Samuel Hayat, Quand la république était révolutionnaire

Une lecture du livre de Samuel Hayat, Quand la république était révolutionnaire. Citoyenneté et représentation en 1848. Seuil, 2014

Un compte rendu par Hana Fořtová, Filosofický ústav AV ČR (Institut de philosophie, Académie tchèque des sciences)

Samuel Hayat, chercheur et enseignant à l’Université Paris-VIII Saint-Denis, est spécialiste des questions liées à la représentation politique et au mouvement ouvrier français. L’ouvrage ici présenté est issu de la thèse de doctorat en science politique qu’il a soutenue en 2011. Tout en se référant à l’historiographie existante, l’auteur se démarque de la littérature abondante consacrée à la révolution de 1848 en France et à la Deuxième république par plusieurs points. Tout d’abord, ses analyses se concentrent sur la situation à Paris et sur une période bien délimitée et brève, allant de la chute de la monarchie de Juillet en février 1848 à l’insurrection de juin 1848 violemment reprimée. Deuxièment, Samuel Hayat laisse dans sa recherche délibérément de côté les écrits théoriques de l’époque, et plus généralement toute « discussion de type philosophique », au profit des discours et controverses du moment, tels qu’on les trouve dans des pamphlets, des brochures, des affiches, des pétitions, etc. Troisièment, et nous arrivons ici au sujet proprement dit de l’ouvrage, l’auteur veut saisir « ce que pouvait signifier l’idée de République pour les révolutionnaires de 1848 » (p. 12). Il s’agit donc de comprendre comment les acteurs même de la Révolution percevaient la notion de république « comme promesse d’un règne du peuple, et de comprendre le processus de son occultation » (p. 12). Car, d’après l’auteur, « la République, devenue aujourd’hui en France le mot fétiche des défenseurs de l’ordre, n’a plus de sens propre » (p. 11). Pour retrouver la signification de la notion de « république » avec ses potentialités émancipatrices, l’auteur fait revivre les débats et les controverses qui ont investi cette notion au moment crucial de la révolution de 1848 où la république, ce règne du peuple, était comprise par une partie de ses acteurs comme un projet révolutionnaire. 

Ainsi trouve-t-on au cœur de ces analyses la « république », une des notions clés de la philosophie politique contemporaine à l’heure du renouveau du républicanisme et de l’humanisme civique auquel on assiste depuis les années 1970. D’une certaine façon, c’est ainsi le sens original et romain du concept de res publica, que l’auteur reprend, à savoir le fait que des tensions, des conflits et des litiges sont intrinsèquement liés au concept de république, et que, précisément, la cité (aussi bien la cité romaine que la République française) se construit et prend sont sens à travers les discussions et les controverses qu’elle suscite. Cela étant, la république implique toujours une pluralité irréductible des acteurs. Pour la Révolution de 1848, Samuel Hayat en distingue quatre : le Gouvernement provisoire instauré dès la fin Février en vue des élections, la Garde nationale, la Commission du gouverment pour les travailleurs, dite Commission du Luxembourg, dont le but déclaré est « de réfléchir aux moyens de transformer les rapports sociaux pour permettre la disparition de la misère » (p. 89), et finalement les clubs et les journaux dont le foisonnement est inédit. Toutes ces institutions sont censées représenter les citoyens et incarnent ainsi « le règne du peuple ». Or, elles sont vues d’une façon très différente par les deux camps que l’auteur distingue, à savoir celui des républicains modérés et celui des « républicains avancés ». Hayat caractérise ces deux courants par leur conception inclusive ou exclusive de la représentation. Il souligne le fait que la rupture passe désormais à l’intérieur de la même famille politique : les deux camps se mettent d’accord sur le but, à savoir le régime républicain, et son expression fondamentale : le règne du peuple. Or, le contenu de cette expression diffère profondément, comme le montre clairement le sens que les deux camps donnent à ces quatre acteurs principaux. Tandis que les républicains modérés comprennent le Gouvernement provisoire comme une simple administration transitoire, censée préparer les élections, rétablir l’ordre et conserver la propriété, les républicains avancés y voient une autorité révolutionnaire qui devrait faire advenir le règne du peuple, c’est-à-dire un système défendant les intérêts de la classe la plus nombreuse et en même temps la plus pauvre de la nation. La Garde nationale, ouverte désormais à toute la population masculine (en réalité un tiers des ouvriers les plus pauvres n’en feront jamais partie) est considérée par les républicains modérés comme un outil du maintien de l’ordre tandis que les révolutionnaires interprètent le port d’une arme comme l’expression de la citoyenneté comprise dans son sens classique, on pourrait dire « romain » ou « machiavélien ». Les républicains se divisent aussi à propos du rôle de la Commission de Luxembourg, une institution inédite. Les républicains modérés n’y acquiescent qu’à la condition d’en faire un simple lieu de discussion doctrinale, tandis que pour les révolutionnaires, il s’agit non seulement d’un « espace autonome de résolution des conflits » mais aussi « d’une direction centralisée pour la participation politique des ouvriers en tant que classe » (p. 147). Ansi, aux yeux de ces hommes, le but de la Commission dépasse la tenue des élections et permet de jeter les bases d’une organisation pérenne des ouvriers. Enfin, les clubs et les journaux parisiens sont regardés soit comme un simple lieu de discussion (par les républicains modérés), soit comme un lieu d’action collective (par les républicains avancés) ayant un impact réel sur l’organisation et le déroulement des élections.

