Seminaire historique franco-tcheque

Les conflits de dénomination: « révolution » et « guerre civile » en Grèce

Compte-rendu de la conférence donnée par Maria Kokkinou, post-doctorante au CEFRES, dans le cadre du Séminaire historique franco-tchèque de la Faculté des lettres de l’Université Charles de Prague, le 27 février 2020

Un compte rendu par Étienne Coudrais, stagiaire au CEFRES

En 2019-2020, le thème du séminaire historique franco-tchèque, que soutient le CEFRES, portait sur « révoltes et révolutions ». Maria Kokkinou, post-doctorante au CEFRES et spécialiste des migrations grecques, a présenté le 27 février une intervention sur la question de l’événement historique, au sens où l’entend Paul Veyne dans sa leçon inaugurale au Collège de France de 1976, intitulée « L’inventaire des différences » : « certains instants ont des conséquences gigantesques et irréversibles, on appelle ces instants ‘’événements’’ au sens que ce mot a dans les journaux et chez les historiens traditionalistes ». Elle a en particulier traité de la Guerre Civile grecque (1946-1949), sujet de sa thèse de doctorat, qu’elle a analysé sous l’angle d’une « révolution perdue ».

Dans un premier temps, la chercheuse a apporté un éclairage général sur la guerre civile grecque, en expliquant que la production de réfugiés lors de ce conflit peut notamment s’expliquer par le caractère multidimensionnel de ce dernier. À travers les affrontements entre les forces communistes nationales et les forces de l’État grec secouru par les alliés, on peut voir un conflit profondément inscrit dans le modèle de conflit de la Guerre Froide, notamment en raison des soutiens internationaux de chacun des camps.

Afin de démontrer cette thèse, Maria Kokkinou a retracé l’histoire de l’émergence de cette guerre civile  et de ses enjeux, ainsi que les trajectoires des réfugiés de ce conflit. La Guerre civile, soutient Maria Kokkinou, ne fut que le point culminant d’une violence généralisée qu’aucun des adversaires n’avait cependant ni sciemment initiée, ni organisée à l’avance. Mais elle a cristallisé dans la violence des visions et des aspirations qui se sont formées lors de la période de l’Occupation et qui se sont manifestées après la Seconde Guerre mondiale dans différentes classes sociales.

La Grèce a été marquée par une triple occupation durant la Seconde Guerre mondiale (allemande, italienne et bulgare) qui la divisa en trois zones. La formation d’un réseau de résistance, qui au fil du temps articula un discours patriotique et communiste, fut plus qu’ailleurs un élément marquant dans la trajectoire du pays. Ainsi s’est formé le Front national de libération (EAM), ainsi qu’en 1942, sous sa tutelle, l’Armée populaire de libération nationale grecque (ELAS), tous deux placés sous l’autorité du Parti communiste grec.

Bien que ces groupes de résistants aient eu une ligne politique de gauche ou communiste, ils avaient reçu le soutien matériel de la Grande-Bretagne lors de l’Occupation. Après la guerre, à la Libération de la Grèce, ils s’opposèrent au retour au statu quo ante bellum politique et au retour du roi George II, que les alliés soutenaient. Or, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le général anglais Ronald Scobie, devenu chef des mouvements de résistance dans tout le pays, demanda le désarmement du mouvement ELAS. Les manifestations de protestation contre cette demande furent très violemment réprimées. Dès lors, l’ELAS fut considéré comme un ennemi.

L’année 1946 fut marquée par l’organisation d’élections. Or, l’EAM, dénonçant le caractère non démocratique de ces dernières, s’en est retiré, permettant ainsi au Parti populaire, d’obédience de droite, de l’emporter et de préparer, entre autres, le retour au pouvoir du roi George II.

Maria Kokkinou a ainsi insisté sur l’essor du discours anti-communiste pendant et après la guerre civile. Des peines d’emprisonnement puis de déportation furent prononcées, entrainant de grandes vagues d’immigration de partisans communistes. On dénombre entre 30 000 et 60 000 déportés, ce qui permet de considérer cet événement comme une révolution ayant échoué.

Ainsi, par son intervention, Maria Kokkinou a apporté au séminaire un éclairage nouveau sur le champ des possibles d’une révolution. Le cas de la Guerre Civile grecque se distingue, tant par son dénouement tragique, que par l’émigration qu’elle a engendrée, notamment vers les pays du bloc de l’Est.