Savoirs, pouvoirs et libertés académiques. I.

Compte-rendu du colloque des 30 ans du CEFRES (1ère partie) : Savoirs, pouvoirs et libertés académiques en Europe (et au-delà). Prague, 27-28 mai 2021
par Pierre Aymard, Paul Batcabe-Lacoste et Hugo Plassais, stagiaires au CEFRES

Les 27-28 mai 2021, le Centre français de recherche en sciences sociales (CEFRES) a célébré ses trente années d’existence en organisant la première partie d’un colloque en deux temps sur « Savoirs, pouvoirs et libertés académiques en Europe (et au-delà) ». Réunissant plus de 30 participants – anciens directeurs, diplomates, collègues tchèques, slovaques, hongrois et polonais, partenaires institutionnels, chercheurs actuels et anciens chercheurs –, répartis sur cinq panels, ils ont témoigné sur l’histoire du CEFRES et partagé leurs réflexions sur les recompositions actuelles et à venir des mondes de la recherche académique en sciences sociales et humaines.

Table-ronde inaugurale sur les libertés académiques

Le colloque a débuté par une table ronde prestigieuse au siège de l’Académie tchèque des sciences à Prague, le jeudi 27 mai 2021. Tenue sous format hybride (pour des raisons sanitaires, seule une dizaine de personnes avait pu accéder à la salle), cette table-ronde a permis au CEFRES et à ses partenaires privilégiés, l’Académie tchèque des sciences et l’Université Charles, ainsi qu’à ses tutelles (le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et le CNRS), d’afficher leur confiance réciproque et leur proximité. Partenaires du CEFRES depuis sa création en 1991, à une époque où la France voulait se porter garante des libertés académiques recouvrées en Europe centrale, l’Académie tchèque des sciences, par la voix de sa présidente, Mme Eva Zažímalová et l’Université Charles, dont le recteur, M. Tomáš Zima, est lui-aussi intervenu, ont pu témoigner de l’étroite coopération avec le CEFRES, notamment du point de vue de l’enrichissement du débat dans les sciences humaines et sociales et les études francophones, mais également dans le soutien matériel à la recherche, par la mise en place de bourses doctorales et postdoctorales franco-tchèques. Intervenant à son tour, le directeur du CEFRES et modérateur de la soirée, M. Jérôme Heurtaux, a affirmé qu’en 30 ans, le CEFRES a soutenu plusieurs centaines de chercheurs. Il a rappelé l’importance des libertés académiques et du savoir critique, précisant que produire de la connaissance en toute autonomie est un combat de tous les jours, notamment (mais pas seulement) dans la région de Visegrad.

Intervenant dans une allocution vidéo pré-enregistrée la veille, le Secrétaire d’État aux Affaires européennes du gouvernement français, M. Clément Beaune, a souligné l’importance de la coopération franco-tchèque pour construire l’Europe qu’il appelle de ses vœux, plus intégrée, plus responsable et garante des libertés individuelles, de la démocratie et des libertés académiques. Selon lui, le projet européen doit être plus ambitieux mais également plus respectueux des particularismes. En citant notamment Václav Havel et Milan Kundera, le Secrétaire d’État a affirmé sa volonté d’une relance européenne pour une Europe forte mais qui redonne ses lettres de noblesse aux citoyens européens. Ainsi, la France prône-t-elle une Europe moins technocratique et qui mette mieux en valeur le sentiment d’appartenance à une même communauté humaine. Cette communauté est fondée sur un ensemble de valeurs : la solidarité, qui s’est particulièrement illustrée avec la pandémie, les droits de l’Homme, qu’elle doit défendre partout où ils sont menacés, notamment dans ses marges ou en son sein, et l’autonomie stratégique et les libertés de commercer, de circuler et de débattre. Clément Beaune a affirmé son soutien à l’autonomie de la recherche qui est parfois sous le joug de pressions politiques, de censures, de pressions matérielles et d’ingérences d’entreprises privées ou de puissances étrangères.

