Patrick Boucheron – La trace et l’aura

Patrick Boucheron: La Trace et l’aura. Vies posthumes d’Ambroise de Milan (IVe-XVIe siècle), Paris : Seuil (L’Univers historique), 2019, 544 p.

un compte rendu par Arthur Pérodeau (doctorant FF UK / EHESS)

Si Patrick Boucheron attend la fin de l’ouvrage pour dévoiler au lecteur trop peu familiarisé avec ses travaux le sens du titre, tâchons de dissiper dès à présent toute incertitude. La Trace et l’aura est une référence à l’œuvre de Walter Benjamin, et particulièrement au bref extrait du Livre des passages que voici : « La trace est l’apparition d’une proximité, quelque lointain que puisse être ce qui l’a laissée. L’aura est l’apparition d’un lointain, quelque proche que puisse être ce qui l’évoque. Avec la trace, nous nous emparons de la chose ; avec l’aura, c’est elle qui se rend maîtresse de nous »[1]. L’auteur livre une explication rapide de ce choix en moins de deux pages, et indique en note les textes qu’il a consacrés à cette citation et où il expose en quoi elle éclaire selon lui le sens du travail de l’historien, laissant le soin à qui voudrait approfondir le sujet d’aller les consulter[2]. On peut en effet se souvenir d’Ambroise de deux manières. L’une est celle de saint Augustin qui, fasciné, le décrit absorbé dans ses lectures silencieuses, scène maintes fois commentée par laquelle nous est transmis le souvenir d’Ambroise. L’autre est celle de l’historien qui suit à rebours les traces léguées par le passé. Autrement dit, l’historien construit une image à partir des sources, plutôt que de laisser à d’autres (la tradition, la légende ou les mémoires manipulées) le soin de lui en imposer une. C’est ainsi que Patrick Boucheron conçoit l’Histoire comme un art de l’émancipation. Dès lors, à l’aune de cette explication, l’ouvrage n’est pas seulement une histoire de la mémoire collective d’Ambroise à Milan, mais aussi une illustration de la méthode historique, une enquête qui vient exemplifier le métier d’historien, tel que le défend l’auteur, qui souligne au passage que tous les livres d’Histoire pourraient s’appeler « La Trace et l’aura ».

On retrouve ici des considérations qui occupent Patrick Boucheron depuis bien des années et qu’avait par exemple illustré son Faire profession d’historien[3]. Une fois achevée la lecture de l’ouvrage, les méditations suscitées par le postscriptum nous feraient presque oublier que le cœur du propos a trait à l’autre grand centre d’intérêt de l’auteur, celui qui l’avait notamment occupé dans Conjurer la peur[4], à savoir l’histoire des pouvoirs et les réflexions sur le politique. Car l’objet de ce livre est avant tout de comprendre comment les Milanais ont pu tout au long du Moyen Âge construire et reconstruire leur identité politique à partir du souvenir de saint Ambroise, Père de l’Église et évêque de Milan à la fin du IVe siècle. On suivra ainsi avec l’auteur l’extension progressive mais continue de la référence à Ambroise, processus qui aboutit à ce que tout à Milan soit défini comme ambrosien : la liturgie, l’Église, l’armée, le peuple, etc. Au fond, l’auteur tente de répondre à la question suivante : comment des identités collectives peuvent-elles se constituer autour de la référence à un nom propre ?

Mais ces Vies posthumes sont plus encore car, si elles ne constituent pas à proprement parler une histoire de saint Ambroise, du Moyen Âge ou de Milan, elles racontent tout cela au détour du propos général. Histoire de saint Ambroise parce qu’en déconstruisant la manière dont chaque époque s’est emparée de cette figure pour lui donner un sens nouveau, Patrick Boucheron cherche à identifier ce qui, dans la vie de l’évêque du IVe siècle, a résisté au temps et à ses manipulations, un précipité que nul n’a pu tordre à sa guise, ce qu’il appelle à la suite de Roland Barthes des « biographèmes », ou morceaux de vie[5]. Parmi ceux qu’il identifie il y a notamment la lutte contre l’empire, pour la liberté de l’Église et contre les hérétiques, trois dimensions de saint Ambroise constamment exhumées au Moyen Âge et qui se concentrent dans un épisode de la vie de l’évêque sur lequel l’auteur s’arrête au chapitre 4. Cet épisode, dit « du conflit des basiliques », se déroule en 386, lorsque l’empereur Théodose exige que l’une des basiliques milanaises soit affectée au culte arien et qu’Ambroise organise la résistance victorieuse à cette injonction venue de Rome. Pour ce faire, il invente des gestes qui, non content de marquer profondément l’histoire de l’Église latine, s’incrusteront dans l’identité ambrosienne de Milan et que ne cesseront de reprendre à leur compte ses héritiers, ceux que l’on appellera les « nouveaux Ambroise ». Il s’agit en particulier de la mobilisation et du réaménagement de l’espace, Ambroise allant jusqu’à inventer, c’est-à-dire exhumer, les reliques des saints martyrs Gervais et Protaise pour sacraliser le lieu de la basilique à défendre.

