Les sciences humaines et sociales face à l’imprévu

« Les sciences humaines et sociales face à l’imprévu ». Journée d’étude doctorale conjointe entre le CEFRES et l’EHESS (12 avril 2021)

 Compte rendu par Marie Blanc et Hugo Plassais, stagiaires au CEFRES

Dans le cadre d’un partenariat récemment renouvelé, le CEFRES et l’EHESS ont organisé en commun une journée d’étude doctorale à Prague le 12 avril 2021 réunissant 11 doctorants et 7 encadrants et coordonnée par Falk Bretschneider, historien de l’EHESS et professeur invité au CEFRES et Jérôme Heurtaux, politiste et directeur du CEFRES. Cette journée a été consacrée à l’analyse de l’imprévu dans les sciences sociales et humaines, tant comme objet de recherche que comme événement faisant irruption dans le processus de recherche. La pandémie de la Covid-19 est de ces événements qui affectent sous de multiples formes l’ensemble des secteurs d’une société : le monde universitaire n’a pas été épargné. La crise sanitaire a eu un impact sur les conditions matérielles de production et de transmission du savoir en touchant les chercheurs, les étudiants et les doctorants, soit directement à travers la maladie, soit indirectement, du fait des mesures mises en place pour lutter contre la pandémie. Elle s’est aussi traduite, à travers le monde, par une crise économique qui a renforcé la précarisation des chercheurs, en particulier des plus jeunes. La présentation de Zuzana Terry, doctorante à la Faculté des sciences humaines de l’Université Charles Facing Unexpected in School Ethnography, qui a étudié l’impact de la pandémie sur les élèves et sur les étudiants, a permis de l’illustrer. La majeure partie des chercheurs en sciences sociales sont en effet en même temps chargés d’enseignement, professeurs, maîtres de conférences ou chargés de travaux dirigés. Les interactions avec les étudiants sont quotidiennes et la pandémie les a également fortement touchés, même si les lycéens et les étudiants ont été confrontés à l’apprentissage à distance via des espaces numériques de travail. Zuzana Terry a montré que le distanciel renforçait les inégalités socio-économiques mais plus largement, il a également modifié les liens et les interactions entre les étudiants et ainsi, le processus de formation de leurs identités sociales.

Cette période confronte les disciplines de sciences humaines et sociales à de nouvelles problématiques et amène les chercheurs à réinterroger les cadres d’analyse et les outils de leurs recherches. Les échanges de cette journée, entre chercheurs, professeurs, doctorants, se sont intéressés à penser le chercheur comme un acteur intégré dans une société en crise. Il devient ici en quelque sorte un objet de recherche, entendu comme individu, comme agent, acteur ou membre d’un groupe social.

Une boîte à outils méthodologique en crise face à la pandémie

Lors des discussions, ont été soulignées à de nombreuses reprises les qualités de créativité et d’adaptation des jeunes chercheurs à ce contexte inédit. La journée a permis un tour d’horizon des différents impacts de la pandémie sur les méthodes de recherche, l’accès aux bibliothèques et aux archives ayant été limité par les mesures de restrictions des déplacements et de confinements. En sociologie, les entretiens et les enquêtes qualitatives se sont déroulés presque exclusivement via des plateformes numériques de visioconférences. Plusieurs intervenants ont cherché à appréhender le travail méthodologique des jeunes chercheurs face à l’inattendu : que faire lorsque le calendrier de sa recherche se voit bouleversé par des événements extérieurs ? À cette question, qui atteint chacun à des échelles diverses, les doctorants ont apporté des réponses souvent inédites, inventant des méthodes alternatives que cette journée d’échanges a permis de commenter, de comparer et d’interroger. Qu’est-ce que ces alternatives peuvent nous dire de la relation des disciplines et des méthodes des sciences humaines avec l’inattendu ? L’imprévisible n’est-il pas inhérent à la fois aux objets de la recherche et aux pratiques de terrain ? Que peut-on apprendre ici de nos disciplines et de leurs perspectives pour l’avenir ?

