Les défis de l’accueil des réfugiés de la guerre en Ukraine en Europe centrale – Les webinaires du CEFRES pour l’Ukraine #1

(English version coming soon)

Un compte rendu par Paul-Henri Perrain et Luis-Ollivier Boisdron, stagiaires au CEFRES

Le CEFRES a organisé le 22 mars 2022 le premier « Webinaire du CEFRES pour l’Ukraine » en partenariat avec le Groupement de recherche (GDR) du CNRS « Connaissance de l’Europe médiane ».  

Coordonné par Jérôme Heurtaux (directeur du CEFRES), Michèle Baussant (CNRS-CEFRES) et Ronan Hervouet (CEFRES), il avait pour thématique les enjeux de l’accueil des réfugiés de la guerre d’Ukraine en Europe centrale. Le CEFRES, dont l’aire de recherche comprend plusieurs pays frontaliers de l’Ukraine (Slovaquie, Hongrie, Pologne), propose ce séminaire afin d’alimenter la réflexion scientifique sur ce conflit et sur ses effets en Europe centrale.   

Vladimir Krčméry, physicien et fondateur de l’Université privée de santé et de travail social Sainte-Elisabeth à Bratislava, s’est dit positivement surpris par l’accueil réservé par son pays, la Slovaquie, aux réfugiés d’Ukraine. Les deux premiers jours, ce sont surtout des familles assez jeunes – souvent des femmes avec leurs enfants – qui sont entrées dans le pays. Les profils se sont ensuite diversifiés avec l’arrivée d’étudiants et d’étudiantes de Kharkov et Kiev – certains, d’origine africaine, y ont subi des discriminations. 

Ce sont d’abord les associations et la société civile qui ont permis l’accueil des plus de 10 000 personnes qui traversent la frontière ukraino-slovaque chaque jour. Puis, après deux semaines, le Parlement a adopté une loi permettant aux réfugiés d’Ukraine de voyager gratuitement en Slovaquie et donc, de pouvoir quitter le pays. En effet, Vladimir Krčméry rappelle que si la Slovaquie est si accueillante, c’est aussi parce que les réfugiés y sont surtout de passage (seules 50 000 personnes avaient, à la mi-mars, demandé à rester). Cette politique d’accueil est d’autant plus forte que la Slovaquie a été épargnée par les précédentes crises migratoires et que les Ukrainiens sont vus comme de “bons travailleurs” par la société slovaque. 

Analyste au STEM – Institute of Empirical Research de Prague, Ondřej Kopečný a détaillé la situation en République tchèque. Au 18 mars, 2 milliards de couronnes tchèques (soit environ 80 millions d’euros) avaient déjà été récoltées à des fins humanitaires auprès des citoyens tchèques. Ce chiffre sans précédent – qui s’ajoute aux fonds des ONG et à l’aide gouvernementale – illustre un changement fort dans la position des Tchèques face aux réfugiés. 

En 2015-2016, seulement 20% des personnes interrogées se disaient prêtes à aider des réfugiés, quand 71% en avaient peur et 50% les considéraient comme un problème. A l’automne 2021, près de la moitié des sondés s’exprimaient encore en faveur d’un rejet de l’ensemble des réfugiés, sauf s’ils étaient qualifiés ou venaient de pays voisins (respectivement 27% et 39%). Cette méfiance à l’égard des réfugiés était justifiée par la peur de perdre son emploi, la crainte de voir la criminalité augmenter et la culture tchèque être menacée. 

Au 22 mars 2022, la République tchèque recensait déjà près de 270 000 réfugiés sur son territoire, contre seulement 1000 pour toute l’année 2021. Plus de 200 000 d’entre eux ont obtenu un visa spécial mis en place par le gouvernement qui leur confère des garanties légales en matière de travail, de logement, de soins médicaux et de scolarité pour les enfants. Dans le même temps, un Tchèque sur trois se dit prêt à accueillir une famille ukrainienne chez soi – proportion qui monte même à un sur deux en Pologne. Les Tchèques se mobilisent massivement. Nombreux sont ceux qui se rendent à la frontière ukrainienne pour accompagner les réfugiés. 

