Peut-on comparer les révolutions ?

Compte rendu de l’intervention de Jérôme Heurtaux dans le séminaire historique franco-tchèque, Faculté des arts de l’Université Charles de Prague, 21 novembre 2019

Compte rendu rédigé par Ninon Derouet, stagiaire au CEFRES

Le jeudi 21 novembre 2019, Jérôme Heurtaux, directeur du CEFRES, est intervenu dans le séminaire historique franco-tchèque organisé par la Faculté des arts de l’Université Charles de Prague. Son intervention est la troisième contribution du CEFRES dans ce séminaire ce semestre, soulignant la reprise d’une collaboration fructueuse.

Après avoir prononcé quelques mots au sujet du CEFRES, il se présente rapidement. Se considérant davantage politiste que politologue, il explique comment, par des rencontres et des intuitions, son intérêt ancien pour l’Europe centrale s’est réactualisé sur l’autre rive de la Méditerranée. En effet, après avoir étudié la Pologne post-communiste, il s’est intéressé à la Tunisie à partir de 2010.

Son intervention « Peut-on comparer les révolutions ? » se décompose en trois questions : qu’est-ce que « comparer » en sciences sociales et en science politique, qu’est-ce qu’une révolution, et que peut-on tirer de cet exercice de comparaison ? Il y répond en illustrant son propos par une comparaison entre les révoltes arabes en 2010-2011 et les transitions communistes d’Europe centrale après 1989.

Qu’est-ce que comparer en sciences sociales, en science politique ?

Dans le dictionnaire historique de la langue française, le latin comparare signifie « apparier » d’où vient le mot « pareil ». Il s’agit donc de rapprocher des objets ou des cas différents afin d’en trouver un rapport d’égalité, d’identité. Plus largement, comparer consiste à examiner deux ou plusieurs cas en repérant les dissemblances et/ou les ressemblances. « Comparer, c’est à la fois associer et dissocier, c’est un rapport d’identité comme d’altérité », explique-t-il, en évoquant le politiste italien Giovanni Sartori qui a notamment travaillé sur les conditions de la comparaison.

« Il n’y a rien que l’esprit humain fasse si souvent que des comparaisons »

L’exercice de comparaison se distingue d’autres formes de raisonnement, explique Jérôme Heurtaux. En effet, il y a l’analogie, qui est un rapport de ressemblance que l’on établit entre deux ou plusieurs objets qui sont essentiellement différents. Il y a aussi l’homologie, lorsque deux structures sont organisées de façon similaire sans qu’il y ait nécessairement de rapports entre elles. Il y a également le raisonnement contre-factuel, qui consiste à rapprocher une situation réelle à une situation fictive, une situation qui n’est pas advenue mais qui aurait pu advenir. Il existe enfin un autre raisonnement, très répandu, que les comparatistes spécialistes des comparaisons disqualifient : la comparaison dite « implicite », ordinaire. Jérôme Heurtaux évoque alors Marcel Detienne, anthropologue comparatiste belge, qui, dans son ouvrage Comparer l’incomparable (Seuil, 2000), reprend la citation de l’écrivain Bernardin de Saint-Pierre afin d’ouvrir son introduction : « Il n’y a rien que l’esprit humain fasse si souvent que des comparaisons ». L’homme pratique en effet la comparaison du matin au soir, sans en avoir conscience et sans méthode. Très souvent, la comparaison implicite donne lieu à des jugements qui trahissent un ethnocentrisme social ou culturel, lorsque par exemple on ironise sur les goûts musicaux d’autrui. Même les savants qui devraient ne pas s’adonner à ce genre de pratique y succombent parfois eux aussi. En science politique, l’analyse d’un processus historique se fait « très souvent à l’aune d’un idéal normatif qui conduit le chercheur à juger, sans le dire, la situation socio-historique qu’il analyse ». Ce type de raisonnement était très fréquent dans les années 1990 dans la littérature spécialisée sur les transitions démocratiques à l’Est. La Pologne, la Tchécoslovaquie et la Hongrie étaient considérés comme les « bons élèves » de la transition, tandis que la Roumanie et la Bulgarie étaient stigmatisés pour leur « retard ». On retrouve les mêmes excès dans toutes une série de travaux sur le monde arabe, où la Tunisie est considérée comme un « laboratoire » de l’expérience démocratique. La Tunisie serait ainsi très en avance par rapport aux autres pays de la région, selon un introuvable calendrier de développement. Pour échapper à de tels biais, il faut mener des enquêtes empiriques et prononcer des examens nuancés des situations, « ou l’on risque de tomber dans les ornières du discours facile et du jugement normatif », affirme Jérôme Heurtaux.