Thomas Razim, doctorant à la Faculté des sciences humaines de l’Université Charles (FHS UK), dans son intervention sur Oral History in the Time of COVID, a expliqué précisément dans quelle mesure l’entretien à distance confrontait le chercheur à de nouveaux biais et en quoi ces entretiens pouvaient s’avérer pauvres en éliminant le out of the frame et en empêchant de faire une analyse et une description dense. L’enquête ne peut concerner que le cadre choisi par la caméra et il est exclusivement en deux dimensions. Dans une démarche d’entretien sociologique, où enquêteur et enquêté s’évaluent mutuellement, le passage au distanciel rend plus difficile l’instauration d’un lien de confiance, pourtant fondamental dans ce genre d’exercice. De plus, l’utilisation de plateformes numériques peut présenter un biais de méfiance ex ante (peur des failles de sécurité, ingérences étrangères, enregistrements non consentis, etc.). L’enquête, exclusivement numérique, peut également représenter un biais de sélection du panel enquêté : une sélection générationnelle (on est plus ou moins à l’aise avec les TIC) et une sélection sociale et économique (impact de la « fracture numérique »). Enfin, pendant la pandémie le chercheur a souvent été obligé de mener l’entretien sociologique depuis chez lui. L’enquêté a donc parfois eu accès au lieu d’habitation du chercheur ce qui pouvait constituer une limite à la recherche d’une neutralité axiologique de sa posture et à son objectivation. Son cadre de caméra pouvait trahir un milieu social, des positions politiques ou des résultats partiels de recherche. Ainsi, le distanciel mis en place pendant la pandémie a rendu plus floue la séparation entre la posture du chercheur et sa vie privée.

Emmanuel Désveaux, anthropologue à l’EHESS, s’est dit très impressionné par la créativité des jeunes chercheurs et leur capacité d’adaptation, tout en rappelant l’importance de données empiriques et déplorant l’expérience peu complète que constitue l’entretien virtuel, imposé par la distance. Le terrain reste selon lui une expérience totale, dont le retrait d’une ou plusieurs dimensions est dommageable pour l’expérience du chercheur. Dans le cadre d’une anthropologie en ligne, il reste important de prendre en compte le hors champ, toujours existant, et de s’interroger sur le statut que l’on accorde aux ressources virtuelles : source illimitée d’informations à interroger ou nouvel espace social à part entière ?

Les remarques de Mert Koçak, doctorant à l’Université d’Europe centrale et au CEFRES (Doing “Forced” Digital Ethnography on Forced Displacement: How Does Hyper Visibility/Accessibility of Digital Platforms Affect Ethnography?), qui consacre ses recherches à l’étude des migrations forcées de personnes LGBTQI+ réfugiées en Turquie, vont dans le même sens. Depuis 2017, son terrain et ses entretiens ont été menés à la fois physiquement puis virtuellement pendant la pandémie. Ses premiers entretiens (en 2017-2018 à Ankara et à Istanbul) ont pu être menés en lien étroit avec les participants, en immersion à leurs côtés, permettant une compréhension de leur situation étendue au-delà des seuls moments d’interviews, grâce au récit d’événements de leur vie entière, passée et quotidienne, et non uniquement centré sur leur migration. L’une des premières remarques de Mert Koçak à propos des entretiens en ligne concerne l’augmentation du sentiment de méfiance des interrogés. Dans des situations particulièrement précaires, beaucoup sont en attente de régularisation, les interrogés sont nombreux à avoir vécu des expériences terribles en ligne dans leur pays d’origine, piégés par des membres de la police ou d’autres individus se faisant passer pour des personnes LGBTQI+. Les entretiens se déroulant sans caméra allumée, une grande partie du contenu est donc perdue et avec elle la possibilité de nouer un lien de confiance sécurisant. A partir de ces nouvelles modalités de dialogue, Mert Koçak a ainsi pu remarquer des changements dans les récits eux-mêmes, même auprès d’interrogés dont il connaissait déjà le parcours.