Garante des libertés académiques, la France se doit de soutenir les chercheurs qui subissent l’arbitraire, en particulier la chercheuse française Fariba Adelkhah, prisonnière scientifique en Iran depuis deux ans. Elle doit également garantir un débat scientifique juste que la politique ne peut instrumentaliser. Dans de nombreux pays, certaines disciplines comme les gender studies font face à des attaques de la part de courants politiques de plus en plus menaçants. Clément Beaune a rappelé les mots du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, M. Jean-Yves Le Drian, dans le discours qu’il a prononcé à Prague lors d’un précédent colloque du CEFRES en décembre 2019 : « Quand les opposants sont en prison, les libertés individuelles ou académiques battues en brèche, ce sont les droits de l’Homme et la démocratie qui sont foulés au pied ». Jérôme Heurtaux a aussi évoqué dans son intervention les rapports ambivalents qu’entretiennent le savant et le politique, le pouvoir étant certes une main qui nourrit et protège mais également parfois une main qui empêche et qui bride.

La France, par le biais du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du CNRS, comme l’a rappelé M. François-Joseph Ruggiu, directeur de l’INSHS, s’appuie sur son réseau de 27 instituts de recherche dans le monde pour rayonner en faveur de la liberté du débat académique et pour la formation de citoyens éclairés. Elle soutient, dans ces domaines, les initiatives des Nations-Unies, de l’Unesco et de l’Union Européenne. De plus, l’internationalisation de la recherche est nécessaire pour faire vivre le débat académique et entretenir le progrès scientifique. Les UMIFRE permettent aux chercheurs français et étrangers de se rencontrer, de se mêler, de s’entrechoquer et de faire dialoguer leurs différents bagages et leurs différentes méthodes. La « Plateforme CEFRES », créée en 2014, et notamment son programme « Tandem », a joué un grand rôle dans le renouvellement de la coopération scientifique franco-tchèque. Ainsi le CEFRES est-il devenu un incubateur de connaissances mais aussi de nouvelles pratiques et de nouvelles actions en sciences humaines et sociales.

Si la liberté académique est un processus et non un acquis, le combat pour sa préservation est ancien et consubstantiel à sa création, selon M. Michael Ignatieff, recteur et président de l’Université d’Europe centrale, invité d’honneur de cette cérémonie, qui est intervenu depuis Vienne. Les universités, en particulier les plus anciennes en Europe centrale comme l’Université Charles (1347), se sont construites dans ce combat contre l’obscurantisme et l’Inquisition. L’ère soviétique est synonyme également d’années de plomb pour les libertés académiques et il faut saluer le combat d’intellectuels qui, parfois au péril de leurs vies, se sont battus pour la préserver ou pour la reconquérir, comme Jan Patočka (1907-1977) ou Ernest Gellner (1925-1995). Aujourd’hui, elles sont de nouveau menacées dans de nombreux pays où l’obscurantisme et le complotisme progressent, où le politique censure et où la recherche du profit, par exemple des laboratoires pharmaceutiques, brident le progrès scientifique. Quand le politique instrumentalise la science pour lui extorquer sa légitimité, le préjudice touche l’ensemble des scientifiques car, à terme, leur crédibilité s’érode.

Cependant, si la crédibilité des scientifiques s’est érodée et si les libertés académiques ne sont plus perçues par les citoyens comme fondamentales et premières parmi les libertés individuelles dans une démocratie, c’est également à cause de la science elle-même, a affirmé Michael Ignatieff. La liberté académique implique des droits mais aussi des devoirs et des responsabilités. La liberté académique ne doit pas seulement être le privilège d’une élite, elle doit au contraire être insérée dans la société, juste et démocratique. Une démocratie libérale ne signifie pas uniquement la « tyrannie de la majorité », c’est un fait majoritaire qui doit être équilibré par le respect des droits des minorités et par une réelle méritocratie. Les institutions du savoir et de la recherche et plus largement, ce que Montesquieu appelait « les corps intermédiaires », ont failli dans la réduction des inégalités et dans l’instauration d’une méritocratie juste. Nous devons nous rendre dignes des libertés et de l’autonomie que nous revendiquons en nous rendant réellement utiles pour les citoyens, a-t-il ajouté. Nous devons défendre nos libertés académiques en réaffirmant que nous sommes capables, utiles et légitimes.

