Le Multilinguisme, frein ou catalyseur de la diffusion scientifique en Europe et en Méditerranée

Chaque année depuis son lancement, le réseau Médici, qui rassemble les professionnels de l’édition scientifique publique, organise des formations thématiques sur les enjeux de son secteur d’activité. La 6e édition de ces « Journées » avait lieu à Marseille, du 19 au 21 octobre 2015, et ses 85 participants se sont penchés sur la question du multilinguisme. Sous l’autorité de la Mission pour le soutien à la pluridisciplinarité du CNRS, le réseau Médici assure une mission de communication et de formation continue pour ses membres. Les personnes chargées des publications des unités de recherche et universitaires sont en effet bien souvent isolées dans leur institut et le succès du réseau est à la mesure des besoins d’une profession peu visible, mais sur laquelle repose la question cruciale de la diffusion des résultats de la recherche.

Les intervenants représentaient les tutelles des organismes de recherche (ministère de la Recherche, universités, InSHS du CNRS), les unités de services que sont le Centre pour l’édition ouverte (Cléo) et l’Institut national de l’information scientifique et technique (INIST), mais aussi des éditeurs, dont la plateforme Cairn. Les contributions se distinguaient par leur caractère concret et leur emprise directe sur les pratiques de l’édition scientifique, qu’il s’agisse des réflexions générales sur le multilinguisme, des présentations des orientations politiques ou des retours d’expérience.

Le multilinguisme a été abordé selon les trois grands problèmes auxquels sont confrontés les responsables d’édition. Comment assurer, en sciences humaines, à la fois une large diffusion des résultats de la recherche et le maintien d’une pluralité des langues d’édition propre à l’épanouissement de cultures scientifiques diverses répondant à des enjeux heuristiques et pédagogiques forts ? Comment réaliser la production de publications en langue anglaise aptes à assurer une plus grande diffusion, sans sacrifier la qualité des textes, ni grever le budget des institutions ? Comment gérer enfin les processus de traduction, de plus en plus présents dans la chaîne de l’édition ? Ces trois grands points nécessitent la mise en place de modèles économiques adaptés, d’outils juridiques et techniques innovants, et le maintien d’un haut niveau de traitement textuel. Ces quatre exigences faisaient justement l’objet des contributions.

Sans chercher à lutter contre l’imposition de l’anglais comme langue de communication scientifique, les institutions scientifiques nationales ont mis en place une politique de soutien à la diversité linguistique qui cherche à rééquilibrer l’effet monopolisateur du poids des gros éditeurs scientifiques multinationaux anglophones. Il s’agit tout d’abord de l’appui univoque au libre accès. Cette action passe ensuite par la mise en place de plateformes de numérisation et de diffusion des textes en langues « vernaculaires » (cf. l’action du Cléo ou de la plateforme Persée en France), ou l’achat au niveau national de ressources non anglophones financièrement inaccessibles aux différents instituts. Le Cléo est à ce titre l’organisme où la réflexion sur l’édition numérique, sur les modes d’enrichissement des publications numériques en métadonnées plurilingues, propres à assurer la diffusion globale des textes tout en maintenant la diversité linguistique, a été poussée le plus loin. Il suffit de consulter les publications de ses membres (Pierre Mounier, Marin Dacos) pour s’en convaincre. La qualité de ses plateformes lui vaut une attractivité qui s’étend désormais aux SHS espagnoles, portugaises et allemandes : 10 % des blogs scientifiques sur Hypothèses.org sont allemands, 11 % des publications sur Open Edition Books sont espagnoles. L’enjeu est de rendre visible ces textes aux chercheurs dont le français, l’allemand, l’espagnol est la première ou la deuxième langue, alors même qu’ils recherchent des ressources en anglais.

Or, les utilisateurs américains forment désormais la seconde communauté de chercheurs consultant les ressources d’Open Edition (avec 35 millions de connexions en une année) après les français (76 millions de connexions) – alors même que seulement 7 % des textes consultés sont en anglais. Après avoir bataillé pour la numérisation aux formats les plus enrichis possible, et contre la mise en ligne « sauvage » de fichiers « pdf » difficilement repérables sur Internet, le directeur du Cléo, Marin Dacos, a montré que l’économie la plus raisonnable pour accroître encore la diffusion sans doubler le coût de production des articles par des traductions intégrales, semblait résider dans la traduction de résumés substantiels évalués à 1500 mots, outre celle les métadonnées. Au lecteur anglophone de se faire traduire tout ou partie de l’article qui lui semble incontournable – et pourquoi pas, d’envisager d’apprendre une langue.

