Masha cerovic – Les enfants de Staline

Masha CEROVIC, Les Enfants de Staline. La guerre des partisans soviétiques (1941-1944), Paris : Seuil, 2018, 366 p.

Un compte rendu par Florence Vychytil-Baudoux

De 1941 à 1944, dans la partie des territoires soviétiques occupés par les Nazis qui correspond grosso modo à la Biélorussie actuelle, à l’Ukraine septentrionale et à la Russie occidentale, de multiples insurrections locales éclatent contre l’occupant. Les Enfants de Staline n’offre pas tant une “histoire exhaustive” qu’une “analyse globale” (20) de ce qui fut le “plus puissant mouvement de résistance armée à l’occupation nazie en Europe” (16).

Masha Cerovic centre son analyse sur les partisans eux-mêmes, optant pour une approche à la fois spatiale et anthropologique, à rebours des constructions historiographiques et mémorielles successives qui ont contribué à nationaliser voire à ethniciser le partisan soviétique. Les archives mobilisées sont celles “produites par les appareils des deux États en guerre” (17) mais aussi celles qui émanent des partisans eux-mêmes. Alors que “le partisan soviétique est devenu un symbole, sans que l’on sache plus trop de quoi au juste, un chiffre, un étendard, porté aux nues ou voué aux gémonies, d’une guerre qui n’est plus la sienne” (300), ce dispositif de recherche qui croise sources, en partie inédites, et échelles se révèle particulièrement fécond et permet à l’historienne de déconstruire bon nombre de mythes. Dans un récit par ailleurs facile d’accès, Masha Cerovic livre ainsi une analyse tout en finesse de la guerre des partisans soviétiques, où la violence, érigée en système, ne connaît pas d’échappatoire.

 

Un mouvement soviétique en dehors de l’État-Parti

C’est entre l’hiver 1941 et l’été 1942 qu’émergent divers mouvements insurrectionnels dans les forêts et marécages de territoires qui, soviétiques depuis 1921, sont désormais situés aux marges de différentes zones d’administration allemande. Alors que la population s’est signalée par son attentisme dans les premiers mois de l’occupation, de petits groupes de partisans, constitués pour l’essentiel d’individus dont l’existence se trouve menacée dans le nouvel ordre allemand (rescapés de l’Armée rouge, Juifs, communistes, etc.) commencent alors à s’organiser.

Le mouvement se structure donc à partir de groupes épars, hors d’un l’État-Parti dont 1941 a donné à voir l’impréparation en la matière. De fait, Moscou n’aura de cesse d’essayer de contrôler les partisans, sans jamais y parvenir complètement : “il ne s’agit pas seulement de tensions ponctuelles, ou de conflits autour de quelques fortes têtes. Dans les relations entre les partisans et le Parti point une contestation plus fondamentale des élites soviétiques d’avant-guerre” (93), “discréditées par la faillite de 1941.” (93) Les partisans contestent la légitimité des dirigeants d’avant-guerre mais ne renient pas pour autant la Révolution ; l’imaginaire apocalyptique dans lequel s’enracinent leurs discours et leurs actions en est tout entier imprégné. En ce sens, si Staline brille par son absence, les partisans n’en sont pas moins “enfants de Josef” (241), défendant une “civilisation stalinienne” (305) autant que leurs existences individuelles. C’est d’ailleurs l’une des grandes forces de cette belle étude que de donner à voir “l’enracinement d’une culture politique soviétique partagée au-delà des cercles étroits des bolcheviques patentés” (234-235).

La “reprise en main” ne se fait qu’avec le retour du front et la jonction avec l’Armée Rouge à l’été 1944. Mobilisés dans les rangs de l’Armée ou au sein des services de l’État et du Parti, les partisans sont alors progressivement réintégrés dans le giron de l’État-Parti, avant d’être finalement marginalisés : “[L]es espoirs des partisans, comme des civils qui les ont soutenus, sont vite déçus, tandis que leurs porteurs sont réduits au silence.” (296)

 

Des forêts aux “républiques” : les “fiefs” des partisans

Si les partisans sont les “rois de la forêt” (97), au cœur de laquelle ils érigent de véritables villes-forteresses, ils n’en partagent pas moins également le quotidien et même l’intimité des habitants des territoires qu’ils contrôlent. De cette cohabitation découle une “acculturation mutuelle progressive” (153) dont on peut regretter, avec Masha Cerovic, que “les sources ne donnent malheureusement qu’une seule perspective, celle des partisans sur les villageoises, et, plus précisément, de l’élite des partisans qui écrivent.” (153)