De cette façon, l’auteur dégage deux conceptions opposées qui se réclament toutes les deux du « règne du peuple » et prétendent incarner véritablement l’idée de la république. Pour les républicains modérés, le peuple est souverain mais, par les élections, il choisit ses représentants et ce sont eux désormais qui délibèrent, prennent des décisions et incarnent la république. Ainsi la révolution se résume-t-elle dans l’acte électoral. Le simple fait que les élections se déroulent au suffrage universel assure que le régime républicain soit juste et égal ; il n’y a que les dates de l’adoption du suffrage universel et des élections qu’il faille retenir pour comprendre le sens de la république. Or, pour les révolutionnaires, le peuple doit demeurer souverain et sa volonté s’exprime à travers différents acteurs, les représentants issus des élections générales n’étant que certains parmi d’autres. Pour que le régime demeure républicain, vrai et juste, il doit assurer, non pas uniquement l’égalité dans l’acte électoral, mais l’égalité sociale. Cette conception permet au final de s’opposer à la volonté de l’Assemblée constituante, ou même d’aller contre ses décisions, si ces dernières ne servent pas les intérêts du peuple, c’est-à-dire la transformation égalitaire de la société. L’auteur montre l’affrontement de ces deux positions dans les trois chapitres consécutifs qui, à partir des trois manifestations du 17 mars, du 16 avril et du 15 mai, décrivent le déroulement d’une journée decisive pour le sort de la république et avant tout pour le sort de cette autre république, demeurée au stade de possibilité, qu’était la république révolutionnaire. En examinant de façon précise trois évènements concrets, l’auteur poursuit essentiellement deux buts. Le développement de ces journées avec les discours qui les accompagnent lui permet de montrer que la cause de la république, telle que l’entendaient les révolutionnaires, s’estompa peu à peu au cours du printemps et que la suppression des libertés commença bien avant le massacre de juin 1848. Plus encore, l’auteur nous offre une interprétation du républicanisme au prisme de l’idée de république démocratique et sociale ou républicanisme inclusif, pluriel et social.

Dans la Conclusion, nous lisons : « Les journées du 23 au 26 juin 1848 constituent une rupture dans l’histoire de l’idée de République au XIXsiècle. Elles ne sont pas simplement l’occasion d’une victoire militaire d’un camp sur un autre, au cours d’une guerre civile qui ne serait finalement qu’un affrontement partisan continué par d’autres moyens. Elles marquent l’évènement fondateur de la République comme règne de l’élection, et parallèlement le refoulement, voire la forclusion d’une certaine interprétation de la République. » (p. 335-336) Par conséquent ,le sens des évènements dépasse la seule année 1848. Grâce à cette république « possible », jamais réalisée mais pensée, discutée et disputée tout au long du printemps 1848, nous sommes capables de saisir le sens de la république tout court, de ce que peut signifier le règne du peuple. C’est en cela que je vois le grand mérite de l’ouvrage, et aussi son actualité. C’est précisément cette nécessité d’inclure dans la notion de république ce contenu « révolutionnaire », qui dépasse largement le seul acte électoral, que l’auteur souligne dans la Conclusion. Ainsi, à part les analyses minutieuses et convaincantes des événements du printemps 1848 à travers les prises de positions concrètes de ses acteurs, l’étude nous dévoile une expérience de la citoyenneté, un rapport riche et pluriel entre la société et l’État, cette « tradition des vaincus » (p. 349) qui nous permet de comprendre la république comme « chose du peuple » qui est aussi notre « chose » dans le monde d’aujourd’hui.



Citer ce billet
Claire Madl (2020, 7 septembre). Samuel Hayat, Quand la république était révolutionnaire. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi96