La place de l’Afrique dans l’histoire mondiale. Table ronde autour de François-Xavier Fauvelle

Un compte rendu par Mona-Lise Le Guerneve, stagiaire au CEFRES

La faculté des Lettres au sein de l’Université Charles a organisé ce mardi 11 octobre 2022, une table ronde dans le cadre de sa collaboration avec le Collège de France.

Coordonnée par le maître de conférences en histoire Jaroslav Svátek (Centre d’études médiévales de l’Université Charles et de l’Académie tchèque des sciences), la discussion avait pour thématique « La place de l’Afrique dans l’histoire mondiale » et se tenait à l’occasion de l’élargissement du département « African studies » de l’Université Charles à Prague.

Autour du professeur François-Xavier Fauvelle (Collège de France), participaient à la discussion, outre une vingtaine d’étudiants, des spécialistes d’études africaines et médiévales comme Ladislav Varadzin (Institut d’archéologie, Académie tchèque des sciences), Lenka Varadzinová (Institut tchèque d’égyptologie, Université Charles) et la professeure Markéta Křížová (vice-rectrice de l’Université Charles pour les relations internationales et directrice du Centre d’études africaines de la Faculté des arts de l’Université Charles).

Tout l’enjeu de la table ronde était de faire découvrir un champ d’étude souvent méconnu, parfois marginalisé, et qui peine à s’implanter à l’Université, celui de l’archéologie et de l’histoire médiévale de l’Afrique, domaine de recherche de François-Xavier Fauvelle qui en est un spécialiste éminent à la renommée mondiale. Auteur de nombreux ouvrages dont « Le Rhinocéros d’or : Histoires du Moyen-Âge africain » paru en 2013 et traduit dans plus de dix langues différentes, le professeur Fauvelle était invité le lendemain à l’Institut français de Prague pour la présentation de la traduction en tchèque de cet ouvrage. A l’Université, il a insisté, dès le début de la discussion, sur la nécessité de continuer les recherches sur ce champ d’étude afin de combler l’immense vide historiographique que représente l’Afrique ancienne.

La discussion s’articulait autour de trois questions majeures qui constituaient les trois étapes successives de la réflexion. La première visait à questionner le concept même d’Afrique en tant qu’unité géographique. La deuxième visait à définir ce qu’on appelle le « Moyen Âge africain ». Enfin, le dernier axe de réflexion insistait sur la rareté des sources internes et sur l’obligation de recourir à des sources externes et interdisciplinaires.

Chaque question donnait lieu à une prise de parole successive de chaque spécialiste.

  • Comment caractériser l’Afrique ?

La discussion était nourrie par plusieurs questions préliminaires. Peut-on considérer, par exemple, que le Maghreb, le Sahara ou l’Égypte font partie du continent africain autrement que dans un sens géographique ? Ou faut-il restreindre cette désignation à l’Afrique subsaharienne lorsque l’on parle d’histoire ancienne ? Mais même en ce qui concerne l’Afrique sub-saharienne, n’est-ce pas une simplification grossière que d’en parler comme d’une unité, d’un seul acteur historique ?

Cette première étape de la réflexion a permis de remettre en question le concept même d’Afrique et celui d’Afrique subsaharienne, ainsi que de savoir quels pays inclure dans ces différents ensembles. Dans l’imaginaire collectif, l’Afrique renvoie à une seule et même entité, même si cette dernière manquerait de cohérence aussi bien géographique que politique. Pour certains, il y aurait plusieurs Afriques et cette appellation devrait toujours s’écrire au pluriel. Pour François Xavier Fauvelle, le continent africain pourrait être comparé à un puzzle contenant de nombreuses pièces mais qui constitue en réalité un ensemble cohérent. La division en deux de l’Afrique est, selon lui, le résultat d’une construction sociale ancrée depuis des siècles et basée sur les relations entre les populations d’Afrique du Nord et celles d’Afrique du Sud. L’africaniste explique en effet que cela est dû à la façon dont les individus d’Afrique du Nord désignaient ceux d’Afrique du Sud. L’appellation des « Soudans » était en effet entretenue par ces populations au Nord qui se décrivaient comme des individus davantage « blancs » que ceux du Sud. Ainsi les catégories géographiques qui servent à classifier le continent sont-elles le produit d’une construction historique que le professeur François Xavier Fauvelle nous invite à déconstruire afin de mieux les étudier. Il insiste également sur le fait que ces catégories sont le résultat du joug historique constitué par le colonialisme qui a mis en œuvre et entretenu une différenciation entre les régions du Nord et du Sud.

Persiste alors au sein des sociétés africaines, une difficulté de se définir et de se reconnaître mutuellement. A cet égard, la professeure Markéta Křížová prend l’exemple de la diaspora africaine aux États Unis dont les membres peine à connaître et à aborder la question de leur origine. Comment est-il alors possible de créer une identité en l’absence de repères historiographiques ? Cette question renvoie à celle, que connaissent toutes les nations, de l’invention de la tradition théorisée par l’historien britannique Eric Hobsbawm. Lenka Varadzinová évoque le cas de la Mauritanie et détaille les conflits identitaires au sein d’une population qui se revendique à la fois africaine et arabe et qui peine à se situer entre le Maghreb et le Soudan.

