Mobilisations conservatrices en Europe centrale et orientales – Perspectives transnationales

Compte rendu rédigé par Adrien Beauduin (doctorant au CEFRES) et traduit de l’anglais par Edgar Provost (stagiaire au CEFRES)

Version anglaise ici.

La conférence internationale “Mobilisations  conservatrice en Europe centrale et orientale – Perspectives transnationales” s’est tenue les 8 et 9 décembre 2022 à Prague au CEFRES. Elle a été organisée par Anemona Constantin (CEFRES / Charles University) et Valentin Behr (CNRS, Centre Européen de Sociologie et de Science Politique), en collaboration avec l’Institut d’Etudes Politiques (Université Charles), le Groupe de Recherche “Connaissance de l’Europe médiane”, et le Ministère français de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche – Programme PARCECO.

La conférence visait à explorer les mobilisations conservatrices en Europe centrale et orientale et à comprendre comment elles prennent forme dans un contexte transnational, impliquant non seulement la région mais aussi d’autres parties du monde. L’accent a été mis sur la façon dont les acteurs conservateurs se mobilisent au-delà des frontières, par différents moyens, tels que les réseaux, les symboles, les idées, la technologie et le droit, et sur la façon dont ils contestent l’ordre libéral qui a émergé après la chute du communisme. La conférence a réuni des spécialistes de divers domaines, tels que la science politique, la sociologie, l’histoire, la philosophie et les études culturelles, pour discuter des différentes formes de mobilisation conservatrice, de leurs objectifs et des défis qu’elles posent aux institutions démocratiques et aux droits de l’homme.

La circulation transnationale des idées

La conférence a été ouverte par une session sur le rôle des intellectuels de droite dans la circulation des idées à travers les frontières. Alihan Mestci (EHESS) a commencé par examiner l’émergence de la confrontation entre le pouvoir culturel et le pouvoir politique en Turquie. Mestci a examiné le réseau d’intellectuels conservateurs qui ont fourni au régime turc actuel une production idéologique et un programme contre-culturel. L’article visait à étudier la constitution de ce réseau d’intellectuels au niveau national par le biais d’une enquête prosopographique.

Dans la seconde intervention,  Anemona Constantin (CEFRES / IPS, Faculté des sciences sociales, Université Charles) a examiné la manière dont les intellectuels conservateurs se mobilisent. Basée sur des observations de terrain et des entretiens avec plusieurs intellectuels conservateurs roumains et d’Europe centrale et orientale, sa présentation a analysé les bases idéologiques de ces mobilisations transnationales. Constantin a soutenu que si le mouvement est divisé dans sa vision du conservatisme, il est uni dans le rejet du “woke-ism”. La présentation s’est penchée sur les stratégies développées par ces acteurs pour créer une communauté conservatrice intellectuelle, axée sur l’expertise, et pour influencer les politiques publiques aux niveaux national et international en Europe et aux États-Unis.

Mobilisation dans les espaces intermédiaires

La deuxième session de la conférence s’est concentré sur les registres de mobilisation conservateurs et les espaces intermédiaires. Marie-Hélène Sa Vilas-Boas (CREDA, IHEAL / ERMES – Université Côte d’Azur) a commencé par une présentation des répertoires de l’action politique et de la contestation chez les intellectuels et les militants en Amérique latine.

Aurélie Stern (CETOBaC, EHESS / Université Galatasaray) a suivi avec une intervention basée sur une étude sociologique et ethnographique du grand festival Kurultaj ou Macar Turan Kurultayı qui a lieu tous les deux ans à Bugac, en Hongrie. Elle a examiné comment le festival se place en tant qu’espace intermédiaire pour la circulation des idées conservatrices à un niveau transnational et pour le partage d’une identité commune entre musulmans et chrétiens connue sous le nom de “turanisme”. Stern a montré que le festival est un espace de construction d’une identité conservatrice transnationale qui n’est pas européenne, mais plutôt comme une alliance entre la Hongrie et certains États turcophones, où les différences religieuses sont résolues par le chamanisme néo-païen.

Enfin, Adrien Nonjon (CREE, INALCO) s’est intéressé aux mouvements “prométhéens” de Sinine Äratus (Éveil bleu), Austošā Saule (Aube) et Kryptis (la Voie) dans les États baltes. Il a analysé les caractéristiques de ces mouvements et leurs relations avec les partis politiques, ainsi que leur utilisation de la technologie dans leur discours. Selon Nonjon, la technologie est une opportunité discursive supplémentaire qui peut agir comme un puissant facteur de liaison régionale. Il a décrit la manière dont leurs réseaux sont organisés et les objectifs qu’ils poursuivent en utilisant la technologie comme outil de renouveau conservateur dans la région balte.

Socialisme tardif et post-communisme illibéral en perspective

Cette session a porté une perspective plus historique des mobilisations conservatrices. Michal Kopeček (Académie tchèque des sciences) a exploré la montée des régimes populistes illibéraux en Europe de l’Est et ses racines dans le projet de transition libérale post-1989. Kopeček a soutenu que la transformation post-communiste a été lancée sur la base de la croyance dans le Rechtsstaat démocratique et de la loyauté envers les politique du constitutionnalisme libéral. Cependant, le contrecoup illibéral d’aujourd’hui est le plus évident dans son assaut contre certaines des caractéristiques saillantes de l’architecture constitutionnelle post-1989. Kopeček a examiné le compromis politique post-communiste à travers le prisme de l’État de droit et a souligné les contours et les limites du compromis libéral-conservateur dans l’État de droit au cours de la première décennie après la chute du communisme.