Davantage qu’ils ne rétablissent le régime soviétique, les partisans construisent de véritables fiefs souverains ad hoc, dont le camp en forêt constitue la capitale de fait. “[I]nitialement extérieurs au village, [ils] s’insèrent […] au cœur même des affaires locales, par la gestion de la politique et des questions économiques.” (152) Le partage des terres et, plus largement, les politiques de gestion des ressources qu’ils mettent en œuvre leur permettent de contourner l’hostilité des paysans “aux politiques de prédation d’États dont ils considèrent illégitime l’immixtion dans un monde villageois à l’autonomie rêvée” (165). Partant, c’est un véritable système d’échanges qui s’instaure, qu’on ne saurait réduire à la simple captation des biens et des hommes par les combattants.

Aussi Masha Cerovic propose-t-elle de recourir à la notion de “devoir” pour comprendre ce qui se joue entre les partisans et les villageois : “C’est autour du devoir que se négocie ce qui peut être exigé par les partisans comme ce qui peut leur être réclamé : c’est le dolg, à la fois devoir et dette en russe, qui unit l’ensemble de la communauté en un cycle inépuisable d’obligations, réciproques mais inégalitaires, consenties sans être choisies.” (191) Le mouvement des partisans soviétiques accouche ainsi de “communautés quasi féodales” (303), nouvel – et dernier – avatar de la “terrible alliance de 1917 entre la révolution et la paysannerie” (19).

 

“Culture de violence” et guerre(s) civile(s) soviétique(s)

Les relations entre les combattants et les villageois n’en sont pas moins empreintes d’une violence qui témoigne d’une brutalisation débordant l’univers de la communauté combattante. Elle est d’autant plus difficile à contenir qu’elle participe des “normes de l’extraordinaire” (160) au fondement de l’identité  – et du pouvoir – des partisans.

Ceux-ci se sont notamment arrogé le droit d’“aboli[r] la frontière entre civils et ennemis” (162). A rebours du “discours d’unité nationale dans la Grande Guerre patriotique” (235) déployé par les autorités soviétiques, c’est au contraire “la trinité fondamentale qui a structuré le discours soviétique depuis la révolution, de l’ennemi extérieur, intérieur et du citoyen loyal” (232) qui joue à plein. Quelles qu’en soient ses motivations, la collaboration est perçue comme “une impardonnable faiblesse morale” (235)” qui mine le corps social engagé dans une “lutte existentielle” (259). “Ennemi de l’homme” (237), le collaborateur doit donc être anéanti et c’est d’abord contre lui que la violence des partisans se déchaîne. Leur “culture de violence” procède ainsi de la terreur inspirée par l’occupation nazie autant que de l’expérience soviétique. Confrontés à la radicale nouveauté de la violence nazie, les partisans appréhendent l’affrontement avec “la Bête allemande” (20) sur un mode eschatologique qui puise dans “un imaginaire apocalyptique russe et soviétique intégrant pleinement l’héritage révolutionnaire.” (234)

Les Allemands peinent cependant à comprendre les ressorts complexes de cette “violence multiforme, qui est à la fois celle du paysan contre l’État, du résistant contre l’occupant, du Russe contre l’étranger, du révolutionnaire emporté dans sa course pour forger l’homme nouveau.” (16) En 1943 et 1944, alors que le front se rapproche à nouveau, ils tentent de reprendre le contrôle de ces territoires. “La guerre totale y atteint son apogée” (263) : la tactique des “zones mortes” qu’ils appliquent lors de ces violentes offensives dévaste des régions entières, renforçant encore un peu plus la communauté de destin des villageois et des partisans, “mobilisés en un seul corps, unis, qu’ils le veuillent ou non, dans une lutte à mort.” (304)

 

Conclusion

En sortant les partisans soviétiques de la relative marginalité à laquelle histoire et mémoire les avait relégués, Masha Cerovic offre à travers Les Enfants de Staline une contribution remarquable à l’histoire sociale de la guerre – celle de de la Seconde Guerre mondiale et de la résistance en particulier -, tout en enrichissant considérablement celle de la société soviétique.

S’affranchissant des seules logiques politiques, l’historienne montre notamment ce que la violence des “terres de sang” a d’endogène, permettant de penser à nouveaux frais la “brutalisation” et la “radicalisation” du conflit à l’Est de l’Europe. Il en résulte un ouvrage aussi stimulant que bouleversant.