En Hongrie, l’Université d’Europe centrale a été prise à partie par le Fidesz tandis que son fondateur, George Soros, est devenu le bouc émissaire des populismes. Elle n’a pas résisté aux pressions politiques malgré une manifestation de soutien des habitants de Budapest qui a rassemblé plus de 80 000 personnes, la plus importante manifestation depuis la fin de la guerre froide. L’expulsion des universités est la première étape d’une dérive autoritaire qui menace la démocratie et cherche à accroître son pouvoir sur les corps et les esprits. L’Université d’Europe centrale est aujourd’hui réfugiée à Vienne où elle a été très bien accueillie par le pouvoir central et par la municipalité.

À Budapest, Viktor Orban a décidé d’accueillir un campus de l’Université Fudan, une des meilleures universités de Chine fondée à Shanghai, a poursuivi M. Ignatieff. Cette implantation s’insère plus largement dans le pan européen du projet des Nouvelles routes de la soie qui comprend notamment la construction d’une ligne ferroviaire entre Budapest et Belgrade, prévue pour 2025. Sans essentialiser la menace chinoise en Europe centrale, la présence d’une université chinoise en Europe et l’influence de certains instituts Confucius dans les universités posent question pour les libertés académiques. Bien que la recherche scientifique en Chine soit souvent de très bonne qualité et que les collaborations soient souhaitables et nécessaires, l’Union européenne reste vulnérable et des standards uniformisés pour garantir l’autonomie et la liberté de la recherche manquent cruellement. Cependant, la Chine n’est pas la seule menace pour les libertés académiques en Europe. Les services de renseignements étrangers, notamment russes, chinois, égyptiens, biélorusses et turcs surveillent les étudiants internationaux qui viennent dans nos universités, parfois dans l’objectif d’exercer du chantage sur eux. Or, les libertés académiques ne sont pas seulement les libertés des chercheurs, un étudiant empêché, menacé où mis en prison pour ses opinions et pour avoir débattu est aussi une gageure pour la liberté académique.

Les menaces pour les libertés académiques sont aujourd’hui sérieuses même si elles ne sont pas nouvelles, puisqu’inhérentes à la généalogie de la recherche. Nous devons nous battre pour les protéger car, partout où la liberté académique est en péril, c’est toutes les libertés qui sont menacées et la démocratie qui est en souffrance. Le débat a ensuite été porté par les questions de M. Jakob Vogel, directeur du Centre Marc Bloch à Berlin, Mme Lenka Rovná, vice-rectrice aux affaires européennes à l’Université Charles, M. Alexis Dutertre, Ambassadeur de France en République tchèque et Jérôme Heurtaux. Réaffirmant ensemble leurs volontés de protéger et de servir la liberté académique, ils ont souligné le manque d’appui de la part de l’administration de Donald Trump dans ce domaine et notamment en Hongrie. La position de la France face à la menace chinoise est enfin de considérer la Chine à la fois comme un partenaire, un concurrent et un rival systémique.

Photo : AVČR

La recherche scientifique : une question de ressources, de performances, de concurrence et de collaboration

Vendredi 28 mai, le colloque s’est poursuivi dans les locaux du rectorat de l’Université Charles, le Karolinum, par les mots d’accueil de Mme Lenka Rov, vice-rectrice aux affaires européennes de cette université, qui a souligné l’excellence de la relation entre la première université du pays et le CEFRES et le rôle constructif des directeurs qui se sont succédés à sa tête. Le sociologue Pierre-Michel Menger, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Sociologie du travail créatif », a ensuite prononcé depuis Paris une conférence inaugurale sur « la recherche scientifique : une question de ressources, de performances, de concurrence et de collaboration ».

Tomáš Kostelecký, membre du Conseil académique de l’Académie tchèque des sciences et modérateur de cette session, rappelle d’abord la place prise par la recherche scientifique comme objet d’étude des sciences humaines et sociales. Depuis les années 1950 en effet, l’émergence de la scientométrie fournit de nouvelles technologies à l’évaluation de la recherche scientifique. Bien qu’affecté par l’instrumentalisation dont il fait l’objet, ce domaine permet aux chercheurs de saisir la façon dont la concurrence scientifique se met en place et les inégalités qui en découlent. Pierre-Michel Menger dans son intervention précise que ces inégalités s’exercent sur deux niveaux : entre les différents pays tout d’abord, au sein de chacun d’eux ensuite, c’est-à-dire entre les universités et les chercheurs eux-mêmes.

