L’enseignement supérieur et la recherche en Slovaquie : témoins et acteurs des transformations du pays depuis 1989

Compte rendu de la table ronde organisée le jeudi 15 avril 2021, par l’ambassade de France en Slovaquie et le CEFRES, animée par Jérôme Heurtaux (CEFRES) et introduite par Christophe Léonzi, ambassadeur de France en Slovaquie et Claire Madl (CEFRES), avec la participation d’Étienne Boisserie (INALCO, Paris), Adam Hudek (Académie tchèque des sciences – SAV, Bratislava), Dagmar Kusá Bratislava International School of Liberal Arts (BISLA) (BISLA) et Peter Terem (Université Matej Bel, Banská Bystrica).

par Fanny Garel, stagiaire au CEFRES

En introduction à la table ronde, Christophe Léonzi rappelle l’importance de la coopération universitaire dans le cadre des relations entre la France et l’Europe centrale. Les universités et le monde de la recherche sont autant de capteurs sensibles de la force de l’État de droit dans cette région. La question des libertés académiques et du destin des universités anime le débat d’idée et la vie intellectuelle et a suscité à plusieurs reprises des manifestations revendicatives : en Slovaquie avec les activités de Miroslav Kusý et de la Charte 77, mais aussi lors des manifestations étudiantes de 1989 et, plus récemment, en 2018. Aussi bien l’université et les centres de recherche que les think-tanks et le monde associatif se saisissent activement de la question des libertés académiques. Moteur du développement économique du pays, la recherche est largement dépendante de l’importance accordée par le gouvernement à l’investissement en matière de recherche publique et privée. Bien que la Slovaquie dispose d’universités dynamiques, cet investissement n’est pas toujours priorisé, si on le compare par exemple avec celui du voisin tchèque, alors qu’il contribue directement au développement économique et à la capacité d’innovation du pays. La situation des universités est également liée à l’ouverture du pays à l’international.  Désormais au cœur de l’espace européen de la recherche, la Slovaquie souffre de la « fuite de ses cerveaux », en particulier vers la République tchèque, ce qui rend la question de l’investissement d’autant plus sensible. La coopération universitaire, c’est aussi un moyen privilégié de créer des liens pour l’avenir et de contribuer à la formation d’une identité européenne grâce au programme Erasmus, qui représentent 25 % du plan national de résilience et de relance de la République slovaque. C’est par la recherche, le débat d’idée et la coopération universitaire que l’on affermira une Europe intégrée, unie et capable de maintenir ses valeurs et ses libertés dans un monde particulièrement troublé.

Claire Madl souligne ensuite l’importance que revêt, pour un centre de recherche à l’étranger comme le CEFRES, de mener une réflexion sur les méthodes, les pratiques et les implications politiques et sociales de la recherche. C’est notamment le cas dans le cadre de la formation des jeunes chercheurs et de la mise en réseau des pays de Visegrad avec la France en matière de recherche. Depuis trente ans, le CEFRES établit des partenariats très étroits avec des institutions universitaires et de recherche aux systèmes parfois différents, ce qui suscite une réflexion comparative et critique. Les coopérations du CEFRES avec la Slovaquie peuvent sembler assez discrètes parce que la présence de chercheurs slovaques passe bien souvent par des affiliations à des universités autres que slovaques, en particulier tchèques et françaises.

Jérôme Heurtaux souligne l’intérêt de discuter des transformations très rapides et considérables qui affectent l’univers académique en France, dans les pays de Visegrad et dans l’ensemble de l’Europe, en particulier autour de la question de l’autonomie de la recherche et de la liberté intellectuelle. Il souligne la particularité de la Slovaquie qui entretient des liens très étroits avec tous les pays du groupe de Visegrad, notamment avec la République tchèque. Les évolutions que la Slovaquie connaît reflètent celles de l’ensemble de l’Europe en matière d’enseignement supérieur et de recherche, en particulier pour les sciences humaines et sociales. Il rappelle ensuite les conséquences du retour des libertés académiques en Slovaquie en 1989. Celui-ci a permis une réorganisation institutionnelle du monde académique, l’ouverture à de nouvelles méthodes et problématiques et à de nouveaux terrains de recherche, ainsi qu’un accès facilité aux mobilités et coopérations internationales, sans doute favorisé par l’entrée de la Slovaquie dans l’Union européenne en 2004 et par son insertion dans un espace européen de la recherche en voie de formation. L’ensemble du monde académique en Europe a connu des transformations structurelles majeures qui ont pu susciter des inquiétudes, voire une véritable résistance dans un certain nombre de pays, parmi lesquels figure la France. La stratégie de Lisbonne a valorisé de nouvelles notions néolibérale (compétition, compétitivité, utilité sociale, management…) qui ont affecté l’ensemble des milieux académiques européens y compris en Europe centrale.

