Histoire des sensibilités et exposition de la psychanalyse à l’histoire

Autour d’Hervé Mazurel

Un compte rendu par Raphaël Pichard-Roumagnac, stagiaire au CEFRES           

La conférence « Histoire des sensibilités » puis la table ronde « Exposer la psychanalyse à l’histoire » se sont tenues les 21 et 22 septembre 2023 à Prague, organisées par le CEFRES  et Ondřej Matějka (professeur à la faculté des Sciences sociales de l’Université Charles à Prague) qui avaient invité Hervé Mazurel (Université de Bourgogne), l’un des représentants les plus éminents de l’histoire du corps, des sensibilités et des imaginaires, spécialiste de l’Europe du XIXe siècle, également codirecteur de la revue Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales. Au cours de la conférence, Hervé Mazurel est revenu sur la spécificité, les origines et les terrains d’études de son domaine de recherches : l’histoire des sensibilités. Comme épistémologue, il participe également à la redynamisation des rapports entre histoire, sciences sociales et disciplines de la psyché. Ainsi, la table ronde a porté sur son ouvrage, Linconscient ou loubli de lhistoire. Profondeurs, métamorphoses et révolutions de la vie affective (La Découverte, 2021) qui aborde les rapports complexes entre l’histoire et la psychanalyse.

Lire la suite : Histoire des sensibilités et exposition de la psychanalyse à l’histoire

            Lors de sa conférence, Hervé Mazurel a présenté les racines du courant historiographique de l’histoire des sensibilités. En 1941, a-t-il rappelé, c’est Lucien Febvre qui ouvre[2]  une telle perspective. Pour les historiens[3] , cette voie est cruciale puisqu’elle permet d’anticiper un écueil terrible : l’anachronisme psychologique, c’est-à-dire la projection sur les acteurs historiques des rapports au monde qui sont les leurs. L’élan se poursuit dans les années 1970 avec Michel Foucault mais aussi au sein de l’histoire des mentalités (Ariès, Le Goff, Corbin). Cette voie intellectuelle avait été préalablement esquissée par la révolution intellectuelle de la fin du XIXe siècle, personnifiée dans les « maîtres du soupçon » (Marx, Nietzsche et Freud) qui avaient amorcé le retour des corps, des passions et des pulsions dans les réflexions contemporaines. Au-delà du cadre français, cette préoccupation d’une historicisation des sensibilités se retrouvent aussi chez Weber, Benjamin, Burckhardt, Huizinga ou encore Elias. 

            Hervé Mazurel a donc présenté  ses travaux comme une tentative de comprendre les structurations et les transformations de notre rapport au monde, en tant que nous sommes des êtres sensibles, plongés dans une société aux prises avec l’histoire. La sensibilité, bien qu’appuyée sur un « support biologique » ne saurait être analysée exclusivement en vertu de celui-ci : d’une époque à l’autre un même phénomène physiologique, tel que, par exemple, les larmes, le sourire ou le rire, renvoie à différentes significations. La sensibilité physiologique n’est pas séparable d’une sémiologie, puisque le rapport au sens, défini dans un contexte particulier, agit comme un filtre vis-à-vis du sensible, lequel demeurerait sans lui un magma indistinct. Hervé Mazurel explore donc la balance[4]  et les hiérarchies entre les sens, les effets de seuils et de palier du tolérable, de la violence, de la pudeur, de l’hygiène, ou encore l’économie affective des individus et des sociétés. Ainsi, décomposant la sensibilité en trois modalités : sensation (l’immédiat), émotion (l’éphémère) et sentiment (le durable), l’historien suit dans le temps long les variations discrètes de notre rapport sensible au monde, dans ce qu’il nomme une « histoire des obscurités ».

            La table ronde a été pour Hervé Mazurel l’occasion de présenter son livre, Linconscient ou loubli de lhistoire. Profondeurs, métamorphoses et révolutions de la vie affective (La Découverte, 2021). Engagé dans cette exploration du devenir des structures affectives, l’historien des sensibilités a dernièrement porté sa réflexion sur les relations complexes que tissent histoire et psychanalyse.