L’une des premières conséquences de l’usage du système bibliométrique est l’accroissement de la compétition pour l’habilitation universitaire. Cette concurrence met les chercheurs dans des situations différenciées selon leurs degrés de performances et de productivité, ce qui aggrave les inégalités déjà existantes. Ainsi une minorité d’équipes, de chercheurs et d’universités monopolise-t-elle une part disproportionnée de la reconnaissance scientifique ramenée au nombre de citations dont font l’objet les publications. Selon ce calcul, la valeur de la recherche apparaît très incertaine. À titre d’illustration, Pierre-Michel Menger rapporte que sur les 38 millions d’articles scientifiques publiés entre 1900 et 2005, la moitié n’a pas été citée une seule fois. Par conséquent, selon cette scientométrie, le travail des chercheurs les plus reconnus a une valeur considérablement supérieure à celle de ceux situés en bas de la hiérarchie académique. Cela accroit la différenciation entre les chercheurs, consacrant le travail d’une minorité au détriment de celui de la majorité. 

Pierre-Michel Menger explique, par ailleurs, que la recherche scientifique est avant tout un travail collectif. Dans le contexte actuel de globalisation des échanges, cette collaboration croissante entre chercheurs se fait néanmoins plus au profit de l’internationalisation des réseaux qu’à la densification des collaborations à l’intérieur des différentes universités. Cela a des conséquences contradictoires sur les inégalités scientifiques. D’un côté, cela accroît la production des publications puisque l’association de chercheurs de même profil permet d’atteindre des gains de productivité. De même, cela réduit en partie la compétition entre les chercheurs au profit d’un système plus collaboratif. D’un autre côté, la collaboration internationale bénéficie surtout aux chercheurs des universités de haut rang, et participe d’une stratification au sein de la recherche scientifique. Dans ce contexte, les scientifiques affiliés aux universités les plus prestigieuses sont ceux qui bénéficient des dotations les plus importantes et d’une reconnaissance accrue. Les inégalités inter-universitaires restent donc fortes.

La recherche scientifique est en outre inégalement répartie entre les différents pays du globe et pâtit de la rude concurrence inter-étatique. Celle-ci se trouve placée sous la domination du monde anglo-saxon qui exerce son hégémonie sur la production académique. En conclusion de cette analyse, Pierre-Michel Menger souligne néanmoins que l’essor de nouvelles puissances, telles l’Inde, la Corée du Sud et surtout la Chine, renouvelle la concurrence dans le domaine scientifique et remet en cause la suprématie anglo-saxonne.

En guise d’ouverture à la discussion, Pierre-Michel Menger lance une réflexion sur la situation de la recherche scientifique en République tchèque. Tomáš Kostelecký caractérise tout d’abord la situation par son instabilité en raison du de l’évolution du système d’évaluation de la recherche scientifique mis en place par le gouvernement. Dans un premier temps, celui-ci était exclusivement basé sur la bibliométrie qui répondait à des calculs politiques mais conduisit à une aggravation des inégalités scientifiques. Face aux critiques croissantes faites au gouvernement quant à l’efficacité du système, celui-ci fut abandonné. Aujourd’hui, le système d’évaluation a quelque peu évolué pour intégrer plus d’évaluation par les pairs. Lenka Rovna ajoute à cela que l’Université Charles a également aménagé le système bibliométrique pour le rendre plus sophistiqué et plus redistributif,  tout en reconnaissant que la compétition pour les dotations universitaires reste rude. Pierre-Michel Menger conclut alors en soulignant que la scientométrie doit être maniée avec précaution afin de limiter son instrumentalisation et permettre à la science d’être reconnue à sa juste valeur.

Photo : Jana Plavec

Du bilatéral à l’échelon européen : le CEFRES dans son histoire

Modéré par Nicolas Maslowski, sociologue et directeur du Centre de civilisation française et d’études francophones (CCFEF) de Varsovie, le panel « Du bilatéral à l’échelon européen : le CEFRES dans son histoire » a réuni plusieurs personnalités ayant contribué à la création et à la vie du CEFRES depuis 1991 jusqu’à aujourd’hui.