Les grandes évolutions qui ont marqué le monde académique slovaque depuis 1989

Peter Terem expose ensuite les grandes transformations qui ont marqué le monde académique slovaque depuis 1989, abordant la question des libertés académiques, de l’internationalisation, de la numérisation et enfin de l’impact de la politique sur l’enseignement, les sciences et la recherche. Les outils du soft power, tels les sciences et la recherche, l’enseignement et la culture, sont essentiels au développement d’une société compétitive, inclusive et durable. Leur rôle est tout aussi important pour un petit pays comme la Slovaquie, qui souhaite lui aussi garantir aux investisseurs étrangers la stabilité politique, mais assurer aussi un système d’enseignement de qualité et une infrastructure scientifique et de recherche.

En 1989, la Slovaquie a connu une transformation économique et politique volontariste et radicale, d’une économie centralisée vers une économie ouverte, qui a accentué la sous-estimation du rôle de la science et de la recherche au profit de la production et du secteur bancaire. À la même époque, les pays plus développés étaient déjà conscients de l’importance du rôle des compétences et de la connaissance – ils ont d’ailleurs maintenu leur avantage aujourd’hui. Avec de faibles ressources naturelles, la Slovaquie devrait donc investir en priorité dans les ressources humaines et les technologies ; or ce n’est pas le cas. Les dépenses slovaques en matière de recherche ne représentaient que 0,3 % du PIB entre 2005 et 2009, puis 0,9 % en 2019, contre une moyenne de 2,45 % dans l’OCDE, et d’1,6 % dans les pays de Visegrad. Les données statistiques disponibles montrent que la Slovaquie a peu d’espoir de rattraper ce retard. L’enseignement, la science et la recherche souffrent d’un sous-financement sensible et demeurent à la marge des intérêts de chacun des gouvernements successifs, ce qui met en danger leur qualité. Malgré la transformation des modes d’évaluation des universités et des institutions de la recherche, la lourdeur de leur gestion bureaucratique étouffe les initiatives progressistes. Peu de discussions alertent les autorités compétentes et l’opinion publique sur l’importance de la recherche et de l’enseignement dans la société. L’adhésion de la Slovaquie à l’UE lui ménage un accès à beaucoup d’opportunités et a eu un impact positif sur le financement mais aussi sur le fonctionnement de la recherche et de l’enseignement. Il est désormais possible de participer aux partenariats et aux projets internationaux. Ces opportunités restent néanmoins sous-exploitées. De même, l’État n’apporte pas son soutien au développement de l’attractivité internationale. On ne peut se satisfaire de la transformation de connaissances déjà acquises ou puisées ailleurs ; il faut désormais produire en Slovaquie des connaissances fondamentales.

Revenant sur le peu de soutien accordé par les gouvernements en réponse aux besoins de la communauté académique, Jérôme Heurtaux souligne que ce trait est contradictoire avec l’engagement des chercheurs dans la vie politique, nombre d’entre eux, en Europe centrale et ailleurs, ayant pris des positions de pouvoir à un moment donné de l’histoire récente.

