Édouard Vasseur : L’Exposition universelle (1867) apogée du Second Empire

Édouard Vasseur, L’Exposition universelle de 1867. L’apogée du Second Empire, Paris : Perrin, 2023

Compte-rendu par Adéla Bricínová (doctorante associée au CEFRES).

Traitant de manière détaillée de l’Exposition universelle organisée à Paris en 1867, le livre d’Édouard Vasseur transmet au lecteur l’atmosphère de la France de la fin du Second Empire, avec toutes ses ambitions et ses préoccupations. Ce livre monographique, bien qu’abordant un riche éventail de sujets historiques et politiques, s’adresse à un lectorat non exclusivement spécialiste. Il conserve néanmoins les qualités d’un ouvrage d’érudition, issu d’une vaste recherche.

Il s’agit du premier livre rédigé par Édouard Vasseur, archiviste paléographe, et actuellement professeur d’archivistique, de diplomatique et d’histoire des institutions de l’époque contemporaine à l’École nationale des chartes. [1] L’Exposition universelle de 1867 représente le thème central de son parcours universitaire. Il lui a dédié d’abord sa thèse soutenue à l’École nationale des chartes en 2001, intitulée L’Exposition universelle de 1867 : apothéose du Second Empire et de la génération de 1830, pour laquelle il a reçu le prix Auguste-Molinier, récompensant les meilleures thèses issues de cette institution. [2] L’Exposition universelle de 1867 est ensuite devenue le thème de sa thèse de doctorat en histoire moderne et contemporaine, soutenue en 2005 à l’université de Paris-IV Sorbonne, L’Exposition universelle de 1867 à Paris : analyse d’un phénomène français au XIXe siècle avant de devenir l’ouvrage ici présenté.

Le livre couvre de manière équilibrée les trois phases successives de l’événement : la phase préparatoire, le déroulement même de l’exposition et enfin ses suites, y compris sa réception, ses résultats et sa liquidation matérielle et administrative. En ce qui concerne les sources, l’auteur s’appuie principalement sur les documents déposés aux Archives nationales, provenant de la Commission impériale chargée de l’organisation de l’exposition. Il exploite ensuite de nombreux imprimés publiés à l’occasion de l’événement, que ce soient les instructions pour les exposants, les livrets d’exposition, les catalogues et programmes d’exposition, les albums illustrés ou encore les rapports sur le déroulement et sur les résultats de cette aventure. L’auteur fait également écho à la presse contemporaine, qu’il s’agisse de périodiques français dont Le Figaro, Le Moniteur universel, ou L’Avenir national, ou de périodiques étrangers, comme L’Indépendance belge ou The Times, de provenance anglaise. Ce sont enfin les journaux intimes, et surtout, la correspondance de personnalités contemporaines telle George Sand, Gustave Flaubert ou Prosper Mérimée, qui constituent une source essentielle, notamment pour une réflexion sur la réception de l’exposition, et dont les citations demeurent agréables et intéressantes à lire. Le matériel étudié est donc très riche et permet à l’auteur de reconstruire de manière approfondie l’histoire de cette quatrième exposition universelle, depuis ses préparatifs jusqu’à sa postérité, une fois ses portes refermées. Si nous devions envisager l’expansion potentielle de l’étude, ce serait à notre avis vers la réception de l’exposition au niveau international que l’enquête mériterait d’être continuée, en particulier  auprès de la presse allemande qui n’est pas exploitée dans cet ouvrage.

L’histoire des expositions universelles s’inscrit dans celle des expositions industrielles d’importance locale et remonte au milieu du XIXe siècle, la première ayant eu lieu à Londres en 1851. Pendant cette période inaugurale, c’est la France et l’Angleterre qui organisent ces événements. Ainsi, la deuxième exposition a lieu à Paris en 1855, la troisième à Londres en 1862, et la quatrième de nouveau à Paris en 1867. Chacune innove en matière d’organisation. Nous pouvons mentionner à titre d’exemple l’entrée des beaux-arts sur la scène des expositions universelles en 1855 (31), la première exposition londonienne ayant exclusivement pour but de présenter des réalisations dans les domaines de l’industrie et de l’agriculture. Un autre exemple concerne le mode de financement des expositions universelles : tandis que l’Angleterre avait adopté un système entièrement fondé sur le financement privé, sans aide du gouvernement, la France opte dès 1855, au prix d’un fort déficit, pour un financement d’État, dans tradition des expositions locales publiques des produits de l’industrie. Lors de l’Exposition universelle de 1867, l’événement est financé par des subventions de l’État et de la Ville de Paris, complétées par des fonds provenant du secteur privé (60-63). Ainsi, est-ce un système mixte qui est mis en place.

Les organisateurs de l’exposition parisienne de 1867 cherchent en effet à tirer les enseignements des expositions précédentes, non seulement en ce qui concerne le système de financement, mais également en ce qui concerne l’organisation du temps de l’exposition et de son annonce, les mesures prises pour que l’exposition ouvre à la date prévue, l’emplacement et l’architecture du palais d’exposition, ainsi que la manière de susciter l’intérêt du grand public grâce à un riche programme parallèle à l’exposition, qui représente par ailleurs un moyen efficace pour équilibrer les dépenses liées à l’organisation de l’événement.

