L’édition française en sciences sociales et humaines consacrée à l’Europe centrale

Un compte rendu par Claire Madl

Le 24 septembre 2021, dans le cadre du Salon du livre de Prague, le CEFRES organisait une table ronde sur l’édition française en sciences sociales consacrée aux pays d’Europe centrale et orientale. La France était l’invitée d’honneur du Salon et le CEFRES avait saisi cette occasion pour discuter de l’état, des difficultés et des perspectives de l’activité éditoriale française dont dépend la diffusion des travaux des spécialistes de l’Europe centrale et orientale. Elle rassemblait les représentants de deux maisons d’édition : Astrid Thorn Hillig pour les Éditions de la Maison de sciences de l’Homme, où elle dirige la collection Bibliothèque allemande, et Gwendal Piégais de la jeune maison d’édition associative les Éditions Codex, mais aussi deux chercheurs, Ronan Hervouet, spécialiste de la Biélorussie, professeur à l’Université de Bordeaux accueilli en délégation CNRS au CEFRES, et Miroslav Novák, professeur de science politique à l’Academia Rerum Civilum, Kutná Hora (CZ).

En ouverture, Jérôme Heurtaux, directeur du CEFRES et modérateur de la table ronde, rappelle qu’en France l’édition en sciences humaines et sociales, à l’image de la recherche, consacrée à l’Europe centrale n’est pas concentrée mais dispersée chez des éditeurs tantôt généralistes (au premier rang desquels, par exemple, Perrin, les Presses universitaires de France ou L’Harmattan) tantôt universitaires (Presses de Sciences Po, Éditions de la Maisons des sciences de l’homme, CNRS Éditions, etc.). Seuls les trois services d’édition rattachés à des centres de recherches dédiés (Eur’ORBEM à l’Université Paris-Sorbonne, le CREE à l’INALCO, puis l’Institut d’études slaves) offrent des plateformes réduites mais régulières de publication. Au total, Jérôme Heurtaux estime que cette production permet au lectorat, notamment étudiant, d’acquérir un socle commun de connaissances sur la région sans se confronter à la pluralité linguistique de la production de cette dernière.

Tous les participants reconnaissent néanmoins que cette activité fluctue au gré des événements politiques – et de leurs commémorations – qui impriment leur rythme à l’intérêt du grand public et des éditeurs envers les travaux des spécialistes. À la suite du démantèlement du Rideau de Fer, les années 1990 ont ainsi donné le jour à quantité de travaux – des monographies, beaucoup d’actes de colloques et même des revues. Chaque intervenant constate que la tendance est aujourd’hui au désintérêt, à la marginalisation de cette « Europe excentrée », titre d’une collection que lui consacre Codex. Gwendal Piégais souligne que les jeunes chercheurs ont de plus en plus de mal à faire publier leurs travaux. Les collections des éditions Belin ou du CNRS consacrées à l’Europe centrale ont disparu ; seules la Revue d’études slaves et la Revue d’études comparatives Est-Ouest ont survécu au reflux – la première étant majoritairement investie par les études russes et les linguistes. L’intérêt oscille au rythme des commémorations, comme l’illustre le livre de Miroslav Novák, consacré aux événements de 1968 en Tchécoslovaquie et commandé en 2018 par un éditeur belge qui, néanmoins, n’était pas disposé à le publier au-delà de cette date. Cette actualité comporte ses propres biais et ses oublis, comme le fait remarquer Ronan Hervouet dans le cas de l’anniversaire en 2021 de la dissolution de l’URSS survenue en 1991, en quelque sorte « absorbé » par les commémorations en 2019 de « la Chute du Mur de Berlin » de 1989. L’idée, aujourd’hui contredite, selon laquelle il n’est plus justifié d’étudier l’Europe centrale en tant que telle, puisque les pays de la région ont intégré l’Union européenne, a pu expliquer ce reflux, comme le fait remarquer, au cours de la discussion, M. Mrozek, directeur de l’Institut français de Prague.

Les difficultés inhérentes à l’édition en sciences humaines et sociales sur l’Europe centrale sont donc aussi prégnantes que peu originales : l’étroitesse du marché tout d’abord mais aussi les coûts d’un travail éditorial exigeant. Du côté des auteurs, Ronan Hervouet souligne que les contraintes particulières qui s’exercent sur les stratégies de carrière des chercheurs pèsent aussi sur les modes de publication de leurs travaux : publier en anglais et dans des revues est plus reconnu, plus souple et mieux adapté au rythme de la recherche sur projets. Les spécialistes de l’Europe centrale se heurtent aussi à la difficulté, voire pour certaines périodes et certaines questions à l’impossibilité, de présenter au public des synthèses sur une zone qui apparaît comme une mosaïque de multiples terrains et de multiples domaines linguistiques. Astrid Thorn Hillig présente enfin le cas particulier de l’édition des traductions d’ouvrages. Les Editions de la Maison des sciences de l’homme possèdent une collection dédiée aux travaux consacrés à l’Allemagne et deux membres de l’équipe éditoriales sont germanophones et peuvent assurer, outre leurs multiples tâches, la qualité des traductions de cette langue. Ici, les coûts sont bien sûr décuplés. Ces difficultés sont bien connues des éditeurs d’Europe centrale en sciences humaines dont les collections accueillent souvent une grande proportion de traductions. Ce vif intérêt d’un éditeur français pour les travaux allemands n’est bien sûr pas comparable avec celui, marginal, que recueillent les ouvrages spécialisés venus d’Europe centrale. La traduction par les Editions de la Maison des sciences de l’homme en 2021 de l’ouvrage entre souvenirs et œuvre d’historien de Karol Modzelewski Nous avons fait galoper l’histoire, ici présenté, fait en effet figure d’exception.