Une longue histoire de la comparaison

En sciences sociales, la comparaison est une opération répandue. Les premiers modes de comparaison que l’on connaît sont les récits de voyages, à l’instar des Lettres persanes de Montesquieu (1721). Cet ouvrage, relatant la correspondance fictive entre deux persans voyageant en France et leurs amis restés en Perse, propose une critique de la société française sous un regard étranger. Montesquieu « exotise » ainsi le proche. Démarche originale, note Jérôme Heurtaux, puisqu’il est plus fréquent, notamment dans les travaux d’anthropologie qui observent des sociétés éloignées, de « rapprocher l’exotique ». Un autre grand texte de comparaison est celui d’Émile Durkheim et de Marcel Mauss De quelques formes primitives de classification (1901-1902). On peut aussi se référer à la méthode des idéaux-types de Max Weber. En histoire, l’École des Annales a favorisé la comparaison, tranchant avec les histoires nationales voire nationalistes, très nombreuses au XIXème siècle. En droit, le « droit comparé » est une sous-discipline à part entière et institutionnalisée. En science politique, de grandes enquêtes comparatives ont été lancées dans les années 1960 et 1970.

Il existe plusieurs manières de comparer. On peut comparer dans le temps et/ou dans l’espace. On peut comparer à partir de cas ou de variables, saisir des différences dans des situations analogues ou trouver des similitudes dans des contextes différents, comme par exemple étudier le clientélisme dans des sociétés aussi différentes que la France ou le Bénin. D’une façon générale, deux procédés sont possibles : soit suivre une méthode « idéographique », qui consiste à sacrifier la généralité pour en savoir plus à propos de moins ; soit suivre un horizon « nomothétique », qui consiste à mettre en relation plusieurs cas à partir d’un nombre minimal de propriétés, ce qui revient à en connaître moins, mais sur plus. Jérôme Heurtaux met cependant en garde : l’établissement d’une loi universelle à partir d’une comparaison de cas isolés peut être une chimère.

Paul Veyne et son Inventaire des différences

Le directeur du CEFRES s’attache à évoquer Paul Veyne et sa leçon inaugurale prononcée au Collègue de France en 1976. Spécialiste de Rome, ce dernier avance toutefois que « Rome n’est pas un peuple valeur » : malgré tout ce que ce peuple a pu apporter à l’Europe, au monde, les Romains ne doivent pas être une valeur à partir de laquelle on étudie d’autres peuples et civilisations. Il est possible de comparer un objet historique donné à Rome, mais l’inverse doit être considéré comme également légitime. « Ce n’est pas parce qu’un phénomène est antérieur qu’il prend symboliquement le dessus sur un phénomène ultérieur », explique Jérôme Heurtaux. Les faits historiques ne s’organisent pas par périodes et par peuples, mais par notions.

Qu’est-ce qu’une « révolution » ?

Après avoir expliqué ce qu’était la démarche comparative, Jérôme Heurtaux interroge le concept de « révolution ». Il introduit en affirmant que « le problème classique du rapport entre les mots et les choses » est particulièrement visible concernant la « révolution », label appliqué à des situations très différentes, voire contradictoires (« révolution conservatrice » à propos de la Pologne sous « Droit et justice » (PiS), « Révolution » d’Emmanuel Macron qui titre ainsi son livre de campagne électorale, Nicolas Sarkozy dépeint comme un Robespierre de droite en 2008 par le mouvement de jeunesse de l’UMP, etc). Le mot et la chose ne se superposent pas toujours.

