Pierre Rosanvallon – Notre histoire intellectuelle et politique 1968-2018

Pierre Rosanvallon, Notre histoire intellectuelle et politique 1968-2018. Paris, Éditions du Seuil, 2018, 431 p.

Compte rendu par Petr Horák

La dernière publication de Pierre Rosanvallon est une fois de plus un grand ouvrage. L’historien, professeur au Collège de France et spécialiste de l’histoire sociale, politique et intellectuelle  de la France, manifeste dans cet ouvrage une ambition assez rare : il veut, en effet, présenter dans le même volume son parcours intellectuel et politique commencé il y a cinquante ans dans la peau d’un ardent partisan de Mai 68, et une analyse pertinente de l’histoire de la pensée politique et sociale de la gauche française se trouvant aujourd’hui dans une impasse aussi bien politique qu’intellectuelle. « L’impensé et l’impuissance » caractérisent selon l’auteur ce désarroi dans lequel se trouvent ceux et celles qui croyaient ou voulaient croire au cours de ces cinquante dernières années à la réalisation des idées de Mai 68. Ce désarroi fait place en même temps selon l’auteur à un fatalisme intellectuel « morose et désabusé ». Cette situation est dangereuse car elle empêche d’analyser ce qui se passe dans le monde. « Le but de ce livre, nous dit son auteur, est d’essayer de conjurer cette malédiction, en mettant les mots qui conviennent sur cet état de choses et en proposant des concepts adéquats pour rendre lisibles les traits profonds de nos sociétés afin de permettre d’en redessiner une perspective émancipatrice » (p. 11).  Le but de son livre ainsi clairement défini, l’auteur s’engage tout d’abord à décrire aussi objectivement que possible son parcours personnel le menant dès 1968 à s’occuper des questions sociales et des théories politiques aux côtés d’une gauche non-communiste. Le plus intéressant probablement dans ce parcours est la rencontre de l’auteur avec plusieurs personnalités de la vie politique et intellectuelle française des années 1980 et 1990 comme Michel Rocard et Claude Lefort par exemple. À travers ce livre, Pierre Rosanvallon montre son détachement progressif de sa vie militante au service d’une gauche résolument non communiste, au profit d’une vie d’intellectuel (d’« intello ») à plein temps avec tout que ce que cela comporte, y compris la carrière pleinement réussie d’un chercheur et d’un universitaire, avec entre autres deux doctorats d’État !  Un chapitre intitulé « Ma rencontre avec Foucault » est, de ce point de vue, très important (p.99).

L’essentiel de ce livre se trouve dans la confrontation de l’auteur avec la pensée de ceux et celles qui, dans le paysage intellectuel français, sont passés d’un anticapitalisme à un antilibéralisme (les figures de proue pour Rosanvallon étant Alain Finkielkraut et Régis Debray) en exaltant de plus en plus l’idée de la République (comme Régis Debray) ce qui « allait de pair avec un retour à la nation » (p. 252) et s’alliait d’une certaine façon avec une « idéologie (néo)républicaine » (p. 257). Pierre Rosanvallon procède ensuite à une analyse critique très détaillée et bien informée de la pensée néoconservatrice en vogue en France, pleine de pessimisme culturel et partagée par Marcel Gauchet, Gilles Lipovetsky ou Jean-Claude Milner, entre autres. Pour Rosanvallon, cette pensée a formé en France tout une culture politique s’appuyant sur un antilibéralisme intégral, sur un style rhétorique négatif, sur l’exaltation d’un peuple essentialisé et sur la critique de Mai 68 (p. 322 et s.).

Les parties du livre consacrées à saisir l’essentiel des idées du néolibéralisme et de les distinguer de l’idée du libéralisme classique qui s’était compris tout d’abord comme émancipateur sont très instructives.

Pierre Ronsavallon consacre la partie finale de son ouvrage à la réflexion sur l’aspiration de l’homme contemporain à ce qu’il appelle la « singularité ». Cette aspiration va, selon lui, « radicalement transformer la conception des droits de l’homme tels qu’ils avaient été classiquement appréhendés dans l’individualisme d’universalité » (p. 402). Elle pourrait produire paradoxalement, par la voie de la discrimination, les nouvelles formes d’inégalité tout en faisant dans le même temps « réapparaître des formes d’ancienne d’inégalités ou d’exclusion sous les espèces de pratiques ou même de règles spécifiques » (p. 405). L’aspiration à la singularité pose ainsi de nouvelles questions au sujet de l’émancipation aussi bien des individus que des minorités nationales et / ou sociales. Pierre Rosanvallon veut consacrer à cette question épineuse son prochain ouvrage dont il nous livre le titre en conclusion de son livre courant : Traité de l’émancipation au XXIe siècle.



Citer ce billet
Claire Madl (2019, 25 juin). Pierre Rosanvallon – Notre histoire intellectuelle et politique 1968-2018. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi8q