D’après Ondřej Kopečný, cet élan de solidarité s’explique par plusieurs facteurs : la présence préalable d’Ukrainiens en République tchèque, qui constituent même la première minorité étrangère du pays, la mauvaise réputation de l’armée russe notamment auprès de celles et ceux qui ont connu l’écrasement du Printemps de Prague en 1968 et aussi la surreprésentation de femmes et d’enfants parmi les réfugiés, qui suscite une moindre méfiance que s’il s’agissait surtout d’hommes, plus à même d’être d’ailleurs perçus comme des migrants économiques. L’immigration reste cependant un sujet sensible et il n’est pas dit que le niveau de soutien – autour de 85% en mars contre 35% par le passé – se maintiendra si haut à moyen terme. Les conséquences de la guerre sur le secteur de l’énergie sont déjà perceptibles et la solidarité ne pourra rester élevée que si des mesures sont prises pour aider les populations tchèques les plus vulnérables à surmonter la hausse des prix. Le gouvernement tchèque devra par ailleurs s’employer à contrer la propagande russe et convaincre par la même occasion que ses positions, au même titre que celles de l’Union européenne (UE) et de l’OTAN, sont justifiées. 

Anemona Constantin, politiste et chercheuse au CEFRES, s’est concentrée quant à elle sur les évolutions observées en Roumanie.  Tout comme la Slovaquie, la Roumanie est dans ce conflit plutôt un pays de transit : sur les 500 000 réfugiés entrés sur le sol roumain, seuls 75 000, dont 30 000 enfants, ont choisi d’y rester. Par le passé, le pays s’était montré particulièrement réticent à accueillir des réfugiés, le président avait refusé l’idée de quotas européens en 2015 et seulement 5 000 personnes originaires du Moyen-Orient avaient été accueillies. 

La question de l’accueil des réfugiés est aujourd’hui plus consensuelle. L’appartenance au monde orthodoxe, la russophobie et les positions pro-occidentales des Ukrainiens expliquent en partie la solidarité roumaine. La population, tout comme les universités – à l’image de la Faculté de science politique de Bucarest qui se pose comme un véritable hub – s’affairent à organiser l’accueil des réfugiés. Un site internet a été créé et des opportunités d’emploi pour les professeurs et les chercheurs se sont multipliées tandis que l’action du gouvernement se fait attendre. Cette solidarité est souvent le fait de jeunes associations créées après 2014 pour favoriser la démocratie et lutter contre la corruption. Pour autant, la propagande russe demeure très forte dans le pays et l’action de l’Union européenne est critiquée, notamment par la gauche qui y voit une guerre de classe entre riches, et ce, au détriment des plus pauvres. Les discriminations et le trafic d’êtres humains sont d’autres risques auxquels sont confrontés les réfugiés fuyant l’Ukraine. 

Olena Babakova, journaliste indépendante et spécialiste des migrations ukrainiennes en Pologne, a pour finir décrit l’expérience polonaise. Elle a rappelé que l’immigration était marginale en Pologne jusqu’en 2015, le pays étant plutôt une terre d’émigration. Le pays est néanmoins apparu progressivement, au cours des vingt dernières années, comme une destination plus hospitalière que la Russie pour les émigrés ukrainiens, au regard du contexte politique. De plus, le marché du travail polonais est attirant pour les Ukrainiens. Beaucoup de réfugiés y ont des connaissances et les premiers jours de la guerre, nombreux ont été accueillis à la frontière par des proches. En un mois, plus de deux millions de personnes ont traversé la frontière ukraino-polonaise.

Bien que massive, la solidarité polonaise reste toutefois peu organisée. La situation inédite à laquelle le gouvernement polonais fait face rend la régulation et l’organisation relativement compliquées. Les volontaires sont nombreux mais il est difficile de connaître précisément le rôle de chacun et les associations sont toujours en manque d’ukrainophones et de russophones. Une initiative a émergé afin de regrouper les informations pratiques, créer une base de données commune et la diffuser en Pologne. Chaque commune doit ainsi recenser le nombre de logements disponibles et de places à l’école sur son territoire, mais seule une sur cinq le fait vraiment. La Pologne n’a, en effet, plus de politique migratoire encadrée depuis plusieurs années et produit peu de statistiques. Mme Babakova pointe notamment l’absence de tests pour reconnaître les compétences des travailleurs, et même avant cela, l’absence d’espaces d’accueil pour les réfugiés, ces derniers étant parfois obligés de dormir dans des gares ou des stations de métro. 

Il est difficile de savoir comment la situation des exilés d’Ukraine évoluera à plus long terme. L’Allemagne, la France et le Royaume-Uni demeurent les destinations favorites des réfugiés mais les flux migratoires dépendront aussi des politiques de soutien mises en œuvre par les pays d’Europe centrale et de l’intégration des minorités russes, biélorusses, africaines et asiatiques, qui font également partie des réfugiés, à leurs programmes d’aide.



Citer ce billet
cefres (2022, 29 mars). Les défis de l’accueil des réfugiés de la guerre en Ukraine en Europe centrale – Les webinaires du CEFRES pour l’Ukraine #1. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi9l