Steven L. Kaplan : Raisonner sur les blés

Steven L. Kaplan, Raisonner sur les blés. Essais sur les Lumières économiques. Paris, Fayard, 2017, 868 p.

Compte rendu par Hana Fořtová (Institut de philosophie, Académie des sciences)

L’historien Steven L. Kaplan est un grand spécialiste de la France des Lumières et de la Révolution. Son nom est principalement attaché à l’étude de la problématique du blé et du pain au 18e siècle. Né à Brooklyn en 1943 et venu en France pour la première fois en 1962, l’auteur définit ainsi la spécialité où il trouva sa vocation : « Je me suis construit comme historien et comme homme, pour une grande part, en raisonnant sur les blés[1]. » La nouveauté de l’approche de Steven Kaplan tient au fait que par ses recherches sur le pain et sur le statut de ce dernier au 18e siècle, il n’a pas cherché à « combler une lacune », selon ses propres termes, mais à problématiser la notion même de « pain ». Le point de départ de sa thèse, publiée en 1976 en anglais sous le titre Bread, Politics and Political Economy in the Reign of Louis XV  était de considérer le pain comme un fait total, à la fois économique et social, culturel et politique, psychologique et moral. Depuis, Kaplan a écrit d’autres ouvrages sur la France des Lumières et sur le pain. Son dernier livre, publié en 2017, s’intitule Raisonner sur les blés. Essais sur les Lumières économiques.

L’auteur prend pour titre une phrase de Voltaire qui résume très bien les enjeux de cet ouvrage : « Vers l’an 1750 la nation rassasiée de vers, de tragédies, de comédies, d’opéras, de romans, d’histoires romanesques, de réflexions morales plus romanesques encore, et de disputes théologiques sur la grâce et sur les convulsions, se mit enfin à raisonner sur les blés[2]. » En effet, dans la deuxième moitié du 18e siècle, les grains, qui demeurent la composante clé de l’économie française puisqu’ils constituent une source majeure de revenus aussi bien pour l’État que pour l’Église, la noblesse et pour une partie du Tiers État, deviennent le sujet aussi bien d’écrits théoriques que de débats publics.

Le livre analyse dans des chapitres assez autonomes les écrits parus sous le règne de Louis XV sur la question des blés, plus précisément sur la libéralisation du marché des blés. En dépit de son sous-titre « essais sur les Lumières économiques », l’auteur sort du cadre strictement économique pour poser les questions d’ordre philosophique et universel que suscite celle de la libéralisation du marché. Il s’agit avant tout ici d’une des questions clé de la théorie politique à savoir la relation entre la liberté et l’égalité.

L’auteur prend comme point de départ les Dialogues sur le commerce des blés de l’abbé et économiste italien Galiani (1770).[3] Cet écrit se posait en opposition au courant des physiocrates qui dominait alors. Les physiocrates, qui se nommaient eux-mêmes « économistes » pour souligner leur poids décisif dans ce domaine, prônaient alors une libéralisation totale du marché du blé. Ils invoquaient pour ce faire le principe de la nature, de la libération nécessaire de l’individu de la tutelle du souverain, et de la capacité naturelle des droits de propriété et de liberté d’aboutir, par la poursuite de l’intérêt de chacun, à un marché auto-régulateur et in fine à la prospérité. Leur lutte contre la régulation du marché des grains entrait dans le mouvement d’opposition philosophique à toute tyrannie qui caractérise le siècle des Lumières. Reprise par la politique oficielle, cette théorie conduisit vers la liberalisation totale du marché des grains en 1763 et 1764. Kaplan montre que cette libéralisation n’était pas seulement économique ; ce faisant, le roi rompait selon lui « le contrat social de subsistance », c’est-à-dire le fait que le roi protègeait ses sujets contre la famine en leur assurant du pain en quantité suffisante, en qualité acceptable et à prix abordable en échange de leur obéissance et fidélité. Les lois de libéralisation, suivies par plusieurs années de mauvaises récoltes, provoquèrent de graves désordres et une disette. Après des soulèvements brutalement réprimés, elles durent être finalement abolies. L’auteur éclaire le débat intellectuel à la lumière des événements historiques. Cet ancrage dans « le réel » où l’auteur réussit à présenter le débat philosophique dans le cadre des faits politiques qui l’accompagnèrent, restitue aux ouvrages présentés toute leur actualité.

Dans une structure qui se veut assez libre et où chaque chapitre forme d’une certaine façon un ensemble, Kaplan suit à la fois les penseurs physiocrates et leurs opposants qu’il nomme « alter-économistes ». Manquant d’appui institutionnel et ne proposant pas de solutions simples, ces derniers se trouvèrent injustement marginalisés par le courant physiocratique prépondérant et leur influence s’en trouva limitée.

Après Galiani, Kaplan présente les idées de l’abbé Morellet qui, après avoir été l’ami de Galiani, écrivit une réponse virulente aux Dialogues pour défendre la position physiocratique. Après un chapitre consacré à l’analyse de l’Apologie de l’abbé Galiani par Diderot, les chapitres suivants sont consacrés à l’abbé Roubaud, à Paul-Pierre Lemercier de la Rivière et à Jacques Turgot, tous trois éminents physiocrates. Le livre s’achève avec le retour vers les opposants des physiocrates, à savoir Jacques Necker et Simon-Henri Linguet. L’auteur se place clairement du côté de ces derniers auteurs et montre d’une façon convaincante comment ces philosophes parvinrent à concevoir la dimension sociale et morale de la question. Le mérite du livre me paraît double. D’une part, l’auteur y présente les ouvrages de théoriciens pas forcément bien connus, pas même des spécialistes du 18e siècle. Il parvient en outre à reconstituer toute la richesse du débat sur les questions d’économie politique du siècle des Lumières en France. Plus importante encore est sans doute sa capacité à montrer que ce débat intellectuel majeur de son époque n’était absolument pas un sujet strictement économique. En débattant de la propriété, de son caractère naturel ou conventionnel au contraire, c’est une véritable réflexion philosophique que menaient ces auteurs touchant à la liberté, à l’égalité et aux relations entre l’État et la société à l’aube de la modernité naissante. Grâce à son style accessible, l’ouvrage n’est pas enfermé dans le cadre strictement scientifique et il mérite l’attention d’un large public cultivé


[1] Steven L. Kaplan, Raisonner sur les blés. Essais sur les Lumières économiques, Préface, p. 9.

[2] Voltaire, article « Blé », dans Questions sur l’Encyclopédie par des amateurs (1770).

[3] Fernando Galiani, Dialogues sur le commerce des bleds, 1770.



Citer ce billet
Claire Madl (2019, 8 mars). Steven L. Kaplan : Raisonner sur les blés. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi8m