Pour Maeva Chargros, doctorante à l’université Palacký à Olomouc (Rethinking Opportunities and Challenges within an International Context: Networking and Planning), la pandémie a eu un effet plus radical encore, lui interdisant l’accès à une grande partie de ses sources. Elle a fait part de sa double expérience de doctorante expatriée et d’étudiante en histoire. Elle décrit deux milieux (celui des étudiants et celui des doctorants) marqués par l’isolement physique et spatial, encore aggravé pour les étudiants étrangers par leur éloignement de leurs proches. Le fait qu’ils ne parlent pas le tchèque accentue leur sentiment de solitude. Bien que maîtrisant souvent plusieurs langues, ne pas interagir dans leur langue maternelle représente une difficulté quotidienne supplémentaire, les prive d’un accès direct aux sources d’informations locales et accentue le sentiment de leur étrangeté et de leur déplacement. En outre, l’absence de filet de sécurité annule toute possibilité de réaction rapide face aux événements. La pression financière est également très forte sur ces étudiants. Outsider de la sphère universitaire de leur pays d’accueil, ils ne maîtrisent pas tous les codes de la culture académique, si difficiles à acquérir en ligne…

Cet état de fait conduit à des réorganisations dont les conséquences peuvent influer sur le déroulement futur de la recherche, parfois de façon positive. Maeva Chargros relève ainsi certains avantages de cette situation. Paradoxalement, l’isolement des chercheurs a pu créer des réseaux inattendus et permettre des rapprochements qui auraient été impossibles sans ce mode de connexion. Parmi les sources d’anxiété, la rupture avec le monde académique et l’impossibilité de se construire une communauté « pour plus tard », de consolider les liens professionnels interpersonnels indispensables dans le monde académique, a été particulièrement saillante chez les jeunes chercheurs. Les réseaux sociaux ont ainsi pu constituer un palliatif intéressant, notamment Twitter, offrant un support d’entraide et des lieux d’échanges, à la fois académiques et personnels, pour le partage d’expériences. Il a été également noté qu’il était plus facile de demander de l’aide, de contacter de nouvelles personnes et de recevoir des réponses, la disponibilité de chacun étant accrue, tout comme la compréhension face aux demandes d’aide, ce qui soulève la question de l’état des échanges entre communauté de chercheurs et l’importance d’y réfléchir collectivement.

Elizaveta Getta, doctorante à la Faculté des lettres de l’Université Charles, signale également dans son intervention (Challenging Archival Research in Translation Studies) que ce moment de travail à distance a aussi accru un autre réseau de communication, celui reliant chercheurs et archivistes. Les réorganisations des services ont parfois rendu possible l’échange d’informations ou de documents numérisés, laissant une large place aux dialogues interpersonnels. Cette proximité a ouvert de nouvelles perspectives et mériterait d’être conservée et accrue, dans un mouvement réciproque : les chercheurs élaborent souvent eux-mêmes leurs propres bases d’archives, organisées subjectivement et en fonction de leur objet d’étude, mais dont le rapprochement avec les fonds institutionnels pourrait s’avérer très riche et proposer des pistes d’analyses nouvelles.

Concernant ces nouvelles possibilités méthodologiques, un des défis majeurs en termes d’égalité est clairement identifié par tous les intervenants : il s’agit de l’accessibilité. En effet, même si ces nouveaux espaces en ligne tendent à intégrer l’environnement de notre « vie normale », voire à en redéfinir le cadre, Rose Smith, doctorante à la Faculté des sciences sociales de l’Université Charles et de l’université de Groningen (Wider Acknowledgement of Cyberspace as a Valid Milieu to Do Academic Work in as Well as a Valid Research Context), a rappelé, avec d’autres intervenants, les limites logistiques de ce fait. Tous les étudiants, hors ou en Europe, n’ont pas tous accès à une connexion Internet et à du matériel informatique, tout comme les panels de personnes interviewées, et l’inventivité se heurte aussi à ces limites matérielles qu’il s’agit de ne pas minimiser.