L’historienne et première directrice du CEFRES (1991-1993), Mme Marie-Elizabeth Ducreux, ouvre la discussion sur le contexte de la création du centre et sur les dimensions essentielles à la mise en place de ce projet. Elle insiste en premier lieu sur l’aspect institutionnel du CEFRES, le centre ayant été soutenu dès le départ par le MEAE, puis par le CNRS, mais aussi par des institutions tchèques telles que l’Académie tchèque des sciences et l’Université Charles de Prague. À cet égard, le poste diplomatique a, selon Marie-Elizabeth Ducreux, donné au centre une liberté totale, lui garantissant la possibilité de s’adapter à des situations qui n’ont pas cessé d’évoluer depuis 30 ans.

Elle souligne dans un second temps le caractère pluridisciplinaire du projet autour duquel s’est construit le CEFRES, et dont l’ambition a permis d’anticiper les évolutions du centre par la suite. Ce projet a également su s’incarner à travers des personnes comme Hana Netuková, assistante de direction au CEFRES de 1991 à 2013, des relations personnelles fortes forgées entre les acteurs du centre, mais aussi des lieux tels que la bibliothèque du CEFRES. Enfin, le CEFRES revendique une dimension régionale qui ne s’est jamais réduite aux relations franco-tchèques mais qui a toujours voulu s’orienter dans une dynamique multilatérale grâce à l’accueil de collègues tchèques, slovaques, puis français mais encore d’autres pays (autrichiens, allemands, hongrois, polonais). Marie-Elizabeth Ducreux rappelle également le rôle de médiateur neutre joué par le CEFRES dans l’instauration d’un débat entre les intellectuels et universitaires, y compris ceux qui avaient été exclus des institutions académiques au temps de la normalisation et ceux faisant partie d’une zone grise du travail intellectuel. M. Georges Mink, politiste et ancien directeur du CEFRES (2001-2003), ajoutera pendant le débat faisant suite aux interventions que grâce à cette neutralité, c’est aussi au CEFRES que purent se tenir des débats sur des sujets conflictuels, tel celui de l’expulsion des Allemands des Sudètes.

Pour M. Yves Saint-Geours, diplomate et ancien sous-directeur des Sciences sociales et de l’Archéologie au ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères (1990-1993), la création du CEFRES s’inscrivait dans une feuille de route diplomatique dont le but premier était de recréer des liens scientifiques avec les pays d’Europe centrale. Ces liens scientifiques étaient d’autant plus nécessaires qu’ils avaient été entravés lors de la période dite de la normalisation. C’est ce que précise l’historien et ancien directeur du CEFRES (1998-2001), M. Antoine Marès qui revient sur le tournant constitué par 1989 : alors que l’Europe centrale peut être qualifiée « d’angle mort » de la diplomatie française, une ouverture venait d’être marquée par le dialogue noué par François Mitterrand avec Václav Havel. Ce tournant s’incarne dans des trajectoires personnelles de chercheurs, telle celle de l’historien médiéviste et ancien directeur de l’institut d’histoire de l’Académie tchèque des sciences, M. František Šmahel. Dans son intervention, lue en son absence par un tiers, il rappelle avoir été évincé de l’Académie après 1968, être devenu conducteur de tramway, puis conservateur dans un musée de province, avant d’obtenir tardivement une reconnaissance internationale et de revenir à l’Académie en 1990.

Le CEFRES a ainsi accompagné le bouillonnement institutionnel et créatif de la recherche des années 1990.  M. Christian Lequesne, politiste et ancien directeur du CEFRES (2004-2006), revient sur la période suivante, marquée par la création de partenariats et l’intégration de la recherche franco-tchèque dans le cadre plus large de la recherche européenne, instaurant de facto un dialogue avec ses homologues allemands, polonais ou encore espagnols. M. Pavel Baran, philosophe et président du Conseil scientifique de l’Académie tchèque des sciences, explique quant à lui le contexte dans lequel a été négocié l’accord signé en 2014 entre l’Académie tchèque des sciences, l’Université Charles, le CNRS et l’ambassade de France qui donna naissance à la Plateforme CEFRES. Cette convention se donnait pour objectif de soutenir des projets de recherches non limités au domaine francophone ou à des thématiques franco-tchèques et d’initier des échanges entre Prague, la France et des chercheurs du groupe de Visegrad, mais aussi venus de régions plus éloignées. Cette nouvelle dynamique multilatérale met donc en valeur la capacité du centre à faire face aux défis des époques successives, tout en maintenant son ancrage local. Cette dynamique, qui, comme le souligne Nicolas Maslowski, permet aujourd’hui encore au CEFRES d’occuper une place singulière dans les sciences sociales, s’ancre dans une diversité de trajectoires de vie et de rencontres qui ont fait l’objet des panels suivants. 