            L’héritage des découvertes freudiennes engagea une partie des historiens à porter leur regard vers les champs de la vie privée (sexualité, famille, enfance, obsession), tout en leur donnant des outils pour reconceptualiser leur rapport au temps, comme un phénomène aux prises avec des procès souterrains qui le travaillent (« après-coup », « refoulement », « retour du refoulé », « trauma »). De son côté en revanche, la psychanalyse s’est doublement verrouillée vis-à-vis de l’histoire. Tout d’abord théoriquement, en pensant, à la suite de Freud, un inconscient « an-historique », c’est-à-dire en abordant son étude d’un point de vue synchronique. L’inconscient ne serait donc pas concerné par le mouvement des sociétés dans l’histoire, les structures qu’observeraient les psychanalystes seraient des phénomènes relevant de la nature du psychisme humain : un donné, au même titre que les procès physiologiques. Cette posture est analysée par Hervé Mazurel comme un position théorique visant à ancrer la psychanalyse nouvelle du côté des sciences, sur le modèle de la biologie, plutôt que des humanités jugées peu scientifiques. Aussi, du point de vue de son historiographie, la psychanalyse s’est accordée le monopole de la parole légitime, soupçonneuse du travail des historiens de formation. Cette posture a donc produit une canonisation de la figure de Freud et une certaine aura ésotérique et mystérieuse autour de la discipline. De là cette latence de l’intensité des débats entre freudiens et anti-freudiens. Or, si Freud a fondé la psychanalyse sur les pathologies manifestes de la société viennoise au tournant du siècle, la profonde modification des structures familiales, sociales et politiques, ou encore des pratiques sexuelles depuis lors, nous donne à voir de nouveaux maux. La psychanalyse risquerait donc bien de disparaître avec les pathologies qui l’ont fait naître, si elle n’envisage pas de prendre en compte que la psyché est aussi structurée dans et par l’histoire.

            Bien que chacun ait donc à gagner de l’établissement d’un dialogue interdisciplinaire, pour l’historien, la thèse d’une anhistoricité de l’inconscient participe à créer un obstacle à ce projet, en raison de l’écueil des anachronismes psychologiques. La réflexion d’Hervé Mazurel prend pour cap l’idée d’une historicisation possible de l’inconscient, et vise à montrer l’ancrage de l’économie psychique dans le flux du devenir socio-historique. S’appuyant sur les réflexions de Norbert Elias, dont le travail dialogue avec les positions freudiennes (La civilisation des mœurs est publié dix ans après Malaise dans la culture), l’historien explique comment au fil du temps, on peut observer l’instauration de seuils mouvants qui fixent les limites du tolérable, du violent, du propre ou encore par exemple de la bienséance, de sorte que les contenus et les frontières de l’inconscient ne cessent de se recomposer, déplacer et modifier selon les contextes. La présentation de l’ouvrage s’est ainsi achevée sur trois perspectives. D’abord, le constat de l’inexistence du sujet transhistorique qui oblige les historiens à se pencher sur les processus de structuration de la psyché dans différents domaines (pudeur, tabous, violence, hygiène,…). Ensuite, la nécessité de dépasser « l’homo clausus », c’est-à-dire l’idée que l’individu existerait à la manière d’une île : distincte des autres sujets et de la société qui lui seraient hétérogènes. De là, une remise en question du clivage entre socio et psycho genèse qui polarise les sciences sociales. Enfin, la reconceptualisation de l’être humain comme être historique dont l’inconscient est pétri par l’histoire des lentes révolutions silencieuses, de la dérive des processus de structuration et restructuration psychique, de sorte que nous portons en chacun de nous comme une abysse, creusée par ceux qui nous précédés.




Citer ce billet
Claire Madl (2023, 9 octobre). Histoire des sensibilités et exposition de la psychanalyse à l’histoire. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi9v