Peter Terem trouve les racines historiques du problème de la sous-estimation de la recherche et de l’enseignement dans le fait que la société slovaque ait été depuis toujours majoritairement rurale, et que l’urbanisation y ait été beaucoup plus lente qu’en République tchèque et ailleurs. Ce facteur demeure cependant important pour la manière dont la société estime la science et de la recherche. En Slovaquie, les arts et métiers semblent à beaucoup prioritaires. Les villes s’étant développées grâce aux populations allemandes et hongroises, ce n’est qu’après 1918 qu’une intelligentsia slovaque commença à se constituer. Au sein de la Tchécoslovaquie, faute de personnel compétent, la Slovaquie fit appel à des fonctionnaires tchèques. Plus tard, le parti communiste plaça au centre de son intérêt les ouvriers et les agriculteurs, maintenant dans la marginalité les professions intellectuelles peu nombreuses, et investissant principalement dans les sciences naturelles et techniques. Ainsi la science et la recherche étaient-elles des questions marginales, n’apportant pas de capital politique à leurs défenseurs – l’attribution du ministère de l’Éducation nationale fut d’ailleurs longtemps utilisé comme une sanction. Aujourd’hui encore, en Slovaquie, comme dans les pays qui investissent davantage dans la science, les sciences sociales et humaines demeurent les moins bien dotées. En France, le monde académique réagit de manière très sensible à tous les changements dans les paradigmes de la science et de la recherche. Cela devrait être une source d’inspiration pour les chercheurs slovaques. L’absence de réaction radicale, de grève notamment, est une spécificité slovaque. Il y a donc des marges de perfectionnement pour affirmer la valeur et l’importance de l’enseignement, de la science et de la recherche en Slovaquie.

Michal Kšiňan (Académie slovaque des sciences) souligne, à l’adresse de Peter Terem, le caractère contradictoire d’une vision où les investissements sont l’unique moyen de développement économique, avec les valeurs d’une pensée économique alternative cultivées par les sciences humaines. Peter Terem acquiesce et note l’enjeu actuel de la diffusion auprès d’un large public des connaissances de base des sciences politiques.

L’Académie slovaque des sciences depuis la chute du communisme et la scission de la Tchécoslovaquie

Adam Hudek présente l’Académie slovaque des sciences (SAV), la principale institution slovaque de recherche sans vocation pédagogique comptant aujourd’hui cinquante centres couvrant les différentes disciplines. Créée en 1953, elle était au départ une branche autonome de l’Académie tchécoslovaque des sciences, institution de modèle soviétique, dont l’objectif était la centralisation de la recherche de pointe.  Depuis 1989, l’Académie s’est ouverte sur le monde, devenant partenaire de projets internationaux et obtenant des financements extrabudgétaires venus de l’étranger. La SAV fut sommée de s’adapter à l’économie de marché, tandis que les nouvelles élites politiques de la Slovaquie désormais indépendante, portent nettement moins d’attention à la recherche que ne le faisaient les élites communistes, qui y consacraient 4 % du PIB slovaque. L’injonction à l’efficacité s’exerce désormais sur un personnel réduit de moitié (3000 pour 6000 en 1990).

Si le problème du financement est important, il n’est pas le seul. Il est en effet devenu très difficile de fixer des priorités à long terme dans le domaine de la science, le budget de l’Académie fonctionnant de façon strictement annuelle. Les possibilités d’obtenir des financements extra-budgétaires étant cruciales pour sa survie, la SAV a très rapidement cherché à se positionner à l’étranger, notamment après la scission de la Tchécoslovaquie en 1993 puis à l’adhésion à l’UE en 2004. Si cette stratégie a remporté un franc succès dans les sciences techniques et naturelles, il n’en est pas de même pour les sciences humaines et sociales (SHS). En effet, les projets demeurant souvent nationaux, les chercheurs sollicitent des subventions de sources nationales ou venant des pays du V4. L’Allemagne est en outre devenue le partenaire principal de la Slovaquie, grâce à son intérêt pour l’Europe centrale et à son réseau d’instituts de recherche. Malgré la présence de la Slovaquie dans les grands schémas européens de subventions, les SHS sont très critiquées pour leur incapacité à bien se positionner sur la scène internationale, demeurant dans l’ombre des voisins hongrois et polonais notamment. Il faut être suffisamment innovant et sortir du contexte régional, malgré cette précarité qui empêche la Slovaquie d’être un partenaire fiable à l’international. C’est donc à titre personnel et non institutionnel, que les chercheurs sont souvent partenaires de projets internationaux, comme on le voit à l’Institut d’histoire.

Adam Hudek revient ensuite sur une comparaison entre la recherche en Pologne, en Hongrie et en Slovaquie. Les sciences hongroises et polonaises lui semblent bien plus fortes pour des raisons historiques, et parce qu’elles forment des cohortes d’étudiants et doctorants plus nombreuses, maintenant ainsi une certaine concurrence lors des recrutements. La SAV n’ayant que peu d’instituts anciens, sa visibilité est aussi bien moindre. Il n’est pas sûr néanmoins que l’intérêt dont bénéficie actuellement la Hongrie à cause du populisme de Victor Orban, soit bien enviable.