Maeva Chargros et Elizaveta Getta ont toutes deux souligné l’existence de nombreux enjeux de la recherche en sciences humaines et sociales, préexistants à la crise sanitaire mais mis en exergue par celle-ci. Certains sont exacerbés, comme les enjeux financiers et humains de l’isolement des jeunes chercheurs, d’autres ont pu trouver des solutions dans l’urgence et ainsi ouvrir d’intéressantes perspectives, à la fois méthodologiques et théoriques. Les deux aspects sont indissociables et l’inattendu met en relief cette interdépendance : changer l’organisation de sa recherche implique des changements d’approche, de sensibilité et modifie donc parfois les résultats ou l’analyse. Les évolutions techniques de numérisation avaient déjà des effets sur la pratique de la recherche et ses résultats, mais cet enjeu est aujourd’hui incontournable et les jeunes chercheurs y accordent une attention accrue. Au-delà des inégalités financières entre doctorants, la numérisation pose aussi une question d’égalité d’accès aux sources et des options offertes aux chercheurs en fonction de leurs sujets. Le fossé d’accès aux sources en fonction des sujets a donc un effet réel sur ce qu’il est possible d’étudier ou non. L’organisation et l’accès aux archives est donc un enjeu majeur, qui dépasse les seules réorganisations de calendrier, mais possède bel et bien un effet sur la recherche et ses résultats.

 Des méthodes à la théorie : repenser la recherche au prisme de l’inattendu ?

Au-delà des méthodes, la pandémie pose la question épistémologique déjà ancienne de la distance observée par le chercheur vis-à-vis de son objet d’étude. Pavel Himl, historien à la Faculté des sciences humaines de l’Université Charles, a rappelé que les chercheurs en sciences sociales ont été particulièrement sollicités par les médias pendant la pandémie. Mais sont-ils des observateurs et des analystes efficaces face à des événements immédiats ? Pour produire de la connaissance, le chercheur doit-il être proche ou distant de son objet d’étude ?

Arthur Pérodeau, doctorant à l’EHESS et associé au CEFRES, dans son intervention Marc Bloch and His Book L’Étrange Défaite. A Historian Facing the Fall of France, insiste sur le caractère ancien de ce débat. Confronté à l’immédiateté, le chercheur produit-il de la théorie ou se transforme-il en simple témoin producteur de récit ? Si dans L’étrange défaite, Marc Bloch se place davantage dans la position du témoin, il n’en produit pas moins des connaissances originales, par exemple sur le manque structurel d’innovation dans l’armée française de l’entre-deux-guerres .

La question soulevée par la journée d’étude est également celle de l’observation des manières spécifiques dont les connaissances et les méthodes des sciences humaines et sociales contribuent à étudier des contextes d’incertitude, comme le note Michèle Baussant, anthropologue au CNRS et au CEFRES. La pandémie offre l’occasion de redéfinir des concepts centraux dans nos vies et nos recherches : la distance, le temps, la communauté, la communication, la société. Il s’agit aussi d’essayer de comprendre la nature du tournant provoqué par les enjeux numériques pour les disciplines des sciences humaines et sociales. Quels genres de données, quelle histoire orale par exemple, peuvent-ils être produits à partir d’Internet dans cet espace que l’on a pu qualifier d’espace de l’extimité, entre public et intime ? Quelle est la nature du savoir créé à partir de cet espace virtuel, proche de l’hétérotopie décrite par Michel Foucault, ou proche de l’image du miroir mobilisée par Henri Lefebvre ? Le lieu virtuel nous donne accès à l’autre en même temps qu’il nous reflète, il se définit autant par la présence simultanée de tous et par leur absence, « a place without a place », un espace en partage à la fois réel et irréel.