Les préparatifs de l’Exposition universelle de 1867 débutent dès 1865 (55), peu de temps après la clôture de l’exposition londonienne. En revanche, la dissolution définitive de la Commission impériale chargée de l’organisation de l’exposition n’a lieu qu’au début de l’année 1872 (295). En d’autres termes, les questions relatives à l’achèvement de l’exposition n’ont été pleinement résolues qu’après les années turbulentes de 1870-1871, la guerre franco-prussienne et la Commune de Paris, sous le nouveau régime politique, celui de la Troisième République. L’Exposition universelle de 1867 représente ainsi un des événements marquants du Second Empire, instrument de son prestige, marqué par l’essor économique du pays bien qu’à la veille  de graves conflits: d’où sa qualification de véritable apothéose du Second Empire.

Installée sur le Champ-de-Mars et sur l’île Saint-Germain à Billancourt durant sept mois à partir du 1er avril 1867, avec un total de 52 200 exposants représentant trente-deux pays (127), et attirant des millions de visiteurs (168) enchantés, non seulement par l’exposition elle-même, mais aussi par le riche programme d’accompagnement, l’exposition connut un grand succès, tant pour la France que pour la ville de Paris. La vue à vol d’oiseau du Champs de Mars en est devenue emblématique avec le palais arrondi composé de plusieurs galeries, dont la fameuse galerie des machines, entourée de nombreux pavillons, monuments et espaces d’exposition, dont le jardin réservé fut hautement apprécié par les visiteurs. Pourtant, l’auteur ne manque pas de souligner les aspects plus sombres, voire inquiétants, qui accompagnèrent cette exposition universelle. Tandis que les expositions des années 1850 avaient démontré la domination de l’Angleterre dans le domaine de l’industrie et la singularité de la France en matière de produits d’art et de luxe, l’exposition de 1867 témoigna d’un certain retard de la France en matière d’innovation dans des secteurs industriels importants, cette fois-ci face à un nouveau rival, la Prusse (295). En outre, l’auteur constate que, même si un grand nombre de souverains et de chefs d’État visitèrent l’exposition de 1867 , aucune de ces visites ne permit à la France une quelconque  avancée diplomatique (266-268). Au contraire, la diplomatie de Napoléon III se trouva alors fragilisée, aussi bien à cause de certains événements, dont l’exécution de l’empereur du Mexique Maximilien le 19 juin 1867, que par les tensions soulevées par la visite du tsar Alexandre culminant avec sa tentative d’assassinat.

L’ouvrage d’Édouard Vasseur est exceptionnel par le traitement monographique qu’il opère d’une exposition universelle. Certains ouvrages traitent des expositions universelles parisiennes dans leur ensemble, tel le livre de Marc Gaillard, Paris : les expositions universelles de 1855 à 1937, [3] ou bien le catalogue d’exposition Les expositions universelles à Paris de 1855 à 1937, [4] dirigé par Myriam Bacha. Ces ouvrages néanmoins, de par leur nature même, n’embrassent pas, comme ici, le processus de préparation et le déroulement de chaque exposition.  Il existe ensuite des ouvrages centrés sur un aspect particulier des expositions universelles. Pour le domaine de l’architecture, mentionnons l’ouvrage de Caroline Mathieu sur les architectures réelles ou utopiques des expositions universelles à Paris, catalogue d’exposition du musée d’Orsay. [5]

En tant qu’archiviste, historien et historien de l’art, Édouard Vasseur disposait en réalité de toutes les qualifications pour rendre sur papier une image plastique de l’exposition parisienne de 1867, en liant des réflexions sur ses aspects politiques, sociaux, culturels, artistiques et économiques. En explorant les questions tout à fait pratiques de l’organisation d’un tel événement, dont l’introduction du chemin de fer dans l’espace d’exposition pour faciliter le transport des convois d’objets provenant des quatre coins du monde, l’auteur éveille chez le lecteur des réflexions plus générales sur le fonctionnement de la société de l’époque, tant sur la modernité technique croissante que sur la maturité des transports et de la communication. L’ouvrage contribue de cette manière non seulement à l’histoire de l’industrie des expositions, mais reflète bien d’autres sujets : l’histoire et l’urbanisme de la ville de Paris, l’histoire du spectacle, les stratégies d’exposition de certains artistes, etc. De même que l’exposition est qualifiée d’universelle, l’ouvrage qui la traite de manière si complexe atteint lui aussi, une universalité et une portée élargie.


[1] Pour plus d’informations sur le parcours universitaire et professionnel de l’auteur, voir : https://www.chartes.psl.eu/fr/edouard-vasseur, consulté le 4 février 2024.

[2] Voir : https://www.chartes.psl.eu/fr/positions-these/exposition-universelle-1867-apotheose-du-second-empire-generation-1830, consulté le 4 février 2024.

[3] Marc Gaillard, Paris : les expositions universelles de 1855 à 1937, Paris : les Presses franciliennes, 2003.

[4] Myriam Bacha (éd.), Les expositions universelles à Paris de 1855 à 1937 (catalogue d’exposition),Paris : Action artistique de la Ville de Paris, 2005.

[5] Caroline Mathieu, Les expositions universelles à Paris : architectures réelles ou utopiques (catalogue d’exposition), Paris : Musée d’Orsay ; Milan : 5 Continents, 2007.




Citer ce billet
Claire Madl (2024, 6 mai). Édouard Vasseur : L’Exposition universelle (1867) apogée du Second Empire. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11n3k