 Le contenu des recherches en Slovaquie et sur la Slovaquie depuis 1989

Étienne Boisserie présente les transformations de l’historiographie slovaque durant ces trente dernières années. Dans la seconde moitié des années 1990, une lutte très intense autour du récit national et de la relation tchéco-slovaque émergea, marquée par une forte politisation de la science historique. L’institut d’histoire de la SAV fut ainsi accusé de diffuser des travaux anti-slovaques, marqués par le tchécoslovaquisme et/ou le bolchevisme. L’Académie se trouva ainsi au centre d’un jeu d’influences et soumise à des tentatives de contrôle du récit national, alors que des institutions concurrentes étaient très valorisées. En s’estompant progressivement, ce conflit historiographique a accompagné l’alternance politique, et a fait surgir de nouvelles interrogations sur les grands paradigmes de l’histoire slovaque. Cette génération de chercheurs réalisa un grand travail méthodologique voire épistémologique entre le milieu des années 1990 et le milieu des années 2000, ébauchant une transformation thématique de l’historiographie. Depuis la fin des années 2000, les objets et les outils d’analyse se sont considérablement diversifiés, bénéficiant d’une meilleure circulation internationale, de plus grandes opportunités d’échange, mais aussi de l’émergence d’une nouvelle génération plus détachée que ses maîtres des grands paradigmes historiographiques de la fin de la période tchécoslovaque. Des travaux très importants ont ainsi été publiés en histoire culturelle, en histoire sociale, en particulier sur l’histoire des femmes, ou encore sur les rituels politiques et sociaux. Les grandes figures nationales sont examinées à nouveaux frais et grâce à de nouvelles équipes. Des ouvrages mènent une réflexion sur les axes structurants de l’histoire slovaque, prenant désormais leurs distances par rapport au cadre politique, mais assimilant une histoire locale renouvelée. Depuis la deuxième moitié des années 2000, paraissent des travaux conçus à l’échelle de la longue durée, notamment pour les périodes moderne et contemporaine. Ces ouvrages fonctionnent comme un passage de relai entre une génération qui a porté l’historiographie de la fin de la période communiste jusqu’au début des années 2000 et ses étudiants. Ce genre d’ouvrages, particulièrement visibles dans l’espace public et bien distribués permet à l’Académie de diffuser largement de nouvelles approches et méthodologies, souvent pluridisciplinaires ou interdisciplinaires, et de renouveler l’historiographie slovaque aussi bien sur le fond que sur la forme. Enfin, ces dernières années, des travaux à ambition biographique de très bonne qualité ont vu le jour, soumettant des figures importantes du panthéon national à la critique et à la déconstruction. Ils témoignent eux-aussi des transformations méthodologiques enregistrée par l’historiographie durant ces trente années et d’une capacité d’analyse accrue.

Etienne Boisserie ajoute que le paysage académique et universitaire slovaque récent demeure un objet étrange aux yeux d’un personnel politique souvent sans formation académique et qui ne peut être comparé à ce qui existe en Pologne, en Hongrie, ou en Autriche par exemple. Le paradoxe entre le dynamisme de l’historiographie et les pesanteurs administratives ou le sous-financement s’explique sans doute par ce que l’histoire est une science peu coûteuse. Le problème central demeure néanmoins la capacité de ces chercheurs à s’insérer de manière institutionnelle et forte, avec ces types de sujets. De même, la valorisation des nouvelles thématiques et la diffusion des travaux restent difficiles. Un outil de diffusion tel le Forum Historiae, demeure limité. La question de la visibilité ne résout pas tout mais elle est importante pour poser la recherche slovaque au sein de la société de son pays.

Introduction à l’actualité du monde académique slovaque : les fins et les moyens de la recherche publique, la pertinence des réformes de l’enseignement supérieur et la question des libertés académiques

Dagmar Kusá dresse un état des lieux du monde académique slovaque actuel et des difficultés qu’il peut rencontrer. Les départements de sciences politiques sont apparus en Slovaquie après 1989, pour l’un d’entre eux grâce à l’initiative de Miroslav Kusý, son père. Ils reflétaient la situation du pays dans les années 1990, notamment la pensée néolibérale. Tandis que la science politique slovaque des années quatre-vingt-dix était focalisée sur le pays, sur sa position géopolitique et sa culture politique ou encore sur la question des élites politiques, les points de vue sont aujourd’hui moins étroits grâce aux contacts établis avec l’étranger.