Sur ce point, Rose Smith suggère, à partir de sa propre expérience et de ses observations, une reconnaissance plus large des espaces virtuels, des cyberspaces, comme des espaces valables et valides pour conduire des projets de recherche. Difficile encore de savoir, de son point de vue, si l’on peut qualifier ces espaces de véritables environnements sociaux, mais la question de cette définition se pose à la lumière des défis méthodologiques qu’ils soulèvent. Le cyberespace devient donc, avec la pandémie, un espace commun, auquel on s’habitue, auprès duquel nous démontrons nos capacités humaines d’adaptation et avec des avantages sensiblement quantifiables : les événements académiques s’ouvrent à des audiences plus larges, les retours sont également plus nombreux et les possibilités de prendre la parole s’élargissent.

Pour Pavel Himl, plutôt que de qualifier d’ « environnement social » les espaces en ligne, il serait plus approprié de les désigner comme un des « mediums », un des outils à la disposition du chercheur. Il s’agit pour lui de modérer l’enthousiasme observé, d’analyser et de proposer une critique des intérêts présents derrière ce medium, qui doivent être pris en compte dans les cadres conceptuels. Au cours des discussions les deux hypothèses coexistent, celle d’environnement social et celle d’un medium. Le positionnement des intervenants face aux espaces numériques semble donc de deux types : les considérer comme un espace social ou comme un medium, une source d’informations sans limites. Les deux conceptions ne sont pas antinomiques et soulèvent des interrogations cruciales pour l’avenir des disciplines. Les interventions ont révélé chacune à leur manière, dans leurs champs disciplinaires respectifs, les capacités d’adaptation et, de façon moins attendue, les aspects positifs de cette crise. Traverser ce moment en qualité de chercheur c’est donc aussi y saisir une opportunité d’interroger les pratiques, les contours, les enjeux soulevés par l’évolution d’une méthodologie scientifique.

 La pandémie : révélatrice d’enjeux majeurs de la recherche contemporaine

Même si la pandémie a poussé les chercheurs à réinterroger leur posture et leurs méthodes, elle a aussi et surtout révélé et amplifié des limites qui lui étaient préexistantes. Les aspects théoriques, épistémologiques et méthodologiques ne doivent pas être dissociés des contextes et notamment des conditions structurelles de production du savoir. Sans revenir sur les tensions que connaît le monde de la recherche en sciences sociales aujourd’hui en Europe, Miroslav Sedláček, doctorant à Faculté des sciences naturelles de l’Université Charles (Are Humanities and Social Sciences Strong Enough to Deal with the Unexpected if They Are Overspecialized?) analyse en quoi le manque de pluridisciplinarité et l’hyperspécialisation de la recherche empêchent les chercheurs de partager le même langage et donc de travailler ensemble. La pandémie aurait dû, selon lui, nous obliger à transcender les clivages et les querelles de chapelles. Maeva Chargros a également pointé du doigt l’ultra spécialisation de certains sujets, et l’effet de niche qui en découle, comme facteur supplémentaire de l’isolement des étudiants chercheurs en histoire.

Plusieurs intervenants ont inscrit ces questions dans une temporalité historique plus longue, permettant à la fois d’offrir un recul aux problématiques abordées et également d’interroger la relation intrinsèque entre les sciences humaines et sociales et l’inattendu. Ainsi Silvia Sébastiani, historienne à l’EHESS, a-t-elle décrit l’émergence d’une nouvelle conception de l’histoire basée sur le modèle de la révolution historique à partir de ses travaux sur le mouvement des Lumières écossaises. Ici, l’inattendu ou l’imprévu ne sont pas identifiés comme éléments négatifs, sources de difficultés, mais peuvent produire au contraire une accélération du processus historique des événements, pour aller vers un progrès. On retrouve cette conception en théorie économique, chez Adam Smith avec l’idée de la « main invisible », ou encore en littérature et en philosophie. Exemple paradigmatique, le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 représente un « séisme philosophique », puisque les commentaires deVoltaire donnèrent à ce désastre le statut d’événement monstre, de concept social à part entière. Au cours du XVIIIe siècle, le concept devient aussi politique, scientifique et culturel : « d’un concept naturel on obtient un concept social ».

