Le soin de l’habitat. Entre entretien de l’infrastructure et attention envers les êtres vivants

Un compte rendu par Ange Pottin, Université de Vienne, chercheur associé au CEFRES

Le colloque international « Le soin de l’habitat, entre la maintenance des infrastructures et l’attention aux êtres vivants » a eu lieu au CEFRES les 19 et 20 octobre 2023. Il a été organisé par le CEFRES et l’équipe du programme TANDEM « Home Beyond Species », avec le soutien financier du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche français, programme PARCECO. Il se situait dans la lignée des études des « non-humains » et des terrains « multi-spécifiques » – concepts qu’il comprenait avant tout comme une invitation à une recherche collective, par-delà les frontières disciplinaires. Ce faisant, il a été l’occasion d’une rencontre entre sociologues, anthropologues, artistes, géographes et philosophes travaillant sur une importante variété d’objets – avec une triple focale sur les pratiques de soin pour l’habitation, la maintenance des infrastructure techniques et l’attention aux êtres vivants.

19 octobre 2023

Le premier panel, « Infrastructure as habitat? », interrogeait les interactions entre les infrastructures et les différents êtres qui les habitent, les traversent, les déstabilisent. Claire le Renard (EDF R et D, LISIS), dans une intervention intitulée « Caring for absent fish. Biodiversity conservation policies disrupted by climate change » a présenté les résultats d’une recherche de terrain sur les barrages hydroélectriques qui fragmentent l’habitat des poissons dans les rivières françaises, abordant des thématiques à la croisée de la pollution des eaux, des pratiques de pêche et du réchauffement climatique. Alexandra Fruhstorfer (Université des Arts Appliqués de Vienne) a ensuite présenté son projet artistique « Making Oddkin », visant à créer des espaces imaginaires pour penser de nouveaux habitats urbains comme autant de lieux d’interaction entre humains et animaux. Martin Denoun (GSPR-EHESS, Spiral) a enfin présenté un aspect méconnu de l’infrastructure nucléaire française : les piscines de refroidissement dans lesquelles habite, dans l’attente de jours meilleurs, le combustible nucléaire irradié.

Avec le second panel, « Co-habitating through care practices », nous sommes entrés plus profondément dans les pratiques parfois paradoxales de soin pour l’infrastructure et les êtres vivants. Adam Hudec (Université des Beaux Arts de Vienne) a présenté son projet artistique « Unveiling Microscopic Partnerships : Biopatina’s Symbiosis on Epidermitecture », qui cherche à collecter, comprendre et faire entrer dans le domaine esthétique les couches de biopatine qui recouvrent les bâtiments. Ange Pottin (Université de Vienne, CEFRES) a, dans « Nuclear residues, from the promises of waste disapperance to the uncertainties of care », contesté la focale exclusive sur les pratiques d’enfouissement au long terme des déchets nucléaires pour interroger les pratiques de maintenance et de soin dont ils font l’objet au présent. Enfin, Adam Ostolski (Université de Varsovie, CEFRES), dans « More-than-human medicine : veterinary practice and ongoing transformations of interspecies relationships », proposé une critique des perspectives « One Health » pour comprendre les interactions humains/animaux dans les pratiques vétérinaires.

La première keynote a ensuite été menée par Jérôme Denis (CNRS, Mines ParisTech) et David Pontille, (CNRS, Mines ParisTech), qui présentèrent leur dernier livre Le soin des choses. Politiques de la maintenance. Cette présentation fut l’occasion non seulement de revenir sur le geste central du livre – rendre visible les nombreuses opérations invisibles de maintenance qui rendent possible les infrastructures dans lesquelles nous habitons – mais aussi de développer deux lignes de fuite de ce travail : ce que signifie la fragilité des choses d’une part, et les différents rapports au temps compris dans les activités de maintenance d’autre part.

20 octobre 2023

La deuxième journée a commencé avec la seconde keynote du colloque, prononcée par le géographe Matthew Gandy (Université de Cambridge). Celle-ci avait trait à son dernier ouvrage, Natura Urbana, Ecological Constellations in Urban Space. A travers un riche parcours dans de nombreuses études de cas, il présenta quatre manières différentes d’interroger l’écologie d’une ville : l’étude des écosystèmes urbains, l’attention naturaliste à la nature urbaine, l’écologie politique critique de la ville capitaliste, et enfin une écologie multi-espèces, qui conteste à l’humain la place centrale dans l’espace urbain.

Le troisième panel du colloque, « Caring for multi-layered habitats », abordait les espaces géographiques comme des espaces feuilletés par différentes pratiques de soin. Julie Beauté (ENS Ulm, Université Aix-Marseille), dans « Medea’s metamorphic matters », a déployé l’écologie d’un sanatorium géorgien, transformé par des décennies de pratiques d’habitation différentes. Karolína Pauknerová (Centre d’études théoriques, Université Charles) a présenté, dans « Living Heritage : Preliminary thoughts on apple trees in Ralsko », les résultats d’une enquête dans la région de Ralsko en République Tchèque, où les pommiers conservent la mémoire de populations déplacées. Enfin, Nassima Abdelghafour (Centre Alexandre Koyré, EHESS), dans « Carbon compensation, land apporpriation, ecological simplification. A sad tribute to a terra nullius », exposé les pistes de son enquête autour d’un projet de compensation carbone mené par Total Energies dans les plateaux Batéké au Congo.

Le colloque s’est clos par une visite guidée, menée par Petr Gibas (Académie des Sciences, CEFRES) dans le quartier de Libeň à Prague – quartier marqué par des décennies de politiques d’aménagement urbain volontaristes, où subsistent de nombreux espaces au statut indéterminé, où se croisent différentes pratiques d’habitat et êtres vivants.

Photo : Augustin Frandon



Citer ce billet
Claire Madl (2023, 30 octobre). Le soin de l’habitat. Entre entretien de l’infrastructure et attention envers les êtres vivants. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi9w