La science politique souffre néanmoins d’une certaine fragmentation qui freine aussi bien les collaborations que la compétitivité. Aucune revue n’est référencée à l’international. La politologie est également concernée par la fuite des cerveaux – certains étudiants se rendent en France, par exemple, et n’en reviennent pas. Le potentiel intellectuel des institutions slovaques se trouve ainsi limité, les maintenant dans une routine soustraite aux défis et à la concurrence, dans une culture facile de l’inactivité. Les contributions nationales à la recherche étant très basses et compliquées par des procédures bureaucratiques, elles sont consacrées aux frais de fonctionnement. Ainsi, plus de 50 % des chercheurs dépendent de projets internationaux, bien que la Slovaquie se montre incapable d’absorber les ressources qui proviennent des schémas européens (Horizon 2020 par exemple), et obtienne ainsi beaucoup moins de co-financements que les autres pays. De même, les procédures d’évaluation créent l’amalgame entre la recherche et les activités pédagogiques, au détriment de ces dernières puisqu’un enseignant chercheur est évalué uniquement en fonction du nombre d’articles scientifiques qu’il publie. Cette politique a l’effet pervers de pousser les chercheurs à publier dans des revues médiocres, pratiquant la citation mutuelle sans égard à la qualité de leur recherche.

Les critiques de Madame Kusá visent aussi le projet de loi sur les établissements d’enseignement supérieur de Slovaquie, qui propose d’accorder plus de compétences aux recteurs mais aussi aux conseils d’administrations des universités, ainsi que de fusionner certaines universités à la seule fin qu’atteignant une masse critique d’enseignants-chercheurs, elles parviennent à figurer dans les classements mondiaux. Un plan de relance, disposant d’un volet enseignement supérieur, vise à juguler la fuite des cerveaux. Dagmar Kusá concède que ces réformes ne sont pas sans éléments positifs, mais elle dénonce les risques d’ingérences politiques qu’elles comportent, la Hongrie constituant l’exemple repoussoir en la matière.

Jérôme Heurtaux revient sur l’évaluation par les pairs, soulignant que l’évaluation continue de la recherche, la hiérarchisation des revues, le contrôle établi sur l’ensemble des productions, n’ont de sens que s’ils ont pour objectif la qualité de la recherche. On serait parfois enclin à revendiquer, non pas un repli national, mais une autonomie dans la manière dont on évalue une recherche, en insistant plutôt sur les questions qualitatives que sur les résultats quantitatifs. Dagmar Kusá revient en outre sur la nécessité d’une évaluation du travail pédagogique des universités. Lorsqu’ils existent, les outils d’évaluation fixés par les instances européennes se focalisent sur les compétences des jeunes diplômés, une fois leur diplôme obtenu. Le projet de réforme slovaque ne reprend aucune de ces recommandations de l’Union mais semble se focaliser sur le rendement et le profit, et non sur la qualité de l’enseignement, ses performances et son ouverture.

            Jérôme Heurtaux aborde ensuite la question de l’européanisation des procédures d’évaluation, telles que les mettent en place les réformes des différents systèmes d’enseignement supérieur. Si elles sont généralement mal perçues par la communauté académique, c’est qu’elles importent des logiques issues du secteur privé (indices, approches quantitatives, hiérarchisation, compétition) qui, certes, entraînent une émulation, mais ont aussi des effets délétères sur la cohésion et la solidarité, deux valeurs indispensables aux libertés académiques. La République tchèque connait une évolution similaire. Les laboratoires et les chercheurs ont des ressources et des salaires modérés pour ne pas dire faibles, qu’ils peuvent accroître grâce à leurs succès sur la scène européenne et en fonction de leur capacité à publier dans des revues internationales, ce qui produit de grandes inégalités et des biais dans le travail des laboratoires. En France, une partie de la communauté universitaire critique ces évolutions. Ces débats ont tout intérêt à être pensés ensemble, de part et d’autre de la « frontière » entre l’Europe occidentale et l’Europe dite post-communiste, puisque les intérêts et les perspectives ne peuvent être que partagés et que l’objectif de tous est au final la qualité de l’enseignement et de la recherche.