Photo : Jana Plavec

 

Dialogues intergénérationnels

Le concept de génération est un concept central pour comprendre les relations entre savoir et pouvoir à l’université, et poser la question des libertés académiques en Europe centrale. Le centre de recherche, l’université, l’académie sont en effet des lieux traditionnels de la recherche et de l’enseignement supérieur où se côtoient étudiants, doctorants, jeunes chercheurs, maîtres de conférences et professeurs, voire professeurs émérites à la retraite mais qui continuent d’œuvrer de toute leur influence dans la vie des institutions auxquelles ils appartenaient. Ce milieu, et cela a été évoqué, est souvent caractérisé par le fort impact de la hiérarchie des statuts et des pouvoirs, et par l’importance cruciale de la reconnaissance de l’étudiant, du doctorant ou du chercheur par ses pairs.

Ce colloque intervient au moment où la question générationnelle se trouve posée avec beaucoup d’acuité, à tel point qu’elle est aujourd’hui considérée comme une ligne de fracture politique. Se référant à des notions stigmatisantes du langage courant qui parlent des âges et des générations (par exemple la notion de boomer en français, ou celle encore plus péjorative en polonais de dziaderstwo), le modérateur du panel, M. Georges Mink a rappelé dès le début du panel combien les notions de génération sacrifiée, d’exclusion, de clivages et de ruptures générationnels irriguaient le débat public. Un symptôme de ce phénomène s’est manifesté dans les interventions successives qui mettaient en scène un discours personnel traduisant une situation générationnelle : « C’est une Babushka qui va vous livrer son témoignage », a ainsi commencé Mme Marie Claude Maurel (géographe, directrice du CEFRES entre 2006 et 2010). Les intervenants ont néanmoins toujours cherché à légitimer leur prise de parole en soulignant les difficultés, les doutes, l’incertitude et la possibilité du renoncement vécus par leur génération. Marie-Claude Maurel a ainsi évoqué combien il était difficile d’être doctorante en France avant les réformes de Lionel Jospin, au cours de la période 1988−1992, qui clarifièrent les conditions d’encadrement du doctorat et virent la fondation de l’Institut Universitaire de France. Par des anecdotes sur son parcours, M. Gábor Sonkoly (historien de l’Université ELTE de Budapest, nous a rappelé à quel point les questions de génération s’étaient toujours posées dans les échanges et les rapports de pouvoir au sein de l’université.

Le concept de génération est tout d’abord questionné à l’université du fait de l’évolution très rapide des sujets de recherche concernant l’Europe médiane qui se sont succédés depuis les années 1990. Aussi M. Michel Perottino (politiste de la Faculté des sciences sociales, Université Charles, Prague) est-il revenu sur trente ans d’évolution des thèmes de sciences politiques en Europe centrale : des problématiques des années 1990, qui concernaient avant tout la question des transitions économiques, sociales et démocratiques post-communistes, à la fragmentation actuelle de ce champ de recherche, en passant par les thématiques de l’européanisation des régions apparues dans les années 2000. Ces questions de génération se posent également dans la perspective de la montée en puissance des agences de financement de la recherche sur projet et de l’internationalisation, progressive mais rapide, du champ académique. Chaque génération s’adapte plus ou moins facilement à ces tendances dont l’apport est indéniable, comme en témoignent les programmes Erasmus vers la France dont bénéficient les doctorants de l’Université de Pardubice mentionnés par Mme Milena Lenderová (historienne, Université de Pardubice). Enfin la question de l’articulation entre, d’une part, les changements politiques, économiques et sociaux qui s’opèrent à des vitesses asynchrones et, d’autre part, l’arrivée de nouvelles cohortes de chercheurs, est aujourd’hui la plus importante car elle génère, comme l’a affirmé M. Mátyás Erdélyi, des horizons d’incertitude, notamment pour les plus jeunes chercheurs et les doctorants. Mme Taťána Petrasová (historienne de l’art, Académie tchèque des sciences) a choisi d’analyser les modalités selon lesquelles la recherche est liée à « une demande sociale ». La précarité des contrats de recherche, le manque de liberté académique lié à l’obligation, toujours plus urgente aujourd’hui, d’obtenir des financements sur projets, la mise en concurrence des lieux traditionnels de la recherche et de l’enseignement supérieur avec des structures privées ou des mégastructures sur-subventionnées par les États comme en Hongrie, sans oublier bien-sûr l’incertitude sociale, sécuritaire et environnementale font dire à Gábor Sonkoly que la génération actuelle de chercheurs, à l’image de celle qui a travaillé à l’époque communiste, renoue avec la peur. Du fait de ces nouveaux cadres sociaux-économiques, le chercheur devient, selon M. Petr Horák (professeur de philosophie), « avant tout un produit des conditions matérielles de son existence, et non plus un individu humain responsable se formant toujours en convivialité difficile avec son autre ». C’est la possibilité même d’un recul critique du chercheur sur la situation actuelle qui est en fait, comme l’a souligné Marie-Elisabeth Ducreux au cours de l’échange, posée par tous les panélistes.