Michèle Baussant propose à son tour de replacer la réflexion dans un temps long et plus général. Dans quelle mesure la période que nous traversons est-elle définie particulièrement par l’inattendu ou l’incertain ? L’inattendu n’est-il pas l’objet principal des sciences sociales ? De la même manière, les méthodes, au contact des archives, des données de terrain, des entretiens, se placent sous le sceau de l’imprévisible. Les méthodes de l’anthropologie et de l’ethnologie se basent et se concentrent sur l’immersion ethnographique dans un contexte, sur un terrain et au cœur de l’expérience de celles et ceux qui y vivent. Les échanges interpersonnels ont une part immense dans l’expérience de la recherche, qui échappe à toute tentative de calendrier et c’est même ce qui surgit de l’inattendu qui bien souvent définit les problématiques et oriente les analyses.

Dans un autre champ, celui des études de traductologie, Elizaveta Getta s’intéresse à l’importance croissante qu’y prennent les archives. Les archives personnelles, les dédicaces, indications relatives au traducteur dans des éditions anciennes, etc., sont autant d’éléments primordiaux qui permettent d’éclairer les œuvres et le travail du traducteur sous différentes facettes. L’inattendu et l’intuition du chercheur y ont aussi toute leur place, même hors crise. Elizaveta Getta souligne par exemple l’absence de mention des traducteurs dans les bases de données en ligne, ce qui rend primordial le travail sur les sources elles-mêmes. L’importance de suivre une intuition, même lorsque celle-ci se révèle finalement fausse, reste particulièrement sensible et les surprises font aussi partie des joies du travail en archives. Ainsi, même si toutes les difficultés d’accès aux ressources et de mise en ligne des données étaient résolues, et qu’une majorité des collections étaient numérisées, une grande part d’imprévisible resterait incompressible, inhérente à la nature des objets et des sujets étudiés. La subjectivité face à la matière même des livres, des documents, d’une note invisible numériquement, semble rester une donnée fixe. Elizaveta Getta rappelle que si la pandémie a affecté l’accès aux archives, elle a mis en valeur des difficultés inhérentes à la discipline et à la nature même des documents. La fragmentation des fonds, l’accumulation de matière non inventoriée (notes personnelles, fonds familiaaux…), la faible part de documents numérisés sont autant d’enjeux qui préexistaient à la crise sanitaire mais dont l’importance s’est accrue. Les limites mises en évidence par l’accès empêché aux sources et aux lieux de conservation accentue aussi les inégalités entre les différents fonds, les politiques d’accès n’étant pas uniformisées entre les pays et entre les institutions. Pour Elivazeta Getta, le moment semble idéal et urgent pour repenser les termes actuels du Règlement général sur la protection des données, en particulier pour les recherches s’intéressant à des archives de personnes vivantes ou régies par leurs descendants.

Ainsi, la pandémie semble avoir accentué des questions inhérentes au travail de la recherche en sciences humaines et sociales. Si les jeunes chercheurs sont confrontés de manière particulièrement saillante à des problématiques matérielles, financières, relationnelles et organisationnelles, l’atelier a néanmoins prouvé la créativité et l’adaptation dont ils ont fait preuve. Cette journée a également mis en évidence à quel point les modalités méthodologiques et de terrain peuvent impacter l’approche théorique et intellectuelle d’un sujet, et a pu aussi faire surgir des hypothèses originales. Falk Bretschneider soulève l’hypothèse suivante : à quoi ressemblerait une recherche sans terrain ? Cette hypothèse permet d’imaginer un retrait provisoire de l’empirisme : le travail de la recherche ne se résume pas aux faits, il y a aussi une grande part d’imagination, d’idées personnelles ou d’intuitions sensibles. Ce moment d’incertitude vécue offre donc la possibilité d’un exercice de pensée pour les chercheurs : se soustraire à l’empirique et au factuel pour mettre en évidence dans leurs travaux la part relevant directement de l’imagination et des idées, d’un rapport sensible et singulier à son étude.



Citer ce billet
Claire Madl (2021, 29 juin). Les sciences humaines et sociales face à l’imprévu. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi9c