femme dans le milieux des explorateurs, elle joua un rôle très actif dans le renseignement britannique en Mésopotamie, permettant le succès des actions militaires. Laurens s’est ensuite appliqué à démystifier la figure emblématique de Thomas Edward Lawrence (1888-1935), en resituant son action dans le réseau dense des officiers britanniques et français actifs dans la Grande Révolte arabe. Les officiers occidentaux coordonnaient les attaques des chefs arabes contre les garnisons ottomanes. Ils jouaient surtout le rôle de conseillers tactiques et soutiens logistiques, comme T. E. Lawrence et l’émir Faisal. Henry Laurens a ensuite évoqué les nombreux officiers britanniques de l’armée des Indes qui prenaient des permissions pour voyager dans la région et faire des rapports à leur retour, sans toutefois s’attarder sur leurs biographies.

En Allemagne, le baron Max von Oppenheim est la figure la plus importante. Ses origines juives ont tout d’abord empêché son accès à un poste de haut fonctionnaire. Il part donc au Moyen Orient, où il se passionne pour les Bédouins. Ses relations de voyage étaient connues dans les pays de langue allemande. Sa connaissance du monde musulman lui permet finalement d’obtenir un poste au consulat allemand du Caire de 1896 à 1909, où il tisse des relations étroites avec les milieux nationalistes égyptiens. Dans ses rapports au consulat, il avance l’idée qu’un soutien financier au panislamisme pourrait être une stratégie guerrière efficace contre les Empires coloniaux français et anglais. À la suite de son poste au consulat, il fut chargé de la surveillance de la construction d’un tronçon de la ligne Berlin-Byzance-Bagdad, puis organisa une campagne de fouilles à Tel Halaf en 1911-1912. À la déclaration de la guerre, ses thèses exprimées durant le consulat deviennent populaires. Il est alors rappelé par l’Empire allemand et nommé directeur du Nachrichtenstelle für den Orient (Service de renseignement Allemand en Orient). Il tâche de mettre en place sa stratégie en collaboration avec les élites arabes. Ironiquement baptisé Djihad made in Germany (expression popularisé par l’écrivain britannique John Buchan), ce plan s’avéra être un échec, et un trou financier pour le pouvoir allemand. La France et le Royaume-Uni redoutèrent un soulèvement, mais il n’y eut pas d’effet, du moins à court terme, dans leurs colonies.

Durant la Première Guerre mondiale, les orientalistes gagnent la position “d’experts” officiels au service de l’État. Leur connaissance des langues et des cultures du monde islamique est appréciée et sollicitée par les empires coloniaux. Ce nouveau rôle est officialisé après la guerre, à la conférence du Caire (1921) où les négociateurs politiques sont accompagnés des orientalistes actifs pendant la Première Guerre mondiale (cf. photo en en-tête).

Henry Laurens a insisté sur la spécificité de l’Empire ottoman : la France y était très présente culturellement, mais l’Allemagne y était implantée diplomatiquement et économiquement. Ce double jeu illustre les limites des influences européennes dans la politique ottomane. On peut toutefois regretter que le format trop court de la conférence n’ait pas permis à Laurens de présenter le rôle de l’Autriche, alors qu’elle était annoncée en introduction. De même, les rapports de la Hollande avec l’Islam d’Indonésie auraient pu éclairer la construction de l’Islamologie au XIXe siècle.

Xavier de Poulpiquet



Citer ce billet
Xavier de Poulpiquet (2015, 18 décembre). Les orientalistes pendant la Première Guerre mondiale. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi6z