Médiathèque de Villeurbanne (Mario Botta 1988)

Edition académique

Par Claire Madl

Jeudi 7 novembre, à la délégation régionale du CNRS du Rhône-Alpes, à Lyon, avait lieu une des « actions nationales de formation » sur l’édition scientifiques organisées par le CNRS pour ses agents techniques. Animée par deux éditrices Cécile Barthonnat (responsable des publications du Centre Alexandre Koyré) et Stéphanie Trine, des éditions de l’Université de Grenoble, elle s’adressait en particulier aux professionnels de l’information scientifique (documentalistes, bibliothécaires) qui interviennent en aval de la publication réunis dans le réseau « Rénatis » et à ceux de l’édition (secrétaires de rédaction, éditeurs) réunis au sein du réseau « Medici », ou encore aux chercheurs chargés de publications. L’objectif était de fournir un panorama de l’édition scientifique, de son organisation, de ses pratiques et de ses enjeux pour la recherche.

Dans un premier temps, Cécile Barthonnat a passé en revue les différents acteurs de l’édition scientifique : unités de recherche ou universités disposant d’un service édition, éditeurs publics, éditeurs et diffuseurs privés. L’imbrication des uns et des autres dans des partenariats pérennes ou des interactions ponctuelles était présentée à l’aide d’exemples concrets. Le cas des éditeurs anciennement publics mais émancipés a aussi été évoqué : CNRS éditions, Presses universitaires de Rennes ou Presses universitaires de France par exemple.

Les « pépinières de revues » ont fait l’objet de discussion. Ces récentes plateformes ont été mises en place au sein des universités pour fédérer des moyens et permettre à de petites revues d’améliorer leur visibilité et leur pérennité en élevant leur niveau et préparant leur passage au support numérique et leur entrée sur des plateformes plus visibles mais aussi plus exigeantes (en France, il s’agit en particulier de la plateforme d’Open Edition anciennement appelée revues.org .

En aval de la publication, les structures de gestion des publications ont été présentées, en particulier Persée chargée de la rétronumérisation, Collex pour les « grandes revues », les archives institutionnelles ouvertes HAL, la plateforme Open Edition ou encore Numédif. Elles accueillent, valorisent et mettent à disposition ces publications et composent un réseau de plateformes moissonnées par les grands moteurs de recherche supranationaux.

Cécile Barthonnat a présenté ensuite les grandes directives « pour la sciences ouverte » de la Commission européenne  et celles mises en place en France depuis la nouvelle loi sur le droit d’auteur dans l’édition scientifique. Des investissements sont en cours pour améliorer la plateforme HAL destinée à accueillir tout texte avant édition pour peu qu’il ait été financé à plus de 50 % par des fonds publics. La position et la pratique des institutions de recherche envers les différents modèles de financement de l’Open Access ont été rappelées : l’accès ouvert dit doré où l’auteur finance la publication (gold open access) ou l’accès ouvert vert (green open access). Celui développé par Open Edition (dit « Freemium ») apparaît innovant car il combine un service minimum gratuit (consultation des textes sur la plateforme) et des services complémentaires payants (téléchargements à l’article pour les particuliers ou abonnements par collection pour les bibliothèques). Enfin ont été présentés les derniers développements des plans de financement du Fonds national pour la science ouverte alimenté par les économies réalisées grâce aux négociations menées au niveau national pour les abonnements aux grandes plateformes scientifiques commerciales.

L’après-midi était consacré à la présentation de Stéphanie Trine concernant la chaîne éditoriale et ses outils techniques, tant en ce qui concerne la gestion du processus d’évaluation des textes que pour l’établissement de textes structurés, c’est-à-dire de textes enrichis de balises fournissant les métadonnées des textes numériques et associées à des formats typographiques pour maîtriser l’apparence des textes. Les textes ainsi enrichis sont propres à être exportés sous des formats et supports multiples (xml, epub, pdf, InDesign pour la mise en en page et l’impression, etc.). Les critères définis par le DOAJ (Directory of Open Access Journals doaj.org) semblent être devenus une norme à laquelle se conforment les éditeurs xml développés en France pour l’édition scientifique : Metopes  et Lodel  .

Tout au long de la journée, au fil des présentations, les discussions spontanées ont permis d’aborder les problèmes, contraintes et conflits de ce secteur en transformation, ainsi que les règles ou plus souvent les pratiques des uns et des autres face à ces difficultés.

Ainsi, la pratique des APC (Article processing charges) facturés aux auteurs et à leurs institutions est toujours critiquée. D’une part leur diffusion a fini par créer des revues hybrides où ceux qui ont payé leur libre accès voient leur article rendu accessible gratuitement alors que les auteurs figurant dans la même publication qui ne l’ont pas financée seront moins diffusés. La mise en ligne de « revues miroirs » dupliquant et rassemblant les articles en accès ouvert seulement est tout aussi problématique.

Dernièrement, les négociations menées par les Etats pour l’établissement du prix des abonnements aux grandes plateformes, lient bien souvent abonnements et paiement d’APC, voire se transforment en paiement d’APC pour que les revues soient en libre accès pour les chercheurs représentés par le négociateur. Ces accordsdits « transformants » entérinent la résignation de la recherche publique face à la croissance des coûts à la publication – la « libération » des frais d’abonnement étant bien évidemment fictive.

A plus petite échelle, la question du financement par les organismes publics de la recherche des publications éditées chez les éditeurs privés a aussi été abordée. L’écart entre, d’un côté, les possibilités techniques à bas coût de l’accès ouvert et, de l’autre, les délais et la tarification de l’édition par les éditeurs commerciaux prestigieux, a fait le lit des éditeurs dits « prédateurs » qui font miroiter des délais instantanés et de hauts index de citation sans observer les standards de l’évaluation scientifique des textes publiés.

Les difficultés et lourdeurs du processus d’évaluation par les pairs, qui sont le quotidien des éditeurs, ses dérives et ses disfonctionnements ont été évoqués : évaluateurs surchargés ou déresponsabilisés, auteurs peu enclins à reprendre leurs papiers, retards de parution, etc. Ces engorgements conduisent à des expériences inédites « d’évaluation continue », comme les « open calls for commentary » de Behavioral and brain sciences de Cambridge University Press (voir sur ce carnet « Evaluation et Open Access »). De même, la question de l’évaluation des textes déposés dans les dépôts institutionnel (HAL) est-elle à l’ordre du jour.

Ces initiatives témoignent que le domaine de l’édition scientifique est des plus dynamiques et innovant, au service de la recherche fondamentale et de son engagement dans nos sociétés.

Illustration: Médiathèque de Villeurbanne (Mario Botta, 1988)

 



Citer ce billet
Claire Madl (2019, 12 novembre). Edition académique. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi8w