Le mot « révolution » vient du latin revolutum, qui signifie, de manière surprenante, souligne Jérôme Heurtaux, « rouler en arrière, ramener ». Mais une révolution n’est-elle pas plutôt justement une ouverture, un pas en avant, interroge-t-il ? En fait, le terme « révolution » est d’abord utilisé dans le langage astronomique pour désigner le « retour périodique d’un astre à son point de départ ». La notion prend progressivement le sens d’achever un cycle. Il faut toutefois attendre le XVIIème siècle pour constater un changement de sens, le mot étant dès lors employé pour évoquer des troubles, des renversements de régime, rapprochant alors le terme à celui de « coup d’État ». Au XVIIIème siècle, on l’emploie pour parler d’une « réforme ». Puis, le terme se fixe sur des événements concrets : la révolution de Cornwell, la Glorious Revolution et enfin et surtout, la Révolution française… Cette dernière s’impose comme un événement historique de référence et va en quelque sorte aspirer la notion de « révolution », au point de redéfinir celle-ci. « Des notions sont très souvent le produit d’une fixation de sens qui s’opère à un moment donné de l’histoire », c’est l’universalisation d’un cas historique concret, rappelle l’intervenant qui évoque les travaux du politiste américain Jack Goldstone qui a montré comment la Révolution française introduisait une rupture dans l’histoire de l’usage de la notion « révolution ».

Histoire de la notion de « révolution »

Selon Goldstone, rappelle J. Heurtaux, ce que l’on n’appelait pas encore « révolution » – attaques contre les institutions politiques d’État menées par des masses ou des petits groupes, débouchant sur de nouvelles institutions, etc. – préexiste largement à la Révolution française. Le fait de protester contre le pouvoir et de le renverser est quelque chose de très courant dans l’histoire. Pourquoi alors ne pas faire usage de la notion de « révolution » avant ? Jusqu’à la Révolution française, l’histoire des révoltes renvoie à une conception cyclique du temps historique : un pouvoir accorde des droits, ces droits sont utilisés contre le pouvoir, celui-ci se défend, se tyrannise, ce qui conduit à l’oligarchie qui elle-même conduit à un soulèvement et à un nouveau cycle de démocratie. Ce cycle est indéfini et se répète continuellement. L’histoire de l’Empire ottoman, mais aussi l’histoire de la Chine, montrent comment l’on peut passer de l’apogée à l’effondrement pour le premier, à une succession de chutes dynastiques pour le second. Tout ce qui se passe avant la Révolution française, ces révoltes que l’on n’appelait pas encore révolutions, relève d’une conception cyclique du temps.

La Révolution française

« Quelle est la particularité de la Révolution française ? ». C’est la première fois qu’on observe, avec un changement de régime, une rupture d’ordre culturel, selon Goldstone, qui traduit une croyance nouvelle dans le progrès et la raison, et la volonté de ne pas revenir à un ordre ancien ou un âge d’or et créer quelque chose de spécifiquement nouveau. Si elle peut être qualifiée de « bourgeoise », la Révolution française est surtout une révolution culturelle.

Pour Jack Goldstone, la Révolution française a deux composantes : son mythe et sa méthode. Son mythe, c’est le volontarisme des hommes, leur pouvoir de construction, leur volonté de fonder un système basé sur la liberté, l’égalité et la fraternité. Sa méthode, c’est ce qu’il appelle la « destruction créative » : les révolutionnaires ont créé, bâti, produit, mais on en même temps détruit, et ce de manière extrêmement violence. La Révolution française installe donc un double sens du terme moderne de « révolution », composé d’ambivalences : c’est à la fois la puissance créatrice et la destruction. Il est dès lors difficile de considérer un événement « révolutionnaire » sans cette violence à la fois répressive et créatrice.

Apposer des concepts sur des événements historiques : l’exemple de la Tunisie

Que doit faire un sociologue, un politiste, un étudiant, lorsqu’ils analysent des phénomènes contemporains et qu’il disposent de concepts pour cela ? Par exemple : comment rapprocher le « Printemps arabe » du concept de révolution ? Qu’en pensent les acteurs concernés ? En Tunisie, l’on sait que le marchand qui s’est immolé, Mohamed Bouazizi, n’avait pas l’intention de provoquer une révolution. Ben Ali, en partant en Arabie Saoudite le 14 janvier 2011, n’avait pas l’intention de quitter le pouvoir. La presse française n’a qualifié le soulèvement populaire tunisien de Révolution qu’après avoir constaté l’irréversibilité du départ de Ben Ali.

