Entre empêchement et engagement. Les sciences humaines et sociales depuis l’invasion russe de l’Ukraine

Un compte rendu par Franciszek Mlynikowski, stagiaire au CEFRES

Point fort du programme de bourses non-résidentielles pour les chercheuses et chercheurs ukrainiens en sciences humaines et sociales au CEFRES, la journée d’étude internationale « Entre empêchement et engagement. Les sciences humaines et sociales depuis l’invasion russe de l’Ukraine » s’est tenue les 19 et 20 septembre 2023 à Prague au CEFRES (voir le programme complet de la journée d’étude ici).

Dans le contexte de l’invasion russe de l’Ukraine, l’évènement a été l’occasion de réfléchir collectivement aux empêchements auxquels sont confrontées les sciences humaines et sociales tant en Ukraine qu’à l’étranger, mais aussi à examiner les engagements qui se sont développés ces dernières années pour contourner ceux-ci par des innovations dans les méthodes, les objets et les modalités de conduite de la recherche. Axée autour de trois panels, la journée d’étude a réuni des spécialistes de divers domaines, tels que l’histoire, le droit, la psychologie, l’économie, la linguistique, les sciences politiques, la philosophie et la pédagogie, permettant de réfléchir de façon interdisciplinaire aux différents défis qui attendent la recherche ukrainienne et celle dédiée à l’Ukraine, à l’espace est-européen et post-soviétique à l’avenir. 

Évolutions : changements discursifs et épistémologiques dans la recherche en et sur l’Ukraine

Suite à l’allocution de l’Ambassadeur de France en République tchèque M. Alexis Dutertre, le panel sur les changements discursifs et épistémologiques dans la recherche en et sur l’Ukraine a ouvert la journée d’étude. Au cours de ce dernier, les participants ont particulièrement souligné les remises en question qui attendent les sciences humaines et sociales européennes, en particulier la nécessité de décentrer des perspectives de recherche souvent « russocentrées », à l’exemple de Nataliia Romanyshyn (Université nationale polytechnique, Lviv). Cette dernière a proposé de nouvelles approches et de nouvelles perspectives méthodologiques de la conceptualisation de l’identité nationale ukrainienne, à travers l’analyse des discours et de certains « mots-clés », tel « héros » ou « Maïdan ». Lors des discussions qui ont suivi cette première intervention, il a été souligné que les éléments architecturaux ou les paysages, comme « Maïdan », constituent des métaphores importantes de la mémoire collective et de la construction nationale, parallèlement à la langue.

Modéré par Luba Jurgenson (Sorbonne Université), la seconde session du panel s’est poursuivie avec les interventions de Vyacheslav Grekov (Institut ukrainien de physique et de technologie) et d’Oksana Dovgolova (Université I.I.Mechnikov, Odessa), qui ont questionné l’héritage post-impérial et soviétique en Ukraine. À l’instar du travail de décolonialistes tel qu’Aimé Césaire, évoqué au début de la journée par Sylvie Archaimbault (CNRS-Sorbonne Université) comme point de comparaison situé dans le passé, les deux participants ont procédé à une analyse critique de l’histoire, de la culture et de l’identité, d’un point de vue national aussi bien que régional (l’identité régionale d’Odessa dans le contexte de l’invasion russe de l’Ukraine).

Empêchement : état des lieux

Modéré par Kateřina Čapková (Institut d’histoire contemporaine de l’Académie tchèque des Sciences) et Ota Konrád (Faculté des Sciences sociales, Université Charles, Prague), le panel dédié à l’état des lieux des situations d’empêchement auxquelles sont confrontées les sciences humaines et sociales depuis le début de la guerre a ouvert la seconde journée.

Bien que portant sur des sujets très différents (la qualité de vie en Ukraine aux XVIIIe et XIXe siècles, l’Église dans la guerre et l’exportation d’objets culturels), les interventions d’Igor Serdiuk (Université de Poltava), de Maria Maioroshi (Université d’Uzhhorod) et de Dmytro Yanov (Musée archéologique d’Odessa et Académie nationale des sciences d’Ukraine) ont toutes interrogé la connaissance dans des situations d’empêchement : non seulement le travail de terrain et les objets étant empêchés ou inaccessibles dans le contexte de la guerre, mais aussi les acteurs, les activités de la recherche et les libertés académiques. Ont ainsi été mis en exergue la difficulté d’accès aux sources historiques impériales et soviétiques et aux enquêtés déplacés (terrains empêchés), le manque de soutien accordé à la recherche par  l’État ukrainien avec la suppression de programmes publics dédiés, ainsi que la situation matérielle et psychologique précaire des chercheuses et chercheurs. L’intervention d’Igor Serdiuk a, quant à elle, également attiré l’attention sur la nécessaire déconstruction et réinterprétation des sources, dressant un parallèle intéressant, souligné par Kateřina Čapková, avec les travaux des historiens des années 1980 qui ont réinterprété la position des juifs dans la société du début de la période moderne.