Une seconde stratégie de croissance de la diffusion est celle de la publication en anglais. Certaines revues, les Annales étant ici présentées par Chloe Morgan, font opérer la traduction intégrale d’un choix d’articles qui paraissent avec un peu de retard mais sont assurés d’une meilleure diffusion. La plateforme d’éditeurs Cairn (représentée par Thomas Parisot) a mis en place une plateforme « internationale »  anglophone (cairn-int) conçue comme une antichambre de cairn.info, et propose à la fois des ressources en anglais et un accès anglophone à des ressources majoritairement françaises. Ces projets ne sont toutefois pas généralisables pour des raisons financières évidentes.

Aux professionnels de l’édition, il semble que la réticence des chercheurs aux multilinguisme et leur tentation de se lancer dans la publication dans un anglais qu’ils maîtrisent souvent mieux à l’oral qu’à l’écrit, mais qu’ils estiment être la clef vers une diffusion globale de leurs écrits, représente une surcharge de travail dont a rendu compte une archéologue, Madeleine Hummler, membre des comités de rédaction de grandes revues britannique et allemande d’archéologie. Ses captures d’écran montrant des textes surchargés de corrections sont le quotidien des secrétaires de rédaction des communautés plurilingues, mais ont naturellement alarmé et fait figure de repoussoir à Marseille.

Pour éviter la multiplication d’un travail ingrat inavoué, l’adaptation des moyens techniques à l’impératif de diffusion et l’économie du résumé à 1 500 mots de Marin Dacos semblent bien tentants. Seule OpenEdition est finalement une plateforme véritablement plurilingue (cet aspect était présenté par Jean-Christophe Peyssard). Comme le soulignait la directrice des éditions de l’INALCO, Huguette Rigot, et comme l’ont montré certains posters de projets numériques, tous les outils techniques existent pour la gestion du plurilinguisme.

Les enseignants chercheurs présents (Boris Petric, directeur du Centre Norbert Elias et João Caetano, président des Presses Universitaires portugaises) ont quant à eux souligné le rôle de l’attractivité des universités pour favoriser les séjours d’étrangers susceptibles d’acquérir de nouvelles langues vernaculaires et de devenir des membres ressources des réseaux scientifiques. En effet, toute une demi-journée était consacrée à la question de la traduction, tant il est difficile de gérer ce processus de façon fluide et de trouver de bons traducteurs spécialisés. Le modèle du tandem de chercheurs, traduisant et/ou corrigeant mutuellement leurs travaux, est finalement relativement répandu, surtout lorsqu’il ne s’agit pas de traductions vers ou de l’anglais. L’expérience de revues de sciences exactes est à ce titre exemplaire (Claus Roll, EDP Science).

Une journée offrait la possibilité aux participants de faire le point sur un panel de tâches (curation, veille, éditions en différents formats électroniques). Il a été pour moi l’occasion d’acquérir les principes cardinaux du droit d’auteur tel qu’il vient d’être réformé en France en 2014. L’adaptation principale prévoit la diffusion des textes sur des supports multiples, en particulier numériques. Les huit heures intensives de travaux ont été l’occasion de constater la multiplicité des cas de mise en œuvre du droit d’auteur, la diversité des combinaisons financières et des niveaux de responsabilité des auteurs, si bien que la juriste Anne-Laure Stérin a finalement renoncé au cour magistral auquel semblait inviter l’amphithéâtre qui nous accueillait pour une journée de questions, réponses, objections, rectifications, et retours aux principes fondamentaux.

L’expérience d’un centre français à l’étranger permet de souligner plusieurs aspects  de ce débat. Tout d’abord, la nécessité du libre accès est bien mieux acquise en France qu’en République tchèque où l’édition scientifique libre de droit est extrêmement rare, alors même que les publications ont fait l’objet d’une numérisation systématique.

Le plurilinguisme en revanche est un thème nouveau pour les scientifiques français et il faut se réjouir qu’il ne se réduise plus à un face à face français / anglais. Néanmoins, il n’est pas encore une réalité quotidienne et le fait que Cairn n’ait pas de véritable stratégie de collaboration avec d’autres plateformes linguistiques européennes (italienne ou espagnole par exemple) est surprenant du point de vue d’un pays comme la République tchèque où aucune institution n’a jugé utile de s’abonner à une ressource uniquement française, qui ne concerne donc qu’une frange de chercheurs.



Citer ce billet
Claire Madl (2015, 24 octobre). Le Multilinguisme, frein ou catalyseur de la diffusion scientifique en Europe et en Méditerranée. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi6s