Pour chercher ce qui chez saint Ambroise résiste au temps, Patrick Boucheron déconstruit les différentes strates de la perpétuelle réinvention de saint Ambroise et retrouve ainsi l’histoire de Milan. En effet, à reconstituer comment successivement les évêques carolingiens, les institutions communales puis les seigneurs de Milan se sont efforcés de s’approprier la figure de saint Ambroise, se dessine en filigrane une histoire politique de la ville. Il ne pouvait en être autrement car les périodes d’affrontement et de bascule entre différents pouvoirs sont autant de moments où est disputée la mémoire de saint Ambroise. Ainsi, la lutte opposant entre le XIIIe et le XVe siècle le Popolo, qui veut préserver les institutions communales, à la seigneurie, qui cherche à les détourner au profit d’un pouvoir personnel et territorial – projet qui aboutira avec le duché de Milan des Visconti – est aussi une lutte pour s’approprier le souvenir de saint Ambroise. Le Popolo, désigné par le terme de « Credenza di Sant’Ambrogio », met en avant la figure de l’évêque défenseur des pauvres, tandis que la progressive captation seigneuriale du souvenir ambrosien s’opère par une militarisation de ce dernier, incarnée notamment par l’émergence de la représentation équestre de saint Ambroise, qui terrasse les ennemis de Milan avec son fouet et donne ainsi la victoire aux Visconti (chapitre 11).

Mais Milan est également l’un des hauts lieux de l’histoire du Moyen Âge en Occident. Capitale d’Empire dans l’Antiquité tardive, elle dispute à Pavie le titre de capitale du royaume d’Italie sous les Carolingiens et est à la tête de la résistance au pouvoir impérial au XIe et au XIIe siècle. Au fil du livre, on parcourt ainsi un long Moyen Âge s’étendant de l’Antiquité tardive à la Renaissance et à la Contre-Réforme. L’histoire de la mémoire milanaise d’Ambroise s’inscrit dans les grandes dynamiques qui traversent l’Occident médiéval et l’on ne peut prétendre comprendre celle-là sans évoquer celles-ci. Par exemple, le conflit opposant les archevêques de la deuxième moitié du XIe siècle aux patarins, ces réformateurs qui dénoncent la simonie et le mariage des prêtres, s’insère dans le contexte plus large de ladite « réforme grégorienne » et de la querelle des Investitures qui opposent le pape et l’empereur (chapitre 8).

Dès lors comment traiter un projet aussi ambitieux sans sacrifier la qualité à la quantité ? Patrick Boucheron est spécialiste de l’histoire du nord de l’Italie à la fin du Moyen Âge et a fait sa thèse sur l’urbanisme et la politique édilitaire à Milan au XIVe et au XVe siècles[6]. Il peut donc, en expert de la Milan tardo-médiévale, s’appuyer sur ses propres analyses pour ce qui concerne la dernière phase de son enquête. Au chapitre un, celle-ci s’ouvre d’ailleurs avec le XVe siècle et l’auteur ne cesse ensuite d’y revenir par des allers-retours fréquents entre la fin du Moyen Âge et les époques antérieures. La Milan des XIVe et XVe siècles lui sert en quelque sorte de plateforme à partir de laquelle il lance des coups de sonde jusqu’au IVe siècle de notre ère, en s’appuyant alors sur une exploration fine de la bibliographie sur ces différentes périodes, mais aussi sur une connaissance de première main des sources de toute nature. D’une certaine manière, par cet ouvrage, Patrick Boucheron offre une réponse au problème de l’hyperspécialisation en Histoire et en sciences sociales, invitant le chercheur à ne jamais perdre de vue son domaine de spécialité, mais à oser envisager à partir de lui d’autres temps ou d’autres lieux à condition de rester scientifiquement rigoureux, de découvrir patiemment la bibliographie et les sources, et d’humblement s’appuyer sur les travaux des spécialistes. Aucun type de sources n’est mis de côté et l’auteur montre bien ce que chacun de ceux-ci peut apporter à l’enquête. La Trace et l’aura est le fruit d’un long travail sur la mémoire collective d’Ambroise à Milan, qui avait notamment fait l’objet du cours de l’auteur pour sa première année au collège de France. Cet ouvrage est donc une synthèse, celle de nombreux travaux relus dans une perspective nouvelle et interprétés aussi à la lumière des recherches en sociologie de la mémoire (on pense notamment à Maurice Halbwachs), ou de l’œuvre de Paul Ricœur.

Ajoutons que le style de Patrick Boucheron redouble le plaisir d’une lecture au demeurant passionnante. On sait tout l’intérêt que l’auteur porte à la thématique de l’écriture de l’Histoire et l’admiration qu’il a pour la plume de Georges Duby. Dans cet ouvrage, il nous montre une fois encore qu’on peut bien écrire sans sacrifier la rigueur scientifique qui s’impose à tout travail académique. Signalons cependant que la structure du récit est parfois très sinueuse, si bien que le lecteur ne comprend pas toujours le sens de tel ou tel détour, qui n’est explicité qu’a posteriori.