Solutions : méthodes et innovations

Le dernier panel de la journée d’étude a été l’occasion de réfléchir aux solutions mises en place afin de contourner ces empêchements, d’adapter les activités scientifiques et la production de connaissance, tout en questionnant le lien entre l’empêchement et l’engagement.

D’abord modérées par Valeriya Korablyova (Faculté des Sciences sociales, Université Charles, Prague) et, par la suite, par Kamila Urban (Académie slovaque des Sciences), les deux premières sessions du panel ont interrogé la manière dont les méthodes et les modèles de recherche s’adaptent ou tendent à s’adapter à des contextes empêchés, ainsi que les différentes formes d’engagements des chercheurs, en particulier depuis le début l’invasion russe. Elina Paliichuk (Université Borys Grinchenko, Kiev), Yevhenii Tkachenko (Faculté de droit de l’Université nationale Yaroslav Mudryi), Natalia Tsybuliak (Université de Berdyansk) et Nataliia Zachosova (Université Bohdan Khmelnytsky, Cherkasy) ont ainsi évoqué les solutions et les innovations mises en œuvre dans ce contexte de guerre. Alors que certains ont présenté l’aspect méthodologique de ces dernières (l’attention accordée aux terrains localisés, l’accumulation progressive de données empiriques sur le long terme, ou encore l’interdisciplinarité) d’autres se sont davantage penchés sur des thématiques (l’engagement dans la lutte contre les contrefaçons historiques russes et la mise en valeur des récits historiques ukrainiens tentant d’éviter aussi bien le risque nationaliste, que l’adoption directe de l’agenda de recherche occidental).

La dernière session du panel, modérée par Ioana Cîrstocea (CNRS-CEFRES), a mis l’accent sur l’intégration internationale de la recherche ukrainienne et l’institutionnalisation de sa diaspora scientifique, prérequis pour répondre aux défis que les chercheurs ukrainiens devront relever à l’avenir, comme l’a souligné Eva Voldřichová-Beránková lors de l’allocation de clôture. La vice-rectrice aux relations internationales de l’Université Charles a en effet donné pour modèle le souvenir des synergies développées entre les chercheurs de l’ancien « bloc de l’Est » et celles d’autres pays européens lancées après 1989, tout en rappelant que l’institutionnalisation de la diaspora scientifique ukrainienne est en bonne voie, en particulier en République tchèque, en France et en Pologne. En témoignent les interventions d’Igor Lyman (Université de Berdyansk) et d’Andrii Pastushenko (Université d’Oxford et Université d’Économie Simon Kuznets de Kharkiv), qui ont présenté différentes initiatives scientifiques dont le but est de développer les connexions transnationales et de préserver les réseaux de recherche au sein de la diaspora scientifique ukrainienne, tout en promouvant l’Ukraine au sein de l’opinion publique, à l’exemple du projet « Ukrainian Science Diaspora ».

Fruit de la collaboration entre une chercheuse française et une musicienne ukrainienne, l’intervention de Louisa Martin-Chevalier (Sorbonne Université) et de Yana Shliabanska (compositrice indépendante) a montré la pertinence des formes d’empêchements analysées durant la journée d’étude. Enfin, la performance musicale de Yana Shliabanska a clos cette journée, sous le signe de la créativité indispensable au dépassement des empêchements de toutes sortes.

Cette journée d’étude a été organisée par Mateusz Chmurski (CEFRES), Oksana Dovgopolova (Université nationale I. I. Mechnikov, Odessa), Luba Jurgenson (Sorbonne Université, Paris), Valeriya Korablyova (Faculté des Sciences sociales, Université Charles, Prague) et Stanislav Tumis (Faculté des Lettres, Université Charles, Prague), en collaboration avec l’UMR Eur’ORBEM – Cultures et sociétés d’Europe orientale, balkanique et médiane (UMR 8224, CNRS-Sorbonne Université), le centre de recherche « Ukraine in a Changing Europe », (Faculté des Sciences sociales, Université Charles, Prague) et le Département d’études est-européennes de la Faculté des Lettres de l’Université Charles.

Elle s’inscrit dans le programme de bourses non-résidentielles en sciences humaines et sociales pour les chercheurs et chercheuses ukrainien-nes du CEFRES, en étroite collaboration avec le Ministère des Affaires étrangères et européenes de la République française, l’Ambassade de France et l’Institut français en Ukraine ainsi que le centre de recherche « Ukraine in a Changing Europe » de la Faculté des sciences sociales, le Département d’études est-européennes de la Faculté des arts de l’Université Charles et l’Institut d’histoire contemporaine de l’Académie tchèque des sciences (voir https://cefres.cz/fr/20936).

Voir le programme complet de la conférence sur le site du CEFRES.



Citer ce billet
Claire Madl (2023, 30 octobre). Entre empêchement et engagement. Les sciences humaines et sociales depuis l’invasion russe de l’Ukraine. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi9x

Une réflexion sur « Entre empêchement et engagement. Les sciences humaines et sociales depuis l’invasion russe de l’Ukraine »

Les commentaires sont fermés.