Dans ce contexte, les échanges intergénérationnels ne doivent plus être pensés comme sources potentielles de conflits, mais au contraire comme possibilité de réponse à cette peur. Les intervenants et intervenantes ont tous mis en avant le rôle des générations plus anciennes comme intermédiaire de transmission – d’un ethos professionnel, de cadres méthodologiques, du goût du savoir, et de valeurs comme celles, chères à Marie-Claude Maurel, de continuité dans son sujet et de fidélité à ses amis, collègues, institutions de rattachement. Une éthique du chercheur sur laquelle tous peuvent, à n’importe quel âge, se retrouver. Les récentes manifestations organisées en France contre la précarisation des conditions de la recherche et pour la défense des libertés académiques, qui ont réuni des acteurs du milieu universitaire de tous les âges et des toutes les générations par-delà les tendances partisanes des uns et des autres, sont une des expressions les plus visibles de ce dernier constat. Tous les intervenants ont également souligné le rôle exemplaire à ce titre du CEFRES, lieu privilégié d’échanges intergénérationnels apaisés excluant les habituels effets de la hiérarchie des statuts et des pouvoirs, où les « jeunes talents » (Marie-Claude Maurel) contribuent directement à l’organisation des séminaires et des ateliers.

Photo : Jana Plavec

 

Chercheurs sans frontières ? Internationalisation et trajectoires de recherche, 1991-2021

La dernière table ronde, organisée par l’Association des anciens du CEFRES et en particulier par Mme Fedora Parkmann, post-doctorante à l’Académie tchèque des sciences et au CEFRES et Mme Florence Vychytil-Baudoux doctorante de l’EHESS associée au CEFRES, a été modérée par l’ancienne directrice du CEFRES (2015-2018) Mme Clara Royer. Consacrée à l’internationalisation de la recherche en sciences humaines et sociales, elle visait à confronter les retours d’expérience d’anciens membres du CEFRES représentant des générations, des statuts et des disciplines différents. La discussion a abordé l’importance des cadres de coordination institutionnelle, les débats épistémologiques induits par l’internationalisation, la dimension matérielle et notamment la précarisation des chercheurs internationaux et enfin, la portée humaine que de telles mobilités représentent car comme le souligne Florence Vychytil-Baudoux, « l’internationalisation de la recherche n’est pas seulement un concept abstrait, c’est avant tout une expérience vivante ».

Sur le plan des cadres institutionnels, de nombreux chercheurs dont M. Pascal Marty (géographe directeur de la Maison française d’Oxford), Mme Hana Fořtová (politiste, Académie tchèque des sciences), Mme Eloïse Adde (chercheuse Marie Skłodowska-Curie à l’Université Saint-Louis de Bruxelles), M. Luděk Brož (anthropologue, Académie tchèque des sciences) et M. Gilles Lepesant (géographe, directeur de recherche au CNRS) ont insisté sur l’importance de l’Union Européenne et sur les défis que constituent l’euroscepticisme et le Brexit pour la mobilités des chercheurs et donc pour la libre circulation des connaissances. En effet, le cadre européen, bien que perfectible, finance des projets de recherche par le biais de la Commission européenne, du Conseil européen de la recherche (ERC) et des bourses Marie Skłodowska-Curie. En France, le ministère des Affaires étrangères et le CNRS sont également de puissants soutiens à l’internationalisation de la recherche. Le réseau des UMIFRE incarne des lieux de rencontre, de débat, de coopération et de collaboration privilégiés. Il a également un rôle de facilitateur et de relais des projets européens. Le CNRS met en place un ensemble d’« outils flexibles », selon Pascal Marty, et de soutiens matériels à la recherche. Il finance des bourses de mobilité, des contrats doctoraux internationaux et participe à la mise en place de cotutelles entre des universités françaises et étrangères. Ce modèle de cotutelle a beaucoup évolué ces dernières années et demeure un outil très ouvert après avoir longtemps fait figure de « route chaotique » (Mme Jana Vargovčíková, maîtresse de conférences à l’INALCO). Hana Fořtová souligne également le soutien de ses travaux de traduction, en France par le Centre national du livre, et, en Autriche, par l’Institut des sciences humaines (IWM).