En citant cet exemple, Jérôme Heurtaux souligne combien il est intéressant d’être attentif à notre « rapport à l’objet » et de s’interroger sur notre légitimité à qualifier un fait historique et à comment les qualifier. Jusqu’à aujourd’hui, il n’y a pas de consensus ni sur la qualification de ce qu’il s’est passé en Tunisie en 2011, ni sur les bornes temporelles des événements, que ce soit entre politistes, historiens ou sociologues. Les Tunisiens eux-mêmes ne sont pas entendus sur la qualification des événements, en témoigne la dénomination attrape-tout de la principale commission créée en 2011 pour préparer les premières élections démocratiques : « Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique ». Concernant les bornes temporelles, certains considèrent que la révolution se termine le 14 janvier, au moment où l’on commence juste à la qualifier comme telle, au moment où la « transition démocratique » peut s’enclencher. D’autres estiment que la « fin » de la révolution advient au soir des élections à l’Assemblée nationale constituante le 23 octobre 2011. Certains pensent que la révolution est toujours en cours, dans la mesure où si un changement de régime a bien eu lieu (« révolution politique »), les inégalités sociales et territoriales sont demeurées structurantes (pas de « révolution sociale »). Il y a donc une lutte sur la qualification de la situation politique pendant et après l’événement. Ce qui est intéressant pour le chercheur, c’est de rendre compte de la pluralité des acceptions et interprétations.

Pourquoi compare-t-on des révolutions ?

Jérôme Heurtaux entame sa troisième et dernière partie en annonçant qu’il se concentrera sur l’Europe centrale post-communiste et sur l’expérience du « Printemps arabe », avec deux cas en particulier qui ont attiré son intérêt et qu’il a longuement étudié : la Pologne et la Tunisie. À sa grande surprise, les situations de ces deux pays ont été fréquemment objets de comparaisons. Par exemple, en 2011 sort l’ouvrage de Benjamin Stora et Edwy Plenel, Le 89 arabe. Réflexions sur les révolutions en cours (Stock, 2011). Les auteurs rapprochent et établissent un rapport d’identité entre les insurgés du Caire et de Tunis et ceux de Gdansk et de Bucarest. Pourquoi comparer ces deux révolutions ? C’est ce qui a intéressé M. Heurtaux.

D’abord, parce que les observateurs comme les acteurs semblent sidérés, voire désemparés face à un événement révolutionnaire qui advient sans crier gare et qu’il est difficile de qualifier précisément. Les plus grands spécialistes de la Tunisie interrogés dans Le Monde trois jours avant le départ de Ben Ali n’imaginaient pas l’effondrement du régime possible. Ils sont tentés d’analyser le moment présent à l’aune de leur connaissance de l’historicité du pays, ce qui rend plus difficile la prise en compte des éléments contingents. Le comparatisme a pu servir d’outil utile dans ce contexte. La comparaison avec 1989 a pu être facilitée par le caractère récent de l’effondrement du communisme et par le fait qu’il s’agissait aussi de « révolutions démocratiques » dans le cadre d’une sortie de l’autoritarisme.

Les pays du « Printemps arabe » sont devenus objets d’une attention internationale renouvelée, attirant organisations internationales, experts internationaux, entrepreneurs en démocratie ou élites politiques des pays du Nord. Le rapprochement avec des cas étrangers de révolutions permet également d’établir des modèles ou des contre-modèles, moins pour comprendre les événements qui se déroulent que pour accompagner le processus de démocratisation. La Pologne et la République tchèque ont développé une diplomatie d’influence dans le monde arabe. En 2014, Jérôme Heurtaux assiste lui-même à Tunis à un colloque au titre selon lui « péremptoire » : « Le succès de la transition démocratique, les exemples de la Pologne et de la République tchèque ».

Quelles sont les limites d’une telle comparaison, questionne M. Heurtaux ? Le premier problème est celui de l’incommensurabilité des expériences historiques. Le « bloc communiste » et le « Monde arabe » n’ont pas grand chose à voir l’un avec l’autre. En outre, si l’on est attentif aux singularités des pays qui forment chacun de ces deux « blocs », les différences apparaissent très nombreuses. Envisager sur cette base les processus d’effondrement de manière comparée pose de redoutables problèmes de méthode. La seconde limite est celle du réductionnisme : si l’on veut comparer, il faut choisir quelques critères minimaux, ce qui revient à caricaturer les situations et à ignorer certains aspects de la réalité factuelle. Le troisième souci est celui de la « pensée interprétative » : comparer, c’est très souvent interpréter et mobiliser des jugements de valeur, sans rapport avec le souci de produire des connaissances significatives.