Le professeur Ladislav Varadzin souligne enfin que la proximité entre régions joue elle aussi un rôle indéniable dans ces trajectoires identitaires. A ce titre, plusieurs éléments, souvent technologiques, connectent certaines régions pendant le « Moyen âge africain ». S’il existe peu de preuves écrites, il subsiste des évidences matérielles démontrant que certaines sociétés partageaient les mêmes technologies. Le cas de l’utilisation de la céramique au sein d’une grande majorité des sociétés constitue vraisemblablement un point de convergence. La « subsistance technique », selon le concept employé par le professeur Fauvelle, est, en effet, ce qui liait et connectait les communautés entre elles.

  • Comment définir et dater le « Moyen Âge africain » ?

Là encore, les questions qui orientaient la discussion étaient les suivantes : le Moyen Âge est-il un concept fécond pour la recherche sur l’histoire ancienne de l’Afrique ? Remplace-t-il de manière adéquate l’ancienne étiquette de “Siècles obscurs” ?

L’appellation de « Moyen Âge africain » suscite un vif débat puisqu’elle dresse un parallèle avec le Moyen Âge européen comme nous l’entendons aujourd’hui. Faut-il en effet « importer » en Afrique une telle appellation ? Pour François Xavier Fauvelle, cela se justifie amplement par les bornes chronologiques retenues, du VIIe au XVe siècle.

L’expression de « Siècles obscurs » de l’Afrique, qui doit sa postérité à Raymond Mauny, un des grands fondateurs en France des études de l’histoire de l’Afrique ancienne, ne cherche pas à dévaloriser le passé ancien de l’Afrique, mais à rendre compte de la frustration engendrée par le manque de documentation permettant de retracer le passé.

  • Comment pallier le manque de sources sur l’histoire de l’Afrique ?

Si la question du manque de sources est apparue en filigrane dès l’ouverture de la table ronde, , dans cette troisième partie, une série de questions permettaient de la saisir plus précisément  : Sommes-nous obligés de regarder chaque trace que nous trouvons comme s’il s’agissait d’un document ? Faut-il être éclectique dans une approche méthodologique ? Peut-on utiliser toutes les sources possibles ?

Le professeur Fauvelle caractérise les sources comme « rarement européennes, le plus souvent arabes et parfois même chinoises ». Selon lui, les sources européennes se concentrent sur la fin du XVe siècle et précisément sur les régions côtières intertropicales qui constituaient le troisième pôle du commerce triangulaire. Quand il s’agit de sources européennes, le regard se porte le plus souvent sur les civilisations africaines de l’Antiquité comme l’Egypte pharaonique. Ce manque de ressources tend à faire de ces sociétés « un peuple sans histoire ». En outre, les sources européennes sont généralement marquées par un profond préjugé racial qui a entretenu une forme de désintérêt pour l’histoire des sociétés africaines jusqu’à nos jours.

Le manque de sources internes est la conséquence de la faiblesse de la culture écrite au sein des communautés et de la prépondérance d’une tradition orale. Ce faisant, il est difficile de mesurer le niveau de fiabilité et d’exactitude des propos recueillis oralement. Précisons que ce n’est pas par manque de compétences que les sociétés africaines ont développé tardivement les écrits mais simplement parce qu’elles n’ont en pas eu besoin à cette période. A ce titre, l’Afrique ne commence à généraliser la production d’écrits qu’à partir du XIXe siècle.

Néanmoins, la rareté des sources crée une obligation, celle de considérer chaque trace à l’égal d’un document. A cet égard, le professeur Fauvelle considère le recours à l’interdisciplinarité comme l’une des caractéristiques les plus fortes du métier d’historien de l’Afrique. Il souligne à ce titre l’intérêt de travailler avec d’autres spécialistes aux expertises diverses (en matière de céramique, dans la reconstitution des paysages, ou pour la botanique, par exemple). Il privilégie d’ailleurs les expertises internationales et multiplie les types de documents hétérogènes. En sa qualité d’historien, il est conscient des limites de sa propre spécialisation qui l’obligent à recourir à d’autres expertises. Ce faisant, l’histoire de ces brillantes civilisations a pu être reconstituée tandis qu’on les croyait perdues par faute d’écritures.

Ainsi, l’histoire de cette Afrique médiévale s’apparente à un véritable puzzle documentaire que le professeur Fauvelle nous invite à reconstituer malgré le manque de sources externes.

En rendant compte de cette histoire riche et diverse, la discussion animée, qui a suivi chaque grande question, a permis de bousculer les idées reçues notamment celle selon laquelle les sociétés africaines n’auraient été que des partenaires passifs d’un système global.  Au contraire, la « maille » narrative de l’Afrique permet de repenser l’histoire du monde.