Leyla Dakhli : L’esprit de la révolte

Leyla Dakhli (dir.), L’Esprit de la révolte : archives et actualité des révolutions arabes, Paris, Seuil, 2020.

Compte rendu par Clément Steuer (Institut de relations internationales, associé au CEFRES)

Ce livre a été réalisé sous la direction de Leyla Dakhli, dans le cadre du projet ERC (European Research Council) DREAM, dont elle est la coordinatrice principale. Il rassemble dix autres contributeurs, autour d’un thème principal : « archives et actualités des printemps arabes ». À signaler que le texte de l’ouvrage peut être retrouvé sur le blog du projet, avec certaines notices traduites en arabe.Il s’agit d’un objet assez difficile à catégoriser : ni recueil d’archives, ni ouvrage scientifique, ni essai, ni publication militante, ni analyse de l’actualité, il présente un visage hybride. Si tous les contributeurs sont des chercheurs en sciences sociales, spécialistes de différents pays arabes, leurs écrits ne sont jamais signés, à l’exception de l’introduction, réalisée par Leyla Dakhli. Même la courte conclusion – présentée comme un « épilogue » – demeure anonyme. Si aucune référence ni note de bas de page n’apparaît dans le corps du texte, le livre n’est pas pour autant dépourvu d’appareillage scientifique, puisqu’il comporte en fin de volume une conséquente chronologie (presque 30 pages, sur deux colonnes), ainsi qu’une bibliographie.

L’ouvrage est structuré autour d’archives, et s’inscrit donc pleinement dans les objectifs du projet DREAM, qui vise à s’appuyer sur ces traces documentaires pour restituer la parole des acteurs des soulèvements arabes – au plus près de leur quotidien. À partir de ces archives hétérogènes (tracts, poèmes, chansons, slogans, photographies, captures d’écran, retranscription d’enregistrements vidéo…) – certaines iconiques et d’autres inconnues – les auteurs cherchent à identifier des thèmes communs aux moments révolutionnaires traversés par l’ensemble du monde arabe de 2011 à 2019.

Ainsi, chaque archive est prétexte à développer un thème, parfois transversal, parfois caractéristique d’une situation nationale particulière. Le ou les pays concernés sont mentionnés au début de chaque entrée. Ces notices très courtes (49 au total) sont classées en trois catégories : « changer (son) monde, se transformer soi-même », « produire un corps politique », et « apprendre la révolution ». Dans chacune de ces catégories, on peut retrouver des personnalités révolutionnaires de différents pays (Shaïma al-Sabagh, Tawakkol Karmân), des événements particuliers (la chute de Ben Ali, un discours de Kaddhafi), des phénomènes caractéristiques de ces révolutions (les comités de quartier, les noms des vendredis de manifestation, l’usage des réseaux sociaux et des smartphones) ; des slogans à valeur de concept (silmiyya[1], madani[2]) ; des catégories de personnes mobilisées (les femmes, les enfants, les avocats, les personnes LGBT) ; des symboles (le pain, le drapeau national).

La part belle revient néanmoins aux répertoires d’action : des plus désespérés (le suicide, l’émigration collective, les enterrements) aux plus joyeux (la danse, le chant, la poésie, l’humour), en passant par les plus iconiques (l’occupation des places, le nettoyage des rues, les chaussures brandies) et les plus obscurs (les manifestations à domicile, filmées et retransmises en direct sur les réseaux sociaux). Enfin, les pratiques répressives ont également leur triste lot de notices : violences ciblant les femmes, tirs de chevrotines, snipers, mutilations, recours aux miliciens et autres hommes de main.

La plupart de ces notices établissent des liens entre plusieurs pays, à différentes époques (de 2011 à 2019). Les pays et les phénomènes abordés permettent parfois d’émettre des hypothèses sur la, ou le, ou les auteurs de telle ou telle notice, d’autant que chacune et chacun d’entre eux est présenté en un paragraphe en fin d’ouvrage.

Toutes ces caractéristiques rendent cet ouvrage d’un usage malaisé dans un cadre scientifique, malgré l’intérêt tant des matériaux présentés que des analyses afférentes. À l’évidence, il vise un public plus large que celui des chercheurs en sciences sociales. En revanche, du fait du format court des notices qui le constituent, et de leur rédaction autour de documents d’archives, celles-ci peuvent constituer un excellent support pédagogique, dans le cadre d’enseignements sur le monde arabe, ou sur les mouvements sociaux.

[1]     « Pacifique ». L’idée étant de mettre en évidence le caractère essentiellement non-violent des soulèvements.

[2]     « Civil ». Appliqué à la forme du régime, ce terme à l’avantage de servir d’antonyme à l’État islamique, au pouvoir militaire, ou aux deux, selon les opinions du locuteur, voire du récepteur.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Madl (4 février 2022). Leyla Dakhli : L’esprit de la révolte. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi9j