Vers une anthropologie des apparitions: l’importance de la recherche de terrain en Europe du Sud-Ouest

Dans le cycle des « distinguished lectures » organisé par le programme doctoral d’anthropologie culturelle de l’Université de Pécs, coorganisé et financé par la FMSH (Paris) et le CEFRES (Prague), l’intervention de Galia Valtchinova, Professeur d’anthropologie à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès, a eu lieu le 19 octobre 2015.

La conférence, intitulée Balkan Visionary women challenging the anthropology of apparitions. The importance of fieldwork, s’est inscrite dans une thématique de proue pour les ethnologues de cette Université et en particulier pour le programme doctoral. Rappelons que la thématique constitue l’un des axes majeures du projet Vernacular religion on the boundary of Eastern and Western Christianity: continuity, changes and interactions, mené depuis trois ans sous l’égide de l’ESF.

La conférence a été centrée sur la présentation, de manière synthétique, du cheminement de l’ethnologue partie d’un terrain proche et familier vers une multitude de terrains éclatés, situés essentiellement en République de Macédoine (FYRoM) et en Bulgarie, dont les caractéristiques locales, régionales et transfrontalières l’ont finalement emporté sur les inscriptions nationales. En explorant les logiques épistémologiques mais aussi réticulaires de ce cheminement sur le terrain, il n’est pas étonnant que le résultat soit énoncé en termes de « visionnaires balkaniques » caractérisées par un profil de spécialiste à la fois religieux et médical exhibant un grand degré de flexibilité entre ces deux expertises, fonctionnant dans un champ conçu comme socialement positif ainsi qu’en réseaux plus ou moins larges. Tissant et croisant une pluralité d’exemples, la présentation s’est focalisée sur la fluidité des statuts et des assignations de ces expertes.

Le regard critique sur ce cheminement a permis de réfléchir sur la relation dialectique entre outillage conceptuel et travail de terrain. En particulier, j’ai essayé de démontrer les dynamiques du défi venant des nouveaux terrains, comme des spirales de ‘retours’, pour le choix de tel ou tel autre creuset théorique la et les avancées de l’anthropologue. D’un autre côté, l’accent a été mis sur la posture (non-classique pour un anthropologue) de faire du terrain au proche, et les façons dont les concepts de cultural intimacy (Michael Herzfeld), de sens commun (P. Bourdieu) ou de implicit knowledge (Michael Taussig), et quelques autres, pouvaient être mobilisés pour rendre compte des ressources que cette posture recèle pour le travail de l’anthropologue.

L’échange qui a suivi a montré le bien fondé de la décision de centrer la conférence sur un sujet qui dialoguait avec les recherches de plusieurs chercheur.e.s et doctorants présents.

Un compte rendu rédigé par Galia Valtchinova.