Face à ces handicaps, les invités n’ont pas manqué de mettre en lumière les stratégies qui permettent de les dépasser. Astrid Thorn Hillig souligne tout d’abord la recherche de la qualité qui fait la solidité et la durabilité des monographies. L’investissement dans un matériel documentaire et illustratif semble à ce titre fructueux aux Editions Codex. Gwendal Piégais estime que le principal atout des chercheurs francophones travaillant sur l’Europe centrale est qu’ils font mieux que d’autres la démarche intellectuelle du dialogue avec leurs disciplines, cherchant à les enrichir par leurs problématiques et leurs approches, dépassant le cadre factuel de leur terrain. L’éditeur souligne en outre qu’auteurs et éditeurs se doivent d’aller à la rencontre de ceux qui recherchent de l’expertise sur l’Europe centrale. Si les lecteurs de littérature spécialisée sur l’Europe centrale sont peu nombreux, les journalistes de fonds travaillant sur les questions internationales sont en revanche, selon lui, très demandeurs en expertise sur des zones particulières. Le modèle des Editions Codex est à ce titre original puisque cette association est directement liée à l’équipe éditoriale du journal en ligne Le courrier d’Europe centrale. Son représentant ajoute que l’adaptabilité des auteurs, leur capacité à fournir des formats réduits, à s’emparer de problématiques ouvertes sur le contemporain est une qualité déterminante. Dans cette optique, Ronan Hervouet retrace la préparation de son ouvrage Le goût des tyrans sur la culture politique des agriculteurs biélorusses. Ecrivant hors toute actualité, il s’était efforcé de le rendre accessible en livrant des récits de vie et des descriptions immersives, en rédigeant pour les éditeurs des synopsis de formats variables, mais aussi en concevant un titre à distance des réflexes académiques. Rattrapé par l’actualité de l’été 2020, c’est un éditeur local qui finit par remporter les fruits d’un investissement que de plus grands éditeurs n’avaient pas voulu consentir.

L’absence des éditeurs tchèques à la table ronde empêchait une mise en perspective avec l’édition en Europe centrale et orientale qu’il est pourtant indispensable de tenter. L’asymétrie de la balance des traductions entre la France et l’Europe centrale est tout d’abord particulièrement prégnante pour les éditeurs spécialisés – plus encore que pour la littérature de fiction. Les efforts des éditeurs français pour ne pas faire financer les publications par les auteurs, c’est-à-dire par leurs instituts de rattachement, tels que mentionnés par Astrid Thorn Hillig, est elle aussi opposée aux pratiques répandues sur des marchés très réduits, où les financements de la recherche sur projet fournissent bien souvent la base du financement des publications. Cette pratique s’accommode en outre assez bien de l’exigence d’accès ouvert désormais explicite dans le milieu de la recherche. Plus de dix ans après la table ronde organisée par le CEFRES et l’Institut français de Prague sur le même thème et dans ce même Salon du livre de Prague 2009, force est de constater que les questions n’ont pas beaucoup évolué. Le « Manifeste » des Éditions de l’EHESS, présenté alors par Christophe Prochasson, pour promouvoir les traductions en SHS semble avoir porté peu de fruits pour l’Europe centrale. Aucun des auteurs tchèques d’envergure européenne que mentionnait Mme Moravová des éditions Argo n’a trouvé éditeur en France.

Pour faire avancer sur ce sujet, les réflexions lancées par la table ronde de cette année pourraient s’avérer efficace si elles sont suivies des faits. Elles plaident pour une organisation en amont des éditeurs et des chercheurs. Certes, Astrid Thorn Hillig estime que les relations personnelles entre les éditeurs sont le moyen le plus efficace pour repérer les ouvrages à traduire, illustrant cette stratégie par les accords de sa maison d’édition avec la célèbre maison d’édition allemande Suhrkamp. Au vu des coûts de participation aux salons professionnels, rédhibitoires pour les petits éditeurs, il lui semble néanmoins que les associations professionnelles sont, elles aussi, indispensables pour catalyser les échanges à leur niveau ; elle présente à ce titre l’action de l’Association européenne des presses universitaires où les éditeurs centre-européens sont représentés. Mais elle avoue aussi que les chercheurs spécialistes jouent un rôle décisif pour déceler les ouvrages qui ont eu un impact particulier sur la recherche et défendre leur publication dans les comités de rédaction. Or, cette pratique semble encore plus pertinente pour un domaine aussi dispersé et difficile à saisir que celui de l’édition en SHS en Europe centrale. Jérôme Heurtaux appelle en outre les éditeurs à se fédérer, à l’image des chercheurs français sur la région, désormais regroupés dans un Groupement de recherche formalisé qui pourrait être mobilisé. L’enjeu de ces efforts n’est rien moins que l’impact sur nos sociétés de travaux qui en sont issus et leur sont destinés.

 



Citer ce billet
Claire Madl (2021, 22 octobre). L’édition française en sciences sociales et humaines consacrée à l’Europe centrale. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi9g