Se concentrant sur les transformations de l’anticommunisme en Europe centrale après 1989, Laure Neumayer (Université de Picardie “Jules Verne”) a soutenu que l’anticommunisme est resté une “étiquette flexible” englobant des intérêts et des groupes très divergents soutenus par divers degrés de financement public et de patronage de l’État. Certaines de ces organisations se sont adaptées avec succès au nouveau contexte géopolitique de l’après-guerre froide. Neumayer a identifié trois tendances de l’activisme anticommuniste post-1989 qui se renforcent mutuellement : son rôle de moteur de la concurrence politique, son institutionnalisation sous la forme de politiques de la mémoire, sa transnationalisation, notamment par son organisation accrues au niveau européen.

La présentation de Jérôme Heurtaux (Université Paris-Dauphine) a examiné la relecture du passé communiste en Pologne par les historiens et les militants de gauche. Heurtaux a soutenu que le passé communiste fait l’objet d’une contestation politique intense en Pologne. Le parti au pouvoir promeut un récit particulier de l’ère communiste, décrit comme une période de totalitarisme, tandis que les historiens et les activistes de gauche cherchent à remettre en question ce récit. Heurtaux a analysé les défis auxquels la gauche est confrontée pour réinterpréter le passé communiste d’une manière qui résonne avec les débats politiques contemporains, tout en évitant les accusations de révisionnisme historique.

Mobilisations populaires en Pologne et en République tchèque

La deuxième journée de la conférence a débuté par une session sur la société civile et les mobilisations populaires en Pologne et en République tchèque. Marcin Ślarzyński (Institut de philosophie et de sociologie, Académie polonaise des sciences) a analysé l’évolution des rituels politiques locaux menés par les associations civiles de droite en Pologne entre 2005 et 2022, en particulier les clubs civils liés au journal conservateur Gazeta Polska. Il a analysé la communication symbolique engagée par les membres du club et les acteurs de l’élite locale dans l’établissement de rituels publics dans leurs localités respectives. Il a cherché à savoir si les rituels de rébellion se sont transformés en rituels de pouvoir après 2015, l’année où la droite unie (une coalition électorale de droite soutenue par les clubs) a remporté les élections présidentielles et parlementaires. Il a conclu que les rituels post-2015 sont toujours rebelles, sans variations significatives dans leur contenu. Cela apporte un contexte à la coalition de droite au pouvoir en Pologne, semblable à beaucoup d’autres acteurs politiques illibéraux, pour agir comme si elle était en état de siège pendant qu’elle est au pouvoir.

La présentation d’Adrien Beauduin (CEFRES / Central European University) s’est concentrée sur la manière dont le parti politique tchèque d’extrême droite Liberté et Démocratie directe (SPD) s’est positionné vis-à-vis de l’Occident global. Le texte soutient que le projet politique du SPD consiste à remettre en question l’imitation du modèle occidental après 1989, qu’il considère comme un modèle défectueux devant être remplacé par des idées alternatives. Pour ce faire, le SPD s’appuie sur une variété de sources, y compris les institutions de connaissance occidentales, traditionnelles et alternatives, et les voix non occidentales qui remettent en question le modèle démocratique libéral (Viktor Orbán, Jarosław Kaczyński et Vladimir Poutine). En subvertissant la hiérarchie existante entre l’Ouest et l’Est en matière de savoir et d’autorité, le SPD remet en question et sape l’autorité intellectuelle et la structure sociopolitique du projet démocratique libéral.

Ordre juridique et moral

La cinquième et dernière session de la conférence s’est concentrée sur l’intersection de l’ordre juridique, de l’ordre moral et des identités illibérales au sein du royaume conservateur. Dans la première présentation, Natasza Quelvennec (CESSP, Université Paris I / CNRS / EHESS) a examiné plusieurs acteurs majeurs du mouvement anti-genre en Europe centrale et orientale. Quelvennec a analysé les répertoires d’action symboliques utilisés par ces acteurs pour faire avancer leurs idées dans la production des normes de genre.

La deuxième présentation de Victor Hugo Ramirez-Garcia (LIPHA, Université Paris-Est Créteil) a abordé la réaction conservatrice contre les politiques d’éducation sexuelle et de genre dans plusieurs contextes nationaux et transnationaux européens. Ramirez-Garcia a examiné les réponses des institutions européennes, telles que la Cour européenne des droits de l’homme et le Parlement européen, dans les domaines juridique, judiciaire et éducatif. Il a également analysé des documents relatifs à des cas litigieux d’éducation sexuelle dans des pays tels que le Royaume-Uni, la France et la Hongrie.

Enfin, Paul Gradvohl (Université Paris 1) a analysé les discours sur l’ordre moral associés aux conservatismes en Europe centrale, y compris le communisme. Gradvohl a discuté de la circulation transnationale et interne de ces discours au sein des idéologies politiques “nationales” et des défis auxquels sont confrontés les historiens dans l’analyse de ces circulations en Europe centrale.



Citer ce billet
Claire Madl (2023, 10 mars). Mobilisations conservatrices en Europe centrale et orientales – Perspectives transnationales. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi9r