L’internationalisation de la recherche et des chercheurs est un processus qui comporte également des enjeux épistémologiques. Si, pour Pascal Marty, elle est « utile, nécessaire, et stimulante » car elle permet aux différentes traditions, approches et méthodes de se rencontrer et de s’enrichir, elle est aussi vectrice d’uniformisation et d’homogénéisation susceptible parfois d’écraser les particularismes épistémologiques nationaux. Dans une démarche réflexive, le CEFRES a notamment permis à des chercheurs français de « prendre du recul » (Éloïse Adde) par rapports à leurs prénotions épistémologiques ou linguistiques. Il a permis à des chercheurs étrangers de s’immerger dans la culture académique française (Jana Vargovčíková, Luděk Brož). L’internationalisation permet la propagation du multilinguisme chez les chercheurs, comme pour Jana Vargovčíková qui a appris le polonais quand elle était en poste au Collège d’Europe, mais promeut également une compétition accrue à la publication dans des revues anglophones. Si pour Pascal Marty, la diversité des traditions et des approches existe dans les revues anglophones, Hana Fořtová souligne la nécessité de la traduction en rappelant les mots du traducteur Brice Matthieussent : « Tous les textes sont intraduisibles mais il faut quand même tout traduire ».

Éloïse Adde insiste sur les dimensions matérielles de l’internationalisation. Si les puissants soutiens à l’internationalisation déjà mentionnés doivent être préservés, il n’en reste pas moins que les chercheurs, et encore davantage les jeunes chercheurs, ayant cumulés les mobilités internationales ont du mal à sortir du « piège de l’enchaînement des contrats courts » (Clara Royer). Si de nombreuses universités prestigieuses et à la pointe de la recherche, comme l’Université d’Oxford, valorisent les mobilités, d’autres peuvent voir les mobilités successives comme un manque de loyauté (Luděk Brož, chercheur à l’Institut d’ethnologie de l’Académie tchèque des sciences) et comme une stratégie de défection. Comment concilier la volonté d’une carrière professionnelle stable, et donc immobile, avec une pratique de la mobilité internationale qui fait partie intégrante de l’identité et de l’ancrage intellectuels de nombreux chercheurs ?

Enfin, l’internationalisation des chercheurs comme dit en introduction est une riche aventure humaine mais aussi une expérience d’expatriation qui peut être éprouvante pour les individus. Elle nécessite un temps d’adaptation à des contextes nationaux différents, un apprentissage de la solitude, qui s’est particulièrement illustré pendant la pandémie. Pour Éloïse Adde, le CEFRES par exemple est un endroit où l’on se sent chez soi. Cependant, la succession de mobilités donne une sensation à la fois de familiarité et d’étrangeté par rapport aux pays et aux cultures académiques. C’est également une des limites de l’uniformisation, un chercheur étranger a de grandes chances de le rester car considéré comme destiné à repartir.

En dépit de ces difficultés, ces chercheurs construisent de vastes réseaux académiques d’acteurs transnationaux, aux trajectoires parfois « en miroir » comme Éloïse Adde et Jana Vargovčíková. En Europe, ils peuvent avoir une responsabilité sociale et politique notamment en faveur de l’intégration européenne ou de la prévention des crises dans ces marges, en Ukraine et en Biélorussie (Luděk Brož, Gilles Lepesant). Dans quelle mesure les chercheurs internationalisés forment ils une communauté épistémique ?