« Archéologie philosophique et déconstruction » Alain de Libera, le 7 mai 2015, au CEFRES)

Photo C. Royer
A. de Libera, CEFRES, 7-5-2015

 

 

 

 

 

 

La conférence qu‘Alain de Libera (Collège de France) a prononcée au CEFRES le 7 mai 2015 était centrée sur deux notions dont il a démontré l’utilité pour la recherche philosophique et historique : celle de déconstruction et celle d’archéologie. Après avoir brièvement commenté les textes de Michel Foucault concernant la tâche de l’historien, Alain de Libera s’est livré au commentaire des textes de Heidegger, consacrés à la notion de déconstruction (Destruktion, Abbau).

Il a souligné pour ses auditeurs que Heidegger ne comprend pas la déconstruction comme une „démolition“, mais plutôt comme un „démontage dirigé“, permettant de „revenir aux origines“ ou à une „réalité originaire“ d’une tradition philosophique, le retour en question consistant à se débarasser des sédiments constitués par des interprétations ultérieures qui en recouvrent le sens véritable (Heidegger lui-même a démontré la nécessité d’un tel retour dans la cas de la philosophie médievale, mais également dans le cas des catégories fondamentales de la pensée philosophique : celle du sujet, de la conscience ou de la personne).

Si c’est la philosophie heideggérienne qui représente le point de départ conceptuel du questionnement archéologique et déconstructif, la démarche du „philosophe archéologue“, dans son aspect pratique, se trouve également inspirée par la pensé de R. G. Collingwood, en particulier par sa notion de „Constructive Re-Enactment“. Ainsi, selon A. de Libera, „la tâche du philosophe archéologue ne peut se borner à exhumer une thèse pour l’étudier, l’évaluer, la discuter de manière atomistique. Il doit ‚réeffectuer‘ son questionnaire d’origine de manière holistique et, littéralement, repenser cette pensée, dans et avec l’ensemble auquel elle appartient“.

Appliquée à la catégorie du sujet – dont l’histoire représente le noyau de la recherche d’A. de Libera lui-même –, cette démarche archéologique prend la forme de la question suivante : Comment et pourquoi le ‚sujet‘ est-il devenu, sous le nom de ‚je‘, sujet d’action ? Comment la notion de sujet-agent est-elle entrée en philosophie?

Dans la philosophie antique (notamment chez Aristote), le sujet, en fait, représente une catégorie passive, et ce n’est qu’au cours d’un développement historique sinueux que le „sujet“ est devenu l‘instance agissante, telle qu’on la trouve chez Descartes et ses successeurs.

Selon Alain de Libera – et c’était peut-être le moment le plus passionnant de sa conférence – ce qui s’est opéré à un certain moment de l’histoire de la philosophie est un véritable „chiasme du sujet et de l’objet“, une modification complète – qu’A. de Libera situe au XIVe siècle – du sens des notions de „subjectif“ et „objectif“ qui commencent à signifier le contraire de ce qu’elles signifiaient auparavant.

Alain de Libera a terminé sa conférence en présentant la forme concrète du „questionnaire“ mis en place au cours de l’investigation concernant l’histoire de la notion de sujet, centré sur les questions de la sensation et de la pensée. En présentant la complexité conceptuelle liée à la catégorie du sujet et la démarche subtile nécessaire pour en découvrir le développement, il a amplement démontré que „l’archive n’est pas un dépôt mort, mais une énergie fossile“.

Josef Fulka

Josef FULKA (* 1976) est docteur en philosophie de l’Université Charles de Prague (2003), ses travaux portent sur la philosophie contemporaine et la littérature. Outre de nombreux articles et ouvrages, il a publié un certain nombre de traductions du français (L. Althusser, R. Barthes, R. Barbaras, H. Bergson, G. Deleuze, M. Foucault, J. Kristeva, etc.). Page personnelle : http://oskf.flu.cas.cz/cz/lide/josef-fulka-2