Revisiter l’événement 1989 en europe centrale

Revisiter l’événement 1989 en Europe centrale. Marges sociales, pratiques d’écriture, nouvelles archives

Colloque international, Paris, 7-8 juin 2019

Compte rendu par Jérôme Heurtaux, directeur du CEFRES

Dans le cadre du trentième anniversaire de l’effondrement du communisme en Europe centrale et orientale, le CEFRES et plusieurs institutions ont organisé ensemble un cycle de trois conférences internationales intitulé « Au-delà de l’anniversaire : questionner 1989 ». La première s’est tenue à Paris les 7 et 8 juin 2019 dans les locaux du Centre scientifique de l’Académie polonaise des sciences puis de Sorbonne-Université, sous le titre Revisiter l’événement 1989 en Europe centrale. Marges sociales, pratiques d’écriture, nouvelles archives.

Ce premier colloque a donné l’occasion de préciser l’intention des organisateurs. Loin de toute velléité commémorative, l’objectif premier est bien de réaffirmer l’intérêt d’un regard, non pas neutre, non pas refroidi, mais passionnément scientifique, sur 1989. La contribution des sciences sociales est rendue d’autant plus nécessaire que l’anniversaire est une nouvelle fois fortement politisé et controversé, par exemple en Pologne, au point où s’y sont greffés une série d’enjeux politiques et mémoriels qui font écran à une appréciation nuancée et à un regard scientifique critique sur 1989. Les deux principales équipes politiques qui s’y disputent le pouvoir ont ainsi organisé leur propre commémoration des élections du 4 juin 1989, qui à Gdansk, qui à Varsovie, faisant de cet événement déjà ancien un enjeu de la lutte politique actuelle. Pour les uns, l’anniversaire est le point d’appui d’une contestation anti-autoritaire. Pour les autres, un argument central de la politique historique (polityka historyczna) sur laquelle ils adossent leur vision du monde. Cette opposition érige 1989 en énigme historique d’autant plus difficile à dénouer que la communauté historienne a du mal à s’imposer comme un lieu de production d’un savoir autonome et critique, l’université et l’académie n’étant plus les seuls pôles d’élaboration de ce savoir.

L’exemple polonais pave ainsi la voie d’un double pas de côté assumé par les organisateurs du colloque. Un premier vis-à-vis des tensions mémorielles, qui ne sauraient tenir lieu de bornes intellectuelles. Un second vis-à-vis des approches courantes de 1989. Schématiquement, 1989 a fait l’objet depuis de plusieurs vagues d’intérêt, chacune avec une problématisation différente. La question du pourquoi a d’abord incité les chercheurs à identifier les causes d’un événement aussi considérable qu’inattendu. Celle des effets s’est progressivement substituée à la précédente, incitant la communauté académique à se pencher seule (ou presque) sur les « transitions démocratiques ». Si l’on fait abstraction de quelques travaux majeurs[1] et d’études d’histoire politique, l’événement 1989 s’est trouvé comme abandonné et, s’il a retrouvé ces dernières années une nouvelle jeunesse, ce n’est qu’indirectement dans les travaux d’histoire de la mémoire ou de sociologie des usages politiques du passé qui se sont multipliés dans le sillage des controverses mémorielles[2]. 1989 comme événement a été finalement peu étudié sous l’angle de l’histoire sociale ou de la sociologie politique.

C’était le pari de cette conférence d’opérer une réhabilitation et une reformulation de 1989 comme objet de recherche. Le point commun aux quinze intervenants était d’emprunter des chemins détournés, ouvrir des fenêtres nouvelles, multiplier des coups de sonde originaux sur une matière riche et multiple.

Trois entrées ont été privilégiées, qui n’épuisaient pas tous les possibles.

Une première, consacrée aux archives de et sur 1989, a consisté à identifier et interroger les archives de cette année clé, nombreuses, éclatées, inégalement mobilisées. La seconde entrée portait sur les pratiques d’écriture et culturelles des années 1980 et 1989. Enfin, la troisième interrogeait 1989 du point de vue des marges sociales : ouvriers, femmes, jeunes et moins jeunes.

Cette réflexion pluridisciplinaire sur les traces de 1989, traces orales, matérielles, numériques, sonores, scripturaires ou iconographiques, a permis d’identifier les lieux et les espaces qui les repèrent, les rassemblent et les classent, à travers leur archivage matériel ou numérique ; de s’interroger sur ce qu’on peut en faire – ce qu’elles nous disent et sur quoi ; et comment elle peuvent préciser, nuancer, enrichir notre connaissance de 1989, qui reste, pour la plupart des participants au colloque, l’événement de leur génération – qui les a confronté à la fragilité des constructions politiques et à l’incertitude de l’histoire.

Le colloque a permis de faire émerger des points de tension comme autant de préalables à des réflexions ultérieures. Sur la datation, d’abord, dans la mesure où les intervenants se référaient le plus souvent à une périodisation plus large que la seule année 1989, incitant à ne pas hypostasier 1989. Sur le contenu de l’événement, ensuite, comme s’il y avait autant de 1989 que d’histoires nationales et, à l’intérieur de celles-ci, autant de 1989 que de groupes sociaux et de supports d’expression. Les méthodes d’enquête (celle de l’histoire orale, de la culture visuelle, de la performance théâtrale, de l’analyse textuelle, de l’étude d’archives, etc) montraient également des réalités fort hétérogènes. La fragmentation de 1989 que le colloque a pu donner à voir peut servir de ce point de vue de contrepoint critique aux histoires polarisées de 1989 telles qu’elles apparaissent en creux dans les interprétations politiques du passé, au nom d’une mémoire unique introuvable.

L’autre apport de ce colloque est d’avoir entrouvert un espace pour des chantiers de recherche renouvelés sur 1989. L’histoire de cet événement reste encore, en partie, à écrire, tant du point de vue des faits que des subjectivités individuelles et collectives. Il y a encore fort à découvrir sur l’hétérogénéité des expériences et des perceptions, sur les événements écartés des récits par une historiographie trop politisée, sur l’articulation entre les espaces nationaux et transnationaux, sur la compénétration des dimensions politiques, sociales et culturelles, sans omettre la nécessaire réflexivité du chercheur dans son rapport à 1989, ce dans le cadre d’une réflexion qui ne peut être que comparée et pluridisciplinaire.

 

[1]Padraic Kenney, A Carnival of Revolution: Central Europe 1989, Princeton University Press, 2002.

[2]Heurtaux Jérôme, Pellen Cédric (dir.), 1989 à l’Est de l’Europe. Une mémoire controversée, Editions de l’Aube, 2009.



Citer ce billet
alandova (2019, 25 septembre). Revisiter l’événement 1989 en europe centrale. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi8u