Un mot enfin de la structure de l’ouvrage. Celle-ci est complexe et pour tout dire difficile à bien saisir. Dire que l’enquête progresse dans l’ordre chronologique n’est pas faux et c’est ainsi que nous l’aborderons par souci d’intelligibilité. Il reste qu’une telle présentation est un peu réductrice, tant l’auteur navigue d’une période à l’autre, et parce que son souci principal semble avant tout de faire progresser l’enquête pas à pas en apportant à chaque chapitre de nouveaux éléments, que ce soit par le recours à de nouvelles sources ou bien par un changement de perspective. Patrick Boucheron commence par traiter des premiers inventeurs de la mémoire ambrosienne, à savoir Ambroise lui-même, mais aussi saint Augustin et Paulin de Milan, disciple d’Ambroise et auteur de la Vita Ambrosii, seule pièce réellement notable du corpus hagiographique latin. La deuxième partie va du IVe au IXe siècle et nous explique la quasi-impossibilité de remonter au-delà de la période carolingienne, du fait notamment de l’éclipse lombarde du souvenir ambrosien. À de très rares exceptions près, les sources datent donc de ce moment ou bien en sont tributaires. Si les VIIIe et IXe siècles réinventent donc saint Ambroise, la canonisation de sa mémoire n’a lieu qu’entre les Xe et XIIe siècles, intervalle qui forme le cœur de la troisième partie. C’est à cette époque que le corpus ambrosien est fixé à Milan, tandis que la figure de l’évêque du IVe siècle est mobilisée à la fois dans les luttes internes à la ville et dans les combats extérieurs, contre l’autorité de Rome, mais surtout contre celle de l’empereur. Le fil conducteur de la quatrième partie est l’effacement progressif de la politisation du souvenir ambrosien au service des institutions communales, Un temps réactivée par la dite république ambrosienne (1447-1450), cette politisation  ne résistera pas sur le long terme à la captation militaire et seigneuriale de cette mémoire de saint Ambroise. Enfin, la dernière partie est plus diachronique puisqu’elle revient sur les spécificités de la liturgie et des hymnes ambrosiens ainsi que sur la manière dont ils sont devenus des marqueurs identitaires pour Milan et les Milanais. Un ultime chapitre traite du dernier sursaut d’ambrosianisme à Milan, au XVIe siècle, lorsque l’archevêque Charles Borromée y recourt pour faire de sa ville le fer de lance de la Contre-Réforme.

C’est un ouvrage très accessible que livre ici Patrick Boucheron. Si le propos final sur la méthode historique peut apparaître assez consensuel à la communauté des chercheurs, il a le mérite d’expliquer le sens de ce métier à un public élargi aux non-spécialistes et aux amateurs d’histoire. L’abord du livre est facilité par un effort constant d’expliciter les enjeux propres à chaque époque et de contextualiser le propos à différentes échelles. De leur côté, historiens et chercheurs en sciences sociales trouveront ici une enquête ambitieuse, mais rigoureuse et érudite, sur une question historiographique originale, fondée à la fois sur un travail de première main et sur l’exploitation des travaux de nombreux chercheurs. Ils seront sans doute particulièrement intéressés par certaines tentatives originales et audacieuses comme celle au chapitre 15 de « reconstituer l’historicité de l’écoute sociale des hymnes ambrosiens », c’est-à-dire de comprendre ce qui, à une époque donnée et en fonction du contexte, pouvait résonner aux oreilles des Milanais dans ces chants.

[1]      Walter Benjamin, Paris, capitale du XIXe siècle. Le Livre des passages, Paris 1989, p. 464.

[2]      Voir Patrick Boucheron, Faire profession d’historien, Paris 2010, rééd. 2018, p. 9-37 ; « Sauver le passé », préface à Walter Benjamin, Sur le concept d’histoire, Paris 2013, p. 7-50 ; « Dissiper l’aura du nom propre » in Gianfranco Rubino et Dominique Viart (dir.), Le Roman français contemporain face à l’histoire. Thèmes et formes, Rome 2014, p. 43-61.

[3]      Patrick Boucheron, Faire profession d’historien, Paris 2011, rééd. 2016.

[4]      Patrick Boucheron, Conjurer la peur. Essai sur la force politique des images. Sienne, 1338, Paris 2013.

[5]      Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, Paris 1971, rééd. dans Oeuvres complètes, t. 3, Eric Marty (éd.), 1968-1971, Paris 2002, p. 705.

[6]      Patrick Boucheron, Le Pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (XIVe-XVe siècles), Rome 1998, disponible en ligne sur Persée.fr : https://www.persee.fr/doc/efr_0223-5099_1998_mon_239_